En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 34 sec
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 1 heure 44 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 2 heures 6 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 2 heures 23 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 2 heures 27 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 2 heures 31 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 18 heures 9 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 18 heures 46 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 1 heure 20 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 1 heure 40 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 1 heure 51 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 2 heures 12 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 2 heures 25 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 2 heures 27 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 2 heures 27 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 2 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 18 heures 29 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 20 heures 31 min
© Sergei Karpukhin / Reuters
© Sergei Karpukhin / Reuters
Bien sous tous rapports

Les pires atrocités d'Islam Karimov, le dictateur de l'Ouzbékistan qui vient d'avoir une attaque

Publié le 30 août 2016
Le dictateur de cette ancienne république soviétique ne fait pas dans la demie-mesure.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le dictateur de cette ancienne république soviétique ne fait pas dans la demie-mesure.

L'Ouzbékistan est une ancienne république soviétique d'Asie centrale dont on entend peu parler, malgré sa population relativement importante pour la région, sa position stratégique, et ses ressources minières. Le pays est dirigé d'une main de fer par Islam Karimov, un de ces dictateurs qu'on aime bien : ancien premier secrétaire du Parti communiste d'Ouzbékistan, il est élu en 1991 président de l'Ouzbékistan nouvellement indépendant avec un piètre 86% des suffrages. Il est réélu sans arrêt avec des suffrages allant jusqu'à 99,6%.

L'état des libertés publiques en Ouzbékistan est ce qu'on peut attendre : l'ambassadeur britannique dans le pays, Craig Murray, a été congédié en 2004 après avoir dénoncé les outrages du pays de manière peu diplomatique.

"L'Ouzbékistan n'est pas une démocratie, et ne montre pas de signes d'évolution dans la direction de la démocratie. Les principaux partis politiques sont interdis. Le Parlement n'est pas élu démocratiquement. Il n'y a pas de contre-pouvoirs. […] Il y a pire : nous croyons qu'il y a entre sept et 10 000 personnes en détention que nous considérerions comme des prisonniers politiques et/ou religieux. Dans de nombreux cas, ils ont été faussement condamnés de crimes avec lesquels il n'apparaît y avoir aucune preuve crédible d'un lien.", avait-il déclaré à une conférence sur les droits de l'homme à Tashkent.

La "maison de la torture"

Les principales atrocités du régime semblent avoir lieu dans un endroit, la prison de Jaslyk, qu'on appelle soit "la maison de la torture" ou "l'endroit du non-retour", rapporte Radio Free Europe, qui a recueilli des témoignages de rescapés. On y pratique la torture par électrochoc, par agression sexuelle, en arrachant les ongles, et avec de longues périodes d'enfermement solitaire sans eau ou nourriture.

"Jaslyk n'est rien d'autre qu'un camp de la mort. J'ai l'impression qu'il n'y a aucune limite à la cruauté dont les responsables pénitentiaires sont capables", raconte Yusuf Juma, un poète emprisonné pour s'être opposé à la réélection de Karimov en 2007.

Jaslyk a été bâtie en 1999 dans un ancien site de test d'armes chimiques, dans une zone connue pour son climat très dur—des hivers très froids, et des étés chauds et secs. Jaslyk a été ouverte après des attentats en 1999, dans ce pays à majorité musulmane. De nombreux "prisonniers religieux" sont enfermés à Jaslyk. Human Rights Watch estime qu'il y a entre 5000 et 7000 prisonniers, et signale le cas de deux de ces prisonniers, Muzafar Avazov et Husnidin Alimov dont les corps brûlés ont été découverts. Selon l'organisation "les médecins qui ont vu le corps ont attesté que ces brûlures n'auraient pu être provoquées que par l'immersion d'Avazov dans de l'eau bouillante." Avazov avait une blessure grave à l'arrière du crâne, de nombreux hématomes sur le front et le cou, et ses doigts n'avaient pas d'ongles.

Le massacre d'Andijan

Il arrive souvent que les régimes autoritaires répriment sévèrement les manifestations. Mais selon de nombreux témoignages, il s'agit d'un massacre en règle. Selon le rapport d'une ONG, les manifestants ont été délibérément poussés par les forces de l'ordre dans un piège. Des véhicules blindés bloquaient toutes les sorties et les manifestants ont été poussés dans une rue fermée, où des snipers et la police ont tiré à vue. Plusieurs témoins ont déclaré que les troupes ont tiré non pas pour disperser la foule mais pour exécuter sommairement toute personne présente. Certains prisonniers torturés ont ensuite raconté que des policiers avaient dit qu'ils avaient reçu des ordres du président lui-même de tirer pour tuer. Selon les estimations, il y aurait eu plusieurs centaines de morts, enterrés dans des charniers.

Des conséquences politiques peu claires

A l'heure actuelle, personne ne connaît vraiment le sort d'Islam Karimov. Il aurait eu une hémorragie cérébrale et serait hospitalisé, mais personne ne sait s'il est vivant ou mort. Etant donné le caractère autocratique du régime et l'absence de succession, de nombreux observateurs craignent que la mort de Karimov pourrait plonger le pays dans le chaos. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 01/09/2016 - 12:46
Karimov, Ouzbékistan
Son successeur sera peur être pire. Déjà, il y a plusieurs années, les touristes étaient mis en garde: surtout, quelles que soient les circonstances: éviter tout heurt avec la police, les suites peuvent être imprévisibles.
excalibur2016
- 01/09/2016 - 10:31
Bon, quand est ce que les ONG s'occuperont de son cas....
Il existe des accords commerciaux avec cette republique ?
Fafa ne s'en emeut pas ?.....aurait il l'indignation selective ?
Une belle république à l'image de la Corée du NOrd nous y voila !
kronfi
- 31/08/2016 - 09:03
Ah ces dictateurs....
kadhafi, Hussein, et Assad... on connait la chanson...
Mais le plus inquiétant et que ne releve pas l'auteur, c'est la fin de l'article...
"Etant donné le caractère autocratique du régime et l'absence de succession, de nombreux observateurs craignent que la mort de Karimov pourrait plonger le pays dans le chaos."
Eh oui, il vaut parfois mieux un bon dictateur qui tient son pays, que de voir ce que sont devenues, la libye, la syrie, et l'irak....