En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Si je n'ai pas l'amour
"The good life" : et si les secrets du bonheur se trouvaient dans les résultats d’une étude de Harvard menée sur plus de 700 hommes depuis 1938
Publié le 05 avril 2016
Combien d’études en psychologie sociale ont-elles paru dans les dernières décennies ? En voici une qui possède une caractéristique que nulle autre n’a : elle court depuis près de 80 ans.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Combien d’études en psychologie sociale ont-elles paru dans les dernières décennies ? En voici une qui possède une caractéristique que nulle autre n’a : elle court depuis près de 80 ans.

En six mois, la vidéo hébergée par TEDx a été vue presque huit millions de fois. La récompense est à la hauteur du défi relevé par le Dr Waldinger : « Qu’est-ce qui nous garde heureux et en bonne santé tout au long de notre vie ? ». Le psychiatre, professeur à Harvard, venait annoncer les résultats d’un travail au très long cours, dont il déplore qu’ils ne soient publiés que « dans des revues médicales que personne ne lit », mais mis en lumière récemment par le New York Times.

Dans les années 30, deux équipes d’Harvard ont mis sur pied deux groupes d’études, le premier composé de 268 étudiants en deuxième année à Harvard, le second de 456 jeunes hommes issus des bas-quartiers de Boston. L’objectif était de discerner les facteurs qui jouent un rôle dans la réussite, la santé et le bonheur, tout au long de la vie des sujets. Les chercheurs ont recours à des entretiens minutieux, des examens de santé. Les nouvelles technologies ont permis d’incorporer des scanners du cerveau, des prises de sang, et des entretiens avec leurs femmes et enfants.

Ceux qui sont encore en vie aujourd’hui ont plus de 90 ans. Les résultats amassés sur les sujets sont très divers. D’abord, l’alcoolisme a une force destructrice sans équivalent. Parmi les sujets, il est la première cause de divorce, et son lien avec les névroses est indéniable. Il tend à précéder la dépression plutôt qu’à la suivre. Avec le tabagisme, l’alcoolisme cabosse la santé comme rien d’autre. Au-delà d’un certain niveau, les différences de QI ne jouent pas de rôle dans le revenu moyen. Les personnes qui se reconnaissent à gauche ont des rapports sexuels plus vieux. L’idéologie politique n’a pas d’impact majeur sur le bien-être.

 « Le bonheur naît de l’amour, point ».

Mais l’étude insiste surtout sur un facteur majeur : ceux qui entretiennent des relations solides avec leurs amis, leurs familles, et leur époux sont ceux qui se reconnaissent les plus heureux. Plus encore, les examens médicaux suggèrent que ces sujets-là sont en meilleure santé – physique et mentale. Ce n’est bien sûr pas corrélé à un beau fixe permanent : la relation peut connaître des hauts et des bas. L’essentiel consiste à savoir qu’en définitive, on peut compter sur autrui. Ainsi, les retraités qui ont cherché de nouvelles amitiés après avoir quitté leurs anciens collègues sont en meilleure condition physique.

Pourtant, à la lumière de ces examens, doit-on considérer qu'il s'agit là de causalité ou de corrélation ? En effet, les études en psychologie sociale sont connues pour tomber souvent dans le biais de la variable omise. Il est tout à fait possible de tirer de l’étude la conclusion suivante : les gens qui sont déjà heureux et dont la santé est robuste se font plus facilement des amitiés durables ; la maladie vous isole socialement.

Malgré tout, le cœur des résultats porte peu à la polémique. Le Dr. Vaillant, qui a dirigé l’étude pendant près de trente ans, a publié de nombreux livres qui rendent compte des éléments les plus frappants. Un de ses ouvrages, Triomphes de l’expérience paru en 2012, livre le suc de 80 ans de recherche en quelques mots : « Le bonheur naît de l’amour, point ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
03.
Pourquoi l’envolée des cours de l’or en dit beaucoup plus sur le défaut de culture économique des marchés que sur l’état de l’économie mondiale
04.
Quand les tabloïds britanniques s’inquiètent de voir Paris livrée aux bandes pendant la fête de la musique : fantasme de no-go zones ou début de réalité ?
05.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
06.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
07.
Cannabis thérapeutique : enfin une lueur d'espoir pour les personnes atteintes de douleurs rebelles
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kaprate
- 06/04/2016 - 00:22
On savait...
Même si on n'est pas toujours capable de le donner, de le recevoir et d'en prendre soin, on sait bien que c'est l'Amour qui nous rend heureux et non l'hyper-consommation, la gloire, l'argent, les médicaments, le travail... Et on avait aussi bien compris que les hommes "de gauche" avaient des relations sexuelles plus vieux... C'est justement à cause de ça qu'on a finalement eu droit à Petite B... comme président en 2012... Et même lui, avec ses moyens, il s'est montré bien plus actif à forniquer qu'à gérer la France...
Septentrionale
- 05/04/2016 - 11:34
Empirique , Mon cher Watson
En France, l'Etat socialiste veut gérer précisément l'enchantement au monde du bonheur, du notre en particulier et la Société s'évade en s'effondrant dans une sur-consommation de produits médicamenteux et autres psychotropes en particulier. Recette captative aliénante du bonheur pour tous à plusieurs fonds anxiogènes redistribués.