En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 1 heure 32 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 3 heures 56 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 5 heures 10 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 6 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 7 heures 47 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 8 heures 46 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 9 heures 30 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 10 heures 1 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 10 heures 25 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 11 heures 30 sec
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 3 heures 34 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 4 heures 21 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 6 heures 22 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 7 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 9 heures 25 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 9 heures 46 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 10 heures 18 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 10 heures 31 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 11 heures 56 sec
Toxicomanes

Breaking Bad à Téhéran : en Iran, les jeunes femmes diplômées sont de plus en plus accros aux drogues dures

Publié le 04 juin 2016
Les problèmes de drogue touchent non seulement les femmes pauvres mais aussi celles issues de milieux bourgeois. Et malgré la loi islamique en vigueur, on trouve de tout à Téhéran : méta-amphétamines, cocaïne, opium, ecstasy, cannabis...
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les problèmes de drogue touchent non seulement les femmes pauvres mais aussi celles issues de milieux bourgeois. Et malgré la loi islamique en vigueur, on trouve de tout à Téhéran : méta-amphétamines, cocaïne, opium, ecstasy, cannabis...

L'Iran connaît un problème croissant de consommation de drogues. Les jeunes femmes, avec un très bon niveau d'études, sont parmi les plus grandes victimes. Alors que le premier centre de désintoxication pour femmes a ouvert à Téhéran il y a quatre ans, le gouvernement du président Hassan Rohani, au pouvoir depuis 2013, a abordé la question de façon plus frontale.

Les filles de 13 ans sont de plus en plus dépendantes

L'année dernière, Shahindokht Molaverdi, le vice-président des Affaires familiales et des femmes, a admis que le nombre de femmes toxicomanes a plus que doublé au cours des deux dernières années, sans toutefois donner de chiffres précis, explique le site Quartz. Pire, les filles de 13 ans sont de plus en plus dépendantes, d'après les responsables iraniens. Shahindokht Molaverdi a déclaré, en janvier 2015, qu'il y avait 500 femmes toxicomanes sans-abris dans les rues de Téhéran. Un nombre revu à la hausse par certains experts qui l'estiment plus proche de 15 000.

Jeunes, instruites et au chômage, elles tombent dans la drogue

Mais le plus frappant, c'est que les problèmes de drogue affectent non seulement les femmes pauvres mais aussi celles issues de milieux bourgeois et très instruites. La formation continue a connu un grand engouement parmi les femmes iraniennes au cours des 25 dernières années, et en particulier dans la dernière décennie. Le nombre d'universités privées et les étudiantes admises ont considérablement augmenté. Mais après avoir terminé leurs études, beaucoup de ces femmes, qui généralement vivent avec leurs parents avant leur mariage, n'ont pas été en mesure d'obtenir des emplois dans une économie affaiblie par la mauvaise gestion et les sanctions économiques. Jeunes, instruites et au chômage, certaines femmes des classes économiques moyennes et supérieures sont alors tombées dans la dépression et se sont tournées vers la toxicomanie. Bien que la révolution de 1979 ait imposé le strict respect de la loi islamique, les Iraniens ont maîtrisé l'art du contournement et un grand nombre d'alcools et de drogues sont facilement disponibles.

85 % des toxicomanes rechutent après une cure

Les centres de désintoxication gérés par le gouvernement sont rares et les familles aisées cachent la dépendance de leurs enfants. Du coup, il existe peu de chiffres fiables sur la dépendance. Cependant, les responsables iraniens indiquent que 85 % des toxicomanes rechutent après une cure de désintoxication. Aux Etats-Unis, une étude réalisée en 2000 a estimé que le taux de rechute était de 40 à 60 % chez les Américains. Et la plupart effectuent un séjour de désintoxication 15 à 20 fois dans leur vie.

On trouve de tout : de la méta-amphétamine à l'opium

En Iran, les drogues ne coûtent pas cher et sont faciles à trouver. Les gens utilisent de tout : des cristaux de méta-amphétamine à l'opium, avec des analgésiques comme le Tramadol pour accompagner les descentes. Selon The Guardian, au nord de Téhéran, à 2 heures du matin, l'heure de pointe, on assiste à des files de voitures qui attendent pour se ravitailler. La cocaïne, la marijuana, l'ecstasy sont très prisés et l'opium est considéré comme une drogue pour personnes âgées. Quant aux cristaux de méta-amphétamine, ils ont réussi à transcender les clivages sociaux et se trouvent partout dans la ville.

De la meth pour perdre du poids

Les femmes iraniennes ont développé l'habitude d'utiliser les cristaux de méta-amphétamine pour perdre du poids. Certaines en achètent illégalement dans des spas et des salons de beauté, où on leur explique qu'ils vont les aider à conserver une silhouette élancée. En 2012, l'Iran était le quatrième importateur mondial de la pseudoéphédrine, le principal élément chimique utilisé dans la production de méta-amphétamine en cristaux. Et l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime a estimé que plus d'un demi million de Téhéranais, âgés de 15 à 45 ans, en avait consommé au moins une fois.

Vers une légalisation de l'opium et du cannabis ?

Actuellement, les Iraniens risquent jusqu’à la peine de mort pour la simple détention de substances illicites (500 personnes exécutées pour des affaires liées à la drogue en 2015). Mais, après plusieurs années d’échecs dans leurs politiques de répression, les autorités iraniennes réfléchiraient à assouplir la loi pour tenter d’endiguer le phénomène. The Conversation rapporte la proposition de Saeed Sefatian, une personnalité de premier plan à la tête d’un groupe de travail sur la réduction des drogues au Conseil de discernement, qui proposerait une nouvelle politique en matière de drogues incluant une légalisation de l’opium et du cannabis. Mais cette proposition iconoclaste ne fait pas l’unanimité et les conservateurs estiment que l’usage de drogues doit continuer à être prohibé.

Paradoxalement, derrière sa façade de piété, l’Iran est l’un des pays du monde les plus touchés par la drogue. Et les femmes en sont les premières victimes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 04/06/2016 - 10:03
Toxicomanie des Iraniennes
Peut être ce qui nous attend, mais probablement hommes plus que femmes: brillant résutat de la politique économique de notre gouvernement qui de plus laisse impunis les abus de la CGT et tente de l'amadouer à force de cadeaux ciblés pour acheter la paix syndicale.