En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

06.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 4 min 50 sec
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 27 min 30 sec
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 1 heure 23 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 2 heures 45 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 4 heures 12 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 5 heures 17 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 5 heures 54 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 19 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 19 heures 46 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 20 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 12 min 38 sec
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 48 min 56 sec
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 2 heures 27 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 3 heures 13 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 4 heures 42 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 6 heures 5 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 20 heures 10 sec
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 21 heures 10 min
© Reuters
© Reuters
Miroir miroir

"Un narcissisme à peine croyable" : l'esprit de Donald Trump décortiqué par un psychologue

Publié le 24 mai 2016
La personnalité du candidat républicain peut sembler cryptique. Mais l'homme est en lice pour la présidence de la première puissance économique mondiale : il est essentiel de comprendre ses éventuelles réactions, pour aiguiller ses interlocuteurs.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La personnalité du candidat républicain peut sembler cryptique. Mais l'homme est en lice pour la présidence de la première puissance économique mondiale : il est essentiel de comprendre ses éventuelles réactions, pour aiguiller ses interlocuteurs.

A quoi pense Donald Trump quand il est seul ?

Michael D'Antonio, son biographe, décrit longuement son impression permanente que "Donald Trump joue à Donald Trump". Mark Singer, du New Yorker, est également interloqué : en privé, l'homme semble mener "une existence qui n'est pas tourmentée par le tumulte de l'âme".

Autrement dit, tout se passe comme si Trump vivait sous un projecteur permanent – et qu'il le savait. A ces impressions primaires, The Atlantic vient d'apporter un éclairage supplémentaire, d'ordre psychologique. En effet, que vous le teniez de Freud ou de la Bible, la recherche a mis au jour le fait suivant : l'idée que les gens se font d'eux-mêmes – tout comme leurs motivations et leur tempérament – sont des indices puissants de ce que chacun décidera. Alors, qu'en est-il de Donald Trump ?

Ses dispositions

Les psychologues ont établi le modèle dit des "Big Five" depuis une trentaine d'années, afin de servir de repères dans l'étude de la personnalité. Selon que vous êtes Ouvert (c'est-à-dire curieux, prêt à se remettre en question) ou non ; Consciencieux (c'est-à-dire organisé, plutôt que spontané) ou non ; Extraverti (c'est-à-dire cherchant la stimulation et la compagnie d'autrui) ou non ; Agréable (c'est-à-dire empathique, plutôt que soupçonneux) ou non ; Névrotique (c'est-à-dire émotionnellement instable, plutôt que d'humeur égale) ou non. Ces initiales expliquent son nom français : le modèle OCEAN.

Au sein de ce modèle, les gens ordinaires sont généralement situés au milieu des variables, et le restent pour la durée de leur existence. Mais chez les présidents américains, les indices s'affolent : il est généralement considéré que George W. Bush était extrêmement extraverti, mais fort peu ouvert aux leçons de l'expérience ; quant à Barack Obama, il est plutôt introverti, et d'une stabilité émotionnelle "quasiment préternaturelle". Et Donald Trump alors ? Incroyablement extraverti, mais terriblement peu agréable. L'homme est une "dynamo", qui dort très peu. En effet, l'extraversion est corrélée à des comportements qui veulent susciter la reconnaissance d'autrui. En 1987, Barbara Walters lui demande s'il aimerait être nommé président des Etats-Unis. L'homme d'affaires lui répond : "Non, je crois que ce que j'aime, c'est la chasse".

Bien entendu, cela ne précise pas les décisions qu'il prendra. Au soir des élections de 2000, nul n'aurait pu prédire que Bush envahirait l'Irak trois ans plus tard. Mais la personnalité de Trump peut nous éclairer sur le genre de ses décisions : autrement dit, l'invasion de l'Irak par Bush ressemblait à son caractère, car les extravertis tendent à prendre facilement de gros risques. Malgré tout, à la différence de Bush, Trump est d'abord un businessman : s'il aime prendre des risques, la succession d'échecs financiers qu'il a connu pendant les années 90 lui ont appris le temps de la réflexion.

Il n'en reste pas moins qu'il n'est pas agréable du tout. Il fait figure d'homme machiavélien – en somme, peu fiable, à la manière de Nixon. Politifact, le site internet qui vérifie la véracité des promesses et des engagements pris par les hommes politiques américains (et qui a gagné le prix Pulitzer en 2009), a recensé toutes les affirmations de Trump et donne les résultats suivants : 2% d'entre elles sont vraies. Globalement, 75% sont fausses, dont 18% sont du "pur n'importe quoi". Quoiqu'un tel organe soit forcément partiellement politisé, le poids des chiffres appuie le diagnostic du psychologue.

En somme, Trump est audacieux, son style est agressif, et il lui importe d'obtenir des résultats éclatants sans trop s'arrêter aux dommages collatéraux.

Ses habitudes mentales

Dans ses négociations – au sujet desquelles il a écrit un livre –, Trump se montre vigoureux, infatigable et intraitable, jusqu'aux plus petites clauses. Il a formé un réseau important de personnalités avec lesquelles il entretient des relations personnelles, et il négocie quasi toujours en tête-à-tête – comme à la vieille école. Pourtant, le travail d'un président dépasse l'ampleur d'un seul homme, puisqu'il est contraint par des cadres institutionnels que le networking ne peut seul faire changer. Au vu des habitudes professionnelles de Trump, le psychologue se permet donc de supposer qu'il n'est pas prêt à assurer une telle fonction.

Ses motivations

A la fin de l'année 2015, Vanity Fair a également publié un compte-rendu psychologique de Donald Trump. Howard Garner, professeur à Harvard, à qui on demandait de résumer la personnalité de l'homme d'affaires, a répondu : "Il est d'un narcissisme à peine croyable". En effet, les clients des produits Trump pourraient se demander pourquoi son nom est collé à tous les produits qu'il commercialise : ses casinos, ses steaks, son vin, ses immeubles, son université, et d'autres choses encore. Prononçant l'éloge funèbre de son père, Trump avait commencé par ces mots : "Ce jour est le pire jour de ma vie", avant de détailler la réussite de son père : avoir élevé un fils si riche et si célèbre.

Alors, que veut Donald Trump ? Dans la mythologie grecque, Narcisse ne rêve que de lui-même. Les narcissiques promeuvent en permanence leur propre grandeur. Socialement, la difficulté vient du fait que sa volonté d'être le meilleur (qui n'est pas du tout alimentée par un manque d'amour de ses parents) lui a empêché de faire preuve de la faiblesse que l'intimité requiert. Ceci explique l'absence de confidents, constatée dès l'école.

Soit. Peut-être que le narcissisme n'est pas une mauvaise caractéristique pour les présidents ? En 2013, une étude s'est penchée sur la question, et donne la conclusion suivante : le narcissisme est une épée à double-tranchant. En effet, il facilite la mise en place de nouvelles lois, il est corrélé à l'avancée d'un véritable agenda politique, et il fait toujours dire aux historiens qu'un président narcissique a été un président "impérial", "grandiose". Seulement, il est souvent associé à la commission d'actes immoraux, et à des tentatives d'impeachment. Dans les affaires où l'éthique est moins exigée, certains narcissiques ont été d'immenses PDG, à la manière de Steve Jobs. Mais en politique, un schéma récurrent se profile : initialement éclatants, ces hommes finissent toujours par lasser de leur égocentrisme, et la roche tarpéienne ne s'est pas éloignée du Capitole.

Sa conception de soi

L'héritage que nous laissons derrière nous est toujours façonné par les récits, ou narratives, qu'ils ont construit à leur propos. Ces récits donnent une cohérence à notre existence, et répondent à la question de savoir comment nous sommes devenus ce que nous sommes. Le mécanisme est généralement inconscient, et passe par une réinterprétation du passé et un avenir fantasmé.

Chez les présidents américains, le psychologue prend deux exemples : le récit de Georges W. Bush est celui d'un ancien alcoolique paresseux, qui s'est converti sur le tard. En politique intérieure, cela lui donnait l'impression que tout le monde profiterait d'un retour aux valeurs conservatrices ; en politique extérieure, il souhaitait participer à la rédemption de peuples opprimés (par Sadam Hussein par exemple). Quant à Barack Obama, son récit est plutôt celui de l'héritier de la lutte contre l'esclavage, en marche vers la libération aux côtés de Martin Luther King. Cela donne à ses mandats une couleur progressiste, orientée vers la liberté.

Et Donald Trump, dans tout ça ? L'homme a été élevé dans un imaginaire hobbesien, de guerre de tous contre tous. Cela peut être illustré par ses propos, à la mort de son grand frère alcoolique, à 43 ans, qui n'avait jamais su se mettre au niveau de sa famille : "Fred n'avait rien d'un tueur". Donald Trump voit Manhattan, dans laquelle il évolue, comme une jungle qu'il doit asservir pour s'affirmer. Envoyé à l'académie militaire de New York à l'âge de treize ans, il valorise la compétition pour elle-même et dit d'ailleurs : "L'argent n'a jamais vraiment été mon moteur ; il ne me sert qu'à compter les points". Mais une victoire économique n'est pas une victoire militaire, et Trump le sait : en 2003, il a vertement critiqué l'invasion de l'Irak, et encore récemment s'est montré très réticent à l'envoi de troupes en Syrie.

En somme, "son extraversion et son narcissisme suggèrent qu'il est prêt à prendre de gros risques, pour que l'histoire se rappelle de lui. Les discours musclés peuvent parfois prévenir les conflits militaires – quand, par exemple, un adversaire recule, intimidé. Mais ses paroles belliqueuses engendrent la colère chez ses partisans, et peuvent contribuer à provoquer effectivement les nations dont Trump se moque".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

06.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gwirioné
- 24/05/2016 - 23:36
Et Reagan?
Ce genre de divagations pseudo-freudiennes me rappelle les conneries colportées par les médias bien-pensants français sur Reagan, qui a fait s'effondrer le communisme.
zouk
- 24/05/2016 - 15:57
Hollande vs Trump
J'approuve entièrement l'opinion de Anguerrand et ajoute que Fr.H. n'a jamais rien réussi dans sa vie que des compromis alors que Trump a quelques réussites aussi éclatantes que ses échecs. Mais pour narcissique et prétentieux qu'il soit, il se bat quand Fr.Hollande esquive et compromet. Notre situation après 5 ans de ses opinons changeantes et mensonges exige un combattant doté de volonté et d'idées claires.
Anguerrand
- 24/05/2016 - 14:22
A Lafayette 68
Vous avez raison, la France critique toujours les horreurs, les politiques qui se passeraient à l'étranger, c'est meme sa spécialité. Or Hollande a un ego plus caché, plus intériorisé mais je crois qu'il est certainement dans les pires des égoïstes, le plus prétentieux, sûr de lui et de sa bonne étoile. Je crois que Trump aura à cœur de faire prospérer son pays avec l'assentiment des amaricains qui comme nous veulent l'arrêt de l'immigration. Hollande est exactement le contraire, ce qui compte uniquement c'est sa réélection, pourquoi faire ? Le sait il lui meme ? Bien sûr il aura un programme mais il ne l'engagera pas plus que celui de 2007 . La France il s'en fout, ce qui importe c'est d'être tout puissant. Il a sali la France a de nombreuses reprises, y compris sur sa vie privée, àlors que les français le dégage à jamais. On s'est plaint de NS mais c'était un ange par rapport à Hollande et surtout il se battait POUR LA FRANCE.