En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

07.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 19 min 35 sec
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 1 heure 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 1 heure 43 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 3 heures 54 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 4 heures 38 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 6 heures 7 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 6 heures 39 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 7 heures 47 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 8 heures 10 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 8 heures 39 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 43 min 31 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 1 heure 29 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 2 heures 26 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 4 heures 26 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 5 heures 57 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 6 heures 9 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 7 heures 42 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 7 heures 58 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 8 heures 18 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 8 heures 45 min
Mal visé

Compte pénibilité : un dispositif complexe, inapplicable… et qui rate sa cible : la prévention

Publié le 01 juillet 2016
Le "Compte personnel de prévention de la pénibilité", mesure-phare de la réforme des retraites de 2013, doit entrer en vigueur ce vendredi 1er juillet. Objectif raté et compte mal nommé, puisqu’il propose réparation, quand il faudrait inciter à la prévention.
Bruno Cavagné
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cavagné est entrepreneur et Président de la Fédération Nationale des Travaux Publics.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le "Compte personnel de prévention de la pénibilité", mesure-phare de la réforme des retraites de 2013, doit entrer en vigueur ce vendredi 1er juillet. Objectif raté et compte mal nommé, puisqu’il propose réparation, quand il faudrait inciter à la prévention.

Techniquement, on ne peut pas…

D’abord, il est en pratique, inapplicable. En effet, la loi renvoie aux branches professionnelles la réalisation d’un référentiel censé faciliter l’application par les entreprises de 6 facteurs : les manutentions manuelles, les postures pénibles, les vibrations mécaniques, le bruit, les agents chimiques, et les températures extrêmes. Ce sont ces facteurs qui doivent entrer en vigueur ce 1er juillet 2016, mais l’’extrême complexité de la réglementation ne nous permet pas la réalisation du référentiel des Travaux Publics homologué par l’Etat qui satisferait l’objectif de simplification et de sécurisation pour nos entreprises. Les définitions et les seuils des facteurs de pénibilité prévus par ce dispositif, sont purement administratifs : Déconnectés de la pratique quotidienne de nos métiers et ne répondant pas aux besoins des chantiers.

… et on passe à côté de l’objectif !

Par ailleurs, le dispositif ne tient pas la route intellectuellement. Pour résumer, il octroie des points supplémentaires aux salariés qui ont des conditions de travail difficiles, leur permettant, en compensation, de partir plus tôt à la retraite. Le compte pénibilité se transforme donc en avantage social, une quasi "machine à gagner des points", tout le contraire de l’objectif visé. Pour les entreprises, c’est une usine à gaz de plus,  lourde, chronophage et coûteuse à mettre en place administrativement. De plus, elle n’incite personne, ni le salarié, ni l'employeur, à corriger les situations d'exposition à des facteurs de risque. L’effet secondaire est prévisible dès maintenant : face à la complexité du système, les entreprises vont préférer rester passives et n’engageront plus d’actions de prévention. Ainsi, pour la santé des salariés, le Compte Pénibilité n’aura servi à rien. Pire, il pourrait se révéler contre-productif.

Préférons la prévention à la création de nouveaux régimes spéciaux ! Reportons ce dispositif inadapté et, en l’état, inapplicable !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pourquoi-pas31
- 01/07/2016 - 14:14
L'incompétence du politique apparait dans toute sa splendeur !
Il est pas plus beau mon titre comme cela ?
Pourquoi-pas31
- 01/07/2016 - 14:12
la suite
Si les 6 critères de pénibilité sont effectivement bien identifiés, il faut confier à l'INRS la détermination des niveaux de criticité pour chacun d'eux. C'est ensuite dans l'entreprise que les postes de travail sensibles doivent être identifiés et évalués (négociation interne en entreprise). L'employé relève a fréquence hebdomadaire, mensuelle ou autre convenue les heures passées en poste pénible, validée ensuite par son encadrement. Ces heures feront l'objet d'une redevance en direction de l'Urssaf pour rémunérer les prestations sécurité sociale (réparation des préjudices du risque) et caisse de retraite. Ces heures seraient converties en points retraite pénibilité. L'employeur serait ainsi incité à faire de la prévention, sinon à inscrire ces couts supplémentaires dans le prix de revient donc de vente du produit, avec les risques de perte de compétitivité que cela peut entrainer.
Pourquoi-pas31
- 01/07/2016 - 13:53
L'incompétance des politique apparait dans toute sa splendeur !
L'incompétance des politique apparait dans toute sa splendeur !