En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

03.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Pourquoi le préfet de police de Paris ferait mieux d’organiser les déplacements utiles plutôt que de menacer les Français

06.

Chine : des marchés d’animaux sauvages auraient réouvert

07.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Histoire belge
Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants
il y a 5 heures 10 min
pépites > Politique
Précarité
Coronavirus : Jean-Luc Mélenchon demande la suspension des loyers pour les particuliers
il y a 6 heures 34 min
pépites > Europe
Pertes
Chaque mois de confinement fera perdre "entre 2,5 et 3% de PIB" à l'Europe, prédit Thierry Breton
il y a 7 heures 42 min
pépite vidéo > Culture
Vogue
Un live inédit de Madonna, filmé à Nice en 1990, a été dévoilé
il y a 8 heures 18 min
pépite vidéo > France
Industrie
Plongée au coeur du premier fabricant français de gel hydroalcoolique, qui a multiplié sa production par neuf
il y a 9 heures 45 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX vient de dévoiler le guide d'utilisation du Starship ; Mars Helicopter : la genèse du premier engin volant dans l'atmosphère de Mars
il y a 11 heures 15 min
décryptage > France
Libertés publiques

Pourquoi le préfet de police de Paris ferait mieux d’organiser les déplacements utiles plutôt que de menacer les Français

il y a 11 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

​Voué aux chats

il y a 12 heures 7 min
décryptage > Economie
Ne rien cacher

La bourse ou la vie-rus ?

il y a 12 heures 22 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Le Coronavirus grippe (aussi) les énergies renouvelables
il y a 12 heures 43 min
pépites > Consommation
Coincés en France
Les ventes de tabac en hausse de 30%... à cause des frontaliers qui ne peuvent plus se fournir à l'étranger
il y a 5 heures 52 min
pépites > Politique
Solidarité
Pour financer la santé et l'agriculture, Guillaume Peltier (LR) propose de supprimer des RTT
il y a 7 heures 2 min
pépite vidéo > Religion
Confiné
Le pape célèbre la messe des Rameaux sans fidèles, pour cause de Covid-19
il y a 8 heures 2 min
décryptage > Société
Nouveau monde

Vie par temps de pandémie : combien de temps mettons-nous à intégrer vraiment une nouvelle réalité ?

il y a 8 heures 27 min
pépites > Terrorisme
Ennemi intérieur
Attaque à Romans-sur-Isère : trois Soudanais en garde à vue
il y a 10 heures 19 min
décryptage > Terrorisme
Opportunisme

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

il y a 11 heures 29 min
décryptage > France
C'est quand même bien loin du Soudan

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

il y a 12 heures 2 min
décryptage > International
Et pendant ce temps-là...

Syrie : Rapports conflictuels entre la Turquie et les rebelles à Idlib

il y a 12 heures 18 min
décryptage > International
L’étrange virus

Covid-19 : de la catastrophe à la crise

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Société
Lourde casquette

Pourquoi qualifier les médecins et autres travailleurs du « front » de héros n’est pas forcément leur rendre service

il y a 12 heures 51 min
© Reuters
© Reuters
Ne dites pas qu’on ne vous a pas prévenu

Déficit permanent : ce que doit vraiment faire la France pour redresser sa balance commerciale (et ce n’est pas ce que ce que vous croyez)

Publié le 29 janvier 2016
Alors que le déficit commercial de la France est devenue une obsession pour l'ensemble de la classe politique, les causes de sa formation et les moyens d'y remédier restent encore trop méconnus.
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le déficit commercial de la France est devenue une obsession pour l'ensemble de la classe politique, les causes de sa formation et les moyens d'y remédier restent encore trop méconnus.

La France et ses habitants ont de nombreux problèmes ; le déficit commercial n’arrive pas en 150e position des sujets sérieux, ou des preuves de déclin, ou des indicateurs du désastre à venir. 

Tout d’abord, ce déficit est un effet, pas une cause. Il est le symptôme de quelques déséquilibres (dont certains sont graves et d’autres bénins), mais il n’entraîne pas de conséquences graves dans un cadre de mondialisation et d’union monétaire où la contrainte de financement n’est pas très lourde ; nous ne sommes pas (encore) dans un petit pays du tiers-monde. Et si la phobie du déficit commercial est développée par des gens qui se revendiquent européistes et fédéralistes, on atteint le comble du ridicule (car si le Texas est en déficit vis-à-vis de l’Oklahoma, quelle importance ?). 

Ensuite, il est toujours très délicat d’interpréter la signification économique (c'est-à-dire réelle) du déficit, au-delà des jérémiades journalistiques. Vous préférez vivre dans un pays en pleine croissance qui importe beaucoup dans sa frénésie de consommation et d’investissement, et pour incorporer le progrès technique plus vite, ou vous préférez vivre dans une économie spartiate, néo-mercantiliste, dépendante de la demande chinoise, où le bien-être des gens concrets est toujours remis à plus tard ? L’URSS a longtemps eu des comptes extérieurs équilibrés, c’est rarement bon signe. L’Espagne a vu ses comptes externes s’améliorer sensiblement depuis 2008, grâce à deux récessions majeures et à l’extinction des importations : ses 21% de chômeurs sont sûrement ravis de cette évolution. Pour la France, on ne sait pas bien quel est le niveau souhaitable de l’excédent ou du déficit, ni même si cela a le moindre sens puisque ce n’est pas la France qui vend et qui achète mais des millions d’entreprises (qui doivent bien avoir leurs raisons, et qui peuvent difficilement exporter sans importer dans les relations hypercomplexes qu’elles entretiennent entre elles le long des chaînes de valeurs globales, sans trop se soucier de la nationalité de leurs propriétaires). 

Enfin, la quasi-totalité de notre déficit « national » est lié à la contribution de nos échanges avec l’Allemagne. On voit bien là qu’il n’y a aucun problème : nous servons de marché à nos meilleurs amis, ces gens sympas qui nous adorent, à qui nous avons confié les clés du réacteur monétaire en toute confiance, et qui réalisent une merveilleuse transition vers l’énergie solaire à grands coups d’investissements charboniers. Où est le problème ? l’euro, par essence, pousse à la spécialisation productive, les usines en Allemagne, les musées en France et en Italie, la finance à Londres, les juristes au Luxembourg. Ne dites pas qu’on ne vous a pas prévenu, les économistes en parlent depuis longtemps et je n’imagine pas que nos responsables politiques n’aