En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 10 min 21 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 27 min 28 sec
décryptage > Politique
Déconfinement en 3 étapes

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

il y a 59 min 2 sec
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 12 heures 11 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 15 heures 14 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 16 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 18 heures 42 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 19 heures 15 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 20 heures 40 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 21 heures 17 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 16 min 33 sec
pépites > Economie
Tourisme
Emmanuel Macron l'annoncé hier soir, il n'y aura, sans doute, pas de ski pendant les fêtes de fin d'année
il y a 33 min 13 sec
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 11 heures 47 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 14 heures 48 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 15 heures 39 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 17 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 18 heures 56 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 19 heures 50 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 21 heures 6 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 21 heures 46 min
© Reuters
© Reuters
Ay, caramba !

Législatives en Espagne : victoire surprise pour le parti conservateur mais incertitude sur le futur gouvernement

Publié le 27 juin 2016
La droite est sortie renforcée de ce scrutin mais n'obtient pas la majorité pour gouverner. De nouvelles tractations vont débuter.
Christophe Barret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Barret est attaché d’administration aux Archives nationales. Historien de formation, il est en charge de projets éducatifs interculturels, notamment entre la France et l'Espagne, et est l'auteur de Podemos. Pour une autre Europe ? aux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La droite est sortie renforcée de ce scrutin mais n'obtient pas la majorité pour gouverner. De nouvelles tractations vont débuter.

Atlantico : Après des mois d'instabilité politique suite aux dernières élections qui n'ont pas permis de désigner un gouvernement stable, les Espagnols étaient de nouveau appelés aux urnes ce dimanche. Dans quel contexte cette élection et cette campagne électorale se sont déroulées ?

Christophe Barret : Du côté des électeurs, on pouvait noter une grande lassitude qui s'est traduite par une baisse de 7 % du taux de participation par rapport au scrutin de décembre. À la surprise générale, c'est donc Podemos qui fait les frais de la tenue de nouvelles élections législatives. Ses électeurs, comme le pensaient certains analystes politiques ont été ceux qui se sont le plus facilement démobilisés. Il est possible, aussi, que son alliance avec Izquierda Unida (IU), parti traditionnel de la gauche de la gauche, ait fait peur aux émecteurs les plus modérés. Nouvel arrivant dans le jeu politique, le parti de Pablo Iglesias réussit moins bien que ses concurrents à fidéliser.

Surprise générale, car certains pensaient que le Brexit donnerait des ailes à un parti qui conteste lui-aussi l'ordre européen. Mais, contrairement à ce qui est écrit ici ou là, Podemos n'est pas un parti europhobe. Ils a envoyé plusieurs de ses membres au Royaume Uni pour soutenir la campagne de Jérémy Corbin et de l'aile du Labour Party qui lui est la plus proche en faveur du remain. C'est qu'en Espagne, tous les partis se doivent d'être « européistes ». Dans l’imaginaire collectif du pays, l'adhésion à la communauté européennes, en 1986, a marqué l'entrée du pays dans la modernité. Les quatre grands candidats défendent l'euro et les institutions actuelles. Uns petite incohérence, toutefois, dans la stratégie de Podemos : son alliance avec IU, fédération au sein de laquelle le Parti Communiste Espagnol (PCE) prône, lui, une rupture avec les traités et la monnaie unique. Comme je l'explique dans mon livre - Podemos. Pour une autre Europe, paru aux éditions du Cerf – Pablo Iglesias voulait offrir une revanche historique à la gauche de la gauche espagnole. Alors que c'est elle qui avait le plus combattu le franquisme, elle avait été exclue du pouvoir au moment de la transition à la démocratie.

Le Parti Populaire est arrivé une nouvelle fois en tête lors de cette élection. Mais alors qu'on s'attendait à ce que Podemos puisse devancer le Parti socialiste et s'installer comme la deuxième force politique du pays, le PSOE a maintenu sa place de leader de la gauche. Doit-on s'attendre à voir le PP et le PSOE former une coalition pour gouverner ? Une telle alliance est-elle vraiment possible ?

