En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

07.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
Very bad trip
Etats-Unis : à 5 ans il amène de la cocaïne à l'école
il y a 13 min 2 sec
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 1 heure 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 3 heures 31 min
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 5 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 5 heures 35 min
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Politique
Adieu Jupiter!

Hollande c'était "moi je " : Macron c'est "bibi"

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Société
Bonne solution ?

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 8 heures 30 min
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 10 heures 28 min
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 34 min 11 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 3 heures 40 min
Couette tueuse
Le mystère de la couette tueuse enfin élucidé !
il y a 5 heures 16 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 5 heures 47 min
décryptage > Economie
La traque

Mais pourquoi traquer la fraude fiscale ?

il y a 6 heures 51 sec
décryptage > Science
Kesako ?

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

il y a 6 heures 10 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 18 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 12 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 10 heures 45 min
© Valentyn Ogirenko pour REUTERS
Il peut être intéressant de soulever d'autres questions, notamment sur la politisation de l'Eurovision et de ce genre de manifestation : la victoire de l'Ukraine de cette année est contestée par la Russie.
© Valentyn Ogirenko pour REUTERS
Il peut être intéressant de soulever d'autres questions, notamment sur la politisation de l'Eurovision et de ce genre de manifestation : la victoire de l'Ukraine de cette année est contestée par la Russie.
Twelve points

25 chansons sur 26 chantées en anglais à l'Eurovision : une victoire en trompe l'œil pour la langue de Shakespeare

Publié le 20 mai 2016
L'Ukraine a récemment remporté l'Eurovision 2016, dont la finale s'est déroulée le 14 mai en Suède. Comme la quasi-totalité des pays participants (à l'exception, par exemple, de l'Autriche dont la représentante a chanté une chanson française), l'Ukraine a fait le choix d'une oeuvre interprétée (partiellement) en anglais. Une potentielle "dominance linguistique" que l'anglais paye cher.
Olivier Soutet est linguiste, maître de conférences et professeur à l'université Paris-Sorbonne.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Soutet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Soutet est linguiste, maître de conférences et professeur à l'université Paris-Sorbonne.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Ukraine a récemment remporté l'Eurovision 2016, dont la finale s'est déroulée le 14 mai en Suède. Comme la quasi-totalité des pays participants (à l'exception, par exemple, de l'Autriche dont la représentante a chanté une chanson française), l'Ukraine a fait le choix d'une oeuvre interprétée (partiellement) en anglais. Une potentielle "dominance linguistique" que l'anglais paye cher.

Atlantico : L'Eurovision 2016, installé en Suède, s'est déroulé du 10 au 14 mai. Lors du concours, l'écrasante majorité des chansons étaient de langue anglaise où comportaient des paroles anglaise. Si l'anglais semble s'imposer dans l'univers du divertissement, peut-on décemment parler de victoire culturelle ? Pourquoi ?

Olivier Soutet : Si le mot victoire est peut-être à nuancer, l'anglais jouit aujourd'hui d'une position indiscutablement prédominante, au moins dans ce genre de manifestations. Cependant, gardons à l'esprit que ces manifestations ont une visée explicitement internationale : de facto, la logique en place implique une langue internationale. En ce sens, l'Eurovision ne peut être considéré comme une réponse affinée ou représentative à la question de la dominance linguistique de l'anglais sur les autres dialectes. Pour avoir une idée plus précise à ce propos, il me semble autrement plus pertinent de se tourner vers des événements locaux, à l'instar des différents festivals musicaux qui s'organisent régulièrement en Europe. C'est dans ce genre d'événements qu'on pourrait véritablement mesurer le degré de pénétration de l'anglais. La logique de ces spectacles, réalisés pour un public physiquement présent en dépit des éventuelles rediffusions qu'il peut y avoir, diffère de celle de l'Eurovision. Par définition, cette représentation est transfrontalière, internationale, relayée sur tous les réseaux. Elle répond, sans aucun doute, à une certaine forme de "globish" ("global english", qui correspond à un anglais simplifié, utilisé par des locuteurs non-anglais) qui s'est installé depuis plusieurs années déjà. Cela ne correspond pas, à mon sens, au bon test. En outre, il peut être intéressant de soulever d'autres questions, notamment sur la politisation de l'Eurovision et de ce genre de manifestation : la victoire de l'Ukraine de cette année est contestée par la Russie. Il est possible de penser que l'Eurovision est, tout ou partie, instrumentalisé. Cela ne serait pas la première fois. Il est particulièrement intéressant de constater qu'il existe aujourd'hui une question identitaire, nationaliste, qui ne s'appuie pas (pour le moment, en tout cas) sur la langue du pays. Cela traduit la "désenglisisation" de l'anglais, tout comme le fait que les nationalismes ne passent plus par les folklores locaux.

L'anglais profite donc d'une position très forte dans le domaine du divertissement. Pour autant, parler d'une "victoire culturelle" de l'anglais demeure une formule "choc" qu'il convient clairement de nuancer. L'opposition à la mondialisation qui s'observe, tant sous une forme droitière que gauchiste, dans un certain nombre de secteurs politiques ne s'appuie pas sur l'ostracisassion de l'anglais jusqu'à présent. C'est ça, le phénomène de désenglisisation que nous évoquions précédemment : l'anglais est finalement devenu quelque chose de neutre. Certains y verront-là sa plus grande victoire. D'autre sa plus grande défaite ! La plupart des spécialistes de la langue, mais également les anglophones et américanophones, soulignent l'abâtardissement nécessaire de l'anglais pour parvenir à une telle diffusion. Ce type de phénomène n'est pas le premier dans l'histoire de l'humanité, même s'il prend place sur un espace géographique très conséquent, notamment en raison des avancées technologiques. Mais, après tout, quand le latin se diffuse dans l'empire romain, on peut également y voir une forme de conquête linguistique. C'est également vrai pour le Français dans sa grande période, au XVIIIè siècle. Néanmoins, les effets étaient moins impressionnants, du fait d'un contact moins conséquent. Beaucoup de gens baragouinent l'anglais aujourd'hui. Par le passé, l'expansion d'une langue ne touchait guère que les élites. L'anglais, à l'inverse, tend à toucher tout une série de secteurs, plusieurs pans des populations. Néanmoins, c'est loin d'être aussi vrai en Asie, ou l'anglais reste confronté à de puissants freins.

Charles Aznavour s'était déjà exprimé sur les différences d'approches en matière de musique entre français et anglo-saxons. Selon lui, la priorité est donnée à la sonorité en Amérique, là où elle est donnée au texte en France. S'agit-il d'un facteur décisif dans la forte représentation de l'anglais dans le monde du divertissement ? Quels sont les autres ?

Il existe effectivement, en France, une assez forte tradition de chansons à texte. Indiscutablement, la chanson française se pare, dans la plupart des cas, d'un certain côté intellectuel… ce qui est un facteur défavorable quand la langue est mise en cause comme cela peut être le cas aujourd'hui.

Cela soulève une autre question : l'anglais est-il une langue qui jouit d'une plus forte propension naturelle à la complémentarité avec le musical ? Comment cela se positionne-t-il vis-à-vis du français ? La réponse est assez complexe, en cela qu'elle questionne la structure mélodique des deux langues. Or, le français est une langue à accent faible, à la différence de l'anglais mais aussi d'autres langues romanes. Notre langue est un dialecte à mélodie assez monotone. Elle est, par conséquent, moins en phase aux attentes rythmiques caractéristiques et spécifiques de la chanson contemporaine (laquelle n'est évidemment pas homogène, mais qui répond à certaines dynamiques). L'anglais s'y prête effectivement mieux de par ces aspects. Par ailleurs, la surreprésentation de l'anglais dans ce domaine contribue à modeler ces attentes. On peut penser que, en raison de son aptitude à répondre aux désidératas relatifs à la chanson contemporaine, l'anglais s'impose à ce point. Ce ne serait pas un argument suffisant en cela que l'anglais est très représenté dans de nombreux secteurs où il n'est absolument pas question de chanson. Cette complicité qu'on constate, entre la rythmique propre à l'anglais et la musique actuelle, ne fait donc qu'amplifier un phénomène plus large, comme c'est le cas du côté moderne de l'anglais. La langue qu'il faut parler devient également la langue qu'il faut chanter. En un sens, la puissance appelle la puissance et produit un effet multiplicateur. Tout cela créé de grands standards musicaux à diffusion planétaire.

Avec l'avènement d'internet, les contenus artistiques et culturels sont moins limités que par le passé. Dans quel mesure ce genre d'outil favorise-t-il une diffusion internationale de l'anglais ? A qui profite-t-il ?

Internet est un support de l'anglais. C'est proprement indéniable.  Pour autant, internet permet surtout la diffusion de documents – gratuits ou très bon marché – dans une multitude de langues et pas seulement en anglais. Cela contribue à la diffusion de langues qui connaissent une diffusion très limitée au travers de livres ou de journaux. La mise à disposition de textes dans ces langues sur le web permet une plus vaste diffusion, particulièrement quand l'investissement est faible. Il est évident qu'avec internet, la communication de tous a été facilitée. Bien sûr, il existe aussi des phénomènes de dominance sur la toile, favorable à l'anglais comme on peut le constater au travers de Google… Mais n'oublions pas que l'outil est là et qu'il est à la disposition de tous. Ce n'était pas le cas, à l'époque du papier seul : l'outil y était infiniment moins disponible. J'en veux pour preuve qu'il est bien plus facile d'accéder à la littérature arménienne aujourd'hui que ça n'était le cas par le passé. Plus besoin de se rendre à la bibliothèque pour emprunter un livre, quelques clics suffisent. Internet facilite la communication de tous, et profite donc à tous, comme le montrent tristement toutes les dérives qu'on connait. Ce qui ne signifie pas cependant qu'internet permet la résurgence d'anciennes langues ; du moins pas tout à fait. Ce serait beaucoup dire. Il permet la mise à disposition, pour ceux qui ont la curiosité d'aller voir, de ces dialectes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

07.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires