En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

02.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

07.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 2 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 4 heures 41 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 6 heures 18 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 7 heures 6 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 7 heures 28 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 7 heures 45 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 8 heures 15 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 8 heures 34 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 8 heures 47 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 10 heures 4 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 3 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 5 heures 4 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 6 heures 40 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 7 heures 16 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 7 heures 34 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 8 heures 29 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 8 heures 46 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 10 heures 23 min
© Reuters
© Reuters
Monnaie monnaie monnaie

Mario Draghi, épisode 3 : comment la Banque centrale européenne s’apprête de nouveau à jouer le rôle du pompier face au ralentissement économique mondial

Publié le 11 mars 2016
Le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne se réunit à Francfort ce jeudi 10 mars et devrait annoncer la mise en place de nouvelles action monétaires dans un contexte de ralentissement économique mondial.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne se réunit à Francfort ce jeudi 10 mars et devrait annoncer la mise en place de nouvelles action monétaires dans un contexte de ralentissement économique mondial.

Atlantico : Ce jeudi a lieu à Francfort une réunion du conseil des gouverneurs de la BCE. Dans le contexte actuel d'un ralentissement de la croissance mondiale, quelles sont les annonces et décisions qu'on peut attendre concrètement de la part de l'instance dirigeante ? Que peut-on en attendre en termes d'effets ? Dans quels délais ?

Nicolas Goetzmann : Dans le contexte actuel, le Président de la BCE, Mario Draghi, subit une double pression. Une pression de la réalité, qui se traduit par un ralentissement économique mondial, et des données statistiques qui laissent entrevoir un risque de rechute de l’activité en Europe. De plus, l’inflation au niveau de la zone euro reste à un niveau anormalement bas, c’est-à-dire -0.2% en février, alors que le mandat de la BCE suppose un niveau proche, mais inférieur à 2%. La BCE a donc toute latitude pour agir et mener une politique monétaire bien plus expansionniste qu’elle ne l’est à ce jour. En termes de moyens à disposition, la BCE pourrait agir de plusieurs manières. A l’heure actuelle, la BCE procède à une opération d’assouplissement quantitatif qui consiste à racheter des titres pour un montant de 60 milliards d’euros sur un rythme mensuel. Ce chiffre pourrait être bonifié de 20 milliards d’euros. Une autre solution consisterait à pratiquer une politique de taux négatifs. Malheureusement, ces deux solutions ne sont pas à la hauteur des enjeux. Elles ne sont qu’une réponse défensive à une crise en cours de développement, c’est-à-dire que les effets positifs d’une telle politique seront au mieux imperceptibles par la population, car l’objectif est simplement d’éviter une rechute, et non de provoquer une réelle amélioration. La seconde pression est d’ordre politique, parce que de nombreuses voix s’élèvent contre toute action supplémentaire de la BCE.

Doit-on s'attendre à un décalage entre les besoins réels de l'économie européenne et les orientations qui devraient être prises ce jeudi ? Si oui, comment expliquer ce décalage ? Les raisons relèvent-elles plus du domaine économique ou du domaine politique ?

L’économie de la zone euro n’a pas connu de croissance an termes réels depuis 2008. En 8 années, le PIB de la zone euro est resté stable alors que la croissance potentielle du continent est d’environ 2% par, ou 4% en nominal (c’est-à-dire en incluant l’inflation). Il existe donc un « trou » de 20% de croissance pour la zone euro, ce qui vient expliquer l’explosion du niveau du chômage et du niveau de dette du continent. Malgré les apparences actuelles, la BCE est donc largement critiquable pour son manque de réactivité et son immobilisme pendant la crise. Le décalage entre les besoins de la zone euro et l’action de la BCE est principalement d’origine politique. L’Allemagne s’oppose vigoureusement à toute action, notamment sous pression de ses banques qui redoutent une politique d’intérêts négatifs qui auraient des conséquences sur les niveaux de marge. De plus, l’expansionnisme monétaire est vu avec une très grande méfiance outre Rhin. D’un point de vue économique, il n’existe pas réellement de difficultés, Mario Draghi et les gouverneurs de la BCE disposent de la capacité de créer autant de monnaie qu’ils le souhaitent pour parvenir à leur objectif. L’enjeu est politique.

La politique monétaire de la BCE est régulièrement critiquée pour son manque d'efficacité, cela est-il justifié ? Le manque de résultats est-il plus le fruit d'un manque d'efficacité des actions mises en place ou d'une trop grande timidité de la part de la BCE ?

A titre de comparaison, les Etats Unis et le Royaume Uni ont également mis en place des opérations de rachat de titre, et affichent aujourd’hui un taux de chômage de 5%. Tout d’abord, ces opérations ont été menées bien plus tôt qu’en Europe, le décalage est de 5 années. Puis, en termes de volume, les Etats Unis ont consacré, comme le Royaume Uni, une somme équivalente à 20% de leur PIB pour sortir de la crise. Concernant l’Europe, le montant affiché correspond à 15% et seule la moitié, pour le moment, a été mise en place. Si l’Europe a moins de résultats que les autres, ce n’est donc pas une surprise. Car les 5 années perdues supposaient une action plus importante qu’aux Etats Unis, et non une action de moindre ampleur. Il est difficile de se plaindre des résultats de la BCE, au regard de la timidité des opérations mises en place. Prétendre que la BCE est arrivée en fin de course, faute de moyens est donc une hérésie. Le frein n’est que politique, et les arguments développés sur le terrain économique ne sont qu’une couverture. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 11/03/2016 - 08:09
Taux de Pauvreté
Ce qu'on peut dire objectivement, c'est que la France, avec sa tradition catholique et étant ''La Patrie des Droits de l'Homme'', refuse d'aller aussi loin dans l'appauvrissement de sa population que dans les pays protestants. C'est toute la différence entre les société qui se soucient de Fraternité et d’Égalité, d'un '' Bien Commun'' et celles où seule compte la Liberté (du renard dans le poulailler !) et la seule règle, c'est ''Chacun pour soi, les pauvres sont des faibles et ils n'ont qu'à crever'' ! Ceci explique mes interventions incessantes pour rappeler les taux de pauvreté qui évoluent actuellement partout en sens inverse des taux de chômage. Commentaires qui constituent une douloureuse ''épine dans le pied'' pour certains intervenants qui me supplient d’arrêter la torture insupportable que je leur inflige !
Ganesha
- 11/03/2016 - 07:55
Propagande
Il faut reconnaître qu'actuellement les article de mr. Goetzmann rencontrent moins de succès, ou du moins, reçoivent moins de commentaires que la propagande de mr. Sylvestre. Celui-ci nous répète quotidiennement que ''le monde entier connaît une vigoureuse reprise économique'', sauf bien sûr, la France qui est ''trop timide dans ses réformes'' ! C'est ''l'élément de langage'' que l'on nous répète mille fois par jour dans tous les journaux conservateurs et les télés ''en information continue''. Il faut dire que la grande majorité des commentateurs d'Atlantico (la quasi totalité?) vous affirment qu'ils vivent dans un pays ''Socialo-Communiste'' ! Il serait vraiment facile de les ridiculiser en leur faisant la liste des présidents de la République et de leurs premiers ministres depuis 1958. La seule période pendant laquelle la France a réellement été gouvernée ''à gauche'', c'est de 1981 à 1983.