En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Macron skie français

03.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

04.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

05.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

06.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

07.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 1 heure 49 sec
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 1 heure 28 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 2 heures 13 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 2 heures 32 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 2 heures 45 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 3 heures 3 min
décryptage > High-tech
Course aux vaccins

IBM détecte des cyber-attaques en cours contre la distribution des vaccins anti-Covid dans le monde : alerte écarlate ou rouge pâle ?

il y a 3 heures 44 min
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 14 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 15 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 16 heures 32 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 1 heure 8 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 1 heure 36 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 2 heures 19 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 2 heures 46 min
décryptage > Politique
Héritage politique

Mort de VGE : mais qu’est devenue la droite libérale en France ?

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Religion
Séparatisme

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

il y a 4 heures 2 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 14 heures 46 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 15 heures 41 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 17 heures 49 min
© Reuters
Xavier Bertrand, le nouveau président de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.
© Reuters
Xavier Bertrand, le nouveau président de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.
0000

Pourquoi Xavier Bertrand est loin d'être mort pour la politique nationale

Publié le 31 janvier 2016
Plutôt qu'être candidat à la primaire, le maire de Saint-Quentin a fait le pari de l'action à la tête de sa grande région Nord Pas-de-Calais Picardie. Il doit affronter un groupe FN virulent qui refuse de voter la plupart des mesures proposées. Un tête à tête qui permet à l'élu LR de mettre les amis de Marine Le Pen devant leurs contradictions. Il espère ainsi être entendu jusqu'à Paris.
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plutôt qu'être candidat à la primaire, le maire de Saint-Quentin a fait le pari de l'action à la tête de sa grande région Nord Pas-de-Calais Picardie. Il doit affronter un groupe FN virulent qui refuse de voter la plupart des mesures proposées. Un tête à tête qui permet à l'élu LR de mettre les amis de Marine Le Pen devant leurs contradictions. Il espère ainsi être entendu jusqu'à Paris.

Et la journaliste remballa sa question. Inutile de demander à Xavier Bertrand s'il regrette Paris. S'il est heureux ici à Lille. Loin de l'Assemblée Nationale et de ses quatre colonnes, de sa buvette où l'on fait et défait la politique nationale. Inutile de lui demander si la rue de Vaugirard lui manque, ses bureaux politiques animés et ses mornes conseils nationaux. Inutile. Xavier Bertrand rayonne. Bien sûr, ici comme ailleurs, rien n'est simple. Midi approche déjà. La deuxième séance du conseil régional a commencé dès potron-minet en ce jeudi 28 janvier ensoleillé et rien encore n'a été voté. Pas un amendement, pas une délibération. De suspension de séance en suspension de séance, les 54 élus Front national n'ont cessé de faire l'aller-retour entre leur bureau et l'hémicycle.

 

Ce qui les chiffonne ce matin-là ? Que le tout nouveau Président du conseil régional, Xavier Bertrand, ait décidé de repartir les places dans l'hémicycle par ordre alphabétique et non par groupe politique. Les élus FN sont aussi très agacés que le premier point à l'ordre du jour ne concerne pas la création des commissions. Alors, en l'absence de leur présidente de groupe, Marine Le Pen, en déplacement à Milan pour assister à un rassemblement des partis d’extrême droite européens, ils usent de leur parfaite connaissance du règlement intérieur pour faire ce qu'il convient d'appeler de l’obstruction. Suspendant la séance, encore et encore.

 

A lire aussi : Xavier Bertrand : "Initialement, j'ai pensé que les électeurs avaient voté pour moi pour faire barrage au FN. En réalité, les gens me disent qu'ils ont voulu nous laisser une dernière chance"

 

Lorsque, finalement, Xavier Bertrand accède à leur demande, et accepte de constituer les commissions, leur président Philippe Eymery en critique l'intitulé : "pourquoi la commission 3 est-elle nommée "Au travail", comme si nous étions tous des paresseux ?", puis il menace, à nouveau, de suspendre la séance si le FN n'est pas assuré d'avoir 6 représentants par commission. Xavier Bertrand lui répond que cela dépendra du vote des élus FN… La matinée s'écoule ainsi sans que les questions de fond ne puissent être abordées.

 

Alors pourquoi Xavier Bertrand est-il heureux ? Pourquoi ce sourire à ses lèvres et cet enthousiasme lorsqu'il parle de sa nouvelle vie ? Bien sûr parce qu'il a gagné son audacieux pari : battre Marine Le Pen sur ses terres de prédilection, ce Nord qui lui offre depuis longtemps ses meilleurs scores. Bien entendu, parce que sa cote de popularité s'en est trouvée gonflée à bloc.

