En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

07.

Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 13 min 32 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 3 heures 16 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 5 heures 28 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 5 heures 38 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 5 heures 56 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 6 heures 30 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 7 heures 11 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 7 heures 35 min
light > Santé
Santé
Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 8 heures 11 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 37 min 44 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 2 heures 49 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 5 heures 11 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 5 heures 34 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 5 heures 45 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 6 heures 19 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 7 heures 4 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 7 heures 13 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 7 heures 42 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 8 heures 12 min
© Allociné
La société d'assurance Willis Towers Wilson annonce avoir mis au point un logiciel capable, avec une précision relativement conséquente, de déterminer l'âge de décès de ses clients. Comme dans le film Bienvenue à Gattaca (illustration)
© Allociné
La société d'assurance Willis Towers Wilson annonce avoir mis au point un logiciel capable, avec une précision relativement conséquente, de déterminer l'âge de décès de ses clients. Comme dans le film Bienvenue à Gattaca (illustration)
Bienvenue à Gattaca

Dis-moi quand tu mourras, je te dirai combien ça coûte : PulseModel, la technologie qui prédit la date de votre décès pour aider les assurances à vous facturer

Publié le 08 avril 2016
La dernière innovation d'une société d'assurance américaine prétend améliorer ses services en prédisant plus précisément votre probabilité de décès. Ce qui n'est ni une bonne nouvelle pour nous, ni pour les assurances...
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La dernière innovation d'une société d'assurance américaine prétend améliorer ses services en prédisant plus précisément votre probabilité de décès. Ce qui n'est ni une bonne nouvelle pour nous, ni pour les assurances...

Atlantico : Avec la création de PulseModel, la société d'assurance Willis Towers Wilson annonce avoir mis au point un logiciel capable, avec une précision relativement conséquente, de déterminer l'âge de décès de ses clients. Si le fait de connaître le jour de sa mort était synonyme de perfection chez les philosophes stoïciens, il permet désormais à l'assureur de limiter au maximum les risques d'indemnisation. Face à de telles avancées, les consommateurs ont-ils encore intérêt à souscrire à des assurances aussi calibrées ?

Philippe Crevel : Avec ce genre d'outil prévisionnel ultra-précis, on pourrait toucher au principe même de l'assurance. L'assuré, face à de telles technologies, considèrerait à partir de là qu'il n'a plus la possibilité de se garantir contre un risque, parce que le montant de la prime sera égal au montant de la certitude. Cela reviendrait à empêcher toute couverture, et globalement cela aurait un effet extrêmement nocif sur l'activité humaine elle-même, car l'activité humaine obéit par définition à l'aléa, à l'incertitude. Quand les Phéniciens ont mis en place les assurances, il s'agissait de venir en aide à des propriétaires de bateaux qui perdaient leurs cargaisons dans le cadre du transport maritime. On faisait alors un remboursement de la marchandise. Si l'on avait été certain que le propriétaire du bateau était certain de perdre sa cargaison, par définition il n'aurait pas trouvé de soutiens pour l'assurer. La logique poursuivie par cette évaluation de plus en plus précise des risques, si l'on va jusqu'au bout de cette logique, supprime tout bonnement le principe d'assurance. 

La société Willis Towers Wilson prétend proposer des assurances plus précises et adaptées aux spécificités du client. Pour simplifier un client qui devrait mourir rapidement payera son assurance plus chère qu'un client qui devrait mourir plus tard. Peut-on discriminer ainsi sur la santé ? Les entreprises peuvent-elles faire payer plus un obèse, un pauvre ou un fumeur parce qu'il a plus de chance de décéder qu'un homme riche et en pleine santé ? Ne s'agit-il pas de la mise en application effrayante d'un hygiénisme social ?

