En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
L'une des voitures sans chauffeur de Google qui a été récemment testée sur les routes.
Ralentisseur
Pourquoi les villes sont encore à des années-lumière d’être praticables pour les voitures sans chauffeur
Publié le 13 avril 2016
Aujourd'hui, il semblerait que malgré les avancées et essais, les voitures autonomes soient encore inadaptées à la ville. A moins que ce soit précisément le contraire. Peut-être faut-il penser la ville de demain avant de penser à la voiture qui roulera dedans.
Jean-Gabriel Ganascia est professeur à l'université Pierre et Marie Curie (Paris VI) où il enseigne principalement l'informatique, l'intelligence artificielle et les sciences cognitives. Il poursuit des recherches au sein du LIP6, dans le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Gabriel Ganascia
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Gabriel Ganascia est professeur à l'université Pierre et Marie Curie (Paris VI) où il enseigne principalement l'informatique, l'intelligence artificielle et les sciences cognitives. Il poursuit des recherches au sein du LIP6, dans le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aujourd'hui, il semblerait que malgré les avancées et essais, les voitures autonomes soient encore inadaptées à la ville. A moins que ce soit précisément le contraire. Peut-être faut-il penser la ville de demain avant de penser à la voiture qui roulera dedans.

Atlantico : Récemment encore, les voitures autonomes de Google étaient testées sur les routes des déserts américains. Au-delà des seules avancées que représenterait une voiture capable de se conduire seule, n'implique-t-elle pas également d'importants travaux en matière d'urbanisme ? A quel point nos villes sont-elles adaptées à la conduite automatisée ?

Jean-Gabriel Ganascia : Les voitures autonomes qui commencent à voir le jour sont conçues pour l’environnement routier existant. Elles circulent non seulement dans les déserts, mais aussi sur les autoroutes et dans les villes américaines où elles repèrent automatiquement les obstacles, la signalisation, les autres voitures etc. Il n’apparaît donc pas indispensable de construire des rails pour ces voitures et de transformer l’espace urbain. Néanmoins, si, à l’avenir, le nombre d’accidents avec des voitures autonomes se révèle beaucoup plus faible qu’avec les voitures actuelles pilotées par des hommes, il y a fort à parier que la plupart des voitures deviendront autonomes. Or, dans cette éventualité, les villes pourraient progressivement évoluer, par exemple en réduisant la largeur des rues, du moins de l’espace réservé à la circulation automobile, ou en diminuant la taille des parkings, puisque les voitures autonomes se gareront toutes seules dans des espaces exigus. Tout cela pourrait transformer substantiellement l’espace urbain, du moins de façon progressive. A cet égard, songeons que l’espace urbain actuel s’est lui-même beaucoup transformé avec la fin de la circulation hippomobile.

Sans compter les seuls travaux d'urbanisme, quel impact la voiture automatisée pourrait avoir sur nos habitudes de circulation ? Pourrait-on continuer à utiliser la signalisation que nous avons actuellement ? Qu'en est-il des forces de régulation comme les policiers ?

Outre ces modifications d’infrastructure, on conçoit que l’utilisation des voitures autonomes change un certain nombre d’habitudes. Au lieu de se garer avant d’aller faire ses courses, on pourra se faire déposer devant les magasins ou dans les rues piétonnes, puis demander à la voiture de venir nous chercher. Certains vont même jusqu’à imaginer des services de partage ou de location de voitures : il suffirait d’appeler un service pour commander un véhicule adapté au nombre de personnes et au volume de bagages, puis de le rendre après usage.

Ajoutons que la circulation de ces voitures suppose aujourd’hui qu’une carte des infrastructures de signalisation soit tenue à jour, ce qui est déjà plus ou moins le cas pour les villes américaines. En effet, sinon, on risque de prendre une enseigne de pharmacie pour un feu vert, ou l’inverse… Afin d’éviter de telles déconvenues, on peut imaginer qu’à l’avenir la signalisation urbaine inclue des avertisseurs radio caractéristiques des stops, des feux tricolores, etc. Cela ne coutera pas beaucoup à mettre en place et pourrait remplir de grands services. En conséquence, on ne supprimera pas la signalisation actuelle, du moins pas immédiatement, mais on la complètera par une signalisation appropriée.

Quant aux forces de régulation, par exemple à la police, leur rôle devrait aussi se modifier et, surtout, s’automatiser. Que signifiera « arrêter » une voiture autonome ? Soit les passagers seront en infraction, auquel cas la voiture devrait pouvoir le repérer d’elle-même et l’éviter, soit la conduite sera contraire aux règles, mais il suffira d’alerter et d’engager une procédure auprès des fabricants de voitures, sans que cela nécessite d’ « arrêter » le véhicule en question.

Les policiers seront-ils les seuls professionnels touchés par cette évolution ? Outre les travaux en matière d'urbanisme et de circulation, que faut-il attendre pour les taxis, pour Uber, etc ?

Toujours dans le même ordre d’idées, d’autres professions associées à la voiture pourraient disparaître : il ne sera plus nécessaire d’arrêter la circulation pour faire traverser les enfants à la sortie des écoles, car des capteurs détecteront automatiquement leur présence. De même, il ne sera plus utile d’avoir un service de voiturier dans les restaurants pour garer les véhicules des clients… On peut aussi imaginer que les chauffeurs de camion ou de bus disparaîtront petit à petit et qu’il en ira identiquement pour les taxis.

Enfin, quels pourraient être les risques liés à une telle évolution et un tel remaniement urbain ? Y’a-t-il matière à craindre quoique ce soit ?

A priori, ces transformations se feront de façon progressive, puisqu’elles ne sont pas indispensables à la mise en place des véhicules autonomes. Elles répondront d’abord à un souci d’économies, mais elles répondront aussi aux aspirations collectives, par exemple à la volonté de disposer de plus de place pour marcher dans les villes, voire d’accroître la surface des espaces verts. A cet égard, on doit rappeler qu’il n’y a pas de déterminisme technologique. Le futur dépendra de ce que nous déciderons collectivement. Cependant, il ne faudrait pas que cela conduise à augmenter le temps de transport de façon démesurée, du fait d’embouteillages monstres, car même si la voiture laissera le temps de lire, de téléphoner ou de regarder des films, ce n’est pas un espace très confortable.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
03.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
06.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
07.
Stars ET milliardaires : quand la puissance de la célébrité transforme Jay Z ou Rihanna en magnats des affaires
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
05.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 13/04/2016 - 11:43
C'est à la machine de s'adapter à l'homme... pas l'inverse!
Adapter le neuf est une bonne idée.
Adapter pragmatiquement les villes, oui... Mais pourquoi devrait-on changer radicalement l'existant?
Bien des erreurs ont été commises dans le passé par des désirs de changements ne tenant pas compte des réalités existantes.

La voiture sans chauffeur existera et imposera une révolution de toute la mobilité de la société.

Les "anciens" systèmes ne s'écrouleront pas pour autant et une période de transition sera nécessaire.
C'est cette cohabitation nécessaire entre la mobilité manuelle et automatisée qui imposera le pragmatisme.
Les constructeurs doivent s'adapter à la ville et non les villes aux constructeurs.