Le PP sort du scrutin avec 14 sièges de plus qu'en décembre ! Depuis le début, il veut imposer une grande coalition à l'allemande dans une culture politique qui, comme la nôtre, est généralement hostile au mariage de la carpe avec le lapin. Il a dû possuer à de nouvelles élections car le PSOE ne pouvait pas se livrer pieds et poings liés aussi facilement. Podemos, on le sait, visait le « sorpasso » : le dépassement du parti socialiste. Comme on le disait, hier soir, à la télévision espagnole : il n'y a pas eu de « sorpasso » mais un « sorpresito », une petite surprise. Le PP, dont la constance a finalement séduit des électeurs, sort renforcé du scrutin. 

Tout n'est pas joué, cependant. La question est effectivement de savoir s'il réussit à convaincre le PSOE de former une coalition stable, avec lui. Mariano Rajoy qui, emporté par la joie et peut-être le vent du soir venu adoucir une chaude journée madrilène, a plus ou moins improvisé son discours sur le balcon du siège du PP. Mais, se ressaisissant soudain, il a rappelé le fait que ce sont « les partis constitutionnalistes », ceux qui en remettent pas en cause la monarchie constitutionnelle et, surtout, l'intégrité territoriale du pays disposent bien d'une majorité absolue. Un accord serait, par exemple facile à trouver en matière de politique européenne. Podemos, qui réclame une réforme des statuts de la banque centrale européenne pour lui fixer comme objectif « un niveau adéquat d'activité économique et la création d'emplois » des activités industrielles » ou encore une conférence européenne de la dette – comme le gouvernement Tsipras –, aurait été un partenaire bien peu maniable. Le PP est bien-sûr dans une ligne libérale plus orthodoxe, à laquelle s'était naguère rallié le PSOE de José Luis Zapatero.

Pedro Sánchez a toutefois affirmé, quelques jours avant le scrutin, que soutenir un gouvernement PP reviendrait à « trahir les électeurs ». On peut avoir du mal imaginer, aujourd'hui, la constitution d'une grande coalition. Aussi le PP pourrait-il gouverner seul ou avec Ciudadanos. Dans ce cas, il n'est pas sûr de  voir un tel exécutif tenir quatre ans. Nous pourrions bien nous diriger, à nouveau, vers de nouvelles élections. Trois élections générale de suite avaient déjà eu lieu… entre 1918 et 1920. Ce serait, je vous l'accorde, confirmer d'une curieuse manière sa normalité démocratique.

Alors que la formation de centre-droit Ciudadanos avait fait une percée remarquée lors des dernières élections, ses résultats aujourd'hui ne permettent toujours pas d'envisager une alliance avec le PP pour gouverner. Alors que ni la droite ni la gauche ne semblent capables de réunir plus de 50% des sièges, les petits partis, notamment régionalistes, peuvent-ils faire la différence ?

Ciudadanos ne peut plus jouer ce rôle de parti charnière, car il perd huit sièges. Jusqu'aux élections, il réclamait la tête de Rajoy, en préalable à toute négociation. Cet objectif éminemment symbolique est aujourd'hui hors de portée, pour lui. C'est qu'il avait fait, comme Podemos, le pari du rajeunissement de la classe politique. Pour être juste avec Ciudadanos, il faut dire aussi que ce parti pâtit d'une loi électorale qui désavantage les partis se situant du seuil de la représentation.

Mais surtout, le PP a siphonné son électorat suite à une habile campagne auprès des électeurs de droite en faveur du "vote utile". Quoi qu'il en soit, une chose est sûre : Ciudadanos s'est fait ravir le rôle de « faiseur de roi » par le PSOE !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 27/06/2016 - 15:55
Travail au noir, ou Dépression ?
Voilà un article qui n'apporte aucune information en réponse à un événement assez surprenant. Durant les derniers mois, il y a bien eu quelques tentatives de propagande pour essayer de nous faire croire que ''la situation s'améliorait en Espagne''. Simple baisse saisonnière du chômage grâce aux ''jobs d'été'' dans le tourisme. Il paraît hautement improbable que les espagnols pauvres et sans emploi soient allés voter pour les crapules de droite, mais ils n'ont même pas fait l'effort d'aller déposer un bulletin de soutien à Podemos. Un meilleur connaisseur de la réalité espagnole nous expliquerait peut-être que désormais le travail se pratique surtout ''au noir''. Ou bien, un peuple qui sombre dans la dépression, plus seulement économique, mais morale ?
Deudeuche
- 27/06/2016 - 08:10
Où sont les loosers
de Podemos