En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

04.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

05.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 21 min 8 sec
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 1 heure 48 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 2 heures 39 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 3 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 5 heures 5 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 6 heures 10 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 7 heures 50 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 8 heures 49 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 9 heures 8 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 45 min 28 sec
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 2 heures 6 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 5 heures 12 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 6 heures 36 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 7 heures 38 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 8 heures 25 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 9 heures 2 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 9 heures 16 min
La flamme olympique à Berlin en 1936.
La flamme olympique à Berlin en 1936.
THE DAILY BEAST

Ouverture des JO de Rio : comment Hitler a inventé la flamme olympique (parce que oui, c'est lui qui l'a fait...)

Publié le 08 août 2016
Vendredi, la flamme olympique est arrivée à Rio pour la prestigieuse cérémonie d'ouverture des JO. Mais l'histoire secrète de ce symbole et de son voyage autour du monde est beaucoup plus sombre et dérangeante que ce que l'on pourrait imaginer.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vendredi, la flamme olympique est arrivée à Rio pour la prestigieuse cérémonie d'ouverture des JO. Mais l'histoire secrète de ce symbole et de son voyage autour du monde est beaucoup plus sombre et dérangeante que ce que l'on pourrait imaginer.

Copyright The Daily Beast - par Gabrielle Glaser

 

On peut reprocher beaucoup de choses au Brésil pour ces Jeux olympiques, de la baie de Guanabara jonchée d'immondices putrides à la circulation apocalyptique prévue dans les rues de Rio. Mais en dépit de tous leurs défauts, il y a une chose que les Brésiliens possèdent en abondance : la capacité à rire d'eux mêmes.

Le contraste avec les Jeux de Londres en 2012 est frappant : les Jeux de Londres s'étaient ouverts par une reine en "Bond girl" sautant en parachute. Pour les Jeux de Rio, qui ont débuté vendredi, on est allé jusqu'à imaginer une parodie d'un vol à la tire contre la top model brésilienne Gisele Bundchen tandis qu'elle défilait dans le stade au son de la chanson emblématique du Brésil, “The Girl from Ipanema”. Après tout, les articles sur les athlètes et les spectateurs détroussés ou agressés à Rio s'accumulent déjà. Et pan, prenez ça, les gars.

Le programme du spectacle d'ouverture a été tenu secret… mais les secrets sont difficiles à garder. Les répétitions ont permis de faire fuiter beaucoup d'infos sur les réseaux sociaux, vraies ou fausses. On savait donc déjà que chacun des 206 pays participant entrerait dans l'arène accompagné d'une mini-école de samba. Les plus grandes super stars brésiliennes ont fait une apparition : les titans de la musique Gilberto Gil et Caetano Veloso ont chanté. L'actrice Fernanda Montenegro, nommée à un Oscar, et Dame Judi Dench, qui en a remporté un et qui n'est pas du tout Brésilienne, allaient réciter des messages. L'un des concepteurs du spectacle, Fernando Meirelles, le réalisateur de 'La cité de Dieu', film sur la révolte des favellas de Rio nommé aux Oscars en 2002, a dit aux journalistes l'an dernier que le show serait “une synthèse de notre culture populaire”. C'est apparemment un euphémisme : le scénario comprenait, après la fausse agression de Gisèle pour son porte-monnaie, une chasse à l'homme des policiers volant au secours de Gisèle et pourchassant le voleur tout autour du stade jusqu'à ce qu'ils soit attrapé.

Un autre metteur en scène du spectacle, Leonardo Caetano, a confié à la BBC que la cérémonie “allait montrer...l'hospitalité à la brésilienne.”  Bien sûr, on sait que le village olympique a souffert de retards de construction mais la chaleur humaine des Brésiliens est indéniable. Les Brésiliens utilisent une multitude de termes différents pour le verbe “se détendre” et n'ont aucun problème pour donner des conseils en la matière. Ils sont affectueux, ils appellent les étrangers “fils” et “fille” - et il n'est pas inhabituel pour des collègues de travail qui ne se sont jamais rencontrés de signer leurs mails par des baisers et des embrassades.

Chaque année, le pays accueille des millions de visiteurs pour le Carnaval, souvent décrit comme la plus grande fête du monde. La cérémonie d'ouverture des JO devrait attirer 900 millions de téléspectateurs et remporter sans problème ce titre : 3 tonnes de feux d'artifice,  2 000 pistolets à lumière et plus de 100 projecteurs. Cependant, vous ne devinerez jamais qui a inventé toutes ces paillettes et ce glamour : les services de la propagande nazie.

De quoi refroidir la surprise et l'émotion ressenties en découvrant Muhammad Ali descendant d'une plate-forme sur la scène lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux d' Atlanta en 1996. Ali avait pris la flamme des mains de la nageuse Janet Evans. La maladie de Parkinson faisait trembler ses mains. La flamme s'embrasa en courant jusqu'à un chaudron géant situé au-dessus du stade. La caméra s'attarda sur les spectateurs en délire et un président Bill Clinton aux yeux humides tandis que Bob Costas entonnait : “Regardez-le ! Toujours cette grande, grande présence, il respire toujours la noblesse et la dignité.”)

La torche de la flamme olympique parait arriver tout droit de l'aube de la démocratie en Grèce, mais ce n'est pas le cas : le périple moderne de la flamme commence de nos jour par une cérémonie à Olympe, berceau des premiers jeux vers  776 avant J.C. La flamme qui voyage autour du globe vers les villes qui les hébergent est une idée de Carl Diem, au début des années 1930. Diem, coureur de fond allemand et historien du sport, fut l'organisateur en chef des jeux de Berlin. “Diem était conscient de la présence d'une torche embrasée durant les jeux antiques mais il n'existait aucune course pour porter la flamme à l'époque” précise Susan Bachrach, historienne du Mémorial américain de l'Holocauste et auteur de 'The Nazi Olympics: Berlin 1936'.  

Même les accessoires créés pour ces jeux de Berlin évoquaient de façon sinistre les destructions massives qui allaient avoir lieu. Les portes torches massifs à Berlin étaient fabriquées par les aciéries Krupp,  qui ont produit les armes des Allemands durant la Seconde guerre mondiale. L'artillerie Krupp deviendrait un atout capital pour les nazis lors de batailles décisives. Comme l'a décrit Max Fisher dans un article pour The Atlantic en 2012, les établissements Krupp amenaient en camions des prisonnières juives du camp d'Auschwitz dans une usine Krupp proche, comme esclaves. 

Les créateurs de la propagande et du décorum nazi voulaient imposer l'idée que les Aryens d'Hitler étaient les héritiers directs de l'antique civilisation grecque, rappelle David Wallechinsky, président de la Société internationale des historiens des Jeux olympiques, qui écrit sur les Jeux depuis des décennies. La réalisatrice Leni Riefenstahl a immortalisé l'imagerie olympique nazie en filmant la course de la torche à travers la Bulgarie, la Yougoslavie, la Hongrie, l'Autriche et la Tchécoslovaquie dans Olympia, son film de 1938 sur les Jeux.

Mais les ignominies des cérémonies d'ouverture ne se sont pas limitées à celles des JO de Berlin. Rappelons les jeux de 1904 à Saint Louis aux Etats-Unis, qui s'ouvrirent sur des hordes d'athlètes déambulant autour de bâtiments publics dans ce qui fut un chaos à peine maitrisé. Seule une douzaine de pays daignèrent participer aux jeux dans cette ville provinciale américaine, qui accueillait aussi l'Exposition universelle (en 2008, Slate rappela que même la tentation de la barbe à papa, du beurre de cacahuète et des cornets de glaces en gaufre n'avait pu convaincre les athlètes de faire le voyage).

La cérémonie d'ouverture ouvrit cinq mois de compétitions et si, aujourd'hui, ceux qui regardent les Jeux croient que seuls les athlètes contemporains tentent d'acquérir un avantage injuste en se dopant, ils devraient se souvenir de Fred Lorz, médaille d'or et tricheur. Il fut le premier à traverser la ligne d'arrivée du marathon mais fut ensuite disqualifié quand on découvrit qu'il avait sauté dans une voiture pour parcourir presque la moitié du parcours. Cette fraude n'est à son tour qu'un petit scandale face à un autre, que les organisateurs avaient appelé “Anthropology Days,” des groupes de Pygmées, de Sioux, d'Igorot philippins et autres attractions des expositions ''Human Zoo'' (Zoo humain) furent rémunérés pour participer à des compétitions, dont le combat dans la boue, l'ascension d'un mat enduit de graisse et le tir à l'arc.Le baron Pierre de Coubertin, l'aristocrate parisien qui avait fondé les jeux modernes à Athènes en 1896, en fut scandalisé : “ La scandaleuse plaisanterie perdit de son attrait quand des humains noirs, rouges, et jaunes apprirent à courir, sauter et lancer et distancèrent les blancs.

Les Jeux de Rio se tiennent dans un pays où plus de la moitié de la population se considère comme métisse ou noire, ce qui donnera à coup sûr une image plus 'inclusive' des Jeux. Les organisateurs disent que son budget est modeste par comparaison à ceux de Londres et Sochi. La cérémonie d'ouverture des Jeux de Londres ’s en 2012 aurait couté 42 millions de dollars, sous la houlette du metteur en scène du film 'Slumdog Millionaire', Danny Boyle, avec des acteurs et des danseurs projeté dans de célèbres épisodes de l'histoire britannique. "J'aurais honte de gâcher ce que Londres a dépensé, dans un pays qui a besoin d'infrastructures de tout-à-l'égout, où l'éducation a besoin de financements'' a déclaré Meirelles. Londres avait investi 14,8 milliards de dollars au total dans la cérémonie d'ouverture et l'organisation des jeux. C'est peu, comparé aux Jeux d'hiver de Sochi, qui auraient couté 51 milliards.

Rio tente de maîtriser les coûts et de rester dans l'enveloppe de 7,4 milliards de Reais (1,8 milliard de dollars) pour 16 jours de compétitions et la cérémonie d'ouverture. L'économie du Brésil a souffert ces dernières années en raison, principalement, de l'effondrement du pétrole. Le pays connait sa plus grave crise financière depuis les années 1930. Caetano juge que la cérémonie, qui a lieu au beau milieu d'un chaos politique mondial, mettra l'accent sur l'importance de préserver la planète et sur les Brésiliens moderne qui créent une société multi-raciale. Pour le reste du monde, il s'agira d'une mise à jour de ce qu'être Brésilien représente. Une occasion pour le monde de constater les résultats récents de notre histoire et de notre métissage. “La cérémonie montrera, a-t-il conclu, que les Brésiliens peuvent faire plus avec moins.”

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

04.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

05.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 06/08/2016 - 15:29
Les socialistes n'ont pas fait que des conneries...
la preuve: Carl Diem a inventé la course de la flamme olympique!