En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

04.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

07.

Le pays champion du monde en termes de durabilité alimentaire est…

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

05.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

06.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
perte de sang froid
Un cycliste arrête un tramway et tord ses essuie-glaces
il y a 1 heure 18 min
décryptage > Economie
projet d'innovation

Les banques et les assurances vont dégager 5 milliards d'euros d’investissement pour les start-up

il y a 1 heure 42 min
pépites > France
Une nouvelle grogne des Gilets jaunes ?
Un possible retour de la taxe carbone est envisagé
il y a 3 heures 41 min
décryptage > Société
Tribune

Quelques bonnes raisons de promouvoir le travail post retraite

il y a 5 heures 20 min
décryptage > Politique
unification des forces ?

Rencontre Macron-Conte en Italie : mais à quoi peuvent aboutir les discussions entre partis attrape-tout ?

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Economie
un non-dit dans ses déclarations

Politique fiscale : ce que la France pourrait faire pour répondre aux appels du pays de Mario Draghi

il y a 6 heures 6 min
décryptage > High-tech
navigateur internet

Faut-il faire confiance aux promesses de protection accrue de la vie privée faites par Firefox ?

il y a 6 heures 32 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Au secours, l’OMC se réveille et autorise Donald Trump à taxer les produits d’origine européenne

il y a 7 heures 10 min
décryptage > Société
Le multiculturalisme est l'un des problèmes ?

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

il y a 7 heures 44 min
light > Insolite
Du costume à la tenue de cirque
L’ex-conseiller de Donald Trump participe à l’émission Danse avec les Stars
il y a 22 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Catamount, la Justice des Corbeaux" de Benjamin Blasco-Martinez

il y a 1 heure 32 min
chocs culturels
Une loi interdisant de manger des chiens est bloquée au Royaume-Uni
il y a 3 heures 22 min
pépite vidéo > Environnement
climat
Greta Thunberg rencontre Barack Obama
il y a 4 heures 18 min
décryptage > Style de vie
Wikiagri

Envie de vous calmer ? Après les bars à chat, la ferme aux chameaux

il y a 5 heures 31 min
décryptage > Société
immigration

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Santé
mortalité

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

il y a 6 heures 14 min
décryptage > Style de vie
C’est arrivé près de chez vous

Le pays champion du monde en termes de durabilité alimentaire est…

il y a 6 heures 53 min
décryptage > Société
énième réforme

Lutte contre les stupéfiants : le plan antidrogue qui n’en était pas un

il y a 7 heures 23 min
pépite vidéo > International
Preuve en image
Des navires de guerres vendus par la France impliqués dans le blocus yéménite
il y a 22 heures 24 min
pépites > France
plus de reports possibles
Evacuation d’un millier de migrants à Grande-Synthe
il y a 23 heures 10 min
© Reuters
Aujourd'hui, les constructeurs automobiles veulent créer des services à la mobilité, et Google et Apple investissent dans les automobiles.
© Reuters
Aujourd'hui, les constructeurs automobiles veulent créer des services à la mobilité, et Google et Apple investissent dans les automobiles.
Maillon faible

Il n'y a pas que l'industrie qui puisse nous sauver sur le front de la productivité : pourquoi les économistes sous-estiment généralement le potentiel des services

Publié le 30 septembre 2016
Plusieurs travaux d'économistes ont mis en lumière la faible productivité du secteur des services par rapport au secteur manufacturier, contrairement aux idées reçues. En cause essentiellement, un problème de capital humain.
Sarah Guillou est économiste à l’OFCE dans le domaine de l’économie internationale et des politiques publiques affectant la compétitivité des entreprises. Son travail mobilise l’exploitation statistique de bases de données d’entreprises et de salariés...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sarah Guillou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sarah Guillou est économiste à l’OFCE dans le domaine de l’économie internationale et des politiques publiques affectant la compétitivité des entreprises. Son travail mobilise l’exploitation statistique de bases de données d’entreprises et de salariés...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs travaux d'économistes ont mis en lumière la faible productivité du secteur des services par rapport au secteur manufacturier, contrairement aux idées reçues. En cause essentiellement, un problème de capital humain.

Atlantico : Selon une étude publiée en 2014, l'économiste Alwyn Young émet l'hypothèse que nous aurions tendance à exagérer la productivité du secteur manufacturier par rapport à celle du secteur des services. En indiquant que la réduction des effectifs du secteur industriel a naturellement conduit à ne garder que les éléments les plus productifs, alors que l'élargissement du secteur des services conduit à inclure des personnes de moindre qualification, les variables seraient largement faussées. Cette hypothèse est-elle également valable pour la France ?

Sarah Guillou : La démonstration de A. Young est en effet d’expliquer le moindre niveau de productivité des services relativement à l’industrie par un problème de capital humain et non un problème de technologie. L’idée est que le surcroît de main d’œuvre venant de l’industrie qui abonde les services est d’un niveau de productivité inférieure aux travailleurs qui sont eux, spécialisés dans les services. En effet, la désindustrialisation libère en premier les travailleurs de l’industrie les moins productifs. Leur arrivée dans les services exerce une pression à la baisse à la fois sur le niveau et sur la croissance de productivité des services.

C’est une hypothèse qui est probablement valable aussi pour l’économie française qui a détruit massivement de l’emploi industriel tout en créant de l’emploi dans les services.

