En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 2 heures 55 min
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 3 heures 43 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 5 heures 13 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 6 heures 30 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 8 heures 51 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 11 heures 42 sec
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 11 heures 57 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 12 heures 59 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 14 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 3 heures 19 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 4 heures 29 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 5 heures 49 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 8 heures 14 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 10 heures 26 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 11 heures 31 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 12 heures 32 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 13 heures 12 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 13 heures 43 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 15 heures 4 min
© Allociné
© Allociné
Inception

Sensation de déjà-vu : faites-vous partie de ceux que leur cerveau trompe plus que les autres ?

Publié le 22 mai 2016
Une nouvelle étude de l'université de Northumbrie a permis d'établir que des facteurs psychologiques, comme le stress ou la croyance au paranormal, expliqueraient l'intensité, la fréquence ou la durée du phénomène de "déjà-vu". Ressenti par 6 personnes sur 10, il serait expliqué par la complexité du processus de mémorisation.
Hervé Platel est professeur de neuropsychologie à l’université de Caen. Il fait également partie d’une unité de recherche Inserm sur les effets de la musique sur notre cerveau.Internationalement reconnu pour ses travaux sur la neuropsychologie de la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Platel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Platel est professeur de neuropsychologie à l’université de Caen. Il fait également partie d’une unité de recherche Inserm sur les effets de la musique sur notre cerveau.Internationalement reconnu pour ses travaux sur la neuropsychologie de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une nouvelle étude de l'université de Northumbrie a permis d'établir que des facteurs psychologiques, comme le stress ou la croyance au paranormal, expliqueraient l'intensité, la fréquence ou la durée du phénomène de "déjà-vu". Ressenti par 6 personnes sur 10, il serait expliqué par la complexité du processus de mémorisation.

Atlantico : Une nouvelle étude de l'université de Northumbrie a permis d'identifier un certain nombre de facteurs psychologiques provoquant ce qu'on appelle une impression de "déjà-vu". Quels sont-ils ? En quoi cette étude a-t-elle consisté et que nous apprend-elle précisément ?

Hervé Platel : Cette étude est dans la continuité de ce qui a été fait à propos de ce phénomène de déjà-vu. Elle essaye d’expliquer la manière dont il fonctionne, ainsi que les facteurs de personnalité, psychologiques et sociaux-psychologiques, qui font que certains individus en sont plus sujets que d’autres. Au niveau de la personnalité, on retrouve des schémas assez similaires. Des individus imaginatifs, plus sujets au stress ou très croyants (religion ou surnaturel), sont en effet plus enclins à éprouver ce phénomène. Comment expliquer que ce phénomène est lié à des profils de personnalité ? On va trouver à peu près la même chose concernant les profils de personnalité dans les études sur la mémoire, par rapport aux “faux souvenirs”. C’est en fait un souvenir que les gens croient avoir vécu mais qui est en réalité déformé ou qui n’a pas existé. C’est, comme la sensation de déjà vu : quelque chose de tout à fait normal, à moins d’en être victime tout le temps, et dans ce cas, cela peut résulter d’une pathologie.

Y a-t-il différents types de "déjà-vu" (reconnaître une personne, une situation etc...) ? Quelles causes avaient déjà été identifiées par la recherche sur le cerveau ?

Un sentiment de déjà-vu est un sentiment de familiarité qui s'exprime généralement par rapport à un lieu, à des personnes ou à une situation. Mais il y a différents types de déjà-vu dont certains totalement vraisemblables, dans le sens ou on mémorise certaines informations, mais que pour des raisons diverses, l’encodage de celles-ci a été fait de telle manière que nous n’avons pas prêté attention à tel ou tel détail. En revivant une autre situation, en admirant un environnement particulier comme une maison ou un visage, d’un seul coup on réassocie ces informations. On peut prendre comme exemple un débat à la télévision : imaginons que vous vous concentrez sur les visages des personnes en train de débattre et qu’il y a du public derrière. Une des personnes du public a pu avoir un visage particulier qui vous a marqué inconsciemment car vous étiez concentré sur autre chose, et dans la rue, vous croisez une personne ressemblant beaucoup à celle que vous avez vu dans le public. Le cerveau peut générer un sentiment de familiarité ou de déjà-vu car on s’imagine reconnaître cette personne. Une partie de l’information se réactive dans le cerveau.

Concernant les causes de ce phénomène, on met en avant le dysfonctionnement des circuits internes de la mémoire, notamment des régions de l’hippocampe, qui sont le carrefour d’entrée des informations sensorielles et qui nous permettent de mémoriser et réassocier les informations perceptives dans un ensemble cohérent pour retenir une scène du vécu. C’est un travail complexe car, quand on vit une situation, on subit beaucoup d’informations visuelles, sensorielles ou auditives. Et cette complexité amène souvent à des phénomènes de "faux souvenirs", de souvenirs partiels ou de sensations de déjà-vu.

Ces phénomènes de "déjà-vu" doivent-ils être assimilés à une pathologie ? Peuvent-ils être handicapants pour les personnes qui y sont sujettes ? Faut-il s'inquiéter de ressentir plus ou moins régulièrement une impression de "déjà-vu" ?

Il est tout à fait normal d’éprouver ce sentiment de déjà-vu car c’est un résultat logique de la complexité de notre cerveau du point de vue de la mémoire. A peu près 70 à 80% des individus interrogés, suivant leur âge, avouent avoir déjà éprouvé cette sensation. Bien sûr, si celle-ci revient de manière perpétuelle, cela peut être lié à la création d'hallucinations. Cette sensation peut être associée à une maladie du cerveau, dans le cas de l’épilepsie ou de la schizophrénie. Des personnes épileptiques avouent qu’après une crise, elles ont un sentiment de déjà-vu, de revivre à l’identique une situation qui vient de se produire. Des travaux ont pu montrer que l'explication se trouvait dans la partie du cerveau qui gère la mémoire et la perception de la nouveauté. Chez ces personnes, il y a des dysfonctionnements significatifs au niveau d’une région très importante de la mémoire, l’hippocampe. Ce sont des structures qui ont pour but de trier et d’associer les informations sensorielles.

Propos recueillis par Thomas Gorriz

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires