En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 57 sec
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 2 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 3 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 3 heures 51 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 6 heures 7 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 7 heures 9 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 7 heures 35 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 8 heures 41 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 8 heures 54 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 1 heure 45 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 3 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 3 heures 47 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 5 heures 35 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 6 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 7 heures 16 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 7 heures 50 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 8 heures 43 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 9 heures 1 min
© Pixabay
© Pixabay
Bonnes feuilles

La communication, réponse aux aspirations profonde de l'humanité, désormais devenue trop technique ?

Publié le 10 septembre 2016
Spécialiste reconnu de la communication, Dominique Wolton explique ses choix et ses engagements actuels. Lors de la montée en puissance des chaînes "tout info" et d’Internet, il est l’un des premiers à porter un regard critique sur ces innovations qui fascinent médias, décideurs et intellectuels. Il élargit sa problématique à la communication politique, puis aux grands enjeux de l’Europe, de la mondialisation, de la Francophonie et de la diversité culturelle. Extrait de "Communiquer c'est vivre", Entretiens de Dominique Wolton avec Arnaud Benedetti, aux éditions du Cherche Midi 1/2
Dominique Wolton a fondé en 2007 l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC). Il a également créé et dirige la Revue internationale Hermès depuis 1988 (CNRS Éditions). Elle a pour objectif d’étudier de manière interdisciplinaire la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Wolton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Wolton a fondé en 2007 l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC). Il a également créé et dirige la Revue internationale Hermès depuis 1988 (CNRS Éditions). Elle a pour objectif d’étudier de manière interdisciplinaire la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Spécialiste reconnu de la communication, Dominique Wolton explique ses choix et ses engagements actuels. Lors de la montée en puissance des chaînes "tout info" et d’Internet, il est l’un des premiers à porter un regard critique sur ces innovations qui fascinent médias, décideurs et intellectuels. Il élargit sa problématique à la communication politique, puis aux grands enjeux de l’Europe, de la mondialisation, de la Francophonie et de la diversité culturelle. Extrait de "Communiquer c'est vivre", Entretiens de Dominique Wolton avec Arnaud Benedetti, aux éditions du Cherche Midi 1/2

A. B. : La communication est un concept au même titre que l’égalité ou la liberté… 

D. W.: La communication correspond à des aspirations profondes de l’homme : l’égalité, la liberté, la fraternité… S’interroger comme on le fait là en ce moment sur la communication, c’est renouer avec cette question cruciale, celle de la guerre et de la paix, qui traverse toute l’histoire : à quelle condition partager, négocier, cohabiter avec l’autre ?

A. B. : Justement, ne vivons-nous pas l’un de ces moments où l’histoire redémarre, contre l’illusion, portée entre autres par la technique, du dépassement des conflits ou de ce que Fukuyama a appelé après la chute du mur de Berlin «la fin de l’histoire»?

D. W.: Il existe d’autres facteurs qui ont milité pour cette idée de la fin de l’histoire, mais la technique a indéniablement favorisé cette illusion d’optique accréditant la thèse selon laquelle désormais, la communication serait plus facile et créatrice d’une meilleure compréhension entre les gens, les peuples, les cultures. La technique a été investie de l’idéal politique au terme d’un chassé-croisé avec le politique. Celui s’effondrant dans la fin du conflit EstOuest, c’est la technique qui est devenue le nouvel idéal. La technique a remplacé la politique, ou plus exactement, est devenue le projet politique… Les tuyaux condensent et symbolisent l’idéal politique. C’est la raison pour laquelle je milite pour «détechniciser la communication». Toute mon hypothèse vise à expliquer que le concept de communication – à dimension d’abord anthropologique – précède amplement la réalité technique. La prise en compte de cette antériorité est fondamentale.

A. B. : Mais Internet, c’est un peu la technologie qui tombe à point nommé puisque son avènement correspond au triomphe du marché-monde et de l’individu consommateur qui succède à l’effondrement des grandes utopies collectives… C’est dans l’histoire des techniques de diffusion le seul dispositif qui autorise un usage personnel, à sa main, qui le différencie de la télévision à ses débuts qui, elle, implique une forme de passivité de la part des téléspectateurs.

D. W. : Non, tu n’as aucune passivité avec la télé- vision mais tu es contraint. Avec Internet, il n’existe pas de contraintes – ou tout au moins, il y a un sentiment d’absence de contraintes – car les concentrations politiques et financières réintroduisent des limites souvent considé- rables. Mais Internet est, contrairement aux médias, et peut-être parce qu’il vient après, investi de toutes les utopies politiques. Il devient la fusion de la technique et de la politique. La technologie est investie d’une vertu thaumaturgique: elle guérit, elle résorbe, elle apaise les conflits et elle unifie, notamment les légitimités qui structurent le monde et la relation au monde. Mais cet apaisement est doublement un leurre puisqu’il n’efface d’abord en rien le poids des cultures, des histoires, des altérités, lesquelles sont autant sources de richesses que de conflits.

A. B. : Pour en revenir à cette affaire des trois légitimités qui n’est pas sans rappeler le modèle trifonctionnel de Dumézil, ne penses-tu pas que dans cette confrontation entre le chercheur, le décideur et le journaliste, ce dernier soit en passe de l’emporter symboliquement sur les deux autres, c’est-à-dire sur le savant et le politique ?

D. W.: Avec le risque d’y perdre son âme. Le journaliste n’est plus l’expression de l’opinion publique parce que les sondages, entre autres, ont battu en brèche cette fonction qui lui était consciemment ou inconsciemment assignée. En outre, il a perdu sa responsabilité en ne se distinguant pas assez de l’information qui circule sur les réseaux. Enfin, l’élite journalistique s’est trop rapprochée du reste des élites. Le journaliste se banalise et se peopolise. Il n’est plus porteur de sa légitimité. Par ailleurs, les journalistes, comme les hommes politiques, oublient trop qu’ils vivent sous le regard de plus en plus critique du récepteur. Si le citoyen n’a plus confiance dans le journaliste, celui-ci perd sa crédibilité. La crise des légitimités, c’est une crise de confiance et la confiance constitue d’abord un concept qualitatif. Les journalistes qui argumentent à longueur de colonnes sur la crise du politique occultent qu’ils sont euxmêmes l’objet d’une crise qu’Internet et les réseaux sociaux viennent accroître, sans que cela ne se voie…

A. B. : Mais comment peuvent-ils résister à la puissance technique d’un tel outil ?

D. W.: Les journalistes ont renoncé ! Ils n’ont pas voulu ou pu maintenir les rapports de force. Au lieu de dire «Tout est possible avec la technique, mais la véracité de l’information c’est nous qui la labellisons », ils ont fait sauter le verrou au nom de la liberté d’information. Or, ils pouvaient maintenir ce verrou en maintenant une conception plus rare, contrôlée, de l’information-presse par rapport à tous les autres types d’information. Autrement dit, il fallait distinguer le volume d’informations de la réalité journalistique, c’est-à-dire de la réalité du métier et de son fonctionnement. Je prends une comparaison: il existe bien une spéculation sur l’art. Mais l’art réel reste encore contrôlé par les professionnels. Certes, on ne peut pas empêcher la spéculation artistique, mais les créateurs peuvent se tenir à distance. Même chose pour l’information. Certes, on ne peut pas empêcher l’explosion de l’information mais on peut néanmoins préserver les principes de validation de l’information-presse…

A. B. : Mais c’est ce qu’ils font, en usant parfois de procédés qui s’apparentent plus à de la censure au demeurant qu’à de la validation !

D. W.: Certes, mais ils veulent faire cela avec les mêmes outils, avec la même logique que celle des réseaux. Tout le monde est alors piégé par les propriétés de ces derniers : la vitesse, la concurrence, les rumeurs, l’explosion informationnelle, la déformation des contenus, etc.

A. B. : Oui, mais le problème est que la concurrence est d’ordre technique!

D. W.: Elle est plutôt d’abord économique! Le temps du journaliste coûte cher quand le temps des sites d’information fait baisser les coûts. Le modèle économique de ces derniers n’est pas stabilisé, les «pure players» cherchent à se frayer un chemin. D’une manière générale, les professionnels de l’information se heurtent à un moment donné à un choix: ou bien ils restent dans la concurrence de la vitesse et ils sont prisonniers du modèle dominant, ou ils en sortent, réintroduisent la problématique du temps et ils retrouvent alors la vieille question de l’information à ses débuts, celle où l’enjeu n’est pas la «news» en soi, ni le direct, mais la réflexion sur l’une et sur l’autre. Et surtout la distinction essentielle à maintenir est l’information labellisée par les journalistes par rapport à tous les autres types d’information qui envahissent la réalité.

Extrait de "Communiquer c'est vivre", de Dominique Wolton, aux éditions du Cherche Midi, septembre 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires