En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 6 heures 10 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 13 heures 15 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 13 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 14 heures 10 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 14 heures 42 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 15 heures 45 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 17 heures 1 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 17 heures 23 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 17 heures 39 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 12 heures 12 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 13 heures 27 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 13 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 14 heures 8 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 14 heures 22 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 15 heures 4 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 17 heures 14 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 17 heures 33 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 17 heures 46 min
© Reuters
Le grand public commence également à le connaître sous la forme de services de stockage à distance ou encore de musique en streaming. Mais le phénomène tarde à prendre de l'ampleur dans les plus petites entreprises.
© Reuters
Le grand public commence également à le connaître sous la forme de services de stockage à distance ou encore de musique en streaming. Mais le phénomène tarde à prendre de l'ampleur dans les plus petites entreprises.
Dans les nuages

Cloud computing : la révolution informatique qui ne convainc pas (encore) le monde de l'entreprise

Publié le 29 février 2012
Pour que les entreprises intériorisent véritablement l'utilité de ce système permettant d'avoir accès à distance à des données informatiques, il faudrait qu'il s'adapte davantage à leurs besoins.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour que les entreprises intériorisent véritablement l'utilité de ce système permettant d'avoir accès à distance à des données informatiques, il faudrait qu'il s'adapte davantage à leurs besoins.

Le monde des affaires s'intéresse de plus en plus au cloud computing (en Français, "informatique en nuage" ou "informatique dématérialisée"). Le cloud computing ? Pour les novices, il s'agit d'un modèle permettant aux particuliers, aux entreprises ou aux administrations d'avoir accès à distance à des données informatiques, qui ne sont alors pas stockées sur leurs ordinateurs mais sur des serveurs à distance. Il offre donc un accès simple, en tout lieu et à la demande, à un ensemble de ressources informatiques configurables et partagées : réseaux, serveurs, stockage, applications et services. Cet ensemble de ressources peut être rapidement approvisionné et mis en service avec un minimum d’efforts de gestion et d’interventions du fournisseur. Il représente donc un réel gain de temps et des économies pour une entreprise. 

Pour l'heure, ce sont surtout les grandes entreprises américaines comme Microsoft, Google, IBM ou Amazon qui sont en pointe dans le domaine. Le grand public commence également à le connaître sous la forme de services de stockage à distance ou encore de musique en streaming. Mais le phénomène tarde à prendre de l'ampleur dans les plus petites entreprises. Le problème tient dans le fait qu'elles ne parviennent pas à s'approprier l'un des modèles-clés du cloud computing, le Platform as a Service ou PaaS.

En effet, concrètement, le cloud computing comprend quatre niveaux : l'application, qui est en contact avec le client, la plate-forme, qui exécute l'application, l'infrastructure, qui est le support de la plate-forme et les données, qui sont fournies sur demande. Avec le PaaS, l'entreprise a uniquement à sa charge la maintenance de ses applications. Le fournisseur s’occupe lui de la plate-forme et de l’infrastructure. L'entreprise peut ainsi déployer ses propres applications en dehors de sa salle informatique. Et donc gagner encore plus en efficacité. 

Pour l’analyste Tod Nielsen, le PaaS est en 2012 l’enjeu principal de l’évolution du cloud computing. Pour des développeurs, il permet d’écrire des codes plus rapidement. Avec le Paas un projet d’application peut être développé en quelques minutes, quand il fallait des semaines auparavant. Pour des opérateurs de nouvelles technologies, il réduit les frais qui découlent normalement de la gestion de l’architecture des applications. Toute l’organisation qui élabore,  développe et fournit l'application en profite donc.

Dès lors, on peut légitimement se demander pourquoi les entreprises ne l’adoptent pas en masse. Le hic, c’est que peu de fournisseurs ont vraiment pensé aux entreprises, aux réalités et aux contraintes qui s'imposent à elles lorsqu’ils ont élaboré des solutions pour PaaS. En somme l’entreprise veut des PaaS... mais personne ne semble leur proposer de solutions adaptées.

La grande majorité des offres PaaS actuelles s'adressent ainsi essentiellement aux éditeurs de logiciels indépendants (ISV), plutôt qu'aux entreprises qui travaillent dans le secteur des nouvelles technologies. Pourtant, les deux n’ont pas du tout les mêmes besoins. Si les ISV impulsent en général le changement dans leur domaine, les entreprises, elles, le subissent. Elles doivent être plus réactives que proactives dans le développement de leurs applications. De la même manière, contrairement aux ISV, les entreprises ont rarement une équipe dédiée au développement de leurs applications, elles font en général appel à des consultants. Le service que leur offrent les fournisseurs devrait également être adapté à ces contraintes.

L’enjeu est de taille : développer des applications personnalisées, qui évoluent vite, s’adaptent aux envies des clients, voire les devancent. Et ce sur un marché qui, malgré la crise, est en plein boom. 

Les évolutions dans le développement des logiciels se sont produites sur plusieurs années. Il est probable que la transition vers les PaaS mette également du temps à se faire. La nature des PaaS évoluera d’ailleurs dans ce laps de temps : actuellement, le type de PaaS qui prédomine consiste à recourir à un tiers qui héberge le développement de l’application ; mais à terme une internalisation des PaaS pourrait se produire. Au final, ce que souhaitent la plupart des développeurs est un environnement avec un open-PaaS, avec des options offertes par un mélange de cloud publics, privés et hybrides. Couplés avec les possibilités multiples de clouding offertes par le développement de l’open source (la licence libre), les PaaS laissent entrevoir des perspectives alléchantes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
le Gône
- 29/02/2012 - 17:34
Belle idée..qui n'abourira jamais..
En effet quelle entreprise va mettre ses donnée "quelque part" sans savoir comment les retrouver au cas ou ?..et si c'est pour garder une copie chez soit a a quoi cela sert il..une chose est sur c'est que les "logiciel" eux ne vont plus resider dans vos machines..et que l'on va payer de la location au lieu de les acquerir..et ca je pense que ca va nous couter la peau des "trucs que hollande n'a pas"...
cWal
- 29/02/2012 - 11:08
L'intérêt du cloud s'est
L'intérêt du cloud s'est évaporé avec l'affaire de la fermeture de Megaupload. Aucune entreprise ne prendrait sérieusement le risque de remettre ses données à une société de ce type sachant maintenant qu'elle peut être fermée du jour au lendemain par des forces de police, sans aucun préavis et sans aucune décision de justice ou procés préalable.
Une sauvegarde classique sur plusieurs supports et en plusieurs endroits est infiniment plus sûre.
fms
- 29/02/2012 - 11:06
reste une idée à combattre :
l'absence de la sûreté des données conservées en dehors des ordinateurs de l'entreprise...