En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Allociné / Komplizen Film
Coup de coeur

"Toni Erdmann" : drôle de comédie à Bucarest

Publié le 19 août 2016
Avec Harry Bos
Sortie ce mercredi dans les salles en France, "Toni Erdmann" est le genre d’événements chocs dont seul le festival de Cannes a le secret.
D’origine néerlandaise, Harry Bos vit et travaille depuis 25 ans en France en tant que programmateur et promoteur du cinéma de son pays natal. Il écrit régulièrement des articles sur le cinéma et des productions télévisuelles, en se focalisant en...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Harry Bos
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D’origine néerlandaise, Harry Bos vit et travaille depuis 25 ans en France en tant que programmateur et promoteur du cinéma de son pays natal. Il écrit régulièrement des articles sur le cinéma et des productions télévisuelles, en se focalisant en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sortie ce mercredi dans les salles en France, "Toni Erdmann" est le genre d’événements chocs dont seul le festival de Cannes a le secret.
Avec Harry Bos

Un film de 2h40 réalisé par une réalisatrice allemande quasiment inconnue internationalement, une comédie de plus : le succès paraissait loin d’être garanti pour Toni Erdmann de Maren Ade lors de ses projections au dernier Festival de Cannes.

Et pourtant. Les quelques séances sur la Croisette ont été littéralement prises d’assaut. En moins de 24 heures, film et réalisatrice étaient connus dans le monde entier. Critiques dithyrambiques, festivaliers enthousiastes, tous étaient d’accord : on tenait la Palme d’Or 2016 !

Las. C’est finalement Moi, Daniel Blake de Ken Loach qui a obtenu la Palme. Mais Toni Erdmann est resté la sensation du festival. Le distributeur français a même détourné ce quasi-échec cannois pour sa campagne publicitaire : "La palme du public et de la critique !".

D’abord, qui est Toni Erdmann ? En fait, Toni Erdmann n’existe pas. C’est une invention du principal protagoniste du film, Winfried. Avec ses frasques imprévisibles, ce sexagénaire dérange et exaspère tout le monde, surtout sa propre fille Inès, cadre dans une boîte de consulting. Inès est venue travailler en Roumanie, pour "optimiser" le rendement d’une entreprise pétrolière (comprendre : virer le maximum d’employés). La ficelle oppositionnelle entre un père post-soixante-huitard et une fille carriériste paraît assez grosse mais la suite du film montre qu’il n’en est rien.

Winfried a la bonne (ou la mauvaise) idée de rendre une petite visite impromptue à Inès à Bucarest, se fait vite éconduire par sa fille avant de réapparaitre dans le bar de l’hôtel faussement chic où les hommes (et femmes) d’affaires s’amusent le soir – perruque sur la tête et dentier dans la bouche – sous l’identité de… Toni Erdmann, "ambassadeur d’Allemagne".

"Tu veux m’achever ?", demande Inès à son père. Winfried répond avec une pirouette en se cachant derrière son alter ego Toni Erdmann ("L'homme de la terre" en français). C’est de fait la question centrale du film car Winfried, bien qu’agissant à l’instinct et avançant masqué – aux sens propre et figuré – ne fait rien de moins que bousiller l’existence professionnelle de sa fille. Il estime qu'au sein de cet univers impitoyable où il faut toujours être plus féroce que son concurrent, elle a perdu son humanité. Aux collègues d’Inès, il prétend même avoir engagé "une fille de substitution" à cause de l’absence de sa propre enfant. Ambiance…

Le choix de la Roumanie comme décor du film n’est d’ailleurs pas fortuit : véritable eldorado pour des hommes d’affaires internationaux cupides, c’est aussi un pays aux inégalités très fortes et le contraste entre les hôtels de luxe où se retrouvent nos personnages et la misère tout autour est particulièrement saisissant.

La charge de Maren Ade contre ce capitalisme sauvage est féroce, mais Toni Erdmann ne se laisse pas réduire par ce constat politique univoque. Au cours du film, ce jeu de massacre paraît de plus en plus flou et même Winfried se voit malgré lui impliqué dans le terrible processus de licenciement de salariés locaux.

"Ne perds pas ton humour", dit-il, gêné : il ne sait plus comment gérer la situation. Et surtout, la folie apparente de Winfried et le doute semblent aussi gagner les autres, en particulier Inès. Finalement, les personnages du film ne sont pas tous des crétins et apparaissent même comme très humains. Il ne faut surtout pas rater la dernière heure du film où des scènes burlesques, tragiques, politiques et intimes se mélangent en un ensemble jouissif et grave à la fois. Une véritable expérience cinématographique.

C’est l’aboutissement d’un dispositif narratif et visuel très cohérent et riche qui apparaît comme assez nonchalant mais qui respire une grande liberté. Ade, également scénariste du film, prend tout son temps sans jamais perdre de temps. Toni Erdmann ne devient jamais un film à thèses… à la différence du manichéen et mélodramatique Moi, Daniel Blake de Ken Loach.

Pourquoi le jury de Cannes n’a-t-il d’ailleurs pas voulu (ou osé) primer Toni Erdmann ? Serait-ce que le choix de la réalisatrice de ne pas privilégier un message politique clair - et "correct" - ait pu jouer en sa défaveur ?

 

Toni Erdmann est sorti en France le 17 août.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

03.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

04.

Le chômage est au plus bas au Royaume-Uni depuis 1974. Comment l’expliquer dans un pays empêtré dans le Brexit ?

05.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

06.

Implants cérébraux : se dirige-t-on vers un accroissement des inégalités sans précédent dans l’histoire de l’humanité ?

07.

Vous croyez que l'Algérie a gagné par 1:0 ? Erreur : le score final est de 3:0 !

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires