En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Comprendre enfin

Et au fait, à quoi ça sert la politique monétaire ? De l’incroyable pouvoir des banques centrales

Publié le 01 mars 2016
Alors que la crise économique qui frappe le continent européen depuis 8 ans continue de produire ses effets, la population reste encore trop souvent à l'écart des enjeux de politique monétaire. Une notion encore largement incomprise et pourtant totalement déterminante de la vie quotidienne.
Steve Randy Waldman écrit sur l'économie et la finance sur le blog interfluidity.com. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Steve Waldman
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Steve Randy Waldman écrit sur l'économie et la finance sur le blog interfluidity.com. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la crise économique qui frappe le continent européen depuis 8 ans continue de produire ses effets, la population reste encore trop souvent à l'écart des enjeux de politique monétaire. Une notion encore largement incomprise et pourtant totalement déterminante de la vie quotidienne.

Atlantico : La politique monétaire semble être une notion très obscure pour la population, comment définiriez-vous l'importance de la politique monétaire dans la vie quotidienne ?

Steve Waldman : Le problème avec la politique monétaire est que personne ne sait de quoi il s’agit. Vraiment personne. Il n’y a pas de consensus, même parmi les économistes professionnels, à propos de ce qui constitue précisément la politique monétaire. S’agit-il seulement des opérations mécaniques des banques centrales qui touchent à la quantité de "base monétaire" disponible pour le public et pour le système bancaire ? S’agit-il des taux d’intérêt ? S’agit-il du processus permettant de fixer les anticipations d’inflation ou du PIB nominal ? S’agit-il des opérations bilancielles qui transfèrent les risques pesant sur les banques privées (et en Europe, sur les Etats) aux banques centrales ? Est-ce que les décisions, comme celles de la BCE lors de l’été 2015 visant à geler l’assistance d’urgence en liquidités (ELA), qui poussent effectivement à une fermeture du secteur financier du pays, constituent une forme de politique monétaire ?

Etant donné que même les experts ne s’accordent pas sur ce qu’est exactement la politique monétaire, il n’est pas surprenant que le public éprouve des difficultés à s’enthousiasmer à ce propos.

Cependant, peu importe sa définition, la politique monétaire joue un rôle essentiel dans la vie de tous les jours. Même en la définissant de façon stricte, elle contient un choix politique essentiel ; entre le risque d’inflation et la poursuite d’autres objectifs sociaux. Une banque centrale stricte peut bloquer un plan de relance qu’un gouvernement pourrait mettre en place, en privilégiant les intérêts des épargnants, des créditeurs, et des personnes confortablement employées contre les intérêts de ceux qui sont employés à la marge, des chômeurs, et de ceux pour lesquels la prise de risques que suppose la croissance vaut mieux que l’acceptation du statu quo. Par essence, les banques centrales impactent les luttes politiques entre les riches et les pauvres, entre les jeunes et les vieux, entre le capital et le travail.

Si nous définissons la politique monétaire plus largement, en y incluant les décisions des banques centrales concernant les termes de l’extension du crédit, alors son pouvoir est presque illimité. En Europe, une Banque centrale européenne (BCE) qui aurait été inébranlable dans sa volonté d’accepter des garanties de l’Etat et des banques grecques aurait empêché, à coup sûr, la crise de l’été dernier. Si la BCE se mettait à stigmatiser la dette de n’importe quel autre Etat européen, des crises similaires pourraient alors être provoquées dans chaque pays européen. Même aux Etats Unis, qui ne sont pourtant pas soumis à la complexité de l’interconnexion financière européenne, la survie de toute banque est totalement dépendante de la confiance que peut avoir le public dans l'assistance de liquidités de la FED lors d’une crise qui, en temps réel, ne peut être distinguée d’une crise de solvabilité.  

En théorie, cet incroyable pouvoir des banques centrales est supposé être contraint par un mandat strict qui limite sa discrétion. Pourtant, en pratique, en dépit d’une indépendance formelle, les banques centrales sont de purs acteurs politiques. Parfois elles contraignent des dirigeants politiques élus démocratiquement. Parfois elles servent d’instrument au travers desquels les politiciens se livrent à des formes de coercition et de contrôle qui seraient perçues comme illégitimes si des moyens plus directs avaient été employés.

Que cette notion de “politique monétaire” apparaisse comme obscure n’est donc pas un hasard. Cette perception cache des yeux de la population un des outils les plus puissants en termes de politiques publiques. Ce qui peut être assimilé à cette notion impersonnelle de "forces du marché" est une forme de contrôle des élites qui affecte des questions quotidiennes comme celle de trouver ou non un emploi, à quel rythme croît l’économie ainsi que de lourdes questions politiques et sociales concernant le type de société dans lequel nous souhaitons vivre. Le public doit absolument s’intéresser à cette question, et ne pas se retrancher derrière l’idée que « ce serait trop compliqué", pour dévier le sujet et les critiques.

Concernant l'Europe, le mandat de la BCE est de maintenir la stabilité des prix, alors que le mandat américain est d'assurer cette même stabilité mais également l'emploi maximum. Quelle est la différence ? Pourquoi avec vous dénoncé la stabilité des prix comme étant un objectif immoral dans un de vos articles ? L'inflation n'est-elle pas une tueuse de croissance ?

La stabilité des prix n'est pas immorale en soi. Quand une économie se comporte correctement, il est souvent possible de profiter de la stabilité des prix avec très peu de contreparties. Mais lorsqu'une économie est sous-performante, en particulier, lorsque les ressources, en incluant surtout les ressources humaines, ne sont pas complètement employées, une politique de maintien de la stabilité des prix, au-delà des autres objectifs concurrents, est, à mon sens, immorale. Le mandat de la BCE reflète une idée économique non convaincante et complètement discréditée appelée la "coïncidence divine". Dans certains modèles économiques de base, une politique monétaire en charge du taux d'inflation serait également à même de produire l'emploi maximum et d'encourager la croissance et l'emploi. Mais si cela était vrai, il n'y aurait pas de contreparties à soutenir la stabilité des prix tout en encourageant la croissance et l'emploi. Mais cela n'est pas vrai.

En réalité, les politiques qui soutiennent la croissance supposent souvent un risque d'inflation. Il est important de noter que ce n'est pas l'inflation en elle-même qui est nécessairement utile. Une inflation forte et volatile peut très bien être tueuse de croissance, en rendant toute anticipation très difficile pour les entreprises, ou en poussant les gens vers des investissements non productifs tels que les matières premières ou les devises étrangères, dans le but de préserver leur pouvoir d'achat. Une inflation forte et inattendue peut parfois être utile, en réparant les bilans des débiteurs (en incluant les individus, les entreprises, et les gouvernements). Les effets d'une hausse inattendue de l'inflation sont mixtes et imprévisibles, et il n'est pas anormal de vouloir l'éviter, toute chose étant égale par ailleurs.

Mais vouloir éviter les risques ne signifie pas qu'il ne faut rien tenter. Chaque entrepreneur qui débute un business risque l'échec, il peut perdre son argent, mais pour la possibilité de réaliser un gain. De façon similaire, quand les économies stagnent, les gouvernements et les banques centrales doivent prendre en compte des politiques qui supposent un risque d'inflation. Si tout se passe bien, ces politiques ne produiront pas un résultat réellement inflationniste, puisque les nouveaux biens et services produits par une économie en croissance permettront de contrebalancer les nouvelles dépenses que cette politique encourage. Si tout ne se passe pas bien, une accélération de l'inflation pourrait se produire en parallèle d'une accélération de l'emploi et de la production.

De façon indépendante, pour les économies confrontées à une stagnation désinflationniste (ce qui correspond à la situation actuelle du monde occidental) des politiques de stimulation vont aider à employer les hommes ainsi que les autres ressources, et provoqueront une hausse de la production agrégée. Une décision qui évite ce risque d'inflation est une décision qui tend à laisser improduits les biens et services qui pourraient être produits, qui tend à laisser inemployées les personnes qui pourraient être employées, plutôt que de risquer toute perte potentielle de pouvoir d'achat aux riches et à ceux qui sont déjà employés. Ce qui met les intérêts des plus favorisés avant ceux des plus vulnérables. Elle place la sécurité d'une fraction de la population avant la maximisation de la prospérité de l'ensemble. Ce qui me semble immoral.

Et oui, le pur mandat de stabilité de la BCE, en plus de la structure du pacte de stabilité et de croissance, signifie que l'Europe a effectivement introduit un choix immoral et contreproductif au sein même de ses institutions. Bien sûr, les traités et les chartes ne sont pas plus rigides que l'interprétation qu'on veut bien leur donner, et s'il existait un consensus politique clair au sein des élites en faveur de plus d'expansion, aucun mot sur le papier ne permettrait de le contrer. Malheureusement, les élites tendent à être constituées de personnes confortablement employées, de créditeurs, qui ont personnellement plus à perdre qu'à gagner d'un risque d'inflation. Ainsi, jusqu'à ce que la stagnation économique ne provoque une crise qui, aux yeux des décideurs, menacera plus que la seule périphérie européenne, aucune réorganisation ou réinterprétation des institutions européennes n'est à attendre. 

Dans un autre article, vous avez écrit que la dépression était un choix. Comment justifiez-vous cela ?

La dépression est un choix parce que les politiques qui peuvent générer de la croissance et de l'emploi ne sont pas seulement possibles, elles sont également simples à mettre en œuvre. Quand la production est stagnante et que l'inflation est faible en raison de ressources inemployées, une politique de transferts et d'investissements publics soutenue par une politique monétaire expansionniste peut produire de la croissance et mettre ces ressources au travail.

Les élites européennes, au travers des arrangements institutionnels qu'elles ont imposés et qu'elles continuent de défendre, ont rendu impossible, pour les Etats membres, de poursuivre une telle politique expansionniste à une échelles suffisante, et ont freiné toute possibilité de le faire au niveau européen. Il y a plusieurs raisons à cela. En Europe, plus que n'importe où ailleurs, les risques et les bénéfices d'une politique de relance seraient distribués de façon asymétrique, entre des personnes situées dans des pays comme l'Allemagne qui supportent le risque de soulager de leur dépression des personnes vivant dans des pays comme l'Espagne. En général, les créditeurs et les retraités tendent à avoir un poids politique plus important que les jeunes, les chômeurs, et les débiteurs. Il n'est pas très compliqué de comprendre pourquoi les politiques ont choisi la dépression plutôt que de prendre le risque découlant de son remède. Ces dirigeants font un choix. Mais d'autres choix sont possibles. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

La guerre des changes aura lieu

07.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 02/03/2016 - 08:59
Ne pas oublier l'écologie dans ce bilan
Les ressources sont inemployées aussi parce que leur origine ultime est toujours une ressource naturelle, et qu'en Europe, on est très pointilleux quant à leur utilisation. L'écologie politique a pénétré les réglements et les consciences beaucoup plus que les résultats éléctoraux de ces partis ne le laissent croire. "L'économie, c'est des hommes ", disait Antoine Pinay. Peut être qu'en Europe les hommes n'ont plus très envie de croissance.
vangog
- 02/03/2016 - 00:46
Des choses intéressantes, mais de grosses impasses...
Cet article n'évoque pas le rôle des banquiers, à qui ont été accordés des privilèges infinis, depuis la loi de 1974. Avant cette loi, les banquiers tiraient revenu d'une expansion illimitée de l'économie, qui, bien qu'elle gênerait de l'inflation, assurait à ces mêmes banquiers des revenus confortables, grâce à des taux d'intérêt qu'on trouverait, aujourd'hui, insupportable. Avant la loi de 1974, l'économie était florissante et semblait illimitée...après la loi de 1974, l'économie s'est progressivement financiarisee, et les banquiers ont choisi leur meilleur et plus sur intérêt dans les dettes étatiques et la spéculation. Par rapport à ces deux valeurs sûres, L'économie est apparue plus risquée, et les financiers s'en sont progressivement désintéressés. Le clou dans le cercueil de l'économie européenne a été planté par les politiciens europeistes, en exigeant des prêteurs des garanties de fonds propres, incompatibles avec toute prise de risque primitif...l'autre impasse est le paramètre temporel, indispensable pour une vision libérale et moderne de l'économie: la politique europeiste est dogmatique, incapable de s'adapter et de révolution en fonction de la globalisation...en échec
Jardinier
- 01/03/2016 - 16:52
Article lumineux.
.