En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

03.

Retraites : ce qui se joue vraiment avec l’avis du Conseil d’Etat sur le projet de loi du gouvernement

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

07.

Bilan d’Anne Hidalgo : ce sont les grandes fortunes qui plébiscitent finalement Paris comme ville la plus attractive du monde

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

ça vient d'être publié
pépites > International
"A Tunisian Girl"
Tunisie : mort de Lina Ben Mhenni, symbole de la révolution de 2011
il y a 1 min 25 sec
pépites > Justice
Justice
Patrick Balkany reste en prison après le rejet de la cour d'appel
il y a 1 heure 3 min
décryptage > Société
Insultes et menaces

#JeSuisMila : la France en plein naufrage relativiste

il y a 2 heures 18 min
pépites > France
"Lutter contre l'oubli et le négationnisme"
Emmanuel Macron a inauguré le Mur des Noms rénové au Mémorial de la Shoah
il y a 3 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les feux de l'amour et du hasard" : ce Marivaux revisité en soap américain ne fait pas dans la nuance

il y a 4 heures 12 min
pépites > Politique
Bras de fer politique
Municipales à Paris : Stanislas Guerini, délégué général de LREM, estime que Cédric Villani n'est plus "adhérent"du parti
il y a 5 heures 35 min
décryptage > France
Perception

Bonheur, sens du travail et raison d’être : les attentes légitimes des Français et.... celles qui le sont moins

il y a 6 heures 53 min
décryptage > Economie
Inquiétudes sur les marchés

Récession mondiale : une forme de virus ? Comment la traiter ?

il y a 7 heures 31 min
décryptage > Politique
Une mémoire très sélective…

Quand Macron assimile la guerre d’Algérie à la Shoah !

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Religion
Paradoxe

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

il y a 8 heures 40 min
pépites > Science
Prouesse
Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles
il y a 29 min 30 sec
light > Science
Age bonifié ?
Des scientifiques écossais ont utilisé la datation au carbone 14 afin de prouver l'âge réel des bouteilles et pour lutter contre les fraudes
il y a 1 heure 35 min
pépites > Terrorisme
Terrorisme
L'Etat islamique annonce une "nouvelle phase de son jihad" et menace Israël
il y a 2 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'offrande grecque, une aventure de Bernie Gunther" de Philip Kerr : du rififi chez les Grecs !

il y a 4 heures 49 sec
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Pourquoi les Américains et les Chinois sont-ils meilleurs que nous ?

il y a 4 heures 50 min
pépite vidéo > Sport
Immense tristesse
Kobe Bryant, la légende des Los Angeles Lakers, est décédé à l'âge de 41 dans un crash d'hélicoptère
il y a 6 heures 11 min
décryptage > Politique
Projections financières lacunaires

Retraites : ce qui se joue vraiment avec l’avis du Conseil d’Etat sur le projet de loi du gouvernement

il y a 7 heures 18 min
décryptage > Politique
Calendrier électoral

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

il y a 7 heures 50 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Le vrai coût de l’utilisation de Google et Facebook : notre vie privée et nos données
il y a 8 heures 23 min
décryptage > Economie
Matières premières

Plus précieux que l’or, le palladium : les raisons d’un envol des prix

il y a 9 heures 21 min
© German Federal Archive/Friedrich Franz Bauer
© German Federal Archive/Friedrich Franz Bauer
Bonnes feuilles

Jacques Sztark, rescapé des camps nazis, raconte le jour où les Américains les ont libérés : "Je ne pesais plus que 27 kilos pour 1,64 mètre"

Publié le 20 août 2016
Nicholas Alkemade, mitrailleur d'un bombardier britannique, survit à une chute de 6 000 mètres. Giorgio Perlasca, Italien en poste en Hongrie, sauve 5 200 Juifs de la déportation. L'aviateur américain Charlie Brown est épargné par un pilote de chasse allemand. Amedeo Guillet, officier italien, devient un héros en Afrique orientale. Adolf Galland demeure un aviateur atypique de la Luftwaffe. Les pilotes britanniques Robert Tuck et Douglas Bader multiplient les exploits en plein ciel... Un ouvrage captivant. Extrait de "Histoires extraordinaires de la seconde guerre mondiale", de Dominique Lormier, aux éditions du Cherche midi 1/2
Dominique Lormier, historien et écrivain, est considéré comme l'un des meilleurs spécialistes de l'histoire militaire. Membre de l'Institut Jean-Moulin et membre d'honneur des Combattants volontaires de la Résistance, il collabore à de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Lormier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Lormier, historien et écrivain, est considéré comme l'un des meilleurs spécialistes de l'histoire militaire. Membre de l'Institut Jean-Moulin et membre d'honneur des Combattants volontaires de la Résistance, il collabore à de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicholas Alkemade, mitrailleur d'un bombardier britannique, survit à une chute de 6 000 mètres. Giorgio Perlasca, Italien en poste en Hongrie, sauve 5 200 Juifs de la déportation. L'aviateur américain Charlie Brown est épargné par un pilote de chasse allemand. Amedeo Guillet, officier italien, devient un héros en Afrique orientale. Adolf Galland demeure un aviateur atypique de la Luftwaffe. Les pilotes britanniques Robert Tuck et Douglas Bader multiplient les exploits en plein ciel... Un ouvrage captivant. Extrait de "Histoires extraordinaires de la seconde guerre mondiale", de Dominique Lormier, aux éditions du Cherche midi 1/2

Il faisait très froid, la neige recouvrait le sol. On nous a de nouveau douchés, puis nous nous sommes retrouvés nus dans la neige, avec l’ordre de rejoindre le bloc des médecins qui se trouvait loin de nous. J’ai cru aussitôt que le froid allait nous tuer un par un. C’est alors qu’un véritable miracle se produisit. Le médecin général Job, âgé de 70 ans, ancien médecin-chef de la place de Paris, se mit à courir et nous conseilla de le suivre. Guidés par son exemple, nous fîmes de même, ce qui nous sauva la vie !

Le bloc des médecins comprenait des baraquements en bois qui étaient d’anciennes écuries de l’armée polonaise. Il y avait beaucoup de mourants et des cadavres nus, jaune et vert. Nous fûmes mal vus par les médecins polonais internés. Ils nous reprochèrent l’inaction de l’armée française en 1939. Un médecin allemand se trouvait là pour nous interroger un par un. Il voulait savoir si nous avions menti au sujet de notre profession. Mon père, pour me sauver et m’avoir avec lui, m’avait conseillé de dire que j’étais infirmier. J’étais paniqué. Qu’allait-il se passer ? Lorsque mon tour arriva, je me mis à vanter les mérites des sanatoriums allemands en Forêt-Noire. Le médecin allemand apprécia cet éloge rendu à son pays, ce qui me sauva la vie. Mon père et moi fûmes nommés veilleurs de nuit. Notre travail consistait à charger les cadavres sur des camions. On devait également leur arracher les dents en or.

Notre alimentation journalière se limitait à une soupe à midi, composée d’avoine et de graisse animale, et pour le soir une ration de pain avec une cuillère à café de marmelade ou de margarine, ou une tranche de pâté à base de sciure de bois.

Le 1er juin 1944, mon père fut envoyé à la laverie pour étendre du linge sur un fil. Quant à moi, on m’affecta à un commando de travail, chargé de casser des pierres pour la construction d’une route à l’extérieur du camp, à 80 kilomètres des Carpates.

Début juillet 1944, je me suis retrouvé au sein d’un commando formé uniquement de prisonniers de guerre russes. La discipline la plus stricte était observée. J’ai vu des soldats russes tuer un de leurs compagnons à coups de pied, parce qu’il avait volé. On devait décharger des carcasses d’avions abattus. Le 16, je participais aux travaux d’agrandissement de la station d’épuration de Birkenau. Des corps brûlaient en plein air au milieu d’un champ.

En août 1944, je fus chargé de ramasser des morceaux de caoutchouc pour des bateaux. J’ai assisté à la destruction du camp des Tziganes : femmes et enfants morts furent carbonisés dans les fours crématoires.

Muté au lavage du linge, en septembre 1944, j’ai pu retrouver mon père. À Birkenau, nous avons rencontré Robert Lateulade, polytechnicien, reçu également à l’École des mines, sous-lieutenant d’artillerie en 1940 et membre ensuite d’un réseau de la Résistance. Grâce à une de ses lettres, ma mère eut de nos nouvelles. Mon père avait soigné son père en 1939 à l’hôpital Robert-Picqué. Robert Lateulade est mort à Mauthausen le 25 mars 1945.

Le 25 octobre 1944, je fus définitivement séparé de mon père. On m’envoya au camp de Struthof, près de Dantzig. Mon père demanda à un juif marseillais, David Lipko, de veiller sur moi. Il fut un véritable frère pour moi.

Dans le courant du mois de novembre, on nous dirigea sur la base aérienne d’Hedelfingen dans le Wurtemberg. Nous devions dégager les voies ferrées sous la neige. Puis nous partîmes par le train pour le camp de Vaihingen. Au cours d’un arrêt, en gare de Stuttgart, nous fûmes bombardés par l’aviation alliée. C’était apocalyptique : les wagons semblaient se soulever, le bruit était assourdissant et il y avait des éclairs partout. J’ai cru que David Lipko était devenu fou. Il se jeta sur moi pour m’étrangler. Je pus me dégager de son étreinte et il retrouva peu à peu ses esprits.

