En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

02.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

03.

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

04.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

05.

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

06.

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

07.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

06.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > Economie
EMPLOI
Macron annonce une exonération de cotisations et 300.000 contrats d'insertion pour les jeunes
il y a 3 heures 22 min
pépites > Santé
SANTÉ
Macron souhaite le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos
il y a 4 heures 41 min
light > France
FÊTE PERCHÉE
Un DJ va mixer en haut de la grande échelle des pompiers
il y a 5 heures 13 min
pépites > France
CORONAVIRUS
Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille
il y a 5 heures 55 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 6 heures 43 min
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 8 heures 18 min
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 8 heures 43 min
décryptage > Economie
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Europe
UNION EUROPÉENNE

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

il y a 9 heures 56 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 11 heures 49 sec
pépite vidéo > Santé
FÊTE NATIONALE
Emmanuel Macron souhaite rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos
il y a 3 heures 33 min
light > Insolite
BON APPÉTIT
Une cliente trouve une tête de lézard dans sa bolognaise, l'enseigne s'excuse
il y a 4 heures 48 min
pépites > France
COMMÉMORATION
Nice commémore les quatre ans de l'attentat de Nice
il y a 5 heures 27 min
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 6 heures 25 min
décryptage > Media
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 14 juillet en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 46 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 8 heures 34 min
décryptage > International
INTERNATIONAL

Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

il y a 8 heures 53 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

il y a 9 heures 32 min
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 10 heures 36 min
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 1 jour 1 heure
Real Madrid / Barcelone

Santiago Bernabeu : plus qu'un stade, une arène de corrida footballistique

Publié le 18 janvier 2012
Real Madrid-Barcelone ce mercredi soir. Une affiche de rêve pour ce quart de finale aller de la Coupe du Roi espagnole. Et un stade mythique à l'histoire unique : le Santiago Bernabeu de Madrid.
Philippe David
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe David est cadre dirigeant, travaillant à l'international.Il a écrit trois livres politiques : "Il va falloir tout reconstruire", ouvrage qui expliquait le pourquoi du 21 avril,  "Journal intime d'une année de rupture", sorti en 2009 aux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Real Madrid-Barcelone ce mercredi soir. Une affiche de rêve pour ce quart de finale aller de la Coupe du Roi espagnole. Et un stade mythique à l'histoire unique : le Santiago Bernabeu de Madrid.

Ce mercredi soir va se jouer outre-Pyrénées le 4ème « Clasico » de la saison qui sera un match de Copa del Rey, l’équivalent de notre bonne vieille Coupe de France. Même si ce trophée est le moins important pour les deux clubs, la Liga et la Ligue des Champions étant toutes deux bien plus importantes, ce match n’aura rien d’un match amical puisqu’il s’agira du énième duel « Merengue-Blaugrana » qui passionne toute l’Espagne et désormais presque le monde entier.

Celui-ci se jouera dans le stade Santiago Bernabeu, stade mythique situé dans le centre ville de Madrid qui a une histoire pas comme les autres. A la fin de la « guerra civil » qu’on appelle ici « guerre d’Espagne », le Real n’avait plus de stade, son enceinte ayant été récupérée par les « colchoneros », les matelassiers, de l’Atletico. Nommé Président du club en 1943, le premier acte de Santiago Bernabeu fût de faire construire un stade qui fût alors baptisé « Estadio Chamartin ». En hommage à son Président qui avait fait renaître le club, le stade fût rebaptisé « Santiago Bernabeu » en janvier 1955.

Ici un club ce sont avant tout des hommes. On n’imagine pas, fût ce moyennant un énorme chèque, redonner à cet écrin le nom d’une marque de lessive ou d’une compagnie d’assurances. S’ensuivirent les années de gloire du Real avec 6 Coupes d’Europe des Clubs Champions (l’ex Ligue des Champions) gagnées de 1956 à 1966 dont 5 d’affilée de 1956 à 1960. 

J’ai eu la chance de visiter ce temple du football en 2006 et on a toujours un pincement au cœur quand on emprunte le chemin menant des vestiaires (dont on voit l’intérieur mais où on ne peut accéder) à la pelouse. En regardant ces sièges on se dit que 50 ans plus tôt Kopa, Di Stefano, Puskas, Gento y étaient les Dieux vivants et qu’un demi-siècle plus tard, les Dieux étaient devenus « Galacticos » et s’appelaient Zidane, Figo, Roberto Carlos, Raul, Ronaldo ou Beckham. Entre temps et avec pas mal d’années de vaches maigres au niveau européen ( aucune Coupe des Champions gagnée de 1966 à 1998), les stars s’étaient appelées Michel, Santillana ou « el Buitre », le vautour, Emilio Butragueno.

 

 

Reparlons en du chemin menant au terrain, méthodiquement indiqué par des flèches sur lesquelles est écrit « Cesped » (pelouse). En le suivant on redevient enfant, quand on jouait au foot en rêvant un jour de fouler une telle pelouse, et le cœur bat plus vite au fur et à mesure que la lumière de la sortie du tunnel se fait plus forte. Et là, entouré par plus de 80 000 sièges vides, vous imaginez ce que doit être la sensation de rentrer sous les cris du stade plein comme un œuf.

Alain Roche avait dit que les deux stades les pires pour les joueurs adverses où il ait joué étaient Guiseppe Meazza à Milan et Santiago Bernabeu à Madrid. Il les avait décrit comme des arènes dans lesquelles vous croisiez le regard des spectateurs des premiers rangs venus assister là à une corrida dans l’attente de votre mise à mort. Pour avoir vu deux matches à San Siro, je peux en tant que spectateur confirmer les propos de l’ancien défenseur du Paris Saint Germain. Bernabeu est bien une « plaza de toros », une arène, où les spectateurs veulent voir leurs joueurs mettre à mort l’équipe adverse et leur accorder les deux oreilles et la queue en faisant tourner ou non leurs écharpes.

Ce mercredi soir, les castillans voudront accrocher à leur tableau de chasse les catalans qu’ils distancent en Liga mais qui les ont une fois de plus battu chez eux il y a quelques semaines malgré un but supersonique marqué au bout d’une vingtaine de secondes de jeu par Benzema. Contrairement au match retour de la « supercopa », je ne serai pas demain soir dans les tribunes mais j’aurai un pincement au cœur en me remémorant les émotions vécues en visitant ce stade. Enfin...Plus qu’un stade.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Philippe David
- 18/01/2012 - 21:42
@ajaouen et ggg
Sur les traces de la guerre d'Espagne, vous dites vrai. Bernabeu qui était sympathisant du CEDA a pu fuir car il avait été prévenu avant d'être arrêté et executé par les "rojos". Il s'engagea alors au 150eme Régiment d'infanterie "blanco" du Général Munoz Grandes et participa entre autre à la campagne de Catalogne.
http://www.historialago.com/rm_009_santiago_bernabeu.htm
Philippe David
- 18/01/2012 - 21:33
@Anais
J'ai fait le Camp Nou et Sanchez Pizjuan en Espagne pour de grands matches et je dois dire que l'ambiance à Séville est énorme. Un de mes amis qui a vécu à Madrid m'a dit que l'ambiance est quand même chaude à Bernabeu mais je veux bien vous croire
ggg
- 18/01/2012 - 20:43
La guerre d'Espagne n'est pas finie...
...elle se poursuit tous les jours dans notre presse sportive nationale dont l'amour pour le Barça se justifie moitié par le jeu, moitié par le passé anti-franquiste du club. Que le Bernabeu soit un des temples du football mondial au même titre que Wembley, le Camp Nou, San Siro dit Meazza, le stade Aztèque et quelques autres ne devrait pourtant souffrir d'aucune contestation.