En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 45 min 30 sec
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 3 heures 20 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 4 heures 4 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 4 heures 41 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 6 heures 7 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 6 heures 51 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 7 heures 1 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 7 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 21 heures 7 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 3 heures 12 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 3 heures 46 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 4 heures 8 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 5 heures 2 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 5 heures 45 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 6 heures 33 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 6 heures 57 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 7 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 20 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 21 heures 19 min
© Reuters Pictures
© Reuters Pictures
Bonnes feuilles

Les Russes tentent d’effacer 70 ans de dictature, la Turquie manie dangereusement les signes de l’ancien Empire ottoman, la France, elle, a son pessimisme abyssal et son extrême droite

Publié le 02 août 2016
Avec Jean Viard
Le monde est en ce moment souvent noir - comme Daech - ou brun - comme les extrêmes droites. Pourtant, la société collaborative et numérique nous entraîne dans une mutation économique et culturelle aussi puissante que celle de la révolution industrielle. Ce livre est le récit des réussites de nos sociétés, mais aussi celui de leurs bouleversements. Jean Viard ­propose une analyse des limites du ­politique dans la société contemporaine et exhorte les acteurs culturels à se réapproprier le rôle de guide en matière de vision sociétale à long terme. Extrait de "Le moment est venu de penser à l'avenir", de Jean Viard, aux éditions de l'Aube 1/2
Jean Viard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Viard est directeur de recherches CNRS au CEVIPOF, Centre de recherches politiques de Sciences Po.Il est spécialiste des temps sociaux (les 35 heures et les vacances), des questions agricoles et de l'aménagement du territoire. Il est l'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le monde est en ce moment souvent noir - comme Daech - ou brun - comme les extrêmes droites. Pourtant, la société collaborative et numérique nous entraîne dans une mutation économique et culturelle aussi puissante que celle de la révolution industrielle. Ce livre est le récit des réussites de nos sociétés, mais aussi celui de leurs bouleversements. Jean Viard ­propose une analyse des limites du ­politique dans la société contemporaine et exhorte les acteurs culturels à se réapproprier le rôle de guide en matière de vision sociétale à long terme. Extrait de "Le moment est venu de penser à l'avenir", de Jean Viard, aux éditions de l'Aube 1/2
Avec Jean Viard

Le monde est secoué par des forces nomades considérables : savoirs, informations, hommes, réchauffement du climat, objets, peurs, maladies…. Elles sont sa destruction possible et sa survie improbable. Elles sont dangers et solutions, forces de mort et forces d’innovation. Le réchauffement climatique est ce qui les rend incontournables, et la révolution numérique ce qui les rend supportables. L’une est l’espoir de l’autre. Mais, ensemble, elles génèrent aussi des tendances au repli et au renfermement qui peuvent être mortelles. La bataille commence seulement. Les nomades et les néosédentaires vont s’affronter durant les décennies et les siècles à venir, et vont construire un monde dont nous ignorons tout. 

D’un côté, des forces nomades donc, ralenties dans les cadres nationaux et leurs guerres pendant un siècle, et qui depuis 1989 prolifèrent. Elles entraînent touristes et « classe créative », maladies et savoirs, biens et services, riches et exclus, à l’assaut de la planète. Elles bousculent nos pays de l’intérieur et de l’extérieur. Au début du xxie siècle, la révolution numérique est venue accélérer leur développement et rendre irrésistible ce qui était balbutiant. En 2015, avec la COP21, on a admis qu’une nouvelle culture commune du développement était obligatoire. Jamais l’humanité n’a ainsi pensé ensemble. Ni espéré agir pour sa survie. Le retournement de point de vue est gigantesque.

Nous vivions dans un monde de sédentaires avec des déplacements ; nous sommes dorénavant dans un monde de mobilités où l’enjeu est de chercher à associer liberté, mobilité et individus. Et à les démocratiser. Y compris aux derniers sédentaires. Il est essentiel de rester, autant que faire se peut, sur cette chaîne de sens. Sinon, nomades et sédentaires renforceront leurs affrontements. L’enjeu de nos sociétés ne réside pas seulement dans la compréhension de ces dynamiques et de ces clivages, mais dans la volonté d’intervenir pour en limiter les ruptures, créer du lien, faire société entre ces différents mondes. La révolution numérique, qui est « le train du xxie siècle », bouleverse le monde. Elle est le double et l’accélérateur des flux d’échanges réels des marchandises, des savoirs et des corps, du climat réchauffé aussi. Ceux qui ne sauront pas s’y préparer connaîtront le destin des villes qui ont préféré la diligence au milieu du xixe siècle. La révolution numérique a même plus d’impact que le train, car elle lie le proche avec lui­même et avec son environnement, mais aussi le lointain avec le proche, et cela hors de la contrainte de la durée. 

Ce qui est sûr, c’est que la révolution numérique est une partie de la solution à nos problèmes nouveaux, mais avec des constructions culturelles neuves. Un pari jamais tenté, car jamais l’humanité n’a été l’acteur commun de son propre destin. Jamais son sentiment « carcéral », comme le dit Paul Virilio, de vivre sur une si petite planète n’a ainsi existé avec la conscience de sa possible disparition. Jamais l’humanité ne s’est pensée comme un corps politique. Jamais plus, alors, les nations ne peuvent espérer redevenir le cadre majeur de l’organisation des sociétés, car, au­dessus d’elles, il y a définitivement une organisation supérieure nécessaire. Comme les monarchies avant elles, qui dépendaient de l’onction des Églises, les nations dépendent maintenant du respect de leurs engagements vis­à­vis de la nature et de ses « représentants » réunis à Paris en 2015. 

En face de ce monde accéléré et de cette contrainte écologique sourdent partout, si l’on peut dire, des  volontés de retrouver un sens perdu, un projet dépassé, un territoire déjà balisé, une croyance ancestrale, un mythe national. Et, chaque fois, avec la couleur, et la forme, du système d’appartenance précédent – national, religieux ou ethnique. La peur devant ces forces nomades, du sida aux touristes, du réchauffement climatique à la nouvelle « classe créative », pousse de toutes parts aux replis et à la réassurance dans des cadres déjà connus et déjà usagés. En chaque lieu, il se trouve des causes locales à ces expressions du refus du monde qui vient, mais bien rares y sont les idées neuves. Les Russes tentent d’effacer soixante-dix ans de dictature communiste par une mise en scène de l’éternelle Russie ; la Turquie manie dangereusement les signes de l’ancien Empire ottoman ; les États-­Unis sont secoués par le Tea Party et des républicains extrémistes ; les petites nations veulent des murailles – Suisse, Danemark, Hongrie…

La France a son pessimisme abyssal et son extrême droite, sa part de jeunesse désespérée. L’islam a son fondamentalisme dans une partie du monde où les nations sont faibles. Les assassins nomades copient les nouveaux nomades pour mener leur guerre, mais avec une mentalité néosédentaire. Les « zadistes », à leur échelle, font de même dans des combats où, pour eux aussi, il n’y a rien à négocier. Les extrêmes droites en appellent aux frontières du sol, voire du sang. Les jeux de tension entre ces diverses forces de repli s’alimentent mutuellement, comme le communisme et le fascisme se sont auto­alimentés dans les années 1930. Cela commence à faire guerre. Et, en tout cas, cet affrontement peut nous détourner des batailles éco logiques et bloquer les forces nomades créatrices, qui sont pourtant le moteur central de la solution possible à notre futur difficile. C’est en cela qu’il peut être mortel.

Extrait de "Le moment est venu de penser à l'avenir", de Jean Viard, publié aux éditions de l'Aube. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Lafayette 68
- 02/08/2016 - 17:07
A propos de "brun" dans la présentation de l'extrait
On lit : " le monde est en ce moment souvent noir -comme daesh- ou -brun- comme les extrêmes droite". Daesh oui mais pour brun et extrêmes droites donc l'allusion aux sinistres et criminelles chemises brunes hitlériennes c'est le moment pour son auteur de relire sérieusement son histoire et d'éviter des amalgames sans fondement, heureusement .
Lafayette 68
- 02/08/2016 - 16:06
" les moments"
"merci pour ce moment" de Trierweiller , "le moment est venu de dire ce que j'ai vu " de de Villiers et maintenant " le moment est venu de penser à l'avenir" !
A chacun son moment ! celui que l'on vit n'est pas bon , on sait pourquoi mais on n'agit pas ...donc c'est le moment d'agir fort ! mais sans cnrs , ena ni sciences po ,un petit moment de populisme en somme...
vangog
- 02/08/2016 - 11:20
Ah! Le CNRS gauchiste nous ressort le fantasme
de l'extrême-droite...quelle extrême-droite? Le boucher qui dépose ses lardons à la mosquée? Les réseaux sociaux qui se libèrent du terrorisme intellectuel gauchiste? Les trois ou quatre glandus crépusculaires qui se laissent prendre dans le piège sacrificiel Clément Meric? Sacrifiés, eux-aussi! Dissouts par la justice gauchiste! Vous n'avez donc plus rien à craindre de l'extrême-droite! A moins que vous ayez peur de l'extrême-centre de gravité de la vie politique française, qui avait prévu, avant tout le monde, les dérives mortelles de l'immigrationnisme et des guerres droidelhommistes type BHL, et vers qui convergent beaucoup d'ex de tous les partis politiques? Dur-dur, hein!