L'idée principale de cette dynamique est de calibrer les assurances en fonction des risques encourus. Un obèse a une espérance de vie plus faible. S'il est obèse, fumeur, alcoolique et inactif, par définition, il risque de mourir plus tôt. Ces risques supplémentaires par rapport au reste de la population. Cela fait aboutir à des thèses hygiénistes selon lesquelles les comportements hygiéniques des individus sont sanctionnés financièrement. Mais il y a une limite pratique à cette façon d'agir : pour qu'il y ait assurance, il faut qu'il y ait au départ une communauté solidaire. C'est-à-dire que la société accepte de prendre en charge l'ensemble des risques que ses membres portent. A partir du moment où justement il n'y a plus cette cohésion ou solidarité, on en vient toujours à montrer du doigt le déviant. Cette notion de déviance est évidemment très variable en fonction des espaces et des époques. Dans notre cas, il s'agit de l'alcoolique, de l'obèse ou du fumeur. Quand il n'y avait que quelques obèses – par exemple au XIXe siècle – cela ne portait guère préjudice à la société. A partir du moment où leur nombre augmente fortement, comme aujourd'hui, cela porte préjudice à la communauté. D'où la tentation d'exclure les obèses. Il y a deux conséquences possibles : soit les obèses fondent une communauté et s'assurent en tant que tels. On en arrive alors à une société segmentée, qui fait éclater une communauté nationale. La société dès lors est composée de groupes qui se ressemblent et s'assemblent, avec un côté salad bowl communautariste à l'américaine. Cette american way of life ressemble d'ailleurs de plus en plus à highway to hell. Ce système est à l'opposé des grands principes de protection sociale tels qu'on les a conçus en France après la Seconde Guerre mondiale. 

L'autre possibilité, bien plus effrayante encore, est tout simplement la mise en place d'une politique d'assurance générale discriminatoire.

Doit-on s'attendre à d'autres évolutions de ce type ? Est-ce le premier pas vers l'apparition d'une sélection quasi-eugénique des individus, les plus aptes statistiquement étant de fait doublement favorisés par le système économique ?

Il faut rappeler qu'il y a toujours eu un principe de sélection dans le milieu de l'assurance. La question de l'expérience par exemple, justifie que l'on facture plus un conducteur jeune qu'un conducteur ancien, ou encore le conducteur urbain par rapport à un conducteur rural (qui par définition conduit nettement plus). Ce genre de majoration existe depuis toujours. Qu'est-ce qui change aujourd'hui ? Évidemment les capacités centuplées d'analyse des données, grâce notamment au Big Data et aux nouveaux outils informatiques. On est capable désormais de sérier de façon beaucoup plus forte que par le passé. Avec l'utilisation, le cas échéant, de l'ADN, on peut aller jusqu'à la négation même de l'assurance. 

La limite de tout cela, comme je l'ai affirmé auparavant, est la nécessité de fonder le principe d'assurance sur une communauté. Et que si on considère que chacun porte son risque, on en vient à supprimer le principe-même d'assurance. L'assureur ne peut plus vendre ses assurances et gagner de l'argent.

Il y a aussi un effet de nombre : à force de segmenter les communautés pour affiner ses prédictions, on augmente les coûts de fonctionnement des assurances. C'est une vieille règle universelle : plus il y a de personnes concernées, moins c'est cher. Si on commence à constituer tout un amas de micro-communautés, par exemple dix ou vingt personnes, cela coûtera beaucoup plus cher qu'une grande communauté constituée de millions de personnes traitées sur un pied d'égalité. On peut alors envisager des stratégies plus pédagogiques pour éviter les comportements à risque. La mutualisation, cela veut d'abord dire le grand nombre. La tentation de l'individualisation doit donc être écartée car finalement peu rentable. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 05/04/2016 - 20:11
Quand diable mourrai-je ?
Ce logiciel, comment fonctionne-t-il ? Avec des statistiques de mortalité officielles ? A-t-il accès à tous les registres de mairie, même celui de Trifouilly-les-oies ou de Tiputa-les-deux-cocotiers dans l'île sans la Toile de A'arong'a ? Comment prend-il en compte le poids, la nourriture et la boisson ? Quel est le questionnaire soumis au client ? La race, la taille, la nation, la géographie interviennent-elles ? ... ... ... Bref : quelles sont ses limites ? Ne s'adresserait-il qu'aux Américains du Nord ? ... .... ... Dire qu'au bout du compte une précision aussi fine tue l'assurance, c'est très bien, mais il serait nécessaire aussi d'expliquer le mode d'emploi, et surtout qui est concerné... Je mourrai quand, moi ? Faut que je sache !