En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

05.

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

06.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

07.

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
Very bad trip
Etats-Unis : à 5 ans il amène de la cocaïne à l'école
il y a 12 heures 29 min
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 13 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 15 heures 47 min
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 17 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 17 heures 51 min
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 18 heures 11 min
décryptage > Politique
Adieu Jupiter!

Hollande c'était "moi je " : Macron c'est "bibi"

il y a 18 heures 22 min
décryptage > Société
Bonne solution ?

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

il y a 18 heures 32 min
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 20 heures 47 min
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 22 heures 44 min
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 12 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 15 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 15 heures 56 min
Couette tueuse
Le mystère de la couette tueuse enfin élucidé !
il y a 17 heures 33 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 18 heures 3 min
décryptage > Economie
La traque

Mais pourquoi traquer la fraude fiscale ?

il y a 18 heures 17 min
décryptage > Science
Kesako ?

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

il y a 18 heures 26 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 18 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 29 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 20 heures 51 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 23 heures 1 min
© Reuters
© Reuters
Renziator

Angela Merkel sotto pressione : Matteo Renzi peut il réussir ce que la France aurait dû faire ?

Publié le 24 septembre 2016
Au Sommet de Bratislava, Matteo Renzi a fait montre d'une attitude ferme et critique et refusé de participer à ce qu'il a qualifié de "documents sans âme ni horizon". Néanmoins, il apparaît comme relativement isolé. Sans soutien, il est peu probable qu'il réussisse à infléchir seul la politique européenne.
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au Sommet de Bratislava, Matteo Renzi a fait montre d'une attitude ferme et critique et refusé de participer à ce qu'il a qualifié de "documents sans âme ni horizon". Néanmoins, il apparaît comme relativement isolé. Sans soutien, il est peu probable qu'il réussisse à infléchir seul la politique européenne.

Atlantico : Dans une interview accordée dimanche dernier au Corriere della Sera, Matteo Renzi a vivement critiqué l'absence d'avancées au Sommet de Brastislava sur la relance du projet européen. Déclarant ainsi "Pour changer l'Europe, il faut changer de direction et pas de palais pour accueillir les sommets" il a expliqué son absence à la conférence de presse d'Angela Merkel et François Hollande par son refus d'"écrire des documents sans âme ni horizon". Alors que François Hollande avait promis de se battre pour une nouvelle inflexion de l'Europe, en adoptant une attitude ferme et critique, Matteo Renzi pourrait-il "réussir" là où le président français a échoué (faute d'avoir même essayé) ?

Christophe Bouillaud : Malgré toutes les bonnes intentions affichées par Matteo Renzi, je doute qu'il puisse par lui seul réussir à infléchir l'Europe. Il est d'ailleurs significatif qu'au sommet de Bratislava, il soit apparu relativement isolé et non pas comme le leader d'un mouvement contre l'austérité.

Cela est certainement lié au fait que les gouvernements qui pourraient s'associer à lui sont soit trop faibles (comme le gouvernement grec) soit essaient de se faire discrets (comme le gouvernement portugais).

La probabilité d'un changement de perspective offert par Matteo Renzi seul est faible.

Matteo Renzi considère que les politiques d'austérité sont un échec et demande des politiques de relance. Au regard du contexte international et des alertes émises par des institutions internationales telles que le FMI et l'OCDE, le moment semble opportun pour qu'un tel appel soit entendu. Quelles alliances le président du Conseil pourrait-il former pour faire pression sur l'Allemagne afin que la zone euro adopte une nouvelle politique économique ? Là encore quelles sont ses chances de réussir ? 

Autant à l'intérieur de l'Europe, Matteo Renzi apparait comme relativement isolé, autant il pourrait avoir des appuis en dehors de l'Europe, en particulier auprès des Etats-Unis et d'institutions internationales comme le FMI ou la Banque mondiale.

Mais ces pressions extérieures ne semblent pas en mesure de changer complètement la donne.

Il me semble surtout que Matteo Renzi a donné l'impression d'être complètement dos au mur : sa situation est assez différente de celle de ses partenaires dans la mesure où un référendum qui va se tenir dans quelques semaines risque de lui faire perdre le pouvoir alors qu'aussi bien Angela Merkel que François Hollande croient, à tort ou à raison, avoir encore quelques mois devant eux pour retourner la situation.

Alors qu'il avait conditionné son avenir politique au succès du référendum constitutionnel (dont la date sera annoncée ce lundi 26 septembre), Matteo Renzi a annoncé qu'il ne démissionnerait finalement pas en cas d'échec. Ainsi, si l'on pouvait être tenté de l'accuser d'instrumentaliser l'UE pour contourner les difficultés qu'il rencontre sur le plan interne, dans quelle mesure ses récents propos sur l'UE pourraient-ils malgré tout aider sa politique intérieure ?

Matteo Renzi est en grande difficulté vis-à-vis de ce référendum. A son arrivée au pouvoir il y a deux ans, il a clairement lié son sort à la réforme constitutionnelle et à l'approbation de cette réforme par le peuple. Son retournement actuel tient à son très fort affaiblissement et probablement à la quasi-certitude de l'échec du référendum. Les sondages montrent en effet que le "non" va très probablement l'emporter. Fondamentalement, Matteo Renzi aura beaucoup de mal à se maintenir au pouvoir en cas d'échec très fort au référendum. Il peut subir un échec modéré mais pas un échec fort.

L'ensemble de sa politique vis-à-vis de l'Europe est un appel au secours dans la mesure où il aurait absolument besoin d'un signe que les Européens suivent désormais la ligne italienne. Or cela ne semble pas sur le point de se produire. Il est intéressant de noter à quel point Matteo Renzi s'est mis dans une situation compliquée car son succès électoral de 2014 aux élections européennes reposait entièrement sur la promesse de changer la politique européenne. La majorité relative des Italiens l'a cru à l'époque mais deux ans plus tard, de nombreux Italiens commencent à douter de cette promesse. Par ailleurs, l'Italie est actuellement le pays qui souffre le plus de la situation de la zone euro. Matteo Renzi est sans doute l'expression d'une vraie difficulté des dirigeants italiens face à ce contexte. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

05.

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

06.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

07.

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 24/09/2016 - 11:17
Arithmétiquement
Je réponds d'avance aux quelques Merkelophiles qui restent sur Atlantico : arithmétiquement, il n'est pas possible que tous les pays d'Europe soient en excédent commercial les uns vis-à-vis des autres. Oui, Angela a considérablement enrichi l'Allemagne, mais, c'est en appauvrissant une bonne partie de notre continent.
Ganesha
- 24/09/2016 - 11:15
Sondage unique
Matteo Renzi pourrait-il montrer le même courage et le même sens de la démocratie que David Cameron ? Il semble que lorsqu'on pose aux peuples clairement et simplement la question : ''Êtes vous pour ou contre l'Europe, telle qu'elle fonctionne actuellement ?'', ils répondent : ''contre''. Des sondages au Portugal, en Grèce et Espagne donneraient des résultats semblables. Et si Marine Le Pen réussit un jour à réaliser le sondage qu'elle nous a formellement promis, le résultat ne fait que peu de doute. Pourquoi même ne pas organiser un sondage unique, le même jour, dans toute l'Europe, avec, comme question : ''Approuvez-vous la façon dont Angela Merkel a gouverné l'Europe ces dix dernières années ?''