En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

03.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

04.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

05.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

06.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

07.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 1 heure 36 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 3 heures 13 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 4 heures 44 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 6 heures 52 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 8 heures 39 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 9 heures 6 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 10 heures 41 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 19 heures 48 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 21 heures 3 min
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 2 heures 20 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 4 heures 34 sec
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 5 heures 8 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 7 heures 43 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 8 heures 51 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 9 heures 22 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 10 heures 24 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 10 heures 52 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 20 heures 16 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 21 heures 32 min
© wikipédia
© wikipédia
A la mode Leonarda

Après le rabot, le demi rabot : pourquoi la danse du ventre de Hollande autour de la réduction des dépenses des collectivités locales est symptomatique de son manque de méthode

Publié le 03 juin 2016
François Hollande s'est rendu ce jeudi 2 juin au 99e Congrès des maires. Il y a annoncé un allègement de 50% de la baisse des dotations aux collectivités locales, offrant ainsi une petite bouffée d'air aux communes, régions et autres départements.
Jean-Luc Boeuf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Bœuf est administrateur général. Auteur de nombreux ouvrages, son dernier livre : les très riches heures des territoires (2019), aux éditions Population et avenir. Il est actuellement directeur général des services du conseil départemental de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande s'est rendu ce jeudi 2 juin au 99e Congrès des maires. Il y a annoncé un allègement de 50% de la baisse des dotations aux collectivités locales, offrant ainsi une petite bouffée d'air aux communes, régions et autres départements.

Atlantico : Lors du Congrès des maires de France, François Hollande a annoncé que la baisse des dotations sera divisée finalement par deux. Pour les communes, cette limitation représente 1 milliard d'euros. Comment interpréter ce nouveau "cadeau" fait par François Hollande ? Faut-il y voir un renoncement à faire porter les efforts budgétaires par des collectivités ? En quoi ces efforts étaient pourtant justifiés ?

Jean-Luc Boeuf : Soyons très clairs : à cette question, il y a deux réponses à faire. La réponse politique, d'abord, puis la réponse financière. La première n'est pas si complexe, quand on se souvient de l'échéance qui approche : nous sommes à un an de l'élection présidentielle. François Hollande est littéralement malmené dans les sondages. Face à la bronca de son propre camp, face à l'ambiance glaciale du Congrès des maires, il ne pouvait pas - ou très difficilement - ne rien annoncer. Sur l'aspect purement financier, cette nouvelle n'est évidemment pas bonne. Et pour cause ! Les efforts entrepris, depuis deux ans maintenant, par la France sur ses finances publics (et par les collectivités locales dans un effet de cascade logique) donnent le sentiment - à tort - qu'on distribue de l'argent. Ce n'est pas vrai ! Si l'on devait schématiser, l'Etat a expliqué aux collectivités locales qu'au lieu de leur prendre deux euros, il n'en prendrait qu'un mais réclamerait un euro de plus de dépenses. Cette annonce du chef de l'Etat finance à peine le coût de la revalorisation du point d'indice des fonctionnaires et celui du PPCR, le plan de revalorisation de carrière des agents. Cela ne finance pas non plus les transferts de compétences rampants, comme celui détaillé dans le projet de loi proposé par le ministre de la Justice : faire enregistrer les taxes dans les mairies et les préfectures. Cela correspond à 700 postes au niveau national que devront se payer les villes-préfectures. Quimper, par exemple, si le projet de loi passe en l'état, se devra d'enregistrer les taxes en tant que chef-lieu de préfecture.

Pour autant, on ne peut pas aller jusqu'à y voir un renoncement à faire porter le moindre effort budgétaire par nos collectivités. Cela nous ramène à la première partie de la réponse, celle qui ne touche qu'au domaine de la politique. Là où c'est très malin de la part de François Hollande, c'est qu'il ne s'agit pas ici de la distribution d'argent, mais d'une simple "moindre diminution". En outre, rien ne permet de savoir ce qu'il se passera en 2018, une fois que le nouveau président de la République sera élu. Dans tous les cas, il devra faire valider son plan budgétaire par Bruxelles. Quoiqu'il veuille faire, il devra tenir la trajectoire de la France en matière de déficit public. Or, dans ce déficit public, on compte les collectivités locales.

Enfin, il faut souligner que les efforts demandés aux collectivités sont, effectivement, pleinement justifiés. Cela se manifeste d'une façon très concrète et très visible : pour la première fois depuis l'histoire de la République, les dépenses de fonctionnement des collectivités locales sont stabilisées. C'est le cas en 2014, c'est également le cas en 2015 et il est tout à fait probable que ça soit le cas en 2016. Concrètement, cela signifie que l'effort demandé a rendu nécessaire la recherche d'économie au sein des collectivités locales. Je ne parlerais pas d'équilibre dans la mesure ou, par construction, le budget d'une collectivité locale doit toujours être équilibré. Tant en fonctionnement qu'en investissement. Mais le fait est que cela a contraint les collectivités locales à de sérieux efforts d'ajustement de leurs dépenses courantes. Il faut également prendre en compte les aspects macro-économiques et micro-économiques. Avoir diminué les recettes de fonctionnement des collectivités locales en a naturellement obligé certaines à augmenter les impôts. Cela représente néanmoins un cas particulier, selon qu'on parle de commune, de département ou de région... Cette baisse des dotations a eu un double effet : d'une part, l'Etat a diminué ses dépenses car il donnait moins aux collectivités. D'autre part, il les a forcées à faire des économies puisqu'elles ne pouvaient pas compenser l'ensemble de cette baisse avec les seules hausses d'impôts. C'est clairement un cercle vertueux.

Cependant, les collectivités éprouvaient de réelles difficultés à réaliser les objectifs fixés, avec pour conséquence de voir fondre leur niveau d'investissement. Comment expliquer que les efforts réalisés n'ont pas porté là où ils se justifiaient le plus ?

Il est primordial de faire la différence, dans le budget des collectivités locales, entre les deux parties qui le composent. L'une est consacrée au fonctionnement, l'autre aux investissements. Chacune d'entre elle doit être équilibrée. Pour celle relative au fonctionnement, c'est assez simple : il s'agit d'une simple soustraction entre recettes et dépenses, qui résulte sur ce que l'on appelle l' "épargne brute". Concrètement, il s'agit de ce que l'on pourrait désigner comme de l'autofinancement. On reporte ensuite ce dernier dans les recettes d'investissements, et il contribuera à financer les investissements. Ca n'est pas la seule façon de le faire, il en existe en effet trois. D'abord au travers de l'autofinancement, ensuite au travers des dotations et enfin grâce à l'emprunt.

Les baisses de recettes de fonctionnement de l'Etat ont nécessairement généré des baisses dans l'épargne brute des collectivités locales. Certaines collectivités ont donc fait le choix de ne pas augmenter les impôts, mais de moins investir l'année suivante. Il est difficile de dire néanmoins que ne pas investir soit "dangereux" à proprement parler. Cela nuit clairement au dynamisme de la collectivité, mais selon le prisme que l'on emploie pour observer la situation, elle n'apparaîtra pas de la même façon. Les collectivités doivent d'abord entreprendre un effort drastique dans la maîtrise de leur dépense courante, puis, dans un second temps, baisser leurs investissements pour reconstituer leurs marges. Pour ne pas dégrader les investissements des collectivités locales, il aurait fallu qu'elles baissent leurs dépenses de fonctionnement de la même manière que l'Etat a baissé les dotations. Ce n'est pas impossible, mais c'est particulièrement difficile, notamment à cause de la rigidité des dépenses de personnel. Quand on recrute un agent, il faut le payer l'année suivante. Face à la baisse des dotations de l'Etat, les collectivités ont utilisé (ou non) les trois leviers suivants : l'impôt pour compenser la baisse (le plus simple, mais très peu l'on fait), la baisse partielle des dépenses de fonctionnement, ou la baisse partielle de l'épargne brute... avec les conséquences qu'on sait sur l'investissement l'année suivante.

Moins d'épargne brute implique moins d'investissement. Moins d'investissement implique que le secteur du bâtiment, par exemple, souffre. Toutes les collectivités sont moins dynamiques dans ce genre de situation. Si l'on se place du côté des entreprises, c'est une situation catastrophique, particulièrement quand elle cherche à conquérir des marchés publics. En revanche, du point de vue du contribuable, c'est plutôt positif en cela qu'il n'y a pas eu d'utilisation du levier fiscal et qu'il n'y aura pas de dépenses à l'avenir pour financer l'investissement. Enfin, l'Etat et les collectivités peuvent afficher patte blanche vis à vis de l'Union européenne. Dès lors, il est difficile de dire que c'est seulement négatif.

Quelle serait la solution, permettant de faire porter les efforts sur les postes nécessaires, notamment sur les effectifs, comme a déjà pu l'indiquer la Cour des Comptes, en lieu et place des choix de facilité, comme l'investissement ?

En premier lieu, avant de rentrer dans le fond du sujet, il m'apparaît intéressant de rappeler une brève anecdote relative à la Cour des Comptes. Cette dernière ne manque guère de sel, tout spécialement quand on sait qui en est le président aujourd'hui. L'actuel président de la Cour des Comptes a été, lors de l'exercice de sa dernière fonction, président d'une communauté d'agglomération. Il en a fait exploser l'endettement et a utilisé des emprunts toxiques. Un autre président de la Cour des Comptes était auparavant ministre et a fait voter la loi relative aux intercommunalités en 1992. Il a fait exploser le nombre d'intercommunalités auxquelles l'Etat se devait de fournir de l'argent. Quelques années plus tard, alors qu'ils occupent dorénavant d'autres fonctions, ils viennent faire la leçon aux collectivités locales. Cela ne manque définitivement pas de sel, mais nous pouvons fermer la parenthèse.

Pour en revenir à la question de l'emploi des collectivités locales, il y a plusieurs possibilités d'actions. La première d'entre elles est bien évidemment de cesser le recrutement. On peut également supprimer des postes, ne pas remplacer des départs en retraites ou encore supprimer des missions... Il est également possible de revoir le régime des prix des agents ou de s'assurer que ceux-ci travaillent au moins 35h. Par facilité, le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux s'est imposé en France. C'est loin d'être la meilleure façon de procéder. Au niveau d'une collectivité locale, cela ne fonctionne pas : les agents allongent leur durée de carrière aujourd'hui. En outre, cela provoque d'autres dépenses liées aux prestations qu'il faudra facturer à un autre prestataire. Il faudrait jouer sur un peu tous ces éléments.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 04/06/2016 - 10:31
Hollande, collectivités locales
Transfert de responsabilité sans transfert de ressources, demi "remboursement " = enfumage encore et surtout lâcheté.
lasenorita
- 03/06/2016 - 11:41
Hollande l'éolienne.
Hollande fait un pas en avant...un pas en arrière...à l'approche des élections présidentielles il est très ''généreux''..il aurait mieux fait de réfléchir avant de diminuer les ''aides'' aux collectivités locales...moi, je préfère que les sous de mes impôts RESTENT en FRANCE..je vois mes impôts partir en Algérie à chaque fois que je me rends aux P
.T.T....chez ceux qui nous ont torturés, chassés de ''leur'' pays et volé nos biens!...