En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
 En Chine, la remontée du taux de croissance de 0.2% traduit un processus de transition qui se passe mieux que prévu.
Paradoxe
Prévisions de croissance du FMI : pourquoi la Chine reprend des couleurs alors que le monde, l’Europe et la France continuent de prendre l’eau
Publié le 13 avril 2016
Les prévisions de croissance en disent parfois plus sur l'état d'esprit des différents acteurs de l'économie mondiale que l'on ne croit. En témoigne le décalage entre la vision de la croissance du FMI révélée par le dernier rapport sur la croissance, différent à bien des égards de celui de l'OFCE.
Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Waechter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les prévisions de croissance en disent parfois plus sur l'état d'esprit des différents acteurs de l'économie mondiale que l'on ne croit. En témoigne le décalage entre la vision de la croissance du FMI révélée par le dernier rapport sur la croissance, différent à bien des égards de celui de l'OFCE.

Atlantico : Le FMI vient de réviser à la baisse ses prévisions de croissance mondiale, de 3.3 à 3.1%. Fait notable, alors que la Chine était perçue comme la principale source de risque, ces dernières prévisions font état d'une révision à la hausse de la croissance chinoise alors que celles des Etats-Unis et l'Europe sont revues à la baisse. Comment interpréter ces derniers chiffres ?

Philippe Waechter : Le FMI continue de s'interroger sur les sources d'impulsion qui permettrait à l'économie globale de converger vers une trajectoire plus élevée. L'institut mondial considère que le profil, notamment des pays développés, est en dessous de ce qui pourrait être observé. 

Maury Obstfeld le chef économiste du FMI appelle à une politique budgétaire et structurelle plus ambitieuse afin de caler l'économie globale sur une trajectoire plus robuste car il n'y a pas d'impulsion endogène susceptible d'accomplir ce changement. L'économie peut s'améliorer modérément en tendance mais il n'y a pas de facteur capable de changer son profil rapidement. C'est à mon sens la principale raison de la révision de la croissance mondiale et notamment de celle des pays industrialisés. L'économie globale semble marquée par une sorte d'hystérèse qui ne permet pas le retour à une croissance forte. L'hystérèse est cette situation où un choc a beaucoup de persistance. De la sorte, le retour à la situation antérieure est très long si cela a lieu. Il faut donc créer un choc de sens contraire pour se caler sur une nouvelle norme.

Les ajustements se font à la marge mais si l'on prend en compte le fait que la dernière révision datait de janvier cela fait des changements significatifs, notamment dans les pays développés. C'est le cas aux USA et en zone Euro notamment pour lesquels les anticipations sont rabotées. C'est cette absence d'impulsion et cet effet d'hystérèse qui jouent. En Chine, la remontée du taux de croissance de 0.2% traduit un processus de transition qui se passe mieux que prévu.

Peut-on considérer que les différents gouvernements et banques centrales ont réagi à temps au regard des menaces existantes pour éviter un dérapage brutal de l’activité économique mondiale ? Qu’en est-il spécifiquement au sein de la zone euro, dont la croissance 2016 a été révisé à la baisse de 0.2 point à 1.5% ?

Il n'y a pas de dérapage brutal, il y a surtout une incapacité à se caler sur une trajectoire plus élevée. Sur ce point, la zone Euro fait moins bien que les USA. Cela reflète probablement une perception plus précoce du risque associé à la crise aux USA. Le taux des fed funds est tombé à 0% dès décembre 2008. Cela a été plus long en zone euro. Par ailleurs, la zone Euro a mis en œuvre une politique d'austérité qui a reporté les ajustements des acteurs privés dans le temps. C'est là la difficulté. Comment imaginer que les comportements puissent spontanément se caler sur la prise de risque lorsque pendant plusieurs années la situation a été volatile et pleine d'incertitude. Chacun attend que la situation soit plus claire dans la durée avant de prendre une décision de grande ampleur. C'est pour cela que la politique budgétaire doit se racheter et faciliter une réduction de l'incertitude pour prendre le risque de retrouver une situation plus normale. L'incertitude sur la politique économique est probablement le facteur le plus problématique des dernières années car cela a empêché la prise de risque. L'hystérèse évoquée plus haut peut provenir de ces phénomènes.

A l’inverse, dans ses dernières prévisions publiées le 12 avril, l’OFCE estime que la croissance française pourrait s’établir à 1.6% contre une prévision de 1.1% pour le FMI. Comment expliquer un tel écart ? Quels en sont les enjeux, notamment en termes de baisse de chômage ?

Le FMI inscrit la France dans une dynamique globale alors que l'OFCE se cale davantage sur la France pour en observer les ressources potentielles. L'analyse de l'OFCE fait la part belle à la demande interne et notamment à une consommation très soutenue, ce que ne fait pas le FMI. Les analyses récentes et communes de l'INSEE, de l'IFO et d'Istat sur la zone Euro privilégient le soutien de la consommation des ménages pour anticiper un meilleur profil que celui proposé par le FMI. 

Les premiers éléments de 2016 relatifs aux dépenses des ménages suggèrent que celles-ci sont soutenus et pourrait effectivement être un support majeur pour la conjoncture des pays européens. On a tous envie de faire l'hypothèse que cette amélioration se prolongera tout au long de l'année. Le FMI ne fait pas cette hypothèse et c'est cela qui fait la différence. Cela veut dire aussi que l'ampleur de la croissance étant plus forte selon l'OFCE l'impact sur l'emploi sera bien plus important que dans le cadrage du FMI. 

Je ne sais pas si la prévision de l'OFCE sera la bonne, son chiffre est au-delà du mien, mais j'aimerais bien que cet institut ait raison car cela calerait l'économie de la zone Euro et de la France sur un profil cyclique plus ambitieux. Cela changerait alors les perspectives économiques et politiques des pays membres de la zone Euro. Le risque d'instabilité sociale et politique qui est parfois pointé s'estomperait alors.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
04.
A l’insu de son plein gré : le « nouveau monde » finira-t-il par faire basculer la France dans une nouvelle culture démocratique « grâce » à ses vieux travers ?
05.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
06.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
07.
Vous ne croyez pas au choc des civilisations ? Intéressez vous alors au sort de l'iranienne Nasrin Sotoudeh!
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gordion
- 14/04/2016 - 06:10
@zouk
Effectivement, qui croire? Il y a quelques temps, la Chine était devenue la menace pour la planète économique, maintenant la croissance chinoise, ses réserves de changes vont redonner le moral à la planète....
A mon sens, il s'agit toujours de 'sensibilité économique", selon qu'on soutienne des politiques keynésiennes, ou autrichiennes.
Et qu'on choisisse tel ou tel angle de vue: la dette privée, la dette des états, les politiques monétaires ou budgétaires, quelle relance?
La situation des banques, les taux d'intérêt?
On n'y comprend plus rien, symbole de la mondialisation et de l'imbrication des économies.
Sans compter l'ectoplasme européen, qui n'est même pas cité comme puissance économique par le FMI....ça, c'est un message politique clair: la construction européenne - au sens de Bruxelles et du FMI, donc toujours plus d'intégration et d'élargissement, ouvrir les vannes à l'immigration économique nécessaire à la croissance du PIB, etc - est menacée par la montée des populismes, et des menaces de Brexit. Donc, pas bon, et pas politiquement correct pour l'amour de l'Autre, qui, comme il est évident pour ces mondialistes, est la base des principes universalistes du monde "libre"
Fran6
- 13/04/2016 - 21:17
zouk
moi même, le matin, je me demande pourquoi je vais au taff pour rien gagner, pauvre France, comme vous dites, c'est l'idéologie qui détruit ce pays
zouk
- 13/04/2016 - 10:01
FMI + OCDE
Qui croire? En tous cas, la situation de la France est plus qu'inquiétante. Quand verrons nous enfin quelque mesures de bon sens venir d'un gouvernement qui a remarquablement réussi à détruire toutes nos chances à force d'entêtement idéologique et surtout d'ignorance, je suis même tenté d'écrire de bêtise partisane.