En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

07.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 5 heures 16 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 6 heures 7 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 12 heures 58 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 14 heures 5 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 16 heures 5 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 16 heures 47 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 8 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 9 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 11 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 5 heures 43 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 12 heures 28 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 15 heures 22 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 16 heures 35 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 17 heures 2 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 9 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 11 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 12 heures
Gla gla gla

L'activité solaire au plus bas depuis plus d’un siècle : serions-nous à la veille d'une mini ère glaciaire ?

Publié le 19 février 2016
De nombreux scientifiques constatent une baisse de l'activité solaire plus forte et plus longue que d'habitude, ce qui pourrait provoquer une baisse des températures terrestres, voire même, selon certains, provoquer une mini-ère glaciaire d'ici trente ans. Des études à prendre toutefois avec des pincettes, car l'activité solaire est loin d'être le seul facteur capable de provoquer des changements climatiques de grande ampleur.
Frédéric Decker
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Météorologue - Climatologue à MeteoNews et Lameteo.org
Voir la bio
Serge Planton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Planton est ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts à Météo-France et responsable du groupe de recherche climatique au Centre National de Recherches Météorologiques (CNRM-GAME, Météo-France/CNRS). Ses recherches en modélisation...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De nombreux scientifiques constatent une baisse de l'activité solaire plus forte et plus longue que d'habitude, ce qui pourrait provoquer une baisse des températures terrestres, voire même, selon certains, provoquer une mini-ère glaciaire d'ici trente ans. Des études à prendre toutefois avec des pincettes, car l'activité solaire est loin d'être le seul facteur capable de provoquer des changements climatiques de grande ampleur.

Atlantico : Pouvez-vous expliquer précisément ce qu'est "l'activité solaire" ?

Frédéric  Decker : On pourrait traduire le terme "activité solaire" par l'énergie et donc la chaleur dégagée par le soleil.

Elle est visible depuis la terre via le nombre de taches présentes sur la surface du soleil, qui varient en fonction de l'activité solaire. Plus l'activité solaire est basse - voire nulle, comme en ce moment - moins les tâches sont visibles.

L'activité solaire est naturellement cyclique, c'est-à-dire qu'elle croit et décroit tous les 11 ans.

L'activité solaire est en ce moment au plus bas depuis 1906. En quoi a-t-elle un impact sur la terre ?

Frédéric  Decker : Même si d'autres facteurs peuvent entrer en jeu, une forte activité solaire a tendance à réchauffer l'atmosphère, et inversement.

Une activité solaire faible ou nulle pendant une période prolongée, comme c'est particulièrement le cas depuis un an, peut donc conduire à un refroidissement des températures terrestres.

Si l'activité solaire continue d'être aussi faible sur une longue période, des chercheurs prévoient l'arrivée d'une mini-ère glaciaire d'ici trente ans. Cela vous parait-il plausible ?

Frédéric  Decker : En climatologie, tout est possible et il y a souvent de nombreuses surprises.

Mais je pense d'abord que prévoir un tel changement climatique sur une échelle de quinze à trente ans me parait trop court. Pour qu'un véritable changement de climat se produise, il faut à minima partir sur une échelle de plus de 30 ans, voire 50 ans.

Ensuite, de telles prédictions ne doivent pas se faire sur l'unique critère de l'activité solaire. Beaucoup d'autres facteurs entrent en jeu dans le changement de climat.

D'abord, il y a l'activité humaine, qui, par la génération du réchauffement climatique, contre-balance la faible activité solaire du moment. On pourrait d'ailleurs presque espérer que ces tendances se maintiennent, car cette faible activité solaire pourrait ralentir voir stopper le réchauffement climatique.

Pour qu'une mini-ère glaciaire soit prévisible, il faudrait au moins qu'on perde - toutes choses égales par ailleurs - deux degrés dans un futur très proche, ce qui est loin d'être gagné.

A l'inverse, des éruptions volcaniques intenses pourraient par exemple nous précipiter d'un seul coup dans une période glaciaire, sans que l'activité solaire n'y soit pour quelque chose. En effet, une série de fortes éruptions volcaniques enverrait beaucoup de poussières dans l'atmosphère, ce qui formerait une sorte d'écran à la lumière du soleil, et ferait chuter les températures de façon drastique.

De la même manière, la faible activité solaire de ces dernières années n'a pas empêché les années 2014 et 2015 de battre des records de chaleur, dus notamment au courant marin chaud El Niño. A l'inverse, alors que l'activité solaire était forte, la terre a connu une baisse des températures après la seconde guerre mondiale jusqu'aux années, sans doute due à une perturbation des courants marins.

Les éruptions solaires augmentent-elle l'activité solaire, et si oui ont-elles un impact sur le changement climatique ?

Frédéric  Decker : Non, les éruptions solaires n'ont pas d'influence sur la température terrestre, mais elles inquiètent tout de même les scientifiques.

Les éruptions solaires, ces tempêtes de particules et de rayons envoyés dans l'espace par notre étoile, vont parfois en direction de la Terre.

Quand une telle activité est dirigée vers la Terre, elle a le potentiel d'avoir un large impact. Cela inclut des coupures de courant, des perturbations de l'aviation, des pertes de communication et des perturbations (ou la perte) de systèmes de satellites.

A quand remonte la dernière ère glaciaire ?

Frédéric  Decker :  Par définition, le climat n'est pas linéaire. Il se réchauffe et se refroidit constamment depuis toujours. La dernière période "fraîche" remonte à la période 1950-1975, avec un re-glaciation du sud du Groenland, libéré des glaces par le brutal réchauffement des années 40. Le "petit âge glaciaire" qui s'est produit de l'an 1300 au milieu de 19e siècle fut plus frais voire froid, avec des hivers rigoureux en grand nombre et des étés souvent pourris. Mais il ne s'agissait pas d'une "ère glaciaire" à proprement parler.

La dernière véritable ère glaciaire s'est produite entre -110.000 et -10.000 ans avec un maximum d'intensité il y a environ 22.000 ans. La Manche était alors à sec. Les glaces recouvraient la majeure partie des îles Britanniques, le nord de l'Allemagne ou encore le Danemark. Durant cette longue période de 100.000 ans, la température de notre planète était environ 5 degrés plus basse qu'actuellement.

Serge  Planton : Le dernier changement climatique important remonte à la période du petit âge glaçaire, située entre 1450 et 1850. A ces échelles de temps-là, l'activité solaire a bien sûr pu jouer un rôle important dans la chute des températures, mais le volcanisme a aussi été avancé pour expliquer le phénomène, tout comme ce qu'on appelle "la variabilité interne" de la planète, c'est-à-dire les échanges d'énergie indépendants de l'activité humaine qui se produisent entre l'atmosphère, les glaciers et les océans.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 16/02/2016 - 19:01
Activité solaire contre réchauffement climatique?
Peut être, mais en la matière, nous savons si peu que les grands élans de générosité écologique risquent bien d'avoir sur le long terme beaucoup d'effets fâcheux.
john mac lane
- 16/02/2016 - 10:54
Vite, vite vite, polluons faisons du CO2
Face a cette nouvelle créons la COPUX, conférence pour réchauffer la planète et mettons des primes pour acheter des Volkswagen. Mettons le fils de Fabius président de la COPUX, Cahuzac le trésorier et Tévenous responsable de l'administration...Prions tous pour ne pas mourir congelé la semaine prochaine....
MONEO98
- 16/02/2016 - 10:53
viva la COP22
le grand risque que nous prenons c'est que Fabius ne pourra être à la tête de la COP21;vous vous rendez compte du risque que nous prenons