En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 13 min 39 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 57 min 12 sec
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 1 heure 19 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 2 heures 30 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 3 heures 55 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 4 heures 46 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 5 heures 7 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 5 heures 53 min
décryptage > France
Forum de Paris sur la paix

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

il y a 6 heures 22 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 21 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 41 min 49 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 1 heure 6 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 2 heures 5 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 4 heures 15 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 4 heures 48 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 5 heures 20 min
décryptage > Terrorisme
Zone de radicalisation

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

il y a 6 heures 6 min
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 20 heures 58 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 22 heures 7 min
© Reuters
© Reuters
Plongeon

Effondrement boursier : pourquoi les licornes valorisées en milliards sont en train de perdre beaucoup de leur magie

Publié le 29 janvier 2016
Selon une étude publiée cette semaine par la société de recherche spécialisée CB Insights et le cabinet KPMG, les liquidités investies dans les start-up non cotées ont plongé de 30% au dernier trimestre de 2015 et aujourd'hui de nombreuses "licornes" sont en recherche de fonds.
Avec une double formation française et polonaise, Christopher Dembik est diplômé de Sciences-Po Paris et de l’Institut d’Economie de l’Académie des Sciences polonaise. Il a vécu cinq ans à l’étranger, en Pologne et en Israël, où il a travaillé pour la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christopher Dembik
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec une double formation française et polonaise, Christopher Dembik est diplômé de Sciences-Po Paris et de l’Institut d’Economie de l’Académie des Sciences polonaise. Il a vécu cinq ans à l’étranger, en Pologne et en Israël, où il a travaillé pour la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude publiée cette semaine par la société de recherche spécialisée CB Insights et le cabinet KPMG, les liquidités investies dans les start-up non cotées ont plongé de 30% au dernier trimestre de 2015 et aujourd'hui de nombreuses "licornes" sont en recherche de fonds.

Atlantico : Comment peut-on expliquer cette désaffection ? Les Licornes sont-elles simplement victimes parallèles de la chute boursière, ou existe-t-il un ciblage particulier ?

Christopher Dembik : En juillet 2014, Janet Yellen, présidente de la Réserve Fédérale américaine, mettait en garde dans un discours passé un peu inaperçu à propos de la survalorisation des valeurs biotechs et des réseaux sociaux. Le marché ne découvre pas subitement que les fameuses licornes sont, dans bien des cas, surévaluées. Toutefois, il n’y avait pas de panique des investisseurs à l’époque car les taux étaient extrêmement bas. Il était, dans ces circonstances, aisé d’emprunter pour investir et prendre des risques. C’était une période faste, celle de l’argent facile, permise par les banques centrales qui ont abaissé leurs taux proches de zéro et mis en place des mesures exceptionnelles pour soutenir les marchés et l’économie.

Le changement de paradigme a symboliquement eu lieu en décembre dernier. Pour la première fois depuis la crise des subprimes, la banque centrale américaine a relevé ses taux considérant que l’économie se portait mieux. La hausse fut seulement de 25 points de base mais elle a envoyé le signal aux investisseurs que les conditions de crédit ne sont désormais plus aussi accommodantes qu’auparavant. Les investisseurs qui s’étaient rués sur les licornes ont commencé à s’inquiéter à propos des fonds placés et se sont penchés de plus près sur les business model de ces entreprises, leur capacité à monétiser leur audience et leur rentabilité. Ils se sont rendu compte qu’ils n’avaient peut-être pas toujours fait le meilleur choix, d’où les baisses importantes observées depuis le début de l’année de ces valeurs en bourse.

Toutefois, le mouvement était déjà enclenché depuis quelques mois. Ainsi, la première moitié de l’année 2015 a connu le plus faible nombre de transactions en capital-risque en 25 ans aux Etats-Unis, ce qui montre bien l’émergence  progressive des préoccupations des investisseurs.

On assiste aujourd’hui à un mouvement de panique auquel échappent bien peu d’entreprises du secteur des nouvelles technologies. On notera une exception notable, Facebook, qui a toute la confiance du marché alors qu’il y a encore quelques années de cela, les inquiétudes à propos du futur du réseau social étaient importantes.

Peut-on faire un parallèle avec la crise des technologies du début des années 2000 ? Une reproduction du phénomène est-elle envisageable aujourd’hui ? 

On aura, évidemment, la tentation de faire le parallèle avec la crise des technologies du début des années 2000. Comme toujours, les investisseurs ont la mémoire courte. Il y a toutefois une différente fondamentale par rapport à la fin des années 1990. A l’époque, les banques centrales disposaient d’une marge de manœuvre importante pour relancer le crédit et l’économie dans la foulée de la crise en gérant les taux d’intérêt. Aujourd’hui, ce n’est pas le cas. Les taux sont proches de zéro un peu partout dans les pays développés et les mesures exceptionnelles mises en œuvre, comme des rachats d’actifs financiers, ne portent pas systématiquement leurs fruits. On peut le constater avec acuité en particulier en zone euro. En cas de crise, les banques centrales sont complètement démunies, c’est peut-être ce qui doit éveiller plus d’inquiétudes. Elles n’auront pas de levier à actionner pour éviter une propagation de la crise et des effets néfastes sur l’économie réelle.

Peut-on parler de retour au réel pour ces entreprises ? Existait-il un phénomène de bulle spéculative ? 

Les baisses observées sont souvent salutaires. On ne peut pas concevoir des valorisations en bourse de plusieurs millions de dollars, voire parfois plusieurs milliards, alors que la rentabilité n’est pas suffisamment au rendez-vous. Il y a une déconnexion trop importante entre l’évolution boursière et le bilan de ces entreprises. On revient aux fondamentaux.

Beaucoup de fonds ont senti le vent tourner. En automne dernier, le fonds Fidelity a ainsi dévalué sa participation de 25% dans la start-up Snapchat, alors valorisée 16 milliards de dollars. A ce moment-là, cette valorisation boursière était 160 fois supérieure au chiffre d’affaires de Snapchat. Ce n’est pas viable à long terme.

C’est toujours une bonne chose de tourner la page des excès. Il fait, en tout cas, aujourd’hui consensus qu’il y a un phénomène de bulle spéculative. Peut-être amorçons-nous actuellement le dégonflement de cette bulle mais il est encore trop tôt pour le dire avec certitude. La question, à laquelle personne n’a de réponse, est de savoir si l’éclatement de cette bulle entrainera une déflagration prompte à toucher d’autres secteurs d’activité ou des produits financiers spécifiques (comme les obligations d’entreprises à haut rendement par exemple). Même les banques centrales ne disposent pas d’outils pour surveiller les bulles spéculatives et permettre un dégonflement contrôlé. Il faut accepter le risque d’un krach boursier. A titre personnel, je doute toutefois que les licornes soient le facteur déclencheur de ce krach. Elles ne sont pas en mesure de provoquer une crise du crédit et / ou une crise de liquidité. Comme souvent, ce type de crise provient de produits structurés. Ce fut le cas en 2007.

Finalement, est ce que cette baisse est salvatrice ou est-elle un coup de frein pour les innovations à venir ?  

Ce n’est jamais un frein pour les innovations. Au contraire, cela va permettre souvent des fusions, des alliances qui créeront des entreprises plus solides et plus à même à faire de la R&D. Bien que la croissance économique soit faible et qu’une nouvelle crise soit inévitable dans les prochaines années, nous sommes dans une période formidable. Nous n’avons certainement jamais connu une telle prolifération de grappes d’innovations en même temps ! Il ne faut donc pas s’inquiéter à propos de cela. Les innovations, tout comme les crises, font parties du cycle de fonctionnement normal du capitalisme. C’est d’ailleurs ce dont parlait Joseph Alois Schumpeter avec le fameux processus de destruction créatrice. On peut même considérer que les liquidités injectées dans des entreprises parfois peu rentables seront canalisés vers des projets à plus fort potentiel de développement, qui auront peut-être un impact social plus significatif. Il y aura une sélectivité  importante dans les investissements donc c’est clairement positif. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires