En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 6 heures 29 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 7 heures 32 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 8 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 9 heures 14 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 10 heures 58 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 12 heures 5 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 13 heures 24 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 14 heures 1 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 16 heures 17 sec
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 6 heures 54 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 7 heures 58 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 8 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 9 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 11 heures 33 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 12 heures 34 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 13 heures 45 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 15 heures 37 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 1 jour 7 heures
© Reuters
© Reuters
Plongeon

Effondrement boursier : pourquoi les licornes valorisées en milliards sont en train de perdre beaucoup de leur magie

Publié le 29 janvier 2016
Selon une étude publiée cette semaine par la société de recherche spécialisée CB Insights et le cabinet KPMG, les liquidités investies dans les start-up non cotées ont plongé de 30% au dernier trimestre de 2015 et aujourd'hui de nombreuses "licornes" sont en recherche de fonds.
Avec une double formation française et polonaise, Christopher Dembik est diplômé de Sciences-Po Paris et de l’Institut d’Economie de l’Académie des Sciences polonaise. Il a vécu cinq ans à l’étranger, en Pologne et en Israël, où il a travaillé pour la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christopher Dembik
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec une double formation française et polonaise, Christopher Dembik est diplômé de Sciences-Po Paris et de l’Institut d’Economie de l’Académie des Sciences polonaise. Il a vécu cinq ans à l’étranger, en Pologne et en Israël, où il a travaillé pour la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude publiée cette semaine par la société de recherche spécialisée CB Insights et le cabinet KPMG, les liquidités investies dans les start-up non cotées ont plongé de 30% au dernier trimestre de 2015 et aujourd'hui de nombreuses "licornes" sont en recherche de fonds.

Atlantico : Comment peut-on expliquer cette désaffection ? Les Licornes sont-elles simplement victimes parallèles de la chute boursière, ou existe-t-il un ciblage particulier ?

Christopher Dembik : En juillet 2014, Janet Yellen, présidente de la Réserve Fédérale américaine, mettait en garde dans un discours passé un peu inaperçu à propos de la survalorisation des valeurs biotechs et des réseaux sociaux. Le marché ne découvre pas subitement que les fameuses licornes sont, dans bien des cas, surévaluées. Toutefois, il n’y avait pas de panique des investisseurs à l’époque car les taux étaient extrêmement bas. Il était, dans ces circonstances, aisé d’emprunter pour investir et prendre des risques. C’était une période faste, celle de l’argent facile, permise par les banques centrales qui ont abaissé leurs taux proches de zéro et mis en place des mesures exceptionnelles pour soutenir les marchés et l’économie.

Le changement de paradigme a symboliquement eu lieu en décembre dernier. Pour la première fois depuis la crise des subprimes, la banque centrale américaine a relevé ses taux considérant que l’économie se portait mieux. La hausse fut seulement de 25 points de base mais elle a envoyé le signal aux investisseurs que les conditions de crédit ne sont désormais plus aussi accommodantes qu’auparavant. Les investisseurs qui s’étaient rués sur les licornes ont commencé à s’inquiéter à propos des fonds placés et se sont penchés de plus près sur les business model de ces entreprises, leur capacité à monétiser leur audience et leur rentabilité. Ils se sont rendu compte qu’ils n’avaient peut-être pas toujours fait le meilleur choix, d’où les baisses importantes observées depuis le début de l’année de ces valeurs en bourse.

Toutefois, le mouvement était déjà enclenché depuis quelques mois. Ainsi, la première moitié de l’année 2015 a connu le plus faible nombre de transactions en capital-risque en 25 ans aux Etats-Unis, ce qui montre bien l’émergence  progressive des préoccupations des investisseurs.

On assiste aujourd’hui à un mouvement de panique auquel échappent bien peu d’entreprises du secteur des nouvelles technologies. On notera une exception notable, Facebook, qui a toute la confiance du marché alors qu’il y a encore quelques années de cela, les inquiétudes à propos du futur du réseau social étaient importantes.

Peut-on faire un parallèle avec la crise des technologies du début des années 2000 ? Une reproduction du phénomène est-elle envisageable aujourd’hui ? 

On aura, évidemment, la tentation de faire le parallèle avec la crise des technologies du début des années 2000. Comme toujours, les investisseurs ont la mémoire courte. Il y a toutefois une différente fondamentale par rapport à la fin des années 1990. A l’époque, les banques centrales disposaient d’une marge de manœuvre importante pour relancer le crédit et l’économie dans la foulée de la crise en gérant les taux d’intérêt. Aujourd’hui, ce n’est pas le cas. Les taux sont proches de zéro un peu partout dans les pays développés et les mesures exceptionnelles mises en œuvre, comme des rachats d’actifs financiers, ne portent pas systématiquement leurs fruits. On peut le constater avec acuité en particulier en zone euro. En cas de crise, les banques centrales sont complètement démunies, c’est peut-être ce qui doit éveiller plus d’inquiétudes. Elles n’auront pas de levier à actionner pour éviter une propagation de la crise et des effets néfastes sur l’économie réelle.

Peut-on parler de retour au réel pour ces entreprises ? Existait-il un phénomène de bulle spéculative ? 

Les baisses observées sont souvent salutaires. On ne peut pas concevoir des valorisations en bourse de plusieurs millions de dollars, voire parfois plusieurs milliards, alors que la rentabilité n’est pas suffisamment au rendez-vous. Il y a une déconnexion trop importante entre l’évolution boursière et le bilan de ces entreprises. On revient aux fondamentaux.

Beaucoup de fonds ont senti le vent tourner. En automne dernier, le fonds Fidelity a ainsi dévalué sa participation de 25% dans la start-up Snapchat, alors valorisée 16 milliards de dollars. A ce moment-là, cette valorisation boursière était 160 fois supérieure au chiffre d’affaires de Snapchat. Ce n’est pas viable à long terme.

C’est toujours une bonne chose de tourner la page des excès. Il fait, en tout cas, aujourd’hui consensus qu’il y a un phénomène de bulle spéculative. Peut-être amorçons-nous actuellement le dégonflement de cette bulle mais il est encore trop tôt pour le dire avec certitude. La question, à laquelle personne n’a de réponse, est de savoir si l’éclatement de cette bulle entrainera une déflagration prompte à toucher d’autres secteurs d’activité ou des produits financiers spécifiques (comme les obligations d’entreprises à haut rendement par exemple). Même les banques centrales ne disposent pas d’outils pour surveiller les bulles spéculatives et permettre un dégonflement contrôlé. Il faut accepter le risque d’un krach boursier. A titre personnel, je doute toutefois que les licornes soient le facteur déclencheur de ce krach. Elles ne sont pas en mesure de provoquer une crise du crédit et / ou une crise de liquidité. Comme souvent, ce type de crise provient de produits structurés. Ce fut le cas en 2007.

Finalement, est ce que cette baisse est salvatrice ou est-elle un coup de frein pour les innovations à venir ?  

Ce n’est jamais un frein pour les innovations. Au contraire, cela va permettre souvent des fusions, des alliances qui créeront des entreprises plus solides et plus à même à faire de la R&D. Bien que la croissance économique soit faible et qu’une nouvelle crise soit inévitable dans les prochaines années, nous sommes dans une période formidable. Nous n’avons certainement jamais connu une telle prolifération de grappes d’innovations en même temps ! Il ne faut donc pas s’inquiéter à propos de cela. Les innovations, tout comme les crises, font parties du cycle de fonctionnement normal du capitalisme. C’est d’ailleurs ce dont parlait Joseph Alois Schumpeter avec le fameux processus de destruction créatrice. On peut même considérer que les liquidités injectées dans des entreprises parfois peu rentables seront canalisés vers des projets à plus fort potentiel de développement, qui auront peut-être un impact social plus significatif. Il y aura une sélectivité  importante dans les investissements donc c’est clairement positif. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires