En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

04.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

05.

Covid-19 : des salariés d’Amazon ont été contaminés en France et un d’entre eux aurait été placé en réanimation

06.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

07.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

01.

Coupe Davis : la France mène 2-1

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Atout majeur

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

il y a 4 min 54 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économie chinoise ne redémarre pas aussi vite que ce que ses dirigeants affirment. Ou ils ne le savent pas ou ils mentent. Mais pourquoi ?

il y a 55 min 58 sec
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

il y a 1 heure 31 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 30 mars en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Simples" de Yannick Grannec : XVIe siècle, un drame chez les Bénédictines. Un roman qu’on ne lâche pas

il y a 8 heures 15 min
pépites > Economie
Brétigny-sur-Orge
Covid-19 : des salariés d’Amazon ont été contaminés en France et un d’entre eux aurait été placé en réanimation
il y a 11 heures 41 min
pépites > Santé
Prise de guerre ?
Covid-19 : une commande française de masques aurait été détournée et achetée en liquide par les Etats-Unis en Chine juste avant l'acheminement vers la France
il y a 15 heures 37 min
pépite vidéo > Europe
Courage des Britanniques
Le prince Charles adresse un message de solidarité aux Britanniques face à l’épreuve du coronavirus
il y a 16 heures 45 min
light > High-tech
Bonheur en famille
Confinement : grâce à Google et à la réalité augmentée, il est possible de recréer un véritable zoo à la maison
il y a 18 heures 20 min
pépites > France
Nouveau délai
Coronavirus : Gérald Darmanin précise le calendrier et le décalage de la déclaration d'impôts
il y a 19 heures 42 min
décryptage > Europe
Solidarité européenne ?

Euro-panique ? L’Europe du Sud montre les dents, l’Europe du Nord tente de déminer, Bruxelles menace

il y a 34 min 7 sec
décryptage > Santé
Risques de rechute

Déconfinement graduel : ce que le gouvernement ne devra vraiment pas louper

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 31 mars en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Jules Ferry, La Liberté et la Tradition" de Mona Ozouf : un texte à la fois sobre, efficace et très élégant qui se lit avec un réel plaisir

il y a 8 heures 36 sec
Bonheur de cuisiner
Le marché de Rungis a officiellement lancé sa plateforme en ligne pour les particuliers en cette période de confinement
il y a 11 heures 2 min
pépites > Science
IHU Méditerranée Infection
Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique
il y a 12 heures 9 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Sibeth Ndiaye décide de remanier les membres de son cabinet ministériel
il y a 16 heures 14 min
pépites > Terrorisme
Espoir
Sophie Pétronin serait toujours en vie, selon le fils de l'otage française enlevée au Mali
il y a 17 heures 2 min
pépites > France
Printemps et confinement
Covid-19 : Christophe Castaner met en garde les Français qui auraient l’intention de partir en vacances
il y a 19 heures 31 sec
pépite vidéo > Société
Ministère de l'Intérieur
Violences conjugales : un numéro d'urgence est dorénavant accessible par un simple SMS
il y a 20 heures 14 min
© Allociné
© Allociné
Défiance mutuelle

Hystérie partout, politique nulle part : mais comment la fin du quinquennat Hollande en est-elle venue à ressembler à une situation d’urgence psychiatrique ?

Publié le 07 juillet 2016
Alors que Manuel Valls a imposé le recours à l'article 49-3 de la Constitution dans le cadre du vote de la loi Travail, la situation est plus que jamais tendue dans les hautes sphères de l'exécutif français. Une situation qui pourrait malgré tout durer jusqu'à la fin du quinquennat de François Hollande.
Jean-Jérôme Bertolus est un journaliste politique français. Spécialiste des questions de l'Elysée et du Gouvernement pour i-Télé, il a déjà publié divers ouvrages dont Tir à vue: La folle histoire des présidentielles, avec Frédérique Bredin, aux...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jérôme Bertolus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jérôme Bertolus est un journaliste politique français. Spécialiste des questions de l'Elysée et du Gouvernement pour i-Télé, il a déjà publié divers ouvrages dont Tir à vue: La folle histoire des présidentielles, avec Frédérique Bredin, aux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que Manuel Valls a imposé le recours à l'article 49-3 de la Constitution dans le cadre du vote de la loi Travail, la situation est plus que jamais tendue dans les hautes sphères de l'exécutif français. Une situation qui pourrait malgré tout durer jusqu'à la fin du quinquennat de François Hollande.

Atlantico : Ce mardi 5 juillet, le député PS Olivier Faure a présenté en réunion de groupe un amendement à l'article 2 de la loi Travail pour lequel il s'était mis d'accord avec les frondeurs, garantissant au texte de passer sans 49-3. Pourtant, Manuel Valls a refusé cet amendement, parlant de "trahison" et imposant le 49-3. Au-delà de cet épisode, et au vu du contexte actuel, peut-on parler d'une fin de quinquennat "hystérisée" ?

Jean-Jérôme Bertolus : Je n'emploierais pas forcément cet adjectif. Mais c'est assurément un quinquennat qui s'achève dans la défiance, puisque Manuel Valls a effectivement refusé l'amendement d'Olivier Faure qui est, rappelons-le, porte-parole du Parti socialiste. Il faut d'ailleurs observer le silence de Jean-Christophe Cambadélis depuis quelques jours... C'est moins une hystérisation qu'une défiance, parce que si Manuel Valls a refusé cet amendement, c'est qu'il ne faisait plus confiance aux frondeurs. Il pensait qu'ils étaient capables à travers cet amendement de redétricoter le texter et de reprendre du poil de la bête dans la discussion générale.

Il y a eu trois recours à l'article 49-3. La première fois, c'était pour la loi Macron, après une discussion générale, article par article. Finalement, l'exécutif avait jugé qu'un vote présentait un certain risque, mais toute la procédure parlementaire avait été respectée.

La deuxième fois, déjà pour la loi El Khomri, faisait suite à une discussion générale, notamment sur l'article 1. C'est au terme de cette discussion que le gouvernement a pris la décision d'utiliser le 49-3.

Là, il y a eu seulement un travail en commission pendant trois jours... Cela montre que le gouvernement n'a plus de majorité, et que dans la majorité qui lui reste, il a des interrogations.

Ce qui est intéressant dans cette histoire d'amendement, outre le poids de celui qui l'a déposé, c'est que cela allait bien au-delà des frondeurs. Il y avait d'anciens ministres hollandais, des députés légitimistes... Cela montre que ce groupe parlementaire est en mille morceaux. D'ailleurs, même la gauche de la gauche du groupe parlementaire est divisée : les aubrystes ont refusé de s'associer à la démarche des frondeurs sur la motion de censure et ont critiqué les députés, comme Karine Berger, qui appellent à la démission de Manuel Valls.

C'est donc moins une hystérisation qu'une défiance, et on ne gouverne pas dans la défiance. Dans les institutions républicaines, un gouvernement gouverne avec l'assemblée, il faut donc un minimum de confiance. Aujourd'hui, cette confiance n'existe plus.

Comment expliquer ce climat délétère au plus haut niveau de l'exécutif depuis plusieurs mois ? Est-ce davantage la responsabilité de Manuel Valls, de François Hollande, ou simplement de l'alchimie entre les deux ?

Il est très clair qu'aujourd'hui, Manuel Valls trace son sillon, qui est celui de la fermeté. Il est persuadé que les attentats de 2015 ont fait entrer la France dans une nouvelle époque, et que dans cette nouvelle ère, il convient de valoriser la fermeté et l'autorité. Pour lui, cela va jusqu'à la clarification et la rupture avec une certaine gauche.

Manuel Valls fait du Manuel Valls, avec cette pensée profonde que la France a changé d'époque dans tous les domaines (pas seulement le domaine de la lutte antiterroriste). François Hollande fait du François Hollande. Il ne prend pas la parole, il est très distant par rapport aux journalistes sur le terrain. Celui qui a eu le mot juste sur ces quatre mois de débat autour de la loi Travail, c'est Laurent Bergé, qui a dit mardi que le gouvernement était incapable de donner du sens à cette loi.

Cette loi ne sera votée que vers le 20 juillet, mais on se demande tous aujourd'hui ce qu'il y a dedans. Pourquoi quatre mois de débat et de déchirements ? Cela laisse les Français pantois. On sortait en plus d'une séquence sur la déchéance de nationalité qui était tout aussi ubuesque. Séquence après séquence, le gouvernement ne donne plus de sens à son action, à la fermeté prônée par Manuel Valls. La fermeté c'est bien, mais encore faut-il défendre une position. Aujourd'hui, cette position n'est pas expliquée, il n'y a aucune pédagogie, au sens noble du terme, autour de cette loi.

Il faut bien noter que, de manière incroyable, la veille de l'utilisation du 49-3 par le Premier Ministre, un ministre – Thierry Mandon pour ne pas le citer – a dit qu'il fallait retirer cet article de la Constitution ! Ce gouvernement n'est plus tenu. Nous avons ainsi Matignon, qui est une forteresse de la fermeté, le gouvernement, qui est un peu en apesanteur avec des positions contradictoires, et l'Elysée qui est une autre forteresse, celle du flou. On laisse partir Manuel Valls puis on lui retire quelques fois le tapis sous les pieds comme lors de la manifestation interdite.

Encore une fois, François Hollande fait du François Hollande. Ce n'est pas un homme à trancher dans le vif et à se mettre dans une position d'autorité. Il aime bien laisser toutes les hypothèses se développer et faire en sorte que la situation se tranche pratiquement d'elle-même. On a par ailleurs assisté à un autre épisode ubuesque lors de cette séquence loi Travail, avec des Hollandais monter au créneau au Sénat et à l'Assemblée nationale contre le Premier ministre ! Finalement, François Hollande, depuis le Japon, a tranché en faveur de ce dernier. Pourquoi ne l'a-t-il pas fait avant ?

Je ne sais donc pas si on peut vraiment dire qu'il n'y a pas d'alchimie entre les deux. Peut-être qu'au contraire, chacun est complètement dans son rôle. Ce qui est vrai, c'est que Manuel Valls est pressé publiquement, avec certaines personnes qui le poussent à quitter Matignon.

A quoi peut-on s'attendre pour la suite et la fin du quinquennat Hollande ? Est-il réellement envisageable de poursuivre le climat actuel jusqu'au terme du quinquennat ? Quelles en sont les éventuelles portes de sortie ?

On peut poursuivre comme cela pour la simple et bonne raison que la loi Travail est le dernier grand texte du quinquennat. Il y aura la loi de finances à la rentrée, mais au niveau parlementaire c'est fini.

Aujourd'hui, chacun a en tête la présidentielle. Les prochains épisodes seront purement politiques, où il n'y aura même plus de textes de lois qui serviront de prétexte. En tout état de cause, le quinquennat s'achève sur le fond le 20 juillet lorsque la loi El Khomri sera définitivement votée. Après cela, tous les éventuels épisodes (démission d'Emmanuel Macron, interrogations de Manuel Valls, bons chiffres du chômage...) seront passés à la moulinette de la présidentielle. On rentrera vraiment dans la perspective de la présidentielle. Dans cette optique-là, tout peut être géré. On sera ainsi débarrassé des pesanteurs, de savoir si l'on a une majorité ou pas, etc. On rentrera dans une autre séquence, celle de la présidentielle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

04.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

05.

Covid-19 : des salariés d’Amazon ont été contaminés en France et un d’entre eux aurait été placé en réanimation

06.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

07.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

01.

Coupe Davis : la France mène 2-1

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benino
- 08/07/2016 - 17:20
Zigou Zag fait du Zig ou du Zag, Valsatrois du Zag et du Zig
L'exécutif est dans l'impasse. Après un loi fracassée sur la déchéance de nationalité nous arrive la loi macron2 / Konnerry qui était au départ censée rassurer le patronat et qui finit sa carrière en 49/3 sur un texte qui fait peur aux patrons.
Ce n'est pas du n'importe quoi, c'est du Hollandais pur jus.
Dans 305 jours c'est fini, n-i-ni.
50 socialistes aux législatives 2017...
Et pour Zigou Zag, retour en Corrèze en aller-simple.
Avec 36.000 €/mois pour ce retraité qui n'aime pas les riches...
Ganesha
- 08/07/2016 - 10:26
Persévérance
Je le répète inlassablement : l'action de François Hollande durant ces cinq années n'était ni folle, ni absurde : il a simplement fait, de façon consciente et délibérée, mais évidemment non-dite, tout ce qu'il a pu pour convaincre les français de porter Marine Le Pen au pouvoir. Il faut reconnaitre qu'il y a consacré beaucoup d'énergie, de persévérance et de persuasion. Réussira-t-il ? Au niveau des lecteurs d'Atlantico, il restera toujours des ''irréductibles''... C'est en tout cas, le seul moyen de nous sortir de la Crise..
abracadarixelle
- 07/07/2016 - 19:11
Vivement un putsch....
...pour dégager ce ramassis d'incapables , juste après la fin de l'Euro de foot ( je suis sympa).
Elections deux mois après, mise en jugement de tous ces malfaisants, liste non exhaustive...