En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

02.

Coup de gueule de François Cluzet contre les acteurs et humoristes qui participent au "climat anxiogène actuel"

03.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

04.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

05.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

06.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

07.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 5 heures 30 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 6 heures 58 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 11 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 13 heures 39 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 15 heures 51 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 16 heures 9 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 16 heures 42 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 17 heures 4 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 17 heures 21 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 6 heures 14 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 10 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 13 heures 16 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 15 heures 41 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 16 heures 3 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 16 heures 20 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 16 heures 50 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 17 heures 9 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 17 heures 22 min
© Reuters
© Reuters
Consultant Baba-Cool

Quand McKinsey, le plus grand cabinet de conseil mondial, veut "réinventer" le capitalisme

Publié le 11 mai 2016
McKinsey remet notamment en question le PIB et propose d'inventer une nouvelle mesure pour le remplacer.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
McKinsey remet notamment en question le PIB et propose d'inventer une nouvelle mesure pour le remplacer.

Redéfinir le capitalisme ! Un autre monde est possible ! Qui dit ça ? Nuit Debout ? Jean-Luc Mélenchon ? Non, les très capitalistes consultants de McKinsey & Company, le prestigieux cabinet de conseil en "stratégie" qui a fait de sa mission, justement, le service au capitalisme.

Et pourtant, dans le McKinsey Quarterly, la revue trimestrielle de la firme, Eric Beinhocker, un ancien de McKinsey, et Nick Hanauer, entrepreneur et capital-risqueur, proposent cette idée…et en réalité elle est bien plus sérieuse qu'il pourrait y paraître de premier abord.

Redéfinir quelques termes…

Quand ils disent "redéfinir", ils pensent à cela : changer la définition des termes les plus souvent utilisés pour parler du capitalisme—et ainsi changer les attitudes des dirigeants d'entreprise, des actionnaires, des employés et de la société en général. Alors, que proposent-ils ?

D'abord, redéfinir la prospérité. On redéfinit la prospérité en termes d'argent accumulé, mais en réalité cette mesure n'est pas précise. Après tout, le français moyen a des revenus beaucoup plus faibles que Louis XIV—mais pourtant il a accès à des choses, comme une télévision ou des antibiotiques, auxquels Louis XIV n'avait pas accès, même pour tout l'or de Versailles. La prospérité ne se mesure pas en espèces sonnantes et trébuchantes, mais en "accumulation de solutions à des problèmes humains."

"Ces solutions vont du prosaïque (des chips plus croustillantes) au très sérieux (des remèdes pour des maladies mortelles)", continuent-ils. "Au final, l'étalon de la richesse d'une société est la somme des problèmes humains qu'elle a résolue et le degré auquel le plus grand nombre peut jouir de ces solutions."

Et puisqu'on a redéfini la prospérité, on peut maintenant redéfinir le PIB. Ce n'est pas une idée nouvelle : on se souvient que le Bhoutan avait promu un "Produit Intérieur de Bonheur" plutôt qu'un PIB, et que l'économiste nobélisé Joseph Stiglitz avait également parlé d'alternatives au PIB. "Le plus gros problème avec le PIB est qu'il ne reflète pas la manière dont la croissance change les expériences vécues et concrètes de la plupart des gens."

Donc le PIB mesure mal la prospérité. Il faut le remplacer par "une mesure du taux auquel de nouvelles solutions aux problèmes humains deviennent disponibles." La croissance n'est pas une croissance du PIB, mais une "croissance de la qualité et de la disponibilité de solutions aux problèmes humains."

Ce qui est vraiment intéressant c'est qu'ils proposent même une méthode pour formaliser cette mesure qui peut sembler un peu farfelue au premier abord. Mais, arguent-ils, après tout, c'est comme ça qu'on mesure l'inflation : en mesurant le prix des biens et services d'un "panier" consommé par le foyer moyen. Les économétristes mesurent comment le panier change avec le temps et change selon les pays ou les niveaux de revenus. On pourrait imaginer un processus similaire pour cette mesure des solutions aux problèmes humains.

Et le capitalisme, alors ?

Et le capitalisme dans tout ça ? Hé bien, les entreprises, justement, existent pour ça. "Chaque entreprise est fondée à la base sur une idée pour résoudre un problème. […] La contribution cruciale que fait l'entreprise à la société est de transformer les idées en produits et services qui résolvent des problèmes." Il s'avère que le capitalisme est le mécanisme d'organisation économique qui fournit le taux le plus élevé de résolution de problèmes humains.

Les auteurs se livrent donc à une critique de l'idée, acquise depuis des siècles, que les entreprises existent pour maximiser le profit et la valeur actionnariale. Non, répondent les auteurs. Les entreprises existent pour résoudre des problèmes. Offrir un bon rendement aux actionnaires est important, mais c'est comme boire de l'eau ou avoir à manger—c'est nécessaire pour vivre, mais ce n'est pas l'objectif.

L'idée que les entreprises doivent se concentrer sur la valeur actionnariale est parfois justifiée par l'idée que le capital est un des actifs les plus rares dans la société et donc que les entreprises doivent être en concurrence pour l'attirer. Mais comme le signale Clayton Christensen, le gourou de l'innovation de Harvard, dans un article de la Harvard Business Review, ce n'est pas vrai. L'actif le plus rare dans la société est la connaissance—la "matière première" qui permet la résolution de problèmes qui est l'objectif des entreprises.

Un autre partisan de la remise en question du dogme de la valeur actionnariale—et qui a créé énormément de valeur actionnariale—est le fondateur d'Amazon, Jeff Bezos. Dans sa première lettre aux actionnaires d'Amazon, qu'il joint à chacune de ses lettres annuelles aux actionnaires, il a averti ses actionnaires qu'augmenter la valeur actionnariale à court-terme ne serait pas son objectif. Son objectif ne serait pas tant la "résolution de problèmes" mais le client final. En servant le client, Amazon pourrait prendre des parts de marché et avoir un public fidèle et ainsi, au final, les actionnaires y retrouveraient leur compte. Par exemple, les prix bas d'Amazon réduisent sa marge de profit, mais rendent les clients fidèles et dissuadent les concurrents, ce qui permet de prendre des parts de marché. Bezos a déclaré à Business Insider qu'il consacre six heures par an aux relations avec ses actionnaires.

L'idée de remettre en question des mesures économiques "sérieuses" comme le PIB ou la valeur actionnariale peut sembler gauchisante, mais elle s'inscrit dans la lignée des idées libérales. Joseph Schumpeter, l'économiste libéral et auteur du concept de "destruction créatrice" ne pensait pas autre chose. De même, l'aspect de créativité de l'entreprise était une des idées les plus importantes de Friedrich Hayek.

Au lieu de valoriser l'argent et la richesse, proposent les auteurs, nous devrions "valoriser les solutions innovantes aux problèmes que nous avons." 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 12/05/2016 - 00:47
Solutions disponibles aux problèmes????
Ce capitalisme méconnaît les différences de cultures ( et de problèmes) et repart dans les vieux delires communistes de tout uniformiser et de se mêler détrousser des solutions aux problèmes de tous. bref...c'est de mondialisme dont on veut nous revendre l'idée éculée! Il devrait pourtant apprendre de ses erreurs, ce capitalisme mondialiste, et comprendre que la résolution de problèmes en génère de nouveaux, de façon exponentielle. Résoudre tous les problèmes, d'un coup, c'est arrêter l'horloge du temps, et ça, Dieu ne le veut pas...et puis, les problèmes sont si différents entre un adolescent d'une tribu Maranni et ceux d'un adolescent de Dubaï...vouloir uniformiser la prospérité, c'est perdre de cette richesse culturelle faite de différences et de décalages dans l'adaptation à la globalisation... L'appel de ce nouveau capitalisme Bidebergien sera surtout un appel à dépeupler le tiers-monde, afin de regenerer les cotisants de notre vieillesse, tel que le souhaitent Merkel-Flamby et Obama: un appel à la guerre civile et à la corruption des dictateurs du tiers-monde...soit tout l'inverse de la paix et de la prospérité!
zouk
- 11/05/2016 - 09:59
Véritable but de l'activité économique
Non G.L., le succès ne se mesure pas à "le client est roi". Le propos de cet article est beaucoup plus vaste: l'entreprise apporte des solutions aux problèmes de l'humanité. Qui pouvait penser, il y a seulement un siècle, que la Terre pourrait nourrir des populations de 7 millards, et bientôt il faudra nourrir 9 milliards et de plus, non seulement les nourrir mais les garder en bonne santé. Cela n'est pas seulement une question de maximisation des profits, mais de services rendus.
G.L.
- 11/05/2016 - 08:19
Le client est roi
C'est le client, le consommateur qui fait la richesseou fait couler des entreprises ! C'est ce que le client va dépenser en produits et services qu'il veut acheter qui fera le chiffre d'affaires. C'est ce C.A. qui va payer tout d'abord les salaires chaque mois des employés. C'est ce qui restera de ce C.A. après déduction de toutes les charges, taxes, impôts qui constituera (nous l'espérons) un résultat positif. C'est une fraction de ce résultat positif qui sera versé sous forme de dividendes aux actionnaires.
Le Vrai décisionnaire c'est le client et le dernier payé, c'est l'actionnaire. Les employés ont un salaire (c'est bien normal) garanti. Et l'Etat se goinfrera (c'est plus critiquable) à coup sûr.