En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

06.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Preuve en image
Des navires de guerres vendus par la France impliqués dans le blocus yéménite
il y a 7 heures 52 min
pépites > France
plus de reports possibles
Evacuation d’un millier de migrants à Grande-Synthe
il y a 8 heures 38 min
pépite vidéo > Justice
une énième confrontation
Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune
il y a 9 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Marcher jusqu'au soir" de Lydie Salvayre

il y a 11 heures 24 min
pépites > Société
PMA pour toutes
Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre
il y a 12 heures 39 min
décryptage > Société
Youpi ?

Vous allez pouvoir décrocher les portraits de Macron : un juge de Lyon vous y autorise

il y a 14 heures 1 min
décryptage > International
Union européenne VS Russie

Politique énergétique : avec Nordstream, c’est l’indépendance de l’Europe qui est en jeu

il y a 14 heures 44 min
décryptage > International
élections législatives

Petits repères pour comprendre les élections en Israël

il y a 16 heures 11 min
décryptage > France
Atlantico-Business

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

il y a 16 heures 46 min
décryptage > International
Spectre de la guerre

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

il y a 17 heures 7 min
light > Insolite
Du costume à la tenue de cirque
L’ex-conseiller de Donald Trump participe à l’émission Danse avec les Stars
il y a 8 heures 19 min
de la moquerie dans l'air
Justin Trudeau va réenregistrer son hymne en français
il y a 8 heures 55 min
light > Société
nouveau système de don
L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France
il y a 10 heures 33 min
pépites > Société
La recherche s'affine
La fraude des numéros de sécurité sociale est estimée entre 117 et 139 millions d'euros
il y a 11 heures 32 min
pépite vidéo > Société
démenti
Alexandre Moix se confie sur la violence de son frère Yann dans leur enfance
il y a 13 heures 23 min
décryptage > Europe
documents de yellowhammer

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Economie
risque de récession ?

Déficits publics : la zone euro souffre-t-elle d’anorexie budgétaire ?

il y a 15 heures 57 min
décryptage > Science
maladies cardiovasculaires

Surmortalité et boissons sucrées : pourquoi l'étude européenne qui rend responsable les édulcorants n’est pas valable

il y a 16 heures 26 min
décryptage > Politique
élections municipales 2020

LREM, cette coalition qui s’ignore

il y a 16 heures 54 min
pépite vidéo > International
Flammes massives
Sites pétroliers attaqués en Arabie Saoudite : la production mondiale de pétrole ralentie
il y a 1 jour 7 heures
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

La gauche hashtag, parabole d'un monde fermé

Publié le 17 septembre 2016
Le géographe constate que les classes dominantes captent l'essentiel des bienfaits de la mondialisation en imposant un modèle inégalitaire et défendent un discours qui décrit leur réalité mais pas celle des classes populaires. Le discours anti-Front national n'est alors qu'un prétexte et exclut encore un peu plus la France périphérique. Extrait de "Le Crépuscule de la France d'en haut", de Christophe Guilluy, aux éditions Flammarion 1/2
Christophe Guilluy est géographe. Il est l'auteur, avec Christophe Noyé, de "L'Atlas des nouvelles fractures sociales en France" (Autrement, 2004) et d'un essai remarqué, "Fractures françaises" (Champs-Flammarion, 2013). Il a publié en 2014 ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Guilluy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Guilluy est géographe. Il est l'auteur, avec Christophe Noyé, de "L'Atlas des nouvelles fractures sociales en France" (Autrement, 2004) et d'un essai remarqué, "Fractures françaises" (Champs-Flammarion, 2013). Il a publié en 2014 ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le géographe constate que les classes dominantes captent l'essentiel des bienfaits de la mondialisation en imposant un modèle inégalitaire et défendent un discours qui décrit leur réalité mais pas celle des classes populaires. Le discours anti-Front national n'est alors qu'un prétexte et exclut encore un peu plus la France périphérique. Extrait de "Le Crépuscule de la France d'en haut", de Christophe Guilluy, aux éditions Flammarion 1/2

Le modèle mondialisé a édifié ses citadelles. Protégées par le mur de l'argent et l'entre-soi, les classes supérieures peuvent profiter pleinement des bienfaits de la mondialisation. Et ce d'autant plus que, à l'écart de la France périphérique, elles en ont oublié jusqu'à l'existence d'une France populaire et majoritaire. Une existence que le monde médiatico-politique ne risque pas de leur rappeler, tant il est conforme aux représentations des classes supérieures. Cette société de l'« ouverture au monde » est en réalité un petit monde fermé. Sûres de leurs choix économiques et sociétaux et de leur supériorité morale, les nouvelles classes urbaines fabriquent l'essentiel des représentations et du discours unique. Paradoxalement, c'est au moment où elles deviennent hégémoniques, en occupant l'ensemble de l'espace politique, universitaire ou médiatique, qu'elles perdent leur légitimité auprès des classes populaires, c'est‑à-dire de la majorité. Le discours de la classe dominante n'a plus aucune prise sur le réel, il fait apparaître une France privilégiée mais hors sol, une « France du vide ». Produits des métropoles embourgeoisées, les « mouvements sociaux d'en haut » sont une parabole d'un monde fermé et vide.

La gentrification des grandes métropoles a en effet détourné mécaniquement la fonction même de la manifestation. Les grands rassemblements, ceux dont parlent les médias, épousent logiquement les revendications des habitants des grandes villes. Ainsi, si la bourgeoisie traditionnelle des grandes métropoles, plutôt de droite, a fourni l'essentiel des troupes des grands rassemblements contre le « mariage pour tous », c'est la nouvelle bourgeoisie, plutôt de gauche, qui constituait l'essentiel des bataillons de la manifestation de soutien à Charlie Hebdo.

Point commun, dans les deux cas : absence des classes populaires (des banlieues et de la France périphérique) et surreprésentation des bourgeoisies métropolitaines, blanches et éduquées. La sous-représentation des classes populaires dans les mouvements sociaux tient bien sûr au processus de désaffiliation politique de catégories qui ne se sentent plus représentées depuis très longtemps par le monde politique, syndical et médiatique, mais aussi à leur disparition au sein de toutes les grandes villes. Difficile, en effet, de participer à des manifestations de fait éloignées de la France populaire. Sur le fond, la gentrification de la manifestation est une illustration parfaite de la déconnexion des classes supérieures d'avec la société populaire. Les classes populaires de la France périphérique, mais aussi celles des banlieues qui ont compris que la rebellocratie n'est plus depuis longtemps le porte-voix des plus modestes. La polarisation des « mobilisations » sur les populations les plus précaires (pauvres, sans papiers…), la nonreprésentativité des syndicats (moins de 5 % de syndiqués dans le secteur privé) et la mobilisation pour des causes sociétales montrent que le « mouvement social » ne s'adresse plus à la majorité des classes populaires.

La contestation de la nouvelle bourgeoisie fait désormais partie d'un barnum participatif contrôlé et inoffensif pour la classe dominante. Il confirme le temps des « luttes sous contrôle » et des revendications sociales festives. Dernier avatar de la mobilisation festive et bourgeoise, le « slacktivisme ». Le « slacktivisme connecté », ou « activisme fainéant », est paradoxalement une illustration de cette déconnexion. Il a donné lieu à une mobilisation virtuelle sans précédent contre le projet de loi sur le travail de Myriam El Khomri. Comme le fait remarquer Jean-Laurent Cassely, cet activisme exige rarement de ses participants un engagement supé- rieur à un clic ou un like. Ces occupations impressionnantes de terrain du cyberespace sont rarement suivies d'effet, mais elles attirent l'attention des médias. Sans surprise, les grandes villes gentrifiées fournissent l'essentiel des bataillons de cet activisme. Réalisée par le journal Le Parisien à partir du code postal que les pétitionnaires ont renseigné sur le site change.org, l'enquête sur la contestation du projet de loi fait apparaître qu'elle se concentre dans les grandes métropoles du pays : Rennes, Nantes, Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Grenoble et évidemment Paris et ses arrondissements les plus boboïsés de l'Est. Une géographie qui recoupe celle des bastions de la gauche et des catégories supérieures. Inversement, les territoires et départements de la France périphérique, les plus touchés par le chô- mage et le sous-emploi (la Marne, les Ardennes, le Pas-de-Calais, par exemple), sont restés indifférents à cette « grande mobilisation virtuelle ». Peu sensibles à la « gauche hashtag » (#je suis en terrasse, #nuit debout), les classes populaires, pourtant opposées à la loi, sont restées indifférentes à cette contestation virtuelle. Ce non-engagement des classes populaires n'est pas lié à l'absence d'intérêt pour le « politique » ou la « question sociale », mais au constat que l'ensemble du système de représentation politique et sociale est sous le contrôle des classes dominantes et supérieures. Il ne s'agit pas d'un contrôle par le haut, mais de la résultante d'un lent processus de gentrification des luttes sociales, portées hier par l'alliance de la petite bourgeoisie et de la classe ouvrière, alimentées aujourd'hui par des populations intégrées (économiquement et/ou culturellement) ou protégées. Logiquement, la petite bourgeoisie des métropoles et les salariés protégés y défendent des statuts et surtout une position de classe que les classes populaires ont perdus depuis longtemps. 

Extrait de "Le Crépuscule de la France d'en haut", de Christophe Guilluy, aux éditions Flammarion, septembre 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 18/09/2016 - 10:44
Du sous Emanuel Todd....
Pas surprenant de lire de telles inepties de la part d'un sociogéopoliticomarxiste, mais plus surprenant de les voir s'afficher sur Atlantico. Ce petit bonhomme, issu de la bourgeoisie qu'il dénonce, profite de la rente que lui verse le grand capital....il est vrai qu'il est tellement plus confortable de donner des leçons quand on est confortablement installé à l'abri du besoin.