En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

03.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

04.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage

07.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Brexit
Il pourrait y avoir une alternative au "backstop" pour Boris Johnson
il y a 4 heures 5 min
décryptage > International
élections israéliennes

Ces noeuds gordiens que devra trancher le système politique israélien après l’échec de Benjamin Netanyahu

il y a 4 heures 41 min
light > Justice
Mystérieuse affaire
Ils abandonnent leur fille adoptive et déménagent au Canada
il y a 5 heures 10 min
décryptage > Justice
Enquête virage

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

il y a 6 heures 32 min
décryptage > Economie
projet d'innovation

Les banques et les assurances vont dégager 5 milliards d'euros d’investissement pour les start-up

il y a 8 heures 19 min
pépites > France
Une nouvelle grogne des Gilets jaunes ?
Un possible retour de la taxe carbone est envisagé
il y a 10 heures 18 min
décryptage > Société
Tribune

Quelques bonnes raisons de promouvoir le travail post retraite

il y a 11 heures 57 min
décryptage > Politique
unification des forces ?

Rencontre Macron-Conte en Italie : mais à quoi peuvent aboutir les discussions entre partis attrape-tout ?

il y a 12 heures 16 min
décryptage > Economie
un non-dit dans ses déclarations

Politique fiscale : ce que la France pourrait faire pour répondre aux appels du pays de Mario Draghi

il y a 12 heures 43 min
décryptage > High-tech
navigateur internet

Faut-il faire confiance aux promesses de protection accrue de la vie privée faites par Firefox ?

il y a 13 heures 9 min
pépite vidéo > Insolite
record
Une américaine traverse la Manche à la nage quatre fois d'affilée
il y a 4 heures 23 min
light > Santé
santé publique
L'Etat de New York interdit les cigarettes électroniques aromatisées
il y a 4 heures 51 min
pépites > Religion
sondage
L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France
il y a 6 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Catamount, la Justice des Corbeaux" de Benjamin Blasco-Martinez

il y a 8 heures 9 min
chocs culturels
Une loi interdisant de manger des chiens est bloquée au Royaume-Uni
il y a 9 heures 59 min
pépite vidéo > Environnement
climat
Greta Thunberg rencontre Barack Obama
il y a 10 heures 55 min
décryptage > Style de vie
Wikiagri

Envie de vous calmer ? Après les bars à chat, la ferme aux chameaux

il y a 12 heures 8 min
décryptage > Société
immigration

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Santé
mortalité

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

il y a 12 heures 51 min
décryptage > Style de vie
C’est arrivé près de chez vous

Le pays champion du monde en termes de durabilité alimentaire est…

il y a 13 heures 30 min
© Pixabay
© Pixabay
Bonnes feuilles

Comment apprendre à dire "non" au travail pour se soigner du burn-out

Publié le 25 septembre 2016
"Drogué par mon travail, j'ai aidé des dirigeants à se désintoxiquer du leur. Jusqu'à mon burn-out l'an dernier. J'ai passé vingt ans à vendre aux autres un bonheur que je ne m'accordais pas". Ce témoignage raconte neuf mois de chute et de rechutes, qui ont guéri l'auteur du coaching et de tout ce qui l'éloignait de la vie. Hyperactif repenti ou contemplatif contrarié, il écrit pour tous les grands brûlés du boulot qui font tourner le monde et s'y épuisent au passage. Extrait de "Je peux guérir", de Thierry Chavel, aux éditions Flammarion 2/2
Coach de dirigeants, Thierry Chavel est professeur associé à l'université Panthéon Assas (Paris 2) où il dirige le Master 2 de coaching-développement personnel en entreprise.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Chavel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Coach de dirigeants, Thierry Chavel est professeur associé à l'université Panthéon Assas (Paris 2) où il dirige le Master 2 de coaching-développement personnel en entreprise.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Drogué par mon travail, j'ai aidé des dirigeants à se désintoxiquer du leur. Jusqu'à mon burn-out l'an dernier. J'ai passé vingt ans à vendre aux autres un bonheur que je ne m'accordais pas". Ce témoignage raconte neuf mois de chute et de rechutes, qui ont guéri l'auteur du coaching et de tout ce qui l'éloignait de la vie. Hyperactif repenti ou contemplatif contrarié, il écrit pour tous les grands brûlés du boulot qui font tourner le monde et s'y épuisent au passage. Extrait de "Je peux guérir", de Thierry Chavel, aux éditions Flammarion 2/2

Foncer tête baissée, voilà une expression qui résumait ma façon d’envisager la vie jusqu’à ce burn-out. La résistance de l’air, de mon corps, de l’usure du temps, de la fragilité de mon existence, j’avais allègrement franchi tout cela.

Je sais maintenant qu’il a suffi d’un grain de sable, la goutte grisante de trop, une pensée noire, et tout s’est enrayé dans ma vie menée tambour battant. Tête baissée, c’est comme ça que je travaillais, comme un mineur de fond du coaching, enchaînant les activités jusqu’à l’étouffement. C’est aussi tête baissée que je pratiquais l’escrime, jusqu’à ce qu’un maître d’armes m’encourage à relever la tête, à être un peu hautain et arrogant pour déstabiliser l’adversaire. Le fleuret est un jeu, en redressant le buste je suis surtout plus efficace dans mes feintes, mes fentes et mes touches. C’est toujours tête baissée que je faisais l’amour, tellement préoccupé par la performance et le plaisir de ma partenaire que j’en oubliais mon propre désir, mes propres fantasmes. Tête baissée, c’était aussi ma façon de courir, les yeux rivés sur mes pompes, et puis je me suis aperçu que je respirais mieux en ouvrant la colonne d’air, menton relevé et front en arrière. Ce n’est pas parce que j’allais vite que je tenais droit dans mon axe.

Aujourd’hui, par un froid de saison, je fais mon jogging dominical, j’ai maintenant tout l’équipement de l’accro à la course à pied, chaussures techniques, montre sophistiquée, combinaison de running noire et jaune qui me fait ressembler à l’un des frères Jacques. Je fais désormais entre quinze et vingt kilomètres hebdomadaires, onze kilomètres à l’heure est mon rythme de croisière. Dans le premier kilomètre, je crache mes poumons, mes jambes sont raides, j’ai l’impression de tracter un trente-huit tonnes, je ne vois pas comment je vais tenir la distance. Je ne me laisse pas décourager, les arbres défilent, je reste centré sur mon souffle et sur la nature qui m’environne. Et il se passe quelque chose. Au bout de quarante minutes, je me sens peu à peu galvanisé, l’impression que l’effort s’estompe au profit d’une joie incroyable. J’accélère sans peine, ma foulée est ample et calme. Je finis la course sans avoir complètement puisé dans mes réserves, avec un sentiment d’autosatisfaction intense. Je n’en reviens toujours pas, il paraît qu’on libère des phéromones qui procurent cet état de plaisir. Je veux bien reprendre de ce dopant naturel la semaine prochaine.

Quelque chose s’est dilaté dans ma vie, comme une étreinte un peu plus laxe. Je prends les choses moins à cœur : j’ai si souvent employé l’expression à la légère pour d’autres que j’hésite à présent à me l’appliquer. Étrange formule en effet, prendre à cœur quelque chose. On devrait dire je me déprends des choses, le cœur n’a rien à voir là-dedans. Pas besoin de saigner pour soigner. J’ai renoncé à l’empathie empesée, à l’affectation obligée. J’en prends et j’en laisse, je garde mes distances avec le fracas victimaire, cela n’est d’aucune utilité ni pour mon client ni pour moi de s’auto-apitoyer, la vraie compassion se passe de démonstration. Le fond du sujet, c’est que je n’ai plus besoin de plaire ou de déplaire pour entrer en relation. Mon vrai job est d’offrir une présence inconditionnelle, j’ai cessé de vouloir tout contrôler et tout guérir.

Bien sûr, il y a des coups de fil à passer, des formulaires à remplir, des milliers de tâches secondaires en marge de mon activité de sagesse épurée, mais j’y accorde moins de temps, j’épouse le mouvement plus facilement. Je ne suis plus le démiurge qui coache, qui gère, qui compte, qui parle : ça coache comme Lacan disait que ça parle. C’est très décontractant de découvrir que la vie fait effet de levier quand je suis à mon travail indépendamment de moi. Je suis un jardinier du développement personnel, et ce n’est pas en tirant sur l’herbe qu’on la fait pousser. Quand je suis en veine, je m’adonne joyeusement à l’écoute, à tous ces trucs qui font que les personnes vont mieux après leur séance qu’avant, c’est une grâce d’être payé pour diffuser un peu de bienveillance dans le monde de l’entreprise. Quand le cœur n’y est pas, je plie mes gaules, tant pis, je baisse la flamme du bec Bunsen, et rien de tragique ne se produit. Je ne fais plus mon intéressant, à rechercher systématiquement un feu d’artifice de feedbacks, c’est très voluptueux de me laisser vivre.

Jusqu’à cet été, l’énergie que je dépensais à prendre sur moi la plainte des autres était démesurée. J’étais certes empathique, mais pas désintéressé puisque j’investissais toute relation d’une attente immense, impossible à satisfaire. Que je sois enthousiaste ou plombé, je ne suis jamais plus dans un état de conscience ordinaire. Intérieurement, je baigne dans un lac calme, un point fixe onirique qui se fout pas mal des aléas extérieurs. Mon métro a du retard ? C’est l’occasion de lire vingt pages de plus dans le roman qui me captive. Il est bondé ? Je plonge dans la vague humaine en méditant les yeux clos. Un client annule un rendez-vous à l’improviste ? Je file passer une heure en Haute Égypte au Louvre, et hop me voici projeté trois mille ans avant notre ère.

Ma vie est devenue un jeu de pistes, où le temps s’abolit constamment. Les polémiques qui m’ont tant passionné m’ennuient à présent, je mesure à cela le changement qui s’est produit en moi. Je n’ai plus envie de bâtir des choses savantes, ni de les détruire, c’est juste que je suis à côté de l’héroïsme intellectuel qui m’habitait il y a peu. Je ne suis plus prosélyte de rien, pas même de l’absence de prosélytisme. Désormais incapable de nommer le métier que j’exerce, je sais qu’il s’y passe quelque chose qui me dépasse et procure de beaux éveils de conscience. Le reste n’a pas grande importance, j’ai renoncé à une vie en majuscules. Je ne me suis pas détaché, au contraire, j’ai l’impression d’être plus « sharp », j’aime bien ce mot, comme une lame aiguisée. Moins de fioritures et de faux-semblants.

Hier c’était le 11 février, et j’ai expérimenté de dire non à une mission que je ne sentais pas, sans raison ni justification. Je peux écouter mon cœur, sans peur de manquer de clients, d’élèves. La vie est abondance quand on est aligné avec ses planètes intimes. Ce matin, j’ai reçu un appel téléphonique pour une mission passionnante, comme un boomerang mystère. Quand j’étais enfant, je voulais devenir médecin. Psychiatre ou pédiatre, pour soigner mes parents sans doute. Je suis devenu un peu les deux, sous couvert d’être sage-femme en embuscade dans l’entreprise. Aider les autres à accoucher d’eux-mêmes. À force d’humanisme obsessionnel, ne serais-je pas plutôt devenu misanthrope ?

Extrait de Je peux guérir, de Thierry Chavel, publié aux éditions Flammarion. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

03.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

04.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage

07.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires