En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

07.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 1 heure 3 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 7 heures 54 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 8 heures 20 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 8 heures 28 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 8 heures 46 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 9 heures 12 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 5 heures
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 6 heures 30 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 7 heures 41 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 8 heures 3 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 8 heures 28 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 8 heures 29 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 8 heures 59 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 1 jour 1 heure
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 5 heures
© Reuters
Le grand public commence également à le connaître sous la forme de services de stockage à distance ou encore de musique en streaming. Mais le phénomène tarde à prendre de l'ampleur dans les plus petites entreprises.
© Reuters
Le grand public commence également à le connaître sous la forme de services de stockage à distance ou encore de musique en streaming. Mais le phénomène tarde à prendre de l'ampleur dans les plus petites entreprises.
Dans les nuages

Cloud computing : la révolution informatique qui ne convainc pas (encore) le monde de l'entreprise

Publié le 29 février 2012
Pour que les entreprises intériorisent véritablement l'utilité de ce système permettant d'avoir accès à distance à des données informatiques, il faudrait qu'il s'adapte davantage à leurs besoins.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour que les entreprises intériorisent véritablement l'utilité de ce système permettant d'avoir accès à distance à des données informatiques, il faudrait qu'il s'adapte davantage à leurs besoins.

Le monde des affaires s'intéresse de plus en plus au cloud computing (en Français, "informatique en nuage" ou "informatique dématérialisée"). Le cloud computing ? Pour les novices, il s'agit d'un modèle permettant aux particuliers, aux entreprises ou aux administrations d'avoir accès à distance à des données informatiques, qui ne sont alors pas stockées sur leurs ordinateurs mais sur des serveurs à distance. Il offre donc un accès simple, en tout lieu et à la demande, à un ensemble de ressources informatiques configurables et partagées : réseaux, serveurs, stockage, applications et services. Cet ensemble de ressources peut être rapidement approvisionné et mis en service avec un minimum d’efforts de gestion et d’interventions du fournisseur. Il représente donc un réel gain de temps et des économies pour une entreprise. 

Pour l'heure, ce sont surtout les grandes entreprises américaines comme Microsoft, Google, IBM ou Amazon qui sont en pointe dans le domaine. Le grand public commence également à le connaître sous la forme de services de stockage à distance ou encore de musique en streaming. Mais le phénomène tarde à prendre de l'ampleur dans les plus petites entreprises. Le problème tient dans le fait qu'elles ne parviennent pas à s'approprier l'un des modèles-clés du cloud computing, le Platform as a Service ou PaaS.

En effet, concrètement, le cloud computing comprend quatre niveaux : l'application, qui est en contact avec le client, la plate-forme, qui exécute l'application, l'infrastructure, qui est le support de la plate-forme et les données, qui sont fournies sur demande. Avec le PaaS, l'entreprise a uniquement à sa charge la maintenance de ses applications. Le fournisseur s’occupe lui de la plate-forme et de l’infrastructure. L'entreprise peut ainsi déployer ses propres applications en dehors de sa salle informatique. Et donc gagner encore plus en efficacité. 

Pour l’analyste Tod Nielsen, le PaaS est en 2012 l’enjeu principal de l’évolution du cloud computing. Pour des développeurs, il permet d’écrire des codes plus rapidement. Avec le Paas un projet d’application peut être développé en quelques minutes, quand il fallait des semaines auparavant. Pour des opérateurs de nouvelles technologies, il réduit les frais qui découlent normalement de la gestion de l’architecture des applications. Toute l’organisation qui élabore,  développe et fournit l'application en profite donc.

Dès lors, on peut légitimement se demander pourquoi les entreprises ne l’adoptent pas en masse. Le hic, c’est que peu de fournisseurs ont vraiment pensé aux entreprises, aux réalités et aux contraintes qui s'imposent à elles lorsqu’ils ont élaboré des solutions pour PaaS. En somme l’entreprise veut des PaaS... mais personne ne semble leur proposer de solutions adaptées.

La grande majorité des offres PaaS actuelles s'adressent ainsi essentiellement aux éditeurs de logiciels indépendants (ISV), plutôt qu'aux entreprises qui travaillent dans le secteur des nouvelles technologies. Pourtant, les deux n’ont pas du tout les mêmes besoins. Si les ISV impulsent en général le changement dans leur domaine, les entreprises, elles, le subissent. Elles doivent être plus réactives que proactives dans le développement de leurs applications. De la même manière, contrairement aux ISV, les entreprises ont rarement une équipe dédiée au développement de leurs applications, elles font en général appel à des consultants. Le service que leur offrent les fournisseurs devrait également être adapté à ces contraintes.

L’enjeu est de taille : développer des applications personnalisées, qui évoluent vite, s’adaptent aux envies des clients, voire les devancent. Et ce sur un marché qui, malgré la crise, est en plein boom. 

Les évolutions dans le développement des logiciels se sont produites sur plusieurs années. Il est probable que la transition vers les PaaS mette également du temps à se faire. La nature des PaaS évoluera d’ailleurs dans ce laps de temps : actuellement, le type de PaaS qui prédomine consiste à recourir à un tiers qui héberge le développement de l’application ; mais à terme une internalisation des PaaS pourrait se produire. Au final, ce que souhaitent la plupart des développeurs est un environnement avec un open-PaaS, avec des options offertes par un mélange de cloud publics, privés et hybrides. Couplés avec les possibilités multiples de clouding offertes par le développement de l’open source (la licence libre), les PaaS laissent entrevoir des perspectives alléchantes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

07.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
le Gône
- 29/02/2012 - 17:34
Belle idée..qui n'abourira jamais..
En effet quelle entreprise va mettre ses donnée "quelque part" sans savoir comment les retrouver au cas ou ?..et si c'est pour garder une copie chez soit a a quoi cela sert il..une chose est sur c'est que les "logiciel" eux ne vont plus resider dans vos machines..et que l'on va payer de la location au lieu de les acquerir..et ca je pense que ca va nous couter la peau des "trucs que hollande n'a pas"...
cWal
- 29/02/2012 - 11:08
L'intérêt du cloud s'est
L'intérêt du cloud s'est évaporé avec l'affaire de la fermeture de Megaupload. Aucune entreprise ne prendrait sérieusement le risque de remettre ses données à une société de ce type sachant maintenant qu'elle peut être fermée du jour au lendemain par des forces de police, sans aucun préavis et sans aucune décision de justice ou procés préalable.
Une sauvegarde classique sur plusieurs supports et en plusieurs endroits est infiniment plus sûre.
fms
- 29/02/2012 - 11:06
reste une idée à combattre :
l'absence de la sûreté des données conservées en dehors des ordinateurs de l'entreprise...