En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

04.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

07.

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 25 min 4 sec
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 3 heures 1 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 4 heures 5 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 4 heures 38 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Politique
Zombie qui s’ignore

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

il y a 5 heures 50 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 19 heures 31 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 21 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 22 heures 46 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 23 heures 22 min
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 52 min 41 sec
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 4 heures 26 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 4 heures 59 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 5 heures 38 min
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 18 heures 21 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 20 heures 32 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 21 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 23 heures 2 min
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 1 jour 12 sec
© Jack Snyder
© Jack Snyder
C’était nul mais j’ai adoré

Critiques calamiteuses mais record historique de recettes pour la Warner : Batman contre Superman signe-t-il le début de la révolte contre les élites transposée à la culture pop ?

Publié le 30 mars 2016
166,1 millions de dollars : c'est la somme engrangée en un week-end par la Warner suite à la sortie de Batman VS Superman aux Etats-Unis. Un succès qui contraste avec les critiques catastrophiques.
Chercheur et journaliste, Frédéric Martel anime l'émission Soft Power sur France Culture. Il est l'auteur des best-sellers Mainstream et Smart. Ces livres ont été traduits dans une vingtaine de pays et sont disponibles en poche (Champs-Flammarion).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Allamel est titulaire d'un DESS Ingénierie Culturelle et d'un DEA de Philosophie économique.Il a pu analyser le monde de la culture depuis des postes d'observation privilégiés tels que machiniste, régisseur, organisateur, concepteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Martel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chercheur et journaliste, Frédéric Martel anime l'émission Soft Power sur France Culture. Il est l'auteur des best-sellers Mainstream et Smart. Ces livres ont été traduits dans une vingtaine de pays et sont disponibles en poche (Champs-Flammarion).
Voir la bio
Bertrand Allamel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Allamel est titulaire d'un DESS Ingénierie Culturelle et d'un DEA de Philosophie économique.Il a pu analyser le monde de la culture depuis des postes d'observation privilégiés tels que machiniste, régisseur, organisateur, concepteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
166,1 millions de dollars : c'est la somme engrangée en un week-end par la Warner suite à la sortie de Batman VS Superman aux Etats-Unis. Un succès qui contraste avec les critiques catastrophiques.

Atlantico : Le film Batman VS Superman a battu les records d'entrées pour son premier week-end d'exploitation aux USA, mais également en Chine. Pourtant, les critiques se sont montrées très sévères à l'égard de ce film. Le public bouderait-il désormais les critiques ? 

Bertrand Allamel : Le "grand public" a-t-il seulement déjà tenu compte des critiques ? Il est fort probable que ceux qui "consomment" des biens culturels de masse ne soient pas ceux qui lisent les critiques, et encore moins ceux qui y attachent une grande importance. Dans le cas de Batman vs Superman, il s’agit en plus d’une superproduction mettant en scène deux héros historiques de la culture comics américaine : la critique peut être mauvaise, et le film peut effectivement être un navet, on comprend néanmoins que les spectateurs se déplacent en nombre pour aller voir ces deux monuments réunis en un seul film , au risque d’être déçus. Le public ne boude pas la critique, il n’en a rien à faire. Le film dont il est question relève de l’entertainment, cette catégorie de divertissement culturel pour lequel nous n’avons pas de mot équivalent dans notre langue, et dans ce cas, le public est moins regardant sur la qualité du produit culturel qui leur est proposé. Il veut passer un bon moment et en prendre plein les yeux, voir les héros en action. La critique pour ce type de bien culturel a peu de chance d’influencer a priori les spectateurs.

Frédéric Martel : En effet ! Le critique est une espèce en voie de disparition. Sa parole a perdu tout écho ! Je peux le dire, car je fais justement partie de ceux qui ont vivement déconseillé sur mon compte Twitter (@martelf) d'aller voir ce film. Pourtant, je suis plutôt dans la cible ! J'ai adoré par exemple Batman-The Dark Knight de Christopher Nolan et si je n'aime guère les Superman, je suis un grand fan des Spider-Man de Sam Raimi avec Tobey Maguire (vous vous souvenez : "Great power comes with great responsability"...). J'aime souvent l'entertainment mainstream américain et beaucoup de blockbusters m'ont marqué. Mais Batman V. Superman m'a paru indigeste. Il y manque un auteur et un réalisateur ! Le film est lassant, redondant et finalement très ennuyeux. Reste qu'en effet, la voix des critiques n'a pas été entendue et cela pour deux raisons.

Aujourd'hui, le succès d'un blockbuster se joue essentiellement sur ce qu'on appelle le "box office du premier week-end" (car les films sortent généralement le vendredi aux Etats-Unis, pas le mercredi comme en France). Toute la stratégie des studios hollywoodiens est donc de faire en sorte qu'un maximum de personnes aillent voir le film dès les premiers jours, dans une sorte de "blitz". Le nombre d'écrans futurs en dépend comme la vie du film à toutes les étapes de la chronologie des médias future (DVD, achat numérique à l'acte, télé payante, câble, Netflix, etc.). Du coup, en concentrant tous les efforts sur le premier week-end, les effets du bouche-à-oreille et des critiques n'existent guère. La deuxième raison, c'est que les critiques de cinéma ont perdu complètement leur influence. Qui va voir, ou pas, un film en fonction de ce que vous dit le critique du Monde ou du Figaro ? Personne ! Ils n'ont plus aucune influence sur le public, bien qu'ils en aient encore sur le milieu.

Comment expliquer ce manque d'influence ?

Frédéric Martel : Il y a eu trop d'élitisme, trop de copinage pour que les critiques soient encore légitimes. En outre, le fossé s'est accru entre les goûts artistiques et l'intellectualisation du cinéma par la plupart des critiques, et les goûts du public. Souvenons-nous que le critique de cinéma Serge Daney, pourtant très "arty", disait que le cinéma doit marcher sur "deux jambes" : une jambe artistique et une jambe populaire. Oublier l'une des composantes, c'est oublier le sens du cinéma. Surtout que - et cela a tout bouleversé - l'entertainment innove, sait être expérimental et même artistique. Avatar, The Dark Knight ou Spider-Man sont des films très innovants, même sur le plan artistique, comme le sont les séries télévisées de The West Wing à Wired en passant par Glee ou Mad Men. Du coup, les critiques qui se coupent du "mainstream" se coupent aujourd'hui non seulement du public... mais aussi de l'art. 

Cela étant, il ne faut pas sous-estimer les effets d'un mauvais "buzz". Si le public est déçu par un film, comme c'est je crois le cas pour Batman V. Superman et si le bouche à oreille, comme les critiques, sont très mauvais, il est certain que le box office en souffrira. N'oublions pas que des blockbusters supposés, comme The Lone Ranger ou John Carter de Disney ont confirmé à leur corps défendant que le cinéma n'est jamais une science exacte même avec une centaine de millions de dollars dépensés en publicité et en marketing. Et c'est finalement une bonne nouvelle !

Nombreux sont les exemples, aussi bien en matière de films, de livres, de disques, etc., où le plébiscite populaire va complètement à l'encontre des critiques, ces derniers incarnant pour certains une sorte "d'élite culturelle". Doit-on y voir une rupture justement entre le peuple et cette "élite", un peu sur le modèle de ce sur quoi surfe Donald Trump ? Est-ce une tendance récente ? 

Bertrand Allamel : Il y a effectivement, et ce n’est pas nouveau, un fossé entre la culture populaire, ou culture de masse, et une culture plus élitiste. C’est même normal. Par contre, la critique de la culture populaire est généralement faite par des gens qui évoluent avec les codes de la culture que vous appelez "élitiste", qui peuvent avoir tendance à sur-intellectualiser leur objet d’analyse et à ne pas tenir compte des goûts, des préférences et du "capital culturel" du peuple. Il y a toujours eu rupture entre peuple et élite, sauf qu’avant, il y avait peut-être plus d’admiration pour l’élite de la part du peuple. Aujourd’hui, le peuple n’est plus impressionné par l’élite, et s’en détourne même.

Frédéric Martel : Cette rupture a eu lieu il y a longtemps. Même aux Etats-Unis dans les années 1950, comme je le raconte dans mon livre Mainstream, les critiques du New Yorker, du New York Times ou de la Partisan Review étaient coupés des masses. Mais aux Etats-Unis quelque chose s'est passé – je le date de 1965-1978 – qui est venu tout changer. Entre les lois sur la culture et l'immigration de Johnson et la décision de la Cour suprême qui érige la "diversité culturelle" en matrice idéologique américaine, le discours élitiste perd sa légitimité. C'est la question noire et les minorités qui tuent définivement l'élitisme européen. Dès lors, aux Etats-Unis, on peut encore avoir des jugements et des critères mais une hiérarchie culturelle unique, à l'européenne, n'existe plus. Le New Yorker, si élitiste hier, et qui faisait la guerre à la culture "mainstream", se met avec Pauline Kael et Tina Brown à parler sérieusement de l'entertainment et à se moquer de façon divertissante de l'intellectualisme... En France, cela est en train de se passer, plus lentement, plus tardivement, et je pense que la question arabe va jouer le même rôle chez nous que la question noire. Mais nous n'y sommes pas encore...

Dans le cas où cette tendance selon laquelle le public ne se fierait plus aux critiques pour leurs choix culturels se confirmerait, quel avenir pour les critiques et cette élite culturelle ? Est-elle vouée à disparaître ?

Bertrand Allamel : Cette tendance semble en effet se confirmer : les consommateurs de biens culturels deviennent eux-mêmes des critiques, depuis plusieurs années maintenant, grâce aux "petites étoiles" qu’ils peuvent attribuer via Amazon ou AlloCiné par exemple. Plus encore qu’avant, le risque pour cette élite culturelle est de tourner en vase clos et de voir son pouvoir d’influence se réduire. Cette élite ne fait plus autorité, mais devient une voix parmi tant d’autres, qui n’a plus de pertinence autre que celle du titre de presse dans lequel elle s’exprime. On peut d’ailleurs se demander, comme le faisait René Guénon, s’il existe encore une véritable élite digne de ce nom.

Frédéric Martel : Je pense que les critiques traditionnels sont en voie de disparition. A la place, beaucoup pensent que les algorithmes de recommandation, comme sur Spotify, Deezer, Netflix ou Amazon Prime, vont remplacer les critiques. Je ne le crois pas. J'ai imaginé le concept de "smart curation" pour prendre en compte, au contraire, les nouvelles formes de recommandations, les nouveaux influenceurs et les nouvelles formes de critiques qui combineront les machines et les humains. C'est ça la "smart curation" : la prescription mathématique des algorithmes (le "smart") agrégé aux recommandations humaines (la "curation"). C'est le sens de mon chapitre sur la "smart curation" dans la nouvelle version en poche de mon dernier livre Smart. Mais tout reste à inventer. 

Pour une part, l'avenir des contenus numériques, de la culture, de la presse – mais aussi de la francophonie ou de la culture française – se joue notamment sur cette question de la smart curation. Car il ne s'agit plus seulement d'être présent sur le web et de produire des contenus originaux ; encore faut-il être "searchable" et recommandé sur Internet ! C'est de plus en plus difficile. Aujourd'hui, 70% des gens accèdent à l'Internet via un smartphone et 60% via une application. En moyenne, nous avons une trentaine d'applications sur notre téléphone mais nous n'en utilisons à 80% de notre temps que 5. La concentration est immense et l'accès aux contenus de plus en plus complexe. Face à l'abondance immense des contenus sur le Web, la "smart curation" sera la clé. Comment permettre au consommateur de trouver les contenus qu'il cherche, ceux qui sont les plus pertinents pour lui, et les plus personnalisés ? C'est l'enjeu des années qui viennent et le futur de la critique

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires