En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Pousse-au-crime
La stratégie Valls pour piéger la droite sur le terrain du libéralisme
Publié le 23 février 2016
Focalisés sur le débat concernant les 35h ou la dégressivité des allocations chômage, les candidats à la primaire de la droite se sont lancés dans une course au libéralisme dénoncée notamment par Henri Guaino
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Focalisés sur le débat concernant les 35h ou la dégressivité des allocations chômage, les candidats à la primaire de la droite se sont lancés dans une course au libéralisme dénoncée notamment par Henri Guaino

Oh bien sûr, ils sont convaincus de la justesse des réformes engagées et à venir. Oh bien sûr, ils espèrent, en croisant les doigts, qu'elles permettront d'inverser la courbe du chômage. Autour de François Hollande et de Manuel Valls tout n'est pas que calcul politique et billard à trois bandes. Mais si le pacte de compétitivité, puis celui de responsabilité, le travail du dimanche, et aujourd'hui la réforme des 35h et celle de l'assurance chômage peuvent, en prime, déstabiliser la droite, l'acculer à se radicaliser, la courbe du chômage peut bien continuer à grimper, la droite du PS n'aura pas tout perdu.

En effet, en tirant ainsi les lignes à droite, comme ils l'ont fait en lançant le débat sur la déchéance de nationalité, le Président de la République et le Premier ministre espèrent bien assécher le corpus idéologique de leurs opposants, les forçant à se rallier à leurs positions, mais aussi à appauvrir ou à radicaliser leurs propositions à venir.

Ainsi, un proche du premier ministre se marre : "Regardez, depuis quelques temps, ils se prennent tous pour madame Thatcher." Et de prendre pour exemple Alain Juppé et François Fillon qui rivalisent de propositions libérales. Le maire de Bordeaux a d'ores et déjà annoncé qu'il souhaitait, s'il était élu, réaliser 100 milliards d'euros d'économies en 5 ans, réduire les dépenses publiques à 53% du PIB d'ici 2022, alléger la taxation sur les dividendes et les plus-values des entreprises, relever l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans et ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

François Fillon rivalise d'imagination, il souhaite réduire de 50 milliards d'euros les impôts sur le revenu, augmenter de 3,5% les deux taux supérieurs de la TVA, plafonner la hausse des impôts dans les collectivités et réduire de 50 milliards d'euros les prélèvements sur les entreprises.

Nicolas Sarkozy entend revenir au non remplacement d'un fonctionnaire sur deux, stopper le statut systématique des fonctionnaires à vie, supprimer des charges patronales pour 7,2 milliards d 'euros et des charges salariales pour 4 milliards et assouplir le licenciement économique.

Nathalie Kosciusko-Morizet souhaite, pour sa part, réduire de 100 milliards les impôts dont 65 milliards de baisse du coût du travail et 35 milliards de baisse d'impôts sur le capital. Quant à Bruno Le Maire, il propose de privatiser Pole Emploi, de réduire la fonction publique territoriale et de mettre fin à l'emploi à vie des fonctionnaires. Tous défendant l'annulation des 35h et la dégressivité les allocations chômage.

La course au libéralisme est donc lancée, une course qui en inquiète certains à droite, comme Henri Guaino qui, vendredi dernier sur I Télé, s'étranglait : "Je suis frappé par cette espèce de course à échalote pour savoir lequel sera le plus thatchérien, le plus schrödérien, le plus ultra-libéral. Quoi ? On va résoudre le problème du chômage comme ça ? Quand on aura supprimé toutes les garanties sociales, toutes les protestions sociales ? (…) On peut aussi revenir au 19e siècle, on peut embaucher les gens le matin, les débaucher le soir !" Et d'ajouter : "Je suis frappé par la dérive d'une partie de la classe politique et de la classe dirigeante en France. C'est extraordinaire. (…) Pour faire bonne figure dans la mondialisation, il nous faudrait renoncer à humaniser le capitalisme, à édicter des règles sociales, à préserver la dignité du travail, la dignité des travailleurs. Si vous voulez supprimer les congés payés, par exemple, vous ferez sans moi. C’était une mesure de gauche, je la prends à mon compte. Voilà, vive Léon Blum et vive le Front populaire pour ce qui est de la limitation du temps de travail et des congés payés. Ma famille politique, c’est celle qui a fait la sécurité sociale, c’est celle qui a fait les allocations chômage. Ma famille politique, ce n’est pas celle qui trouve que le Smic est trop élevé et que c’est ça la cause du chômage. C’est extraordinaire, vous allez dans des assemblées, vous voyez des gens qui gagnent cinq, six, dix fois le Smic et qui vous expliquent que le Smic est trop élevé (…) Ma famille politique, c’est celle du gaullisme et du gaullisme social." Mais il semble bien seul sur ce créneau.

Seul avec le FN. "Il ne faut pas revoir la loi (sur le temps de travail) maintenant, on est en pleine crise, ça serait déstabilisant pour les PME, les PMI, pour les salariés eux-mêmes, ce n'est pas une bonne chose de re-déstabiliser les règles de la durée légale du travail maintenant" affirmait en janvier Florian Philippot. Le bras droit de Marine Le Pen s'érigeait, aussi, contre la dégressivité de l'assurance chômage qui, selon lui, n'a jamais permis de faire baisser le chômage. La droite serait-elle en train de tomber dans le piège tendu par l'exécutif, laissant Marine Le Pen incarner seule une sorte de défense des salariés ? Un exécutif qui rêve, en effet, d'affronter le FN au second tour de la présidentielle…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
02.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Libéraux en peau de lapin : pourquoi la polémique autour de François-Xavier Bellamy en dit long sur le raidissement des soit-disant « modérés »
06.
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
07.
Mort du Comte de Paris : et la porte du placard de l’Histoire se ferma sur les Orléans
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
essentimo
- 24/02/2016 - 08:36
Pourrait-on arrêter
de prendre les Français pour des idiots ou de les supposer tels ?
langue de pivert
- 23/02/2016 - 17:37
Laissez la gauche jacter seule : elle fait ça si bien ! ☺
L'opposition doit ignorer la gauche ! Ne pas rentrer dans son jeu. Plus personne ne parle de la modification de la constitution bidon de la gauche, demain personne ne parlera de la modification sur le temps de travail et la dégressivité des allocations chômage qui ne sont que des annonces, des coups politiques sans lendemain ! Le temps joue contre la gauche : il faut les laisser seuls se vautrer dans leur bauge ! Ne pas dépenser, ne pas investir, ne pas embaucher et attendre !
Borgowrio
- 23/02/2016 - 17:34
Changement de mentalité
Fut un temps très proche ou le mot " Libéralisme " représentait le mal absolu . Ceci grâce à l'idéologie post soixante huit et le noyautage de la société par la gauche . On entendait sur les plateaux télé , Sarkosy se faire traiter d'ultra libéral , alors que maintenant il apparaît comme social démocrate . Tout ça grâce à Hollande et à l'échec ( et mat) du socialisme