En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

04.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

05.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

06.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 49 min 59 sec
décryptage > Société
L’enfer, c’est les autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 3 heures 57 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 4 heures 30 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 5 heures 14 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 6 heures 10 min
décryptage > Europe
UE

Déficit : hypocrisies, contradictions et jeux de dupes à tous les étages européens

il y a 6 heures 48 min
pépites > Social
Négociations sous tension
SNCF : la CFDT-Cheminots a annoncé son intention de déposer un préavis de grève reconductible à partir du 5 décembre
il y a 16 heures 28 min
light > People
Le poids des mots, le choc des photos
Paris Match met en vente certaines de ses plus belles photos à l’occasion de son 70e anniversaire
il y a 17 heures 28 min
pépites > International
Séisme politique et judiciaire
Israël : le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été mis en examen pour "corruption", "fraude" et "abus de confiance"
il y a 18 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 2 heures 4 min
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 3 heures 2 min
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 4 heures 18 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 5 heures 1 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 6 heures 27 min
pépites > International
Balles perdues
Selon une étude, les personnes blessées lors de fusillades ont un risque accru de troubles mentaux longtemps après leur guérison
il y a 15 heures 34 min
pépite vidéo > International
Victimes collatérales
Australie : vive émotion après le sauvetage d’un koala lors des terribles incendies qui ravagent une partie du pays
il y a 17 heures 1 min
pépites > Environnement
Polémique
Europe Ecologie Les Verts condamne fermement les propos de Roger Hallam, le cofondateur d'Extinction Rebellion, sur l'Holocauste
il y a 18 heures 1 min
light > Science
Phénomène assez rare
Une pluie d’étoiles filantes devrait être visible dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 novembre 2019
il y a 19 heures 26 min
© Capture
© Capture
Guerre des chefs

Valse des noms d'oiseau à la primaire : mais au fait, les électeurs de droite sont-ils aussi à cran que leurs chefs ?

Publié le 30 août 2016
Après un week-end du 27-28 août particulièrement tendu, la primaire de la droite semble de plus en plus difficile à concilier avec une famille unie. Et ce, également au sein de l'électorat de droite, qui pourrait bien porter certains candidats vers la dissidence.
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après un week-end du 27-28 août particulièrement tendu, la primaire de la droite semble de plus en plus difficile à concilier avec une famille unie. Et ce, également au sein de l'électorat de droite, qui pourrait bien porter certains candidats vers la dissidence.

Atlantico : Ce week-end a été le théâtre d'un climat particulièrement tendu entre les candidats à la primaire de la droite. Entre attaques personnelles et divergences idéologiques. L'intensité des fractures qui opposent les candidats scindent-elles également l'électorat de droite à un degré équivalent ? Faut il parler de camps ?

Jean Petaux : Une des conséquences possibles de ces attaques désormais publiques et au grand jour (il suffit de discuter avec les différents supporters des candidats à la primaire voire avec les candidats eux-mêmes pour ne rien ignorer du degré de détestation réciproque qu’ils se vouent les uns les autres) c’est qu’elles "déverrouillent" en quelque sorte un tabou fondateur : "on ne lave pas le linge sale de la famille sur la place publique". Désormais chaque militant, chaque sympathisant peut se sentir légitime (puisque certains "chefs" le font) à tirer à bout portant sur tel ou tel autre candidat. La détérioration du climat à laquelle on a assisté à droite ce week-end de rentrée peut inaugurer une forte période de turbulences pour la droite et le centre à partir de maintenant jusqu’au 27 novembre… L’ennui dans ce genre de situation c’est que l’on sait dans quel état on rentre dans le "cumulo-nimbus" porteur d’orages et de tourbillons politiques, mais on ne sait jamais dans quel état on en ressort… Si on en ressort entier ! Evidemment qu’il faut parler de camps désormais, d’écuries ou de "clubs de supporters" mais c’est le propre de la logique des primaires. C’est ainsi qu’aux Etats-Unis les partis sont devenus des "machines électorales" uniquement destinées à faire élire des candidats après une lutte quasi-impitoyable entre les différentes factions qui les composent avec souvent davantage de différences entre telle ou telle écurie républicaine ou démocrate qu’entre un candidat républicain et un candidat démocrate. Les sympathisants et surtout les militants au sein des équipes vont avoir tendance de plus en plus à ne pas retenir leurs coups et il faudra beaucoup de sang-froid au vainqueur et aux vaincus pour ramener le calme dans les rangs, à partir du 27 novembre au soir… Le seul souci c’est de savoir si tous les vaincus y seront disposés et surtout si le vainqueur saura faire le nécessaire pour rallier à sa cause et au combat qui sera le sien, toutes les branches de la famille.

D'un point de vue électoral, si un candidat faisait le choix de la dissidence , en décidant de ne pas respecter le vote de la primaire et de se présenter tout de même à l'élection, voire de soutenir un autre candidat que le vainqueur, dans quelle mesure les électeurs seraient ils susceptibles de le suivre ?