En soit, cette nouvelle perspective de Young ne change pas la donne sur la faiblesse de la productivité dans les services, mais elle se substitue à l’hypothèse selon laquelle les services seraient par nature peu productifs comme le soutenait W. Baumol dès 1965 présentant "the cost disease of services". La thèse de Baumol soutient que le processus de production des services, donc, la technologie des services, n’autorise pas de gains de productivité. L’exemple le plus évident est celui d’une coupe de cheveux, ou d’une heure de massage, de comptabilité ou d’un spectacle d’opéra. Young a une explication alternative en termes de capital humain. Si on le suit, alors on sous-estimerait les capacités technologiques des services à générer des gains futurs de productivité.

Si les sociétés occidentales ont connu une large expansion du secteur des services au cours de ces dernières décennies, notamment sous l'impulsion de l'évolution de la consommation des pays les plus avancés vers ce secteur, de nombreux économistes ont pu accuser ce phénomène d'être à l'origine de la baisse de la productivité. Finalement, l'hypothèse d'une évolution vers une société de services est-elle forcément à craindre ?

C’est en effet une explication souvent avancée. Il est assez clair que l’accroissement des richesses a alimenté la demande en services. L’augmentation de la part des services a diminué la productivité de l’économie et sa croissance dès lors que la dynamique de la productivité est plus faible dans les services.

La part des services continuant d’augmenter aussi pour des raisons de fragmentation de la valeur ajoutée et d’accentuation de l’importance du contenu en services des produits manufacturés, il est à craindre que la productivité continue à stagner. Mais il y a des raisons de croire que de nouveaux éléments sont possibles.

D’une part, l’hétérogénéité des services est telle qu’un discours unifiant est de plus en plus contestable. A tout le moins faut-il distinguer les services échangeables (pouvant être exportés) et non échangeables. Ceux qui sont soumis à la concurrence internationale – et il y en a de plus en plus -- sont plus productifs. D’autre part, les services à fort contenu technologique se développent, et de nouveaux services associés à l’économie digitale naissent en grappes. Ces nouveaux services se nourrissent d’une main d’œuvre qualifiée et sont extrêmement dynamiques. Ils augmentent indéniablement la qualité des produits et les possibilités d’échanges. Pourquoi ne voit-on pas encore ce dynamisme dans les chiffres de la productivité des services ? Il peut subsister une question de volume encore pour le moment. Mais il semble qu’il s’agisse moins d’une affaire de temps et de volume qu’une affaire de comptabilité. On ne parvient pas correctement à mesurer la productivité des services : soit parce qu’en fait elle transmet sa productivité au manufacturier (les services à l’industrie augmente la VA du manufacturier), soit parce qu’on ne valorise pas correctement l’augmentation qualitative des services, soit encore parce qu’on ne parvient pas à mesurer la dynamique des nouveaux services (puisqu’ils sont nouveaux, comment mesurer l’accroissement de leur productivité ?). L’expérience du progrès technologique du XXIème siècle ne concorde pas avec la stagnation de la productivité, et cela reste encore une énigme pour les économistes.

Si le secteur des services continue son expansion, et que le secteur industriel continue de se réduire, les politiques publiques n'ont-elles pas plutôt intérêt à accompagner un phénomène, plutôt que de vouloir sauver à tout prix le "monde d'avant" ?  Quelles seraient les limites d'une telle approche ?

Il demeure beaucoup de fétichisme à l’égard de l’industrie dans les classes dirigeantes des vieilles puissances industrielles. Ce fétichisme s’attache à la fois à la grandeur militaro-industrielle passée, et à la représentation politico-sociale de la classe ouvrière symbole des économies laborieuses et capitalistes. Il subsistera une classe ouvrière comme il a subsisté des agriculteurs. Et tout comme l’agriculture s’est largement "industrialisée", l’industrie est en train fortement de se "serviticiser". Ce dernier mouvement se caractérise par une interpénétration croissante des services et de l’industrie. Pour preuve, le mouvement à double sens entre économie digitale et secteur automobile : les constructeurs automobiles veulent créer des services à la mobilité, et Google et Apple investissent dans les automobiles.

La lecture de la spécialisation qui oppose services et industrie est de moins en moins opérante.

Une fois défait de cette lecture binaire, il faut accentuer la productivité des services dont le contenu en technologie est par nature plus faible, et améliorer le capital humain dont ils disposent. Pour cela, il faudra ne pas freiner la robotisation et l’automatisation de ces services. Il faut cependant veiller à anticiper le dualisme entre activités à contenu technologique à la productivité et aux salaires plus élevés, et les activités de services d’horizon proprement domestique dont les salaires stagneront.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

04.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

07.

Le pays champion du monde en termes de durabilité alimentaire est…

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

05.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

06.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 26/09/2016 - 14:49
j'ai remarquè quelque chose
La légère croissance qui s'est produite dernièrement ( 0, ... je n'ai pas les chiffres ) a coïncidé non pas au numérique mais plus prosaïquement à des innovations dans l'alimentaire dans les grandes surfaces , les gens auront toujours besoin de se nourrir et plus c'est appétissant mieux c'est ......
jurgio
- 26/09/2016 - 14:20
Le service est l'art de vendre du vent
De toute façon, en France, on fait l'article pour des biens que nous ne fabriquons pas.
Deneziere
- 26/09/2016 - 13:02
Service & Service
C'est un débat intéressant. Il faudrait aussi dégager des méthodologies de chiffrage de productivité des services publics...