En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

04.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

05.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

06.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

07.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

ça vient d'être publié
light > Science
Flashs cosmiques
La compréhension d'un des derniers phénomènes cosmologiques identifié se poursuit mais sera encore longue
il y a 27 min 55 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Make the Internet Great Again : le style Trump sur Twitter

il y a 4 heures 26 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

il y a 4 heures 28 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le peuple français est-il une fiction ? : la France face au spectre de l’identité

il y a 4 heures 32 min
décryptage > Politique
Debout les morts

Miracle à Jérusalem : Emmanuel Macron va rencontrer Yasser Arafat !

il y a 4 heures 39 min
décryptage > Economie
Raréfaction des ressources

Une économie beaucoup plus économe en matières premières : l’idée présentée à Davos par Ellen Mac Arthur qui pourrait vraiment faire la différence

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Politique
SOS contrat social

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

il y a 7 heures 16 min
pépite vidéo > Santé
Prévention
Trois premiers cas du coronavirus en France : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Agnès Buzyn
il y a 18 heures 25 min
pépites > Santé
Enrayer la progression du virus
Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris
il y a 20 heures 6 min
pépite vidéo > Faits divers
Catastrophe climatique
L'est de l'Espagne sous le choc de la tempête Gloria
il y a 3 heures 26 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Un immense populicide mondialisé ? : l’histoire tragique de la fin du communisme et des ultimes heures de la guerre froide

il y a 4 heures 27 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

il y a 4 heures 30 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Grandeurs et misère de la vie politique : le regard et le jugement de Tocqueville sur son engagement

il y a 4 heures 33 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute
il y a 4 heures 48 min
décryptage > International
Donne moi ton signe, je te dirai ce que tu vas faire

Année du rat de métal : voilà comment les dirigeants chinois pourraient adapter leur stratégie en fonction de leurs horoscopes

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Politique
Mission impossible

Retraites : pourquoi la complexité du système fiscal et social français fragilise la crédibilité des études d’impact

il y a 6 heures 48 min
pépites > Santé
2019-nVoC
Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète
il y a 15 heures 13 min
pépites > International
Vive inquiétude
L’association française SOS Chrétiens d’Orient a annoncé la disparition de quatre de ses collaborateurs en Irak
il y a 19 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"En couple (situation provisoire)" : un an après, la pièce à succès de Jean-Michel Ribes retrouve le haut de l'affiche

il y a 22 heures 46 min
© www.flickr.com/photos/59937401@N07/5857336815
© www.flickr.com/photos/59937401@N07/5857336815
Sondage

La majorité des patrons de PME estiment qu’ils ont un problème de coût du travail… mais voici pourquoi ils se trompent bien souvent

Publié le 08 avril 2016
Là ou la majorité des entreprises françaises se voit confrontée à une problématique de carnets de commande moribonds, les PME voient surtout un problème du coût du travail. Un écart qui s explique surtout par une résignation face à l impuissance des pouvoirs publics.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Là ou la majorité des entreprises françaises se voit confrontée à une problématique de carnets de commande moribonds, les PME voient surtout un problème du coût du travail. Un écart qui s explique surtout par une résignation face à l impuissance des pouvoirs publics.

Atlantico : Selon un sondage Meteojob-Companeo, les PME seraient le moteur de la création d’emplois en France (66.7% des PME interrogées ont déclaré avoir embauché en 2015). Cependant, ces entreprises sont encore confrontées à trop de rigidités pour pouvoir embaucher plus. Ainsi, le premier facteur limitant ces embauches serait le coût du travail, le second étant la rigidité du droit du travail en France. En quoi ces motifs marquent ils un véritable frein à l’embauche en France ?

Nicolas Goetzmann : L’enquête trimestrielle de conjoncture de l’INSEE, dont les données remontent jusqu’en 1991, permettent d’affirmer la situation inverse. En janvier 2016, la principale difficulté à laquelle étaient confrontées les entreprises est la demande, c’est-à-dire le niveau de leurs ventes, et ce, pour 43.1% alors que les problèmes d’offre ne sont un problème que pour 13.7% d’entre elles. Cette situation peut également se vérifier par le fait que les capacités de production industrielles ne sont utilisées qu’à hauteur de 80.7% dans le pays, alors que la moyenne, comprise entre l’année 2000 et le début de la crise, soit 2008, s’affiche à 85%. Dans les services, 50% des entreprises interrogées pointent une problématique de demande, alors que 19% se focalisent sur l’offre. Le sentiment est donc partagé largement ; le pays souffre d’un déficit chronique du côté de la demande. Au-delà de cette perception, la réalité économique vient valider ce diagnostic. Si la France est réputée avoir de nombreux problèmes du côté de l’offre, entre coût du travail et rigidité du droit du travail, l’essentiel est ailleurs, il s’agit du niveau de croissance que connaît le pays depuis 2008. Ce que les entreprises appellent « la demande », le carnet de commandes, se traduit en termes économiques par la somme de la croissance et de l’inflation. Or, après avoir connu une croissance stable et constante de la demande de 4.1%, en moyenne, entre 1997 et 2007, le pays doit se contenter, d’une croissance moyenne de cette demande de 1.3% depuis 2008, soit une baisse de près de 70%, en tendance. Si l’économie française a un problème, c’est bien de ce côté-là qu’il faut regarder.

Comment expliquer un tel décalage entre la perception du contexte économique et les déclarations des chefs d’entreprise ?

Par accoutumance. Les patrons de PME ne sont pas fous, s’ils pointent les problèmes relatifs à l’offre au lieu de la demande, c’est qu’ils ont perdu tout espoir en la capacité de pouvoirs publics à influer sur le contexte économique. Après 10 ans de crise, et une croissance toujours en berne, les patrons de PME sont toujours confrontés à ce problème de demande, problème qui reste à ce jour non traité, il faut donc trouver une solution. Soit on rétablit la demande pour l’ajuster à l’offre actuelle, soit les pouvoirs publics renoncent à cette solution, et il faudra bien arriver à un équilibre, c’est-à-dire qu’il faudra ajuster l’offre au niveau misérable de la demande. C’est-à-dire baisser les coûts, les salaires, flexibiliser les contrats de travail, etc….Tout cela est donc cohérent. Il s’agit d’agir là où cela est apparemment possible, sur ce qui est sous nos yeux. Or, si la France, et plus justement, les européens, menaient une grande politique de relance, visant à largement soutenir la demande, ce qui permettrait de remplir totalement les carnets de commande, alors, les entreprises verraient d’un autre œil toutes les problématiques relatives au coût du travail etc….Le principal étant d’offrir une perspective de stabilité de la demande dans le temps, pour que l’ensemble des économies européennes puissent fonctionner à leur plein potentiel. On l’oublie trop souvent, mais c’est ici le rôle de la politique monétaire. Si les entreprises veulent trouver un coupable du contexte, il faut se tourner vers la BCE, vers Francfort, et surtout vers tous les dirigeants politiques qui ont renoncé à  toute tentative d’action.

Les PME sont-elles véritablement le poumon de l’emploi en France ?  Comment est-il possible d’aider ces entreprises à recruter ?

Selon une étude menée par Xerfi, ce sont les entreprises de taille intermédiaire qui concentrent la création d’emplois en France. 63% des 100 plus grands créateurs d’emplois sont des ETI. Dans le même sens, une publication récente de l’INSEE indiquait que 3000 entreprises, soit 1 millième du total, concentrent 20% de l’emploi total en France et près de 50% des secteurs concernés par ces entreprises. Mais l’essentiel n’est pas d’aider telle ou telle catégorie d’entreprises en fonction de sa taille, mais bien de pratiquer des politiques de relance qui permettront de soutenir l’ensemble de l’économie, et ce, sans distorsion. C’est par une contrainte positive, c’est-à-dire par la hausse des ventes, par la hausse de la production, que les entreprises seront véritablement incitées à embaucher, et non pas en raison de baisses de charges, ou d’aides fiscales diverses et variées. Les entreprises embaucheront si ces nouveaux emplois permettent de faire croître leur chiffre d’affaires et leurs profits. Parce qu’elles y ont un intérêt économique. Il n’y a donc aucun mystère sur la réponse à apporter, soutenir la demande par la voie monétaire, et permettre à l’économie française de reprendre un rythme de croisière conforme à son potentiel, soit trois fois le niveau qu’elle connaît depuis près de 10 ans. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

04.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

05.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

06.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

07.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
john mac lane
- 03/04/2016 - 10:17
Les Keynésiens parlent aux Keynésiens....
C'est vrai ça. Qu'ils sont cons ces chef d'entreprises. Ils font les feuilles de paye et sont les seuls à voir que pour 100€ donné en net à tous les salariés, ils donnent en charges 100€. Et en plus on leur demande de prendre en charge une "mutuelles complémentaire, une retraite complémentaire". Et ils disent que ça fait quand même beaucoup, surtout qu'ils sont de leur coté obligé de compléter. Franchement ma bonne dame, qu'est ce qu'ils se plaignent pour pas grand chose. Et puis une bonne relance, pour gagner 0.2% de PIB de l'année et laisser 1% de dette sur le PIB du futur de l'année suivante....Quelle bonne idée. Combien faut il d'échec des politiques Keynésiennes et monétaires pour avouer la supercherie des théories Keynésienne?
Yves Montenay
- 02/04/2016 - 19:27
Il n'y a pas de « truc »
Ni celui de Keynes (la relance) ni aucun autre. Pour vendre, il faut soit nouveau produit, soit moins cher sur un produit classique (NB : Un produit classique de meilleure qualité que les concurrents est un produit nouveau)
la relance, c'est ce qu'un patron demande au gouvernement quand il ne sait pas quoi faire, ou c'est ce que dessine un gouvernement pour gagner des voix !
Claude.Liauzu
- 02/04/2016 - 19:25
l'un n'empêche pas l' autre
L'insuffisance de la demande n'a pas de lien avec le coût du travail.
Mais le cumul des 2 rend la situation des entreprises françaises difficile.
Quant au coût du travail, comparez le au coût du travail en Europe et notamment en Allemagne.