Victime à Vaihingen du typhus, je me trouvai réduit à l’état de bête. David Lipko, qui ne m’avait pas oublié, m’apporta de la confiture et de l’eau. Je survécus à cette nouvelle épreuve. Je quittai le camp le 4 avril 1944 avec 38 degrés de fièvre, pour arriver à Dachau le 6. Je tombai de nouveau gravement malade.

Nous fûmes libérés par les Américains le dimanche 29 avril 1944. J’étais à ce moment précis sur un lit en bois, lorsqu’un car américain m’est apparu. Ce fut ma première vision de la Libération. Un service sanitaire se mit rapidement en place. Des soldats français de la division blindée Leclerc sont venus nous rendre visite. Ils m’ont fait boire du vin pour fêter la victoire. Ne pouvant rien avaler, je l’ai immédiatement vomi. Je ne pouvais plus me lever ni marcher. Je ne pesais plus que 27 kilos pour 1,64 mètre !

Les Américains se sont très bien occupés de moi. Ils me transportèrent sous un chapiteau pour me passer au DDT. Nous avons ensuite occupé les anciens baraquements des SS. J’ai été soigné avec du "lait de poule" : lait avec un œuf, du sucre et de l’eau-de-vie. C’est ce qui m’a sauvé la vie.

Une ambulance de la 1re armée française du général de Lattre est venue nous chercher pour nous déposer à l’hôpital de campagne 401. J’ai vu alors une infirmière avec des cheveux longs, ce qui sembla symboliser la vie, car je n’avais vu que des femmes tondues depuis des mois. Je me sentais fier d’être français à la vue de ces uniformes de l’armée de Lattre, incarnant la résurrection de la France : j’ai pleuré d’émotion...

Je suis resté à l’hôpital 401 jusqu’au 10 juillet 1945. Je suis arrivé à Castillon le 13. Toujours malade, je n’ai pu m’occuper de la propriété familiale qu’en octobre 1946. Mon père n’est jamais revenu des camps de la mort.

La famille de mon père se trouvant en France fut sauvée de la déportation, grâce au sang-froid de la famille Étourneau. Un de mes cousins, Jean Gorszkowicz, a même rejoint la 2e division blindée du général Leclerc.

J’ai eu la chance de rencontrer, en avril 1947, une femme formidable, Madeleine Lavergne, qui s’est beaucoup occupée de moi. Nous nous sommes mariés en août 1947. Sa famille avait appartenu à la Résistance. Nous avons eu deux enfants, un garçon et une fille".

Bien que victime de la barbarie allemande, Jacques Sztark accepte de recevoir dans sa propriété des prisonniers allemands de guerre, afin de les faire travailler dans les vignes. Cet acte généreux et incroyable va leur sauver la vie en les libérant du déminage des côtes de l’Atlantique, où beaucoup d’autres vont succomber. Hans Bauer, un des prisonniers, profondément touché par l’humanité de Jacques Sztark, lui fait le serment de retrouver la tombe de son père après sa libération. C’est ainsi que Jacques découvre où son père a été enterré.

Autre fait marquant, Jacques souffre de la phobie des chiens. Ces animaux lui rappellent ceux qui gardaient le camp et pouvaient mordre avec férocité les prisonniers. Il parvient à guérir de ce handicap phobique en élevant des chiens dans sa propriété, afin d’en faire des compagnons fidèles pour les aveugles.

Sa santé fragile, suite à ses nombreux sévices dans les camps nazis, l’empêche de poursuivre les études souhaitées. Il est décédé en 1998 par une belle journée de printemps ensoleillée.

Extrait de "Histoires extraordinaires de la seconde guerre mondiale", de Dominique Lormier, publié aux éditions du Cherche midi.  Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

03.

Retraites : ce qui se joue vraiment avec l’avis du Conseil d’Etat sur le projet de loi du gouvernement

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

07.

Bilan d’Anne Hidalgo : ce sont les grandes fortunes qui plébiscitent finalement Paris comme ville la plus attractive du monde

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ERIC SCHMITTHEISLER
- 21/08/2016 - 20:01
Camp du Struthof...
Le camp du Struthof se situait près de Schirmeck, en Alsace, et non près de Dantzig...
Aujourd'hui on peut le visiter.
Paul Emiste
- 21/08/2016 - 13:08
Excellents articles!
Merci!
Marie-E
- 20/08/2016 - 16:47
Merci à Monsieur Lormier
d'avoir recueilli ces témoignages bouleversants alors que tant d'imbéciles (pour ne pas dire autre chose) nient encore la dramatique réalité vécue par certains en Europe durant tant d'années.