En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

03.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

04.

France 2 rend hommage à Claude Sempère, mort à 55 ans

05.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

06.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

07.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
Madrid
COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité
il y a 8 min 21 sec
light > Culture
The White House Plumbers
HBO prépare une série télévisée sur le scandale du Watergate
il y a 3 heures 41 min
pépite vidéo > International
Incendies
Les images impressionnantes du ciel orange à Sydney
il y a 4 heures 54 min
pépites > Société
#UberCestOver
Uber reconnaît que 6.000 agressions sexuelles ont été signalées en deux ans aux Etats-Unis
il y a 6 heures 36 min
pépites > International
Fulanis
Bernard-Henri Lévy alerte sur le massacre des chrétiens au Nigeria
il y a 7 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Funny Girl", la comédie musicale : phénoménale Funny Girl, Christina Bianco met Paris à ses pieds…

il y a 8 heures 23 min
décryptage > Social
Jeudi noir

5 décembre : la première bataille remportée, les syndicats peuvent-ils gagner la guerre ?

il y a 10 heures 13 min
décryptage > Environnement
Adieu ma trotro bien-aimée

Le bobo en proie à d'indicibles tourments : des écolos (un peu plus radicaux que lui) détruisent les trottinettes électriques qui lui sont chères !

il y a 12 heures 3 sec
rendez-vous > High-tech
Géopolitico-scanner
Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet
il y a 12 heures 20 min
décryptage > Europe
Une page se tourne ?

La fin de règne d’Angela Merkel se dessine dans le congrès du SPD

il y a 12 heures 51 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 5 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 46 min 52 sec
pépite vidéo > Europe
Auschwitz
Angela Merkel déclare que la mémoire des crimes nazis est "inséparable" de l'identité allemande
il y a 4 heures 10 min
pépites > France
Pédagogie
Retraites : Edouard Philippe présentera "l'intégralité du projet du gouvernement" mercredi prochain
il y a 5 heures 19 min
pépites > France
Champions du monde
La France est le pays de l'OCDE avec la fiscalité la plus lourde
il y a 7 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Samia" de Gilbert Ponté : dernière course pour Lampedusa, haletant et poignant

il y a 8 heures 16 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le sport joue avec la sphère et quand les heures se jouent sous dôme : c’est l’actualité des montres dans les tempêtes sociales
il y a 9 heures 12 min
décryptage > France
Partenariat

Sécurité : l’Etat contraint de brader le régalien ?

il y a 10 heures 46 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?
il y a 12 heures 12 min
décryptage > International
Utopie

Samjiyon, la ville socialiste idéale inaugurée par la Corée du Nord, échappera-t-elle au destin funeste de toutes celles qui l’ont précédée ailleurs dans le monde ?

il y a 12 heures 38 min
décryptage > Politique
Insatisfaction croissante

Retraites : le gouvernement face au piège du paradoxe de Tocqueville

il y a 13 heures 4 min
© Reuters
Une double révolution est en train de passer inaperçue aux Etats-Unis. A savoir que la communauté hispanique détient la clé du scrutin de novembre et que le prochain président pourrait bien être un « latino » ! Marco Rubio pourrait bien être l'élu...
© Reuters
Une double révolution est en train de passer inaperçue aux Etats-Unis. A savoir que la communauté hispanique détient la clé du scrutin de novembre et que le prochain président pourrait bien être un « latino » ! Marco Rubio pourrait bien être l'élu...
Trans-amérique Express

Les Latinos : le facteur oublié de l’équation présidentielle américaine

Publié le 17 mars 2016
Trump additionne les succès. Avec le Nevada, il vient de signer sa troisième victoire consécutive. Et quelle victoire ! 45% des votes, contre 24% à son premier poursuivant, Marco Rubio.
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Trump additionne les succès. Avec le Nevada, il vient de signer sa troisième victoire consécutive. Et quelle victoire ! 45% des votes, contre 24% à son premier poursuivant, Marco Rubio.

Il est beaucoup trop tôt pour que Donald Trump ne crie victoire. Il n’a accumulé que 82 délégués sur les 1 200 nécessaires à sa nomination. Mais les choses vont plutôt bien pour lui.

Toutefois dans le tohu-bohu de ses succès tapageurs, une double révolution est en train de passer inaperçue aux Etats-Unis. A savoir que la communauté hispanique détient la clé du scrutin de novembre et que le prochain président pourrait bien être un « latino » ! Une première historique et le reflet d’un bouleversement de la société américaine en cours depuis un demi-siècle.

Il n’a échappé à personne que Trump ne faisait pas l’unanimité parmi les dirigeants du parti républicain. Du fait de son caractère impérieux et abrasif. Et surtout du fait que tous les sondages le donnent perdant face à Hillary Clinton en novembre ! Clairement les pontes du GOP souhaiteraient que l’un des deux principaux challengers de Trump, Ted Cruz et Marco Rubio, l’emporte. Or tous les deux sont des « latinos », c’est-à-dire des Américains d’origine hispanique. Cruz et Rubiosont d’origine cubaine. Si l‘un deux venait à emporter la nomination – ce qui reste mathématiquement très possible – les Etats-Unis auraient pour la première fois de leur histoire un candidat et peut-être un président d’origine hispanique…

Les Etats-Unis comptent 58  millions de citoyens et résidents « hispaniques ».  Soit 18% de la population. Deux fois plus qu’il y a vingt ans. Parmi eux, vingt- huit millions sont en âge de voter. C’est dix millions de plus que le nombre de noirs Américains ayant voté en 2012.

Les « hispaniques », ou « latinos », sont les Américains originaires d’un pays dont la langue est l’espagnol. Il s’agit principalement des immigrants venus d’Amérique centrale et latine, ou des Caraïbes. Les Mexicains sont le contingent le plus importants puisqu'ils représentent à eux seul près des deux tiers des hispaniques (64%). Viennent ensuite les Portoricains (9%), les cubains (3,5%) et les Salvadoriens (3%).

Ils sont présents sur tout le territoire américain, mais particulièrement dans le sud-ouest, la Floride et quelques Etats du nord-est. En Californie, les latinos sont déjà la première des minorités. Devant les « blancs d’origine européenne ». Ils ont conquis tous les échelons du pouvoir, sauf le poste de gouverneur, pour l’instant. Même chose dans de nombreux comtés du Texas. La ville de Laredo, au Texas, détient la plus forte proportion d’hispaniques du pays, 96%... Ainsi plus de cent-cinquante ans après la guerre entre les Etats-Unis et le Mexique qui avait débouché sur l’annexion des territoires du Texas, du Nouveau Mexique, de l’Arizona, du Nevada, de l’Utah et de la Californie, par les Etats-Unis, les Mexicains sont en train de reconquérir et de re-coloniser ces terres, sans armes, mais avec leur pieds…

Cette concentration fait que leur vote, en novembre, sera susceptible de faire la différence dans les fameux « swing states ».  Avec une incidence majeure sur le vote du Collège électoral, ultime étape de l’élection américaine. En Californie et au Texas, les Latinos  représentent 36% de la population, au Nevada, 26%, en Arizona, 23%, dans le Colorado, 16%, en Floride 20%. Ces quatre derniers Etats, disposent respectivement de 6, 11, 9 et 29 sièges au Collège électoral et sont considérés comme des « swing states »…

Les Hispaniques sont la plus dynamique et la plus jeune des minorités américaines. Parmi les Américains de moins de 20 ans, un sur quatre est un latino ! Presque tous sont des « native born », c’est-à-dire qu’ils sont nés aux Etats-Unis. Chaque année plusieurs centaines de milliers de ces « millenial latinos » (génération née après 1990), s’inscrivent sur les listings électoraux. Depuis 2012, ce sont 1,2 million de nouveaux électeurs hispaniques qui sont à prendre en compte. 

Les Hispaniques votent majoritairement démocrate. Aux élections de mi-mandat de 2010, 60% ont choisi ce parti contre et 38% le parti républicain. Lors de la présidentielle de 2012, c’est 71% d’entre eux qui se sont rassemblés derrière Barack Obama, contre seulement 27% derrière Mitt Romney. Le candidat républicain avait payé ses positions hostiles aux immigrants clandestins.

De sorte qu’en 2016, avec l’importance prise par la question de l’immigration dans la campagne républicaine, et la volonté véhémente affichée par certains candidats de fermer les frontières et renvoyer chez eux les clandestins, le vote hispanique semble à nouveau largement acquis au camp démocrate. Cela pourrait changer, précisément si l’un des deux hispaniques en lice chez les Républicains emporte la nomination.

Ted Cruz est né en 1970 d’une mère américaine et d’un père cubain. Son père était venu au Texas, avant la révolution castriste. Pour faire des études, qu’il finança en travaillant le soir. Il n’est jamais retourné sur son île natale, et a obtenu une carte verte, puis la nationalité américaine en 2005. Ayant vécu et travaillé au Canada, il possède également cette nationalité. C’est d’ailleurs à Calgary, au Canada qu’est né Ted, prénommé initialement Rafael Edward. Sa mère étant américaine, il est un « naturalborncitizen » et donc éligible pour la présidence. Ses parents ont divorcé en 1997. Lui a épousé une jolie californienne blonde et blanche, fille de missionnaires, devenue conseillère financière. .

Marco Rubio est né à Miami en 1971 de deux immigrés cubains. Sa mère était femme de ménage et son père barman. Tous deux étaient aussi arrivés aux Etats-Unis avant la révolution, mais ils n’étaient pas encore naturalisés américains à la naissance de leur fils. Rubio a épousé une ancienne camarade de lycée, fille d’immigrants colombiens, de religion catholique. Ils ont quatre enfants, dont leur mère s'occupe à plein temps.

Tous deux parlent espagnol. Rubio mieux que Cruz. Il a d’ailleurs donné plusieurs interviews à la principale chaîne de télévision en espagnol des Etats-Unis, Univision.

Comme Marco Rubio, 55% des hispaniques sont catholiques. Seulement 22% protestants. Mais chez ces derniers près de huit sur dix appartiennent à la mouvance « évangélique ». Comme Ted Cruz qui est un « southern baptist ». La cohésion communautaire et l’éthique du succès personnel occupent une large place dans le message évangélique et la communauté hispanique y est sensible.

D'où le sentiment chez les Républicains que beaucoup sont des électeurs du Grand Old Party qui s’ignorent et qu’il faut aller les chercher. Nombre d’immigrants latinos ont la veine entrepreneuriale. Dès qu’ils le peuvent, ils montent des ateliers d’artisans et des petits commerces. Le cœur de cible du parti de l’éléphant. Ils croient aux vertus de  la famille traditionnelle, et aux liens sacrosaints du mariage. Ils rejettent le mariage homosexuel et parfois même le divorce,condamnent l’avortement,et préfèrent,pour leurs enfants, les écoles privées religieuses aux écoles publiques. Sur la drogue, ils prônent la répression plutôt que la tolérance, et sont favorables au contrôle des armes à feu, vue leur prolifération au sein de certains quartiers. Il existe en effet, au sein de la communauté hispanique un sous prolétariat criminalisé terreau du gangstérisme. La moitié des membres des plus de trente mille gangs recensés aux Etats-Unis sont des  latinos.

Par contre sur la question de l’immigration, plus de 80% des hispaniques s’opposent à la volonté des Républicains de déporter les clandestins, ou pire de construire un mur le long de la frontière mexicaine.

Toutefois, l’identité ethnique n’est en aucun cas une garantie de  ralliement des électeurs. D'autant qu’il existe des rivalités, voire des hostilités,  au sein même de la communauté hispanique. Ainsi les mexicains jalousent les cubains. Du fait du contexte politique de la Guerre Froide l’immigration en provenance de Cuba a longtemps été favorisée. Ceux qui parvenaient à effectuer la traversée pour rejoindre la Floride trouvaient à leur arrivée des associations de soutien, des bons alimentaires (« foodstamps ») et même parfois une carte verte. Les mexicains qui traversaient le Rio Grande devaient au contraire se débrouiller par eux, et vivre dans l’illégalité pendant des années en espérant une loi d’amnistie…

En 2000 George W. Bush, qui avait été un gouverneur du Texas très ouvert à l’immigration et à l’intégration des latinos, avait obtenu 40% du vote hispanique. Aucun républicain n’a fait mieux depuis lors d’une élection présidentielle. Il est peu probable que le candidat du GOP gagne la majorité de cet électorat en novembre prochain. Surtout si ce candidat est Donald Trump…

Néanmoins les démocrates ne considèrent pas cet électorat comme « acquis ». Les latinos sont présents et très choyés au sein de l’équipe d’Hillary Clinton. Le co-président de sa campagne est  Antonio Vallaraigosa, ancien maire de Los Angeles et président de la Convention nationale de 2012. L’un des noms les plus souvent cités pour être désigné comme vice-président sur le ticket Clinton est celui de Julian Castro. Ce fils d’immigrants mexicains est devenu à 38 ans le maire de la ville texane de San Antonio. Il a aussi prononcé un discours mémorable lors de la convention démocrate de 2012. Depuis Barack Obama en a fait son secrétaire au Logement et à l’urbanisme. Il est avec son frère jumeau Joaquin, élu du Congrès, l’une des figures montantes du parti démocrate…

De sorte que la présence d’un, ou de plusieurs hispaniques, sur les tickets présidentiels de 2016, est une quasi-certitude.

L’Amérique a changé de visage au cours des quarante dernières années. La capacité d’un Donald Trump à monopoliser les média détourne l’attention de cette évolution plus profonde, et aux conséquences plus lourdes. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

03.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

04.

France 2 rend hommage à Claude Sempère, mort à 55 ans

05.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

06.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

07.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
adroitetoutemaintenant
- 25/02/2016 - 23:52
@ras de la zouk
Vous avez tout faux! Sur 4 primaires seuls deux étaient des caucus où seuls les républicains enregistrés comme tels pouvaient voter. Les indépendants ont voté dans deux de ces primaires. Les latinos ont toujours aimé les hommes forts, les femmes aussi qui voient dans les trois épouses de Trump des modèles de beauté et d’intelligence ce qui les fait l’aimer. Mitt Romney avait le vote des indépendants contre Obama mais il a perdu car beaucoup de républicains n’ont pas voté pour lui car il s’est montre faible dans le deuxième débat présidentiel où le faux noir et vrai musulman a menti ainsi que la journaleuse gauchiste de CNN et Romney s’est laisse gruger. Trump ne se serait pas laissé faire et c’est pour cela qu’il gagnera.
zouk
- 25/02/2016 - 14:15
D. Trump
Ces élections partielles ne sont que peu significatives, sauf pour le moral des candidats. La route est encore longue pour D. Trump: ses provocations lui ont déjà aliéné les femmes et les latinos. De plus lors de ces "caucus", ne votent que des convaincus des Républicains ou des Démocrates. Une très grande proportion des Américains ne vote pas dans ces primaires: les indépendants. Ces 3 inconnues: Latinos, femmes, indépendants peuvent changer radicalement la donne.
Ganesha
- 25/02/2016 - 11:45
FN
Je me pose la même question que plusieurs commentateurs ci-dessus : quand on est né américain aux USA, ou français en France, décide-t-on de son vote dans l'unique but de favoriser l'invasion du plus grand nombre possible d'immigrés, légaux, réfugiés ''soi-disant politiques'', ou clandestins, venant du pays des ancêtres ? Un seul objectif dans la vie : faire venir un cousin ou une épouse (en apparence) soumise en direct depuis le bled ? Au contraire, je pense qu'on peut parfaitement ''avoir des origines'' mais voter Républicains ou FN !