En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 3 heures 1 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 3 heures 44 min
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Fin de la prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 5 heures 11 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 6 heures 52 min
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 8 heures 10 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 10 heures 40 min
décryptage > France
A la guerre comme à la guerre

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

il y a 13 heures 25 min
décryptage > Terrorisme
Nouvelle attaque

Afghanistan : Daech à l’offensive

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

il y a 14 heures 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Europe, relance, dettes... L'Allemagne change de politique, plus pour renforcer son rôle de locomotive que pour plaire aux Européens

il y a 15 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 3 heures 26 min
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 4 heures 35 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 5 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 7 heures 36 min
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 10 heures 2 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 12 heures 12 min
décryptage > Société
Ils ont osé ça

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Société
Réorganisation des entreprises

Open space : la Covid m’a tué

il y a 15 heures 15 min
décryptage > France
Risques à domicile

De Lubrizol à Beyrouth en passant par le pont de Gênes, les leçons des catastrophes sont-elles bien tirées en France ?

il y a 15 heures 55 min
© Reuters
© Reuters
Rencontre de Doha

Entente russo-saoudienne sur le pétrole : le dernier clou dans le cercueil de l’Opep ?

Publié le 19 février 2016
Quatre des plus importants pays producteurs de pétrole, l'Arabie saoudite, le Qatar, la Russie et le Venezuela, se sont mis d'accord pour geler la production au niveau de celle de janvier. Une décision qui montre la fin opérationnelle de l'Opep, et qui ne sera pas sans conséquences pour le théâtre d'opérations au Moyen-Orient.
Stephan Silvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quatre des plus importants pays producteurs de pétrole, l'Arabie saoudite, le Qatar, la Russie et le Venezuela, se sont mis d'accord pour geler la production au niveau de celle de janvier. Une décision qui montre la fin opérationnelle de l'Opep, et qui ne sera pas sans conséquences pour le théâtre d'opérations au Moyen-Orient.

Atlantico : dans quelle mesure le fait de négocier des accords avec la Russie, qui n'est pas membre de l'Opep, remet-il en question le bien-fondé de l'organisation ?

Stephan Silvestre : Pour le moment, il s’agit davantage d’une déclaration d’intention que d’un accord. Les quatre pays qui se sont réunis « souhaitent » un gel de la production pour stabiliser les prix. Mais ce vœu est soumis à la condition que d’autres grands producteurs, en clair l’Iran et l’Irak acceptent de suivre. En effet, si ces quatre producteurs contingentaient seuls leurs productions, nul doute que les autres s’empresseraient de prendre leur place sur le marché et les prix ne remonteraient pas. La partie n’est donc pas encore gagnée car, à ce jour, les pays de la sphère chiite refusent de se plier aux exigences des sunnites. En théorie, l’Opep a donc encore un rôle à jouer : celui de faire appliquer cet accord à tous ses membres. Mais en pratique, le cartel est inopérant depuis décembre dernier. On observe que les tensions géopolitiques entre ses membres l’emportent sur la logique d’entente économique. 

A l'origine, l'Opep avait pour objectif de reprendre le contrôle sur le marché du pétrole, notamment contre les compagnies étrangères. D'un point de vue empirique, comment l'Opep a-t-elle pour habitude d'intervenir sur les questions de politique internationale ? Quel degré d'importance le pétrole a-t-il pris en terme de diplomatie ?

 

L’Opep a toujours été une organisation politique, au sens où, à l’instar d’autres organismes internationaux, elle réunit des États qui ont un objectif politique commun, contrairement à des lobbies ou des cartels commerciaux qui allient des compagnies privées. Ainsi, dès son origine, elle a pris des positions politiques, à commencer par l’embargo envers les pays occidentaux en représailles à la guerre du Kippour en 1973. Le refus d’intervenir pour faire remonter les cours lors des guerres d’Irak était encore un choix politique. Mais le contexte a bien changé : durant la Guerre Froide, l’Opep était un outil aux mains des pays émergeants pour lutter contre leurs anciennes puissances colonisatrices. Aujourd’hui, la situation est tout autre : ce sont les membres de l’Opep qui s’opposent entre eux, avec divers soutiens, pour tenter d’augmenter leur influence. De plus, certains de leurs principaux clients sont aussi des émergents et ils ne veulent pas de cours trop élevés. L’Opep ne peut donc plus se servir de l’arme du prix pour punir l’Occident, sans froisser au passage la Chine et l’Inde. 

Saoudiens et Russes s'opposent indirectement dans le conflit syrien, en soutenant le front sunnite pour le premier et l'axe chiite pour le second. Si un accord aboutissait entre ces pays de l'Opep et la Russie, comment leurs positions ou leurs interventions pourraient-elles évoluer ?

 

Il s’agit là du point épineux entre les parties. En principe, un accord pétrolier auquel toutes les parties ont intérêt pourrait se suffire. Mais il est bien évident que lorsque l’Arabie Saoudite vient demander à Moscou de limiter sa production, Poutine ne saurait se satisfaire d’une présence saoudienne sur le sol syrien. En réalité, la présence saoudienne a, jusqu’à présent, été surtout verbale et ce ne sont pas les soldats saoudiens qui perturbent les opérations russes. Mais les prochains mois seront certainement marqués par une grande discrétion saoudienne sur la question syrienne et il est peu probable que l’on voit les forces spéciales saoudiennes intervenir sur le terrain. 

Une position commune entre la Russie et les pays de l'Opep pourrait-il fragiliser les Etats-Unis ?

Certainement pas. Sur le plan strictement pétrolier, les États-Unis cherchent à augmenter leur production et visent l’autonomie. Une limitation de la production saoudienne et russe leur rendrait même service ! De plus, des cours plus élevés ne les desserviraient pas puisqu’ils permettraient de relancer les investissements gelés sur les champs de pétrole de schiste. Quant aux prix à la pompe, ils ne sont pas si critiques dans un pays aussi riche. Sur le plan géopolitique, la stratégie américaine est bien établie et cette fantaisie diplomatique n’en est qu’une conséquence marginale. Les États-Unis cherchent à se libérer de leur dépendance diplomatique à Riyad depuis un moment afin de pouvoir intervenir librement contre les groupes terroristes issus de la sphère sunnite. Dans le même temps, ils se rapprochent progressivement de Téhéran afin de garder un pied dans la région et recomposer leurs alliances sur de nouvelles bases. Bien sûr, les Américains continueront de suivre ce 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires