En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

02.

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

03.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

04.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

05.

En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville

06.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

07.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 9 heures 52 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 13 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La vie mensongère des adultes" de Elena Ferrante : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 15 heures 31 min
pépites > Santé
Covid-19
239 chercheurs alertent l'OMS sur la transmission du coronavirus par voie aérienne
il y a 16 heures 33 min
light > Culture
Pour une poignée… de bandes originales
Mort du compositeur italien Ennio Morricone, le "maestro" du cinéma
il y a 19 heures 15 sec
décryptage > Economie
Menace persistante du virus

Covid-19 : pendant que la pandémie s’étend, la finance regarde un risque de récidive aux États-Unis

il y a 19 heures 57 min
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 21 heures 10 min
décryptage > Histoire
Encore un effort

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

il y a 21 heures 44 min
décryptage > Société
Bien gérer son stress

Comment prendre des décisions importantes (sans se noyer... ni se tromper)

il y a 22 heures 29 min
décryptage > Politique
Tous les nouveaux chemins mènent à Rome... ou nulle part

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

il y a 23 heures 7 min
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 12 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cottage aux oiseaux" de Eva Meijer : en pleine vague verte, c’est le moment ou jamais de déguster ce bijou !

il y a 15 heures 18 min
pépites > Santé
Bayannur
Chine : un cas de peste bubonique a été découvert en Mongolie intérieure
il y a 15 heures 50 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Gouvernement politicien ou gouvernement d’entrepreneurs ? Un choix entre un destin personnel et celui de l’économie

il y a 17 heures 31 min
décryptage > Santé
Action gouvernementale

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

il y a 19 heures 37 min
pépite vidéo > France
Oeuvre ciblée
Stains : la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été vandalisée
il y a 20 heures 41 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 21 heures 27 min
décryptage > Economie
Survie économique

Ce que nous apprend le top 100 des entreprises mondiales ayant le plus bénéficié de la crise du Coronavirus

il y a 22 heures 3 min
décryptage > Economie
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

il y a 22 heures 49 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

il y a 23 heures 29 min
© Reuters
© Reuters
Déraison

Arabie Saoudite : cette terrible lutte de pouvoir entre la famille royale et les technocrates qui menace l’économie mondiale

Publié le 22 avril 2016
La position de l'imprévisible vice-prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane sur la politique énergétique du royaume est davantage écoutée que celle du ministre du Pétrole. Le refus de l'Arabie Saoudite de conclure un accord à Doha pour un gel de la production de pétrole le week-end dernier en est l'illustration. Ce manque de pragmatisme menace d'empêcher un redressement du cours des hydrocarbures.
Francis Perrin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Perrin a travaillé pendant plusieurs années comme journaliste et consultant indépendant sur l’énergie et les matières premières. Il est chercheur associé au Policy Center for the New South (Rabat) et directeur de recherche à l'IRIS (Paris).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La position de l'imprévisible vice-prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane sur la politique énergétique du royaume est davantage écoutée que celle du ministre du Pétrole. Le refus de l'Arabie Saoudite de conclure un accord à Doha pour un gel de la production de pétrole le week-end dernier en est l'illustration. Ce manque de pragmatisme menace d'empêcher un redressement du cours des hydrocarbures.

Atlantico : La politique énergétique saoudienne semble faire l’objet d’une lutte interne opposant les technocrates du ministère du Pétrole (et son ministre Ali al Naimi) au ministre de la Défense et vice-prince héritier, Mohammed ben Salmane. Ce dernier a été qualifié par le Financial Times de "nouvelle voix imprévisible de la politique énergétique du Royaume". Sur quoi repose cet affrontement ? Quel impact a-t-il sur la politique énergétique du royaume ? 

Francis Perrin : Il y a incontestablement des divergences et des tensions même s'il ne faut pas les réduire à un affrontement entre le ministre du Pétrole et le ministre de la Défense. Mais il y a clairement un durcissement saoudien sur le plan pétrolier qui repose sur la crainte de voir l'Iran monter en puissance dans ce secteur et il est exact que le ministre de la Défense, vice-prince héritier et fils du roi (ce n'est pas rien), incarne ce durcissement qui est particulièrement visible dans l'intervention armée au Yémen. Cela dit, si sa position hostile à un gel de la production du royaume si l'Iran ne fait pas de même l'a emporté, c'est aussi parce qu'il n'est pas le seul au sein du régime à penser qu'il ne faut faire aucun "cadeau" à l'Iran et qu'il faut répondre coup pour coup.

La crainte de l'Arabie Saoudite, c'est que, si l'Iran augmente sa production - ce qu'il a commencé à faire -, il pourra exporter plus de pétrole, donc augmenter ses revenus pétroliers et devenir encore plus dangereux qu'actuellement. Cela a conduit au blocage le 17 avril à Doha alors que la seule position réaliste sur le plan pétrolier est de chercher à conclure un accord entre producteurs en laissant de côté l'Iran et la Libye.

Le revirement de l'Arabie Saoudite à Doha souligne la plus grande politisation de la politique pétrolière du royaume, ce qui introduit effectivement un nouvel élément d'incertitude sur le marché pétrolier mondial qui n'en avait pas vraiment besoin. C'est un tournant important. La politique pétrolière saoudienne, qui était de longue date très prévisible et très professionnelle, devient plus difficile à déchiffrer.

Dans la perspective de la rencontre de Doha, l’Arabie Saoudite semblait prête à revoir sa position et à geler sa production de pétrole afin de stabiliser les cours mondiaux. Le samedi la délégation saoudienne se montrait conciliante et affichait sa volonté de conclure un accord, mais le dimanche Mohammed ben Salmane conditionnait finalement le gel de la production à la présence de l’Iran, qui a refusé. Comment expliquer ce retournement de situation en à peine 24 heures ? Mohammed ben Salmane a-t-il décidé seul de ce changement de ligne ?

Il est exact que l'Arabie Saoudite était prête à conclure un accord à Doha. N'oublions pas qu'à la mi-février ce pays ainsi que la Russie, le Venezuela et le Qatar avaient accepté à Doha (déjà !) de geler leur production en 2016 et qu'il n'était alors pas question de demander à l'Iran de se rallier à cette décision. Il y a eu un tournant à 180 degrés juste avant le 17 avril et cela illustre à quel point les dirigeants saoudiens sont obsédés par l'Iran et inquiets des conséquences de la levée partielle des sanctions contre ce pays en janvier 2016 ainsi que de l'attitude de l'administration Obama jugée beaucoup trop conciliante envers Téhéran.

Mohammed ben Salmane n'a pas pris seul cette décision mais ce revirement illustre à la fois sa vision, son influence, son pouvoir de conviction et ses ambitions. Il a par ailleurs dans ses diverses fonctions des responsabilités particulières en termes de politique pétrolière.

En quoi l’absence d’une politique énergétique saoudienne cohérente et pragmatique constitue-t-elle une menace pour l’économie mondiale et le redressement du prix du pétrole ? Pourquoi l’Arabie Saoudite continue-t-elle sur cette voie alors même que la baisse des cours pénalise son économie et ses finances ? (avec notamment une baisse de 23% des revenus saoudiens en un an et une dégradation de la note de sa dette). 

Cette absence de pragmatisme - je ne dirai pas forcément manque de cohérence - est un motif supplémentaire d'incertitude sur le marché pétrolier et c'est clairement, dans le contexte actuel, un facteur baissier. Cette attitude va rendre très difficile, voire impossible, la conclusion d'un accord entre producteurs. Le 2 juin, l'OPEP aura sa prochaine Conférence ministérielle à Vienne mais on voit mal comment cette organisation pourrait décider quoi que ce soit puisque l'Arabie Saoudite et l'Iran sont deux États membres clés.

Depuis la fin 2014, l'Arabie Saoudite disait : nous ne baisserons pas notre production si des pays non-OPEP ne se joignent pas à ce mouvement. À présent, on ajoute une condition liée à l'Iran alors que tout le monde sait que Téhéran ne peut absolument pas accepter de geler sa production qui a baissé dans les dernières années du fait des sanctions.

L'Arabie Saoudite sait qu'elle a des réserves financières qui lui permettent de tenir plus longtemps que d'autres pays producteurs et elle veut faire monter la pression sur l'Iran. Cela dit, les prix du pétrole devraient remonter quelque peu à l'avenir car la demande pétrolière mondiale va augmenter en 2016 alors que la production non-OPEP va baisser cette année en raison de la chute des prix. Le marché est en train de se rééquilibrer progressivement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires