En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > International
Dictature
Ouïghours : Xi Jinping a donné l'ordre d'être "sans pitié"
il y a 2 heures 11 min
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 3 heures 34 sec
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 3 heures 46 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 5 heures 13 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 5 heures 32 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 8 heures 56 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 9 heures 35 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 9 heures 58 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 9 heures 59 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 10 heures 35 sec
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 2 heures 35 min
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 3 heures 23 min
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 4 heures 38 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 5 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 8 heures 38 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 9 heures 24 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 9 heures 58 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 9 heures 59 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 10 heures 49 sec
© Reuters
© Reuters
Ay, caramba !

Législatives en Espagne : victoire surprise pour le parti conservateur mais incertitude sur le futur gouvernement

Publié le 27 juin 2016
La droite est sortie renforcée de ce scrutin mais n'obtient pas la majorité pour gouverner. De nouvelles tractations vont débuter.
Christophe Barret est attaché d’administration aux Archives nationales. Historien de formation, il est en charge de projets éducatifs interculturels, notamment entre la France et l'Espagne, et est l'auteur de Podemos. Pour une autre Europe ? aux...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Barret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Barret est attaché d’administration aux Archives nationales. Historien de formation, il est en charge de projets éducatifs interculturels, notamment entre la France et l'Espagne, et est l'auteur de Podemos. Pour une autre Europe ? aux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La droite est sortie renforcée de ce scrutin mais n'obtient pas la majorité pour gouverner. De nouvelles tractations vont débuter.

Atlantico : Après des mois d'instabilité politique suite aux dernières élections qui n'ont pas permis de désigner un gouvernement stable, les Espagnols étaient de nouveau appelés aux urnes ce dimanche. Dans quel contexte cette élection et cette campagne électorale se sont déroulées ?

Christophe Barret : Du côté des électeurs, on pouvait noter une grande lassitude qui s'est traduite par une baisse de 7 % du taux de participation par rapport au scrutin de décembre. À la surprise générale, c'est donc Podemos qui fait les frais de la tenue de nouvelles élections législatives. Ses électeurs, comme le pensaient certains analystes politiques ont été ceux qui se sont le plus facilement démobilisés. Il est possible, aussi, que son alliance avec Izquierda Unida (IU), parti traditionnel de la gauche de la gauche, ait fait peur aux émecteurs les plus modérés. Nouvel arrivant dans le jeu politique, le parti de Pablo Iglesias réussit moins bien que ses concurrents à fidéliser.

Surprise générale, car certains pensaient que le Brexit donnerait des ailes à un parti qui conteste lui-aussi l'ordre européen. Mais, contrairement à ce qui est écrit ici ou là, Podemos n'est pas un parti europhobe. Ils a envoyé plusieurs de ses membres au Royaume Uni pour soutenir la campagne de Jérémy Corbin et de l'aile du Labour Party qui lui est la plus proche en faveur du remain. C'est qu'en Espagne, tous les partis se doivent d'être « européistes ». Dans l’imaginaire collectif du pays, l'adhésion à la communauté européennes, en 1986, a marqué l'entrée du pays dans la modernité. Les quatre grands candidats défendent l'euro et les institutions actuelles. Uns petite incohérence, toutefois, dans la stratégie de Podemos : son alliance avec IU, fédération au sein de laquelle le Parti Communiste Espagnol (PCE) prône, lui, une rupture avec les traités et la monnaie unique. Comme je l'explique dans mon livre - Podemos. Pour une autre Europe, paru aux éditions du Cerf – Pablo Iglesias voulait offrir une revanche historique à la gauche de la gauche espagnole. Alors que c'est elle qui avait le plus combattu le franquisme, elle avait été exclue du pouvoir au moment de la transition à la démocratie.

Le Parti Populaire est arrivé une nouvelle fois en tête lors de cette élection. Mais alors qu'on s'attendait à ce que Podemos puisse devancer le Parti socialiste et s'installer comme la deuxième force politique du pays, le PSOE a maintenu sa place de leader de la gauche. Doit-on s'attendre à voir le PP et le PSOE former une coalition pour gouverner ? Une telle alliance est-elle vraiment possible ?

Le PP sort du scrutin avec 14 sièges de plus qu'en décembre ! Depuis le début, il veut imposer une grande coalition à l'allemande dans une culture politique qui, comme la nôtre, est généralement hostile au mariage de la carpe avec le lapin. Il a dû possuer à de nouvelles élections car le PSOE ne pouvait pas se livrer pieds et poings liés aussi facilement. Podemos, on le sait, visait le « sorpasso » : le dépassement du parti socialiste. Comme on le disait, hier soir, à la télévision espagnole : il n'y a pas eu de « sorpasso » mais un « sorpresito », une petite surprise. Le PP, dont la constance a finalement séduit des électeurs, sort renforcé du scrutin. 

Tout n'est pas joué, cependant. La question est effectivement de savoir s'il réussit à convaincre le PSOE de former une coalition stable, avec lui. Mariano Rajoy qui, emporté par la joie et peut-être le vent du soir venu adoucir une chaude journée madrilène, a plus ou moins improvisé son discours sur le balcon du siège du PP. Mais, se ressaisissant soudain, il a rappelé le fait que ce sont « les partis constitutionnalistes », ceux qui en remettent pas en cause la monarchie constitutionnelle et, surtout, l'intégrité territoriale du pays disposent bien d'une majorité absolue. Un accord serait, par exemple facile à trouver en matière de politique européenne. Podemos, qui réclame une réforme des statuts de la banque centrale européenne pour lui fixer comme objectif « un niveau adéquat d'activité économique et la création d'emplois » des activités industrielles » ou encore une conférence européenne de la dette – comme le gouvernement Tsipras –, aurait été un partenaire bien peu maniable. Le PP est bien-sûr dans une ligne libérale plus orthodoxe, à laquelle s'était naguère rallié le PSOE de José Luis Zapatero.

Pedro Sánchez a toutefois affirmé, quelques jours avant le scrutin, que soutenir un gouvernement PP reviendrait à « trahir les électeurs ». On peut avoir du mal imaginer, aujourd'hui, la constitution d'une grande coalition. Aussi le PP pourrait-il gouverner seul ou avec Ciudadanos. Dans ce cas, il n'est pas sûr de  voir un tel exécutif tenir quatre ans. Nous pourrions bien nous diriger, à nouveau, vers de nouvelles élections. Trois élections générale de suite avaient déjà eu lieu… entre 1918 et 1920. Ce serait, je vous l'accorde, confirmer d'une curieuse manière sa normalité démocratique.

Alors que la formation de centre-droit Ciudadanos avait fait une percée remarquée lors des dernières élections, ses résultats aujourd'hui ne permettent toujours pas d'envisager une alliance avec le PP pour gouverner. Alors que ni la droite ni la gauche ne semblent capables de réunir plus de 50% des sièges, les petits partis, notamment régionalistes, peuvent-ils faire la différence ?

Ciudadanos ne peut plus jouer ce rôle de parti charnière, car il perd huit sièges. Jusqu'aux élections, il réclamait la tête de Rajoy, en préalable à toute négociation. Cet objectif éminemment symbolique est aujourd'hui hors de portée, pour lui. C'est qu'il avait fait, comme Podemos, le pari du rajeunissement de la classe politique. Pour être juste avec Ciudadanos, il faut dire aussi que ce parti pâtit d'une loi électorale qui désavantage les partis se situant du seuil de la représentation.

Mais surtout, le PP a siphonné son électorat suite à une habile campagne auprès des électeurs de droite en faveur du "vote utile". Quoi qu'il en soit, une chose est sûre : Ciudadanos s'est fait ravir le rôle de « faiseur de roi » par le PSOE !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 27/06/2016 - 15:55
Travail au noir, ou Dépression ?
Voilà un article qui n'apporte aucune information en réponse à un événement assez surprenant. Durant les derniers mois, il y a bien eu quelques tentatives de propagande pour essayer de nous faire croire que ''la situation s'améliorait en Espagne''. Simple baisse saisonnière du chômage grâce aux ''jobs d'été'' dans le tourisme. Il paraît hautement improbable que les espagnols pauvres et sans emploi soient allés voter pour les crapules de droite, mais ils n'ont même pas fait l'effort d'aller déposer un bulletin de soutien à Podemos. Un meilleur connaisseur de la réalité espagnole nous expliquerait peut-être que désormais le travail se pratique surtout ''au noir''. Ou bien, un peuple qui sombre dans la dépression, plus seulement économique, mais morale ?
Deudeuche
- 27/06/2016 - 08:10
Où sont les loosers
de Podemos