En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 29 min 40 sec
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 13 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 14 heures 11 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 15 heures 7 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 17 heures 8 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 18 heures 38 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 18 heures 50 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 20 heures 23 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 20 heures 39 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 20 heures 59 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 13 heures 1 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 13 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 14 heures 25 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 16 heures 35 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 17 heures 20 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 18 heures 49 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 19 heures 21 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 20 heures 28 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 20 heures 52 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 21 heures 21 min
Donnez !

Journée mondiale du don du sang : pourquoi la France en manque tant et pourrait le payer cher en cas de nouvel attentat (ou autre catastrophe)

Publié le 17 juin 2016
A l'occasion de la journée nationale du don du sang, ce mardi 14 juin, il est primordial de souligner le risque de pénurie auquel la France est aujourd'hui soumise : les Français ne donnent plus suffisamment de sang et les stocks sont sur le déclin.
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion de la journée nationale du don du sang, ce mardi 14 juin, il est primordial de souligner le risque de pénurie auquel la France est aujourd'hui soumise : les Français ne donnent plus suffisamment de sang et les stocks sont sur le déclin.

Atlantico : Ce mardi 14 juin a lieu la journée mondiale du don du sang et la France compte particulièrement sur l’événement pour éviter une pénurie d’ici l’été. Un tel scénario est-il effectivement à craindre ? Pour quelles raisons ?

Stéphane Gayet : Le niveau des réserves en produits sanguins est en effet très bas aujourd’hui en France et la situation est donc particulièrement fragile. C’est pourquoi l’Établissement français du sang (EFS) lance un appel urgent à la mobilisation des donneurs de sang, en cette journée mondiale des donneurs de sang. En plus des 132 sites fixes de prélèvement, quelque 300 collectes festives sont organisées dans cette semaine du 14 juin.

Non seulement l’été approche à très grands pas, et c’est une période où les dons de sang diminuent naturellement chaque année, en raison d’une baisse de fréquentation des collectes, essentiellement due aux déplacements et changements d’habitude liés aux vacances. Mais de plus, nous sommes au début de l’Euro 2016 et l’on sait qu’un tel événement majeur dans le monde du football peut être à l’origine d’accidents de personne en grand nombre, qui sont consommateurs de sang. Ainsi, l’EFS se multiplie actuellement en appels aux dons, avec l’objectif d’obtenir une hausse d’au moins 15% des dons, soit 30 000 dons supplémentaires par rapport aux objectifs habituels, de façon à recouvrer un niveau de sécurité en réserves de sang.

Car les produits sanguins ont une durée de vie limitée (42 jours pour les globules rouges, 5 jours pour les plaquettes) et il faut des dons réguliers afin que les stocks se reconstituent. Il est utile de préciser qu’il faut chaque année en France pas moins de deux millions et demi de dons pour répondre aux besoins en produits sanguins d’un peu moins d’un million de malades. Avec l’allongement de la durée de vie, l’âge moyen des personnes transfusées augmente. Or, plus l’âge des malades en besoin de transfusion sanguine est élevé, plus les traitements transfusionnels se prolongent dans le temps et plus les quantités de sang nécessaires sont grandes. En d’autres termes, un sujet jeune en besoin de transfusion va se rétablir beaucoup plus vite, et il aura de ce fait besoin de moins de sang et pendant moins longtemps. Voilà pourquoi en cette mi-juin on manque de sang d’une façon critique.

De quelles solutions disposons-nous pour nous protéger contre cette pénurie ? Que dire de la rémunération du don, ou encore du sang artificiel ? Dans quelle mesure ces solutions sont-elles limitées ?

Les décisions de transfusion sanguine ont longtemps été laissées au libre arbitre des médecins, comme du reste les prescriptions de la plupart des médicaments. Mais aujourd’hui, des recommandations précises ont été édictées par les autorités de santé en matière d’utilisation de produits dérivés du sang humain. Parallèlement, la transfusion sanguine est devenue très sécurisée et les accidents transfusionnels sont vraiment rares actuellement. On peut donc affirmer que les produits dérivés du sang humain sont beaucoup mieux utilisés que dans les années 1980. Mais, malgré toutes ces mesures qui contribuent à limiter le nombre des transfusions sanguines, les besoins restent très importants. On dénombre en effet à ce jour plus de 80 maladies du sang ou "hémopathies", pour le traitement desquelles des produits sanguins demeurent le plus souvent plus que nécessaires.

Dire que le sang est indispensable au fonctionnement du corps humain est un truisme. Mais il est moins banal de dire que rien aujourd’hui ne peut véritablement le remplacer : c’est pourquoi les dons de sang sont aussi essentiels. Constitué de globules rouges ou hématies, de plasma, de plaquettes et de globules blancs ou leucocytes, le sang dit " total" provenant des donneurs permet à l’Établissement français du sang (EFS) d’élaborer et de distribuer en permanence des produits sanguins dits "labiles", c’est-à- dire ayant une durée de conservation limitée.

En France, le don du sang est régi par les principes fondateurs de la transfusion sanguine (loi du 21 juillet 1952). Ces principes fondateurs sont l’anonymat, le bénévolat, le volontariat et le non-profit. La loi du 4 janvier 1993 relative à la sécurité en matière de transfusion sanguine et des médicaments a renforcé ces principes éthiques, qui figurent par ailleurs dans des recommandations et chartes de droit international. Si l’Union européenne recommande également le don anonyme et gratuit, elle n’en a pas fait une obligation réglementaire, pour l’instant du moins. La très grande majorité des professionnels interrogés estime qu’il faut préserver ces valeurs à tout prix (86,2%). Près de 8% pensent qu’il pourrait y avoir des exceptions et près de 6% sont sans opinion. C’est dire que la rémunération du don du sang n’est absolument pas à l’ordre du jour en France. Mais qui peut affirmer que cette position n’évoluera pas un jour  ? Il est certain qu’une "marchandisation" du sang humain entraînerait des dérives mercantiles et bien des excès : exploitation des plus pauvres, trafic, choix des receveurs, mise en danger des donneurs tentés de trop donner, etc.

Le sang artificiel reste une voie de recherche. Régulièrement, on lit que l’on vient de faire une avancée décisive dans ce domaine, puis plus rien. Car c’est extrêmement complexe. Chaque globule rouge est une usine prodigieuse où se réalisent en permanence des milliers d’opérations biochimiques. On a cru également, il y a quelques années, qu’avec les hématies d’un ver marin "donneur universel", on pourrait remplacer les globules rouges de l’homme, mais il a fallu là aussi déchanter. Bien sûr, ces différentes voies restent à l’étude. Mais rien d’opérationnel pour le moment et sans doute pour longtemps encore.

Outre le simple fait que les réserves soient basses, quelles complications cela est-il susceptible de provoquer cet été ? Une pénurie signifie-t- elle que nous ne serions pas en mesure de faire face à un troisième attentat, ou à une autre catastrophe majeure ?

L’Établissement français du sang a le devoir de reconstituer ses stocks, cela fait partie de sa mission de service public. C’est pourquoi il multiplie les alertes et autres actions de communication actuellement, pour inciter les donneurs enregistrés et les donneurs potentiels à donner leur sang, quitte à exagérer la gravité de la situation. Car il doit absolument se montrer à la hauteur des besoins, c’est dans son essence même. Il est à dire vrai fort peu probable que l’on se trouve un jour en pénurie telle que l’on ne puisse pas répondre à des besoins urgents de sang.

En outre, il ne faut pas méconnaître le fait qu’en cas de situation de catastrophe, un élan de solidarité nationale pousse de très nombreuses personnes à se précipiter pour donner leur sang. De plus, en cas d’extrême urgence, on autorise des modalités particulières de prélèvement et surtout de traitement du sang, qui permettent d’accélérer ces différents processus qui en temps normal sont longs.

De surcroît, en cas de besoin particulier, on peut également probablement compter sur une solidarité européenne : il est plus que probable que des pays riverains seraient tout à fait prêts à nous aider, tout permet de le penser en raison des fondements et des valeurs de la Communauté européenne.

Ainsi, une pénurie de sang en France atteignant un niveau qui ne permettrait plus de sauver des vies humaines, reste tout de même une éventualité vraiment peu probable. Mais qui sait ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
rodmcban
- 14/06/2016 - 20:31
Dommage
C'est bête, pile au moment où on va vraiment en avoir besoin...
rodmcban
- 14/06/2016 - 20:18
Dommage
C'est bête, pile au moment où on va vraiment en avoir besoin...
gayet.stephane@chru-strasbourg.fr
- 14/06/2016 - 17:57
Pistes de réflexion pour optimiser le service de la transfusion
Cette idée de réciprocité obligatoire est une piste à étudier. Toutefois, elle est contraire aux principes fondateurs et aux règles éthiques de la transfusion sanguine en France.
Par ailleurs, on peut remarquer qu'il n'y a pas ou pas beaucoup de réciprocité non plus dans d'autres domaines, tels que les impôts sur le revenu, les cotisations à l'assurance maladie, les assurances, etc.
Car on constate que, dans ces domaines comme dans d'autres, ceux qui payent le plus sont souvent ceux qui en profitent le moins.