Tout dépendra des résultats au soir du premier tour, le 20 novembre ; de l’état des négociations de "ralliement" à chacun des deux finalistes entre les deux tours et surtout de l’écart qui existera entre les deux candidats au soir du 27 novembre. Si les choses se passent mal dès le premier tour avec des soupçons de bourrage d’urnes, de "manipulation" des résultats, ou si l’écart entre les candidats est réduit, il y a fort à parier que le navire va tanguer sérieusement. Si, entre les deux tours, les "marchandages" sont trop ouvertement affichés, si les alliances se font "contre nature", s’il apparait que pour obtenir tel ou tel soutien d’un ou de candidats éliminés au premier tour, l’un des deux finalistes s’est livré à des pressions plus ou moins "honnêtes" ou "brutales", alors l’autre, la "victime", le "cocu" de l’affaire prendra ses supporters à témoin d’abord et ensuite l’opinion publique pour s’estimer trahi et donc délié de son "serment" de non-candidature en cas de défaite… Et dans cette hypothèse une partie des électeurs de la primaire qui se seront déplacés, qui auront joué le jeu et qui auront le sentiment, eux aussi, d’avoir été floués, voteront pour le "dissident". Même si cela ne représente que 5 à 7% de la totalité des suffrages exprimés, ce sera suffisant pour faire que le vainqueur de la primaire, avec un tel déficit, soit éliminé au soir du 1er tour de la présidentielle et devienne un "Jospin de droite"…

Le cessez-le-feu est programmé pour la fin de la primaire, le 27 novembre. En pratique, quels sont les scénarios de "dissidence" envisageables pour les différents candidats actuels ?

Ils sont nombreux parce qu’en politique la surprise n’est jamais impossible. Si Nicolas Sarkozy est élu après une campagne des primaires violente et jalonnée de coups bas et/ou tordus, et s’il est "rattrapé" par l’une de ses "mises en examen", ce fait nouveau, absent de la primaire peut être un élément soudain et fortuit, survenant en février 2017 par exemple qui peut amener un de ses concurrents (voire plusieurs) à se présenter sur une thématique de campagne du genre "moi au moins je suis propre"… S’il apparait que des fraudes ont eu lieu (même si elles sont rendues publiques en janvier 2017), en imaginant un scénario exactement semblable au roman de politique-fiction d’Edouard Philippe et Gilles Boyer, les deux principaux conseillers politiques d’Alain Juppé, "Dans l’Ombre", publié en 2011, alors là aussi la situation deviendra incontrôlable et des candidats dissidents s’estimeront, moralement et politiquement, légitimes à se présenter. Troisième scénario : une évolution dramatique de la situation de la France avec une multiplication des attentats et une stratégie de la tension telle qu’un candidat modéré et mesuré comme Alain Juppé, en imaginant qu’il gagne la primaire de la droite et du centre, apparaitra pour une partie de l’électorat de droite trop "laxiste" et pas assez dur pour gagner face à une Marine Le Pen qui surfera sur cette vague très réactionnaire et anti-musulmane par exemple. Alors un candidat de la droite, éventuellement même candidat à la primaire, mais battu, pourra avoir l’intention, l’envie et les encouragements nécessaires, de replonger dans la mêlée, comme une sorte de dernier rempart contre la victoire du FN… Tout cela est question de circonstances. Mais celles-ci auront d’autant plus d’influence et d’impact, elles seront d’autant plus déterminantes dans les choix des uns et des autres que le climat politique aura été ou non pourri pendant la campagne de la primaire de la droite et du centre. Primaire qui n’est pas, encore une fois, dans la culture des militants et des sympathisants de droite. Autrement dit primaire qui peut autant fonctionner comme une machine à distiller la haine et le ressentiment, comme une machine à produire du sel qui sera déversé par cuillères entières sur des plaies profondes plutôt que d’être une machine à gagner et à créer une dynamique victorieuse pour celui qui l’aura emporté. Lequel devra d’ailleurs se montrer magnanime à l’égard de ses rivaux et de leurs supporters de sorte que ces "concurrents" accepteront sans trop renâcler, de redevenir des "compagnons". A la vitesse où le train de la primaire est parti, il y a fort à parier qu’il ressemblera plus dans quelques semaines au "Dernier Train pour Busan", remarquable film coréen de zombies actuellement sur les écrans, qu’au petit train du " Manège enchanté" qui faisait les délices des enfants quand il n’y avait que trois chaines de télévision en France…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

04.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

05.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

06.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 30/08/2016 - 12:55
Panégyrique
Chamouton, pourriez-vous confirmer qu'il y a bien un billet de dix euros dans l'enveloppe que vous recevez immédiatement par la Poste, après chaque panégyrique grotesque ?
chamouton
- 30/08/2016 - 12:29
Courage Fillon
Le monde politico médiatique est en effervescence car Fillon a mis un coup de pied dans la fourmillère en définissant sa conception de la fonction présidentielle, qui, il faut le reconnaître, a été fortement abîmée par Sarkozy et Hollande. Ces gens sont plus outrés par des propos qui valorisent la dignité et l'honnêteté que par les pratiques frauduleuses et scandaleuses. A les croire, il est plus dangereux de défendre la droiture et la loyauté que de tricher et mentir. Le slogan médiatique d'une chaîne d'information continue résume bien l'état déplorable de notre système politique :" Fillon le garant de la probité, face à Sarkozy : Une stratégie risquée". A l'émission politique C'dans l'air, les chiens de garde n'ont pas ménagé leur peine pour salir cet homme, allant jusqu'à mépriser sa vie familiale rangée et discrète. Courage Monsieur Fillon, votre probité, dans le sillage du Général De Gaulle et de Pompidou, dérange ce microcosme parisien, certes très influant mais rongé par la corruption et les affaires en tout genre. La France a besoin de ces femmes et de ces hommes, dont la grandeur d'âme nous redonne la fierté d'être Français.
Ganesha
- 30/08/2016 - 10:32
Tiers-Monde
La bataille en cours entre les différentes tribus de Ripoublicains est ''haute en couleur''… et heureusement, les médias ne transmettent pas les odeurs ! On a l'impression de voir un reportage sur la vie quotidienne dans ces champs d'épandage des ordures qui parsèment les banlieues des métropoles du Tiers-Monde. Des tribus de SDF en guenilles se battent à coup de crocs de boucher pour le partage d'un butin dérisoire !