En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

06.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 17 min 38 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 1 heure 57 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 2 heures 19 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 3 heures 3 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 3 heures 28 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 3 heures 30 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 3 heures 30 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 20 heures 43 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 21 heures 32 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 22 heures 20 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 1 heure 19 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 2 heures 6 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 2 heures 47 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 3 heures 27 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 3 heures 30 min
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 20 heures 12 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 21 heures 10 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 21 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 22 heures 43 min
© Reuters
© Reuters
Geeker sur le PC

Mais à quoi s'occupent les jeunes hommes au chômage (et pourquoi ça nous concerne tous) ?

Publié le 13 août 2016
Aux Etats-Unis comme en France, une part conséquente de la population de moins de 35 ans sans emploi et sans qualification se porte très bien malgré le fait d'être au chômage... et pour cause : l'univers vidéo-ludique se substitue à la valeur travail dans le cadre de la socialisation.
Michaël V. Dandrieux, Ph.D, est sociologue. Il appartient à la tradition de la sociologie de l’imaginaire. Il est le co-fondateur de la société d'études Eranos où il a en charge le développement des activités d'études des mutations sociétales....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michaël Dandrieux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michaël V. Dandrieux, Ph.D, est sociologue. Il appartient à la tradition de la sociologie de l’imaginaire. Il est le co-fondateur de la société d'études Eranos où il a en charge le développement des activités d'études des mutations sociétales....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aux Etats-Unis comme en France, une part conséquente de la population de moins de 35 ans sans emploi et sans qualification se porte très bien malgré le fait d'être au chômage... et pour cause : l'univers vidéo-ludique se substitue à la valeur travail dans le cadre de la socialisation.

Atlantico : Aux Etats-Unis une partie de la population âgée de moins de 35 ans, sans emploi et sans diplôme, trouve son refuge dans les jeux-vidéos et de façon plus générale dans l'industrie de l'entertainment. Selon un article publié par The Atlantic, ces jeunes ne seraient d'ailleurs pas plus malheureux que le reste de la population, bien au contraire. Un tel phénomène existe-t-il également en France ? Comment l'expliquer et que traduit-il concrètement ?

Michaël Dandrieux : La première chose à relever, à mon sens, c'est le paradoxe que constitue l'étonnement des enquêteurs de ne pas retrouver des causes de malheur chez une population privée de hauts diplômes et de travail. Il y a là un étonnement scientifique qui touche la question de la vie sociale, du malheur, de la précarité intellectuelle, lorsqu’on n'a pas accès à cette supposée valeur "ultime", la plus haute de la socialité : le cadre socio-professionnel qui doit permettre à l’individu de contribuer à la valeur de la société. Cela produit, du côté de l'enquêteur, une surprise, qui s’attend à ce que soit là, la chose importante. C'est pourtant un phénomène assez connu. Quand on observe d’un œil extérieur les populations sans emploi, on constate des problèmes d'ordre économique, des difficultés d'accès aux biens et aux services, des problèmes de culture, etc. Si l'on interroge ces acteurs, qu'on leur demande s'ils sont dans une situation de malheur, il est possible qu'ils répondent par la positive. Sans doute parce que c'est la réponse qui est attendue par la société et par l’enquêteur (un “stock de connaissances à disposition” disait Schütz). C’est-à-dire que nous avons mis l'accent sur la question du travail comme point d'accès majeur à la socialisation.

Or, quand on regarde la façon dont ces acteurs vivent, on constate qu'ils peuvent ne pas être véritablement en situation de malheur. On observe davantage de temps libre, pourquoi pas de la joie, des retrouvailles avec une société qui n’est pas cadencée par le rythme de la production. C’est l'affaiblissement d'une valeur très forte, la “valeur travail”. Nous ne nous attendions pas à ce que toute une population puisse retrouver de la socialité en dehors du travail, c’est pourtant le cas. Ce phénomène existe aux Etats-Unis mais il est également connu en France. Il y a un abandon progressif de l'accent mis sur cette question de la “valeur travail”, qui avait été structurante dans la pensée de Marx et qui avait été rabâchée par Nicolas Sarkozy. Il s'agissait de remettre dans la tête des jeunes populations que la socialisation passait avant tout par l’accomplissement professionnel.

En réalité, toute une partie de la population ne se projette pas dans cet accomplissement de soi au travers du travail. Au contraire, elle se reconnaît dans des expressions du ludique. L' “Empire ludique” d'Aurélien Fouillet montre bien comment, dans de nombreuses strates de la société, c'est par le jeu que ces jeunes vont se retrouver. Ils construisent des tribus, des communautés et des ensembles vivables, au travers desquels ils peuvent donner un sens à la quotidienneté, loin des corporations et des groupes qui étaient précédemment ceux d’une profession un d’un encartement politique. Il y a clairement un déplacement de valeur ici.

Si la "valeur travail" a perdu en sens auprès de cette population, ne faut-il pas craindre pour autant que passé la trentaine ou la quarantaine, ces jeunes se retrouvent en manque de structure, de lien social ? Quels sont alors les risques, tant pour eux que pour la société de façon plus générale ?

C'est précisément l'un des risques. Pour ces jeunes de 20 à 30 ans, les tribus et des communautés exercent une puissance socialisante forte. Mais avec les années, peuvent apparaître des carences de moyen de socialisation. Je vous donne un exemple. Dans le jeu et dans le rituel, la pulsion de vie est très forte. Elle a une véritable capacité de créer du lien social. Mais elle repose aussi sur des logiques éphémères, c’est-à-dire qu’elle fait culture, mais que cette culture se renouvelle rapidement. C'est le fait du passage d'une culture qui n'est plus tributaire d'un corps de métier – capable de durer toute une génération durant – mais qui est désormais tributaire d'une mode, d'une façon de jouer, de règles de jeux faites pour être temporaires. Concrètement, cela signifie qu'une population qui vieillit, dans ces cercles, n'aura pas accès à des gestes techniques ou des pratiques qui auront été passés par une communauté plus pérenne. Le jeu quant à lui se renouvelle rapidement, les références vieillissent vite. Cela peut laisser le joueur dans une situation d’incomplétude, ou avec une palette sociale amoindrie. Au moment d'entrer dans la vie active, un jeune qui aura préféré s’entretenir avec ses pairs au travers de réseaux sociaux ou de jeux-vidéos, pourra avoir développé des capacités tactiques, stratégiques ou d’entraide sans pareil. Par contre, il peut lui manquer la rencontre du refus, l’expérience de perdre la face, ou d’être compromis : il peut ne pas avoir appris ce que cela fait de s’entendre dire "non", ou "tu mens”, sans pouvoir s’extirper de la situation magiquement. Dans les structures du jeu, si cela arrive, on peut à tout moment sortir du cadre, recommencer, reset. Lorsque le corps s’en mêle, quand un individu est mis en défaut où qu'on le compromet, il lui faut accepter d'avoir perdu, présenter ses excuses : nos actions ont une conséquence sur le monde qui nous entoure. Mais je le disais aussi, d’autres mécanismes, comme le travail par équipe et la stratégie qui sont nécessaires dans les modalités du travail au sens traditionnel du terme, peuvent être acquises par des joueurs de compétition (qui jouent à Dota 2 ou Starcraft 2), qui présentent d’ailleurs des QI et des taux de socialisation supérieurs à la moyenne. Certaines capacités sont acquises d'un côté de l’écran mais ne peuvent pas l'être de l'autre, et inversement.

En un sens, cela présente un risque pour la société. La fonction de ces communautés, de ces tribus, c'est de mettre en partage des références communes, au travers desquelles ses membres pourront vivre, faire l'expérience de la réalité, du quotidien. Si ces références se renouvellent trop vite, si elles sont trop changeantes ou qu'elles ne perdurent pas assez, cela peut provoquer un recroquevillement vers des valeurs plus sûres. On va chercher une variable moins volatile, quelque chose de solide. Or la valeur la plus fondamentale de la structuration du lien social est l’ancrage dans le territoire. C’est ce qui explique le retour des localismes que vous voyez : on se revendique d’un village, d’une culture ancienne, d’un bled, d’une religion, d’un arrondissement, d’un groupe de ceci ou de cela. Nous cherchons dans ces enclaves restreintes (ces localités), une culture commune et stable qui nous permet de nous entretenir avec nos semblables.

Quelles conséquences politiques cela peut-il avoir, notamment sur la façon dont ce pan de la population pourrait être amené à voir le monde ?

Sans être spécialiste, il me semble que si l'on considère que l'accession à la primaire de Donald Trump contrevient à l'ensemble des règles de la politique, nous ratons le fait que ce sont peut être les règles de la politique qui ont changé. Une majorité des supporters de Donald Trump jubilent véritablement de cette politique spectaculaire, dont le principe est d'amuser, de jouer, de ne faire que parler en paraboles pour ne jamais se compromettre. L'Italie, où je me trouve à l'heure actuelle, a très bien connu cette dimension, à la suite de plusieurs mandats de Silvio Berlusconi. Si l'on observe cette dimension avec l'œil politique français, qui part du principe que le politique est quelqu'un de sérieux qui vise véritablement à gouverner, cela nous semble absurde, ou insupportable. Mais pour comprendre les américains derrière Trump, ou les italiens qui supportaient Berlusconi, nous sommes forcés de voir que les logiques de l’entertainment sont en jeu là où attendrions des logiques plus sérieuses, plus responsables. Donald Trump a produit énormément de contenu partageable, packagé, simplifié, tel qu'on peut les trouver dans les jeux.

Il me semble qu’une des choses les plus importantes que nous apprenons en grandissant est la différence qui existe entre le partage et la mutualité. Lorsqu’on se partage une chose, elle est divisée dans le temps (une semaine chacun) ou par la partition (chacun la moitié). On peut donc s’arroger une partie plus grande que les autres, et reporter la perte sur le reste de la communauté : on peut avoir la plus grosse part ! Lorsqu’une chose est mutuelle, par contre, tout le monde en possède la totalité. Si on l’abime, elle est abimée pour tout le monde. La “chose publique” est quelque chose de mutuelle : à partir du moment où on a cassé le monde, il est cassé pour tout le monde… Disons que le jeu de compétition est bon pour enseigner le partage, mais qu’il faut aussi se confronter la possibilité de la perte irréversible.

Pour ce qui est du risque de désocialisation, avec la fragilisation des structures traditionnelles (le travail, la famille, les grands récits, etc), il nous faut retrouver du lien. On en retrouve dans le jeu, dans le fait se porter des vêtements similaires (c’est la mode)… On va le chercher aussi dans cette expérience inaliénable, qui est celle du corps : on partage un espace, un paysage, un même lieu qui est notre environnement immédiat, notre territoire commun. C’est ce qui pourrait expliquer l’accent mis sur les différents localismes. Vous pouvez jouer cet accent de marnière fertile, c’est ce qui se passe avec la nourriture, avec l’attention portée aux produits locaux, crafts, bios, natures, &tc. Ou alors vous pouvez utiliser ce besoin de réenracinement, et produire tout un tas de mythes des origines qui font défaut à nos sociétés. Tous les populismes imaginables, en France ou aux Etats-Unis, ont recours à ces rhétoriques du territoire. Une frange de la population en carence d'éducation, de voyages, de socialisation, qui se réveille à l'âge de 40 ans sans avoir appris que les choses pouvaient se perdre et qui a construit son univers au sein de petites communautés aux valeurs fragiles peut être particulièrement sensible à cette promesse d'une valeur solide, concrète, toute déraisonnée qu'elle soit. Cette manière de faire de la politique (mais je ne suis pas un spécialiste) correspond étrangement à ce qu'Umberto Eco appelait, avec beaucoup d’ironie, une “cacopédie”, c’est à dire l’enseignement d’une sorte d’anti-savoir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

06.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 08/08/2016 - 14:39
600 euros par mois grâce au socialisme, pour faire joujou...
et se désocialiser...pour tous ces jeunes en perdition, merci, la Gauche-m'a-tuer! Si les patriotes avaient rendu leur pouvoir au peuple, tous ces jeunes profiteraient déjà du plan patriotique de ré-industrialisation de la France, et ils seraient face à des ordinateurs leur demandant d'inventer la technologie de demain, plutôt que jouer à ces jeux dé-socialisants, grâce au socialisme...
ikaris
- 08/08/2016 - 13:56
Article à contre-emploi
Pour un sociologue du CNRS je trouve cet article étonnamment "réac" ce qui en soit est amusant. Le constat du premier paragraphe était déjà présent dans un sketch de Coluche : "on nous dit toujours : il y a 3 millions de chômeurs qui veulent du travail. C'est pas vrai : de l'argent leur suffirait". S'émouvoir du fait que des chômeurs trompent leur ennui en jouant à des jeux vidéos et s'en trouvent heureux ... n'est ce pas mieux ainsi alors que des études soulignent que une montée du chômage s'accompagnait jusqu'ici d'une montée du taux de suicide ?
Lazydoc
- 08/08/2016 - 13:22
Bah l'état islamique va régler cela
Les occidentaux auront des armes de jeux vidéos, les islamistes auront les Kalach'
Ça va les remettre rapidement dans la réalité.