En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

05.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

06.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

07.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

06.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 27 min 23 sec
décryptage > Histoire
Encore un effort

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Société
Bien gérer son stress

Comment prendre des décisions importantes (sans se noyer... ni se tromper)

il y a 1 heure 45 min
décryptage > Politique
Tous les nouveaux chemins mènent à Rome... ou nulle part

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

il y a 2 heures 23 min
décryptage > Politique
Haute fonction publique

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

il y a 3 heures 2 min
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 16 heures 42 min
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 17 heures 49 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 18 heures 27 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 22 heures 2 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 22 heures 33 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 44 min 16 sec
décryptage > Economie
Survie économique

Ce que nous apprend le top 100 des entreprises mondiales ayant le plus bénéficié de la crise du Coronavirus

il y a 1 heure 20 min
décryptage > Economie
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

il y a 2 heures 6 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

il y a 2 heures 46 min
light > Insolite
L'or sur
Voici un mystérieux masque d'or pour se protéger de la Covid-19
il y a 16 heures 9 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 17 heures 30 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 18 heures 9 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 19 heures 10 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 22 heures 32 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 22 heures 35 min
© Reuters
© Reuters
Aïe !

Tiques, puces : la maladie de Lyme, une vraie bombe à retardement

Publié le 16 mai 2016
Si la maladie de Lyme n'est pas la plus connue des infections liées aux moustiques, tiques et autres puces, elle n'en reste pas moins particulièrement dangereuse.
Hany Elsheika
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hany Elsheika est professeur de parasitologie à l'Université de Nottingham.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la maladie de Lyme n'est pas la plus connue des infections liées aux moustiques, tiques et autres puces, elle n'en reste pas moins particulièrement dangereuse.

Sur la liste des vilaines maladies transmises par les moustiques, les tiques et autres puces en Occident, la Borrelia burgdorferi a toute sa place en tête de classement. Cette bactérie provoque la maladie de Lyme, identifiée aux États-Unis à Lyme dans le Connecticut au début des années 1970. Le premier cas répertorié remonte toutefois bien plus loin, puisqu’Ötzi, l’homme des glaces de 5 300 ans – dont le corps momifié a été trouvé dans les Alpes en 1991 – en souffrait déjà.

Il s’agit d’une maladie à transmission vectorielle qui se développe rapidement dans les pays de l’Ouest ; la menace sanitaire qu’elle représente est devenue, ces dernières années, de plus en plus nette. Les estimations suggèrent ainsi que plus de 300 000 nouveaux cas sont à dénombrer chaque année aux États-Unis, et 65 000 pour l’Europe. Mais les vrais chiffres doivent être bien supérieurs ; de nombreux cas ne sont en effet pas déclarés et les tests diagnostiques disponibles aujourd’hui ont une efficacité encore limitée.

La bactérie Borrelia burgdorferi fait partie des spirochètes (dont la forme rappelle celle d’une petite hélice) qui comportent plus d’une vingtaine d’espèces ; cinq d’entre elles peuvent provoquer des maladies chez l’homme. La Borrelia peut se développer à l’intérieur d’une tique, en se déplaçant des intestins vers les glandes salivaires. C’est de cette manière qu’elle peut atteindre la peau des êtres humains, lorsqu’une tique suce le sang, propageant ainsi la bactérie. Pour survivre et infecter son hôte, la Borrelia mute de multiples façons afin d’échapper à la vigilance du système immunitaire.

 

Borrelia burgdorferi. Centers for Disease Control and Prevention’s Public Health Image Library

Le vecteur principal de la transmission sur le continent européen est la tique du genre Ixodes ricinus (encore appelée tique du mouton), mais d’autres tiques sont vecteurs aux États-Unis et en Asie. Cependant, comme les tiques du genre Ixodes peuvent transmettre d’autres bactéries pathogènes et virus, il peut s’avérer délicat de diagnostiquer une maladie de Lyme parmi un large éventail d’infections possibles après la morsure d’une tique ; d’où le nombre de cas de Lyme non pris en charge.

Les tiques ne sont pas les seules menaces. Poux, puces et moustiques peuvent aussi abriter la bactérie. Plus inquiétant, la bactérie Borrelia peut aussi se transmettre d’une personne à l’autre via la salive, les transplantations d’organes, les transfusions sanguines, les rapports sexuels ou le lait maternel. Il a aussi été avancé que la maladie pouvait se transmettre au fœtus via le placenta, mais ceci reste à prouver.

Ce que fait la maladie

Certaines personnes présentent un érythème migrant à l’endroit de la piqûre de la tique, de 3 à 30 jours après l’infection. À mesure que celle-ci gagne du terrain, d’autres zones cutanées peuvent être touchées, de même que le système nerveux, les articulations ou le cœur. L’infection cérébrale représente une complication rare, mais potentiellement dangereuse, constatée chez 15 % des cas de Lyme non traités. Ceci peut également provoquer des lésions neurologiques irréversibles.

À cause de ces nombreux symptômes non spécifiques, les patients ne bénéficient pas d’un diagnostic clair ni de choix de traitement. Quand on suspecte une maladie de Lyme, des tests en laboratoire permettant de détecter la présence de certains anticorps à la bactérie Borrelia burgdorferi peuvent permettre d’établir un diagnostic précis – même si ces derniers sont loin d’être parfaits. Certains patients, de 10 à 20 %, peuvent développer des affections chroniques invalidantes regroupées sous le terme de syndrome du traitement de la maladie de Lyme, incluant arthrite, épuisement, douleurs musculaires et désordres cognitifs tels des maux de tête et des troubles du sommeil.

Après la piqûre. Hannah Garrison/Wikimédia, CC BY-SA

Il n’existe malheureusement aucun vaccin disponible contre cette maladie. Mais certaines mesures peuvent permettre de réduire les risques : éviter les zones infestées, porter des vêtements adaptés, avoir recours aux traitements antimicrobiens après avoir été piqué.

Un prise en charge précoce est cruciale pour prévenir les pathologies et éviter les symptômes persistants. Les premiers stades de la maladie peuvent être efficacement traités grâce aux antibiotiques, mais pour les patients souffrant de manière chronique, ce sont des traitements sur des mois, voire des années, qui sont nécessaires. C’est une malchance que certains médecins considèrent les antibiotiques comme la seule solution, tant les patients souffrant de manière chronique nécessitent une approche diversifiée permettant de s’attaquer en même temps à toutes les infections, de renforcer le système immunitaire et gérer les complications.

Éliminer la menace

Les multiples effets de la maladie et leur dimension invalidante sont lourds de conséquences en matière de santé publique. Lorsqu’un patient est diagnostiqué, il bascule dans une existence frappée par l’incertitude, en grande partie à cause du manque d’informations adéquates et fiables.

Il est aujourd’hui évident – étant donné la progression du nombre de cas dans le monde, ainsi que le nombre de personnes qui continuent de souffrir après un traitement antimicrobien – que cette maladie se répand rapidement. Aux États-Unis, par exemple, le nombre de cas annuels signalés est 25 fois plus important aujourd’hui qu’en 1982, année où l’on a commencé à surveiller la maladie.

Bien des aspects de son fonctionnement – sa chronicité tout particulièrement – sont continuellement débattus, ceci du fait de l’absence de données suffisamment robustes sur le sujet. Et il n’existe toujours pas de définition unanime pour dire ce qu’est la maladie de Lyme chronique. Des mesures seront nécessaires pour dissiper l’incertitude qui entoure l’infection. Il est indispensable de développer des tests diagnostiques fiables, d’identifier les groupes de patients les plus susceptibles de bénéficier d’un traitement antibiotique… Autant de priorités pour faire en sorte que cette maladie ne se transforme pas en pandémie.

The Conversation

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ikaris
- 17/05/2016 - 16:50
Les pouvoirs publics s'en balancent
C'est pourquoi tout l'attirail des tests et vaccins est aussi peu développé voire même très en retard en France d'après ce que j'ai cru comprendre (il y a eu des traitements effectués avec succès si faits suffisamment vite avec des antibios pris de manière prolongés). Dans mon entourage 3 cas de contamination dont un dramatiquement incapacitant.
Mais bon ... ils s'en fichent les bobos préfèrent se trimballer dans le Marais que dans les Forêts et c'est Berger qui finance le PS.
jurgio
- 17/05/2016 - 10:54
Ma grande hantise
La grosse tique de mai 2017
Lafayette 68
- 17/05/2016 - 10:18
Alsace
On est les champions de France , hélas ...Donc prudence après les marches en sous-bois , rester sur les chemins ,en pantalon et manches longues si possible , casquette , inspection minutieuse après douche .
Tire- tique chez soi ( avec savoir faire) et voir l'évolution sinon antibio .