 

Mais aussi parce qu'il semble s'être pris au jeu jusqu'à abandonner toute idée de se présenter aux primaires de la droite et du centre. Pris au jeu des enjeux, sur cette terre où l'on n'attend plus rien de la politique. Plus rien de ses élus. Où le nihilisme est devenu le parti majoritaire. Xavier Bertrand s'est lancé un nouveau challenge : reconquérir ces électeurs perdus qui votent FN comme on se jette dans le vide, pour ne plus avoir mal. Ici à Lille, à l'Hôtel de Région, il a enfin l'occasion de se battre à main nue pour regagner quelques estimes. Quelques voix. Sinon, dans très peu de temps, ce sera trop tard, affirme-t-il, ce sera... le séisme. Il faut faire vite, agir, obtenir des résultats. Redresser, tant que faire se peut, cette région, sorte de concentré des problèmes de France.

 

A 14h, la séance reprend. Au programme notamment, deux mesures défendues par Xavier Bertrand durant sa campagne et qu'il veut faire voter fissa pour montrer qu'il tient parole. Pour créer vite de l'espoir. Il souhaite aider les entreprises de moins de 250 salariés qui embauchent. Pour chaque emploi créé il veut que le conseil régional offre, durant 12 mois, 25% des charges afférentes à ce nouvel emploi. Abstention du groupe FN qui juge que la mesure ne va pas assez loin, qu'il n'y a pas de calendrier, pas de dispositif d'évaluation du projet... Xavier Bertrand saisit l'opportunité pour mettre le groupe d'extrême droite devant ses contradictions. "Seule la majorité a approuvé cette délibération ! Mr Eymery, ça doit être bien compliqué votre position. Alors, certes, rien ne remplace les carnets de commande, la croissance. C'est vrai, mais les entrepreneurs disent aussi que les charges sont un problème et nous, nous les avons entendu. Où vous situez-vous exactement entre libéralisme thatchérien et position à la Tsipras? En tous cas, vous n'êtes pas du côté des entreprises régionales". Philippe Eymery, le président du groupe FN, reprend alors la parole pour expliquer qu'il y a un problème "de phasage des crédits de paiement"…

 

Un autre des points à l'ordre du jour concerne l'aide de 20 euros que Xavier Bertrand souhaite accorder à chaque habitant de la région qui travaille à plus de 30 kilomètres de son domicile et qui gagne moins de deux fois le Smic. Encore une promesse de campagne, faites aux ouvriers de Toyota le 16 décembre dernier. Le FN s'abstient à nouveau… mais ne cesse d'interrompre la séance pour réclamer que les conseillers régionaux ne soient pas répartis par ordre alphabétique mais par groupe politique dans l'hémicycle.

 

La séance durera finalement 13h. A 22h, alors qu'il est question de problèmes liés aux migrants de Calais, les esprits s'échauffent. La cinquantaine d’élus frontistes brandissent des pancartes "Je suis Calais" et "Je suis Grande-Synthe". Le conseiller FN Jacques Danzin lance à Xavier Bertrand : "Vous nous prenez pour des niacoués ? !" Xavier Bertrand le fait répéter, sidéré, alors que Gérald Darmanin, vice-président annonce qu’il y aura une suite juridique à l’utilisation de ce "vocabulaire infâme et insupportable" qui a un "relent colonial". Les élus Républicains finiront la séance débout, chantant la Marseillaise, pour soutenir leur président. Xavier Bertrand est heureux. Inquiet mais heureux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
28furka
- 31/01/2016 - 20:46
MAIS
il s attendait a quoi MR BERTRANT en s alliant avec le ps oh pardon il est vrai qu il n avait rien demande
vangog
- 31/01/2016 - 12:44
Et si le Front National avait été élu à la Région?...
Les UMPS auraient fait de l'obstruction, pour se venger du vote patriotique! Si les règlements intérieurs sont assez débiles pour permettre ces obstructions, ce n'est pas la faute du FN, mais de Bertrand. Je suis totalement solidaire avec les élus Front National de Nord-Pas-de-Calais-Picardie: contre une alliance UMPS aussi pitoyable, seule l'obstruction est de mise...
Lafayette 68
- 31/01/2016 - 11:54
"Réponse du berger à la bergère", hélas.
Si l'on en croit les faits rapportés par Christelle Bertrand, l'obstruction n'est pas en effet la solution .
Mais il faudrait aussi appeler un chat un chat et admettre qu'il y a un problème dans ce pays .
Le FN qualifié d'extrême droite : c'est fait pour le disqualifier historiquement ( =fasciste, vichyste) et ce n'est pas la réalité .Le PS lui peut s'allier au PCF sans souci : faut-il rappeler les faits historiques du communisme,?
L'élection à 2 tours pour les régionales avec désistement du ps "pour éviter la guerre civile"(Valls) ne peut aussi qu'exacerber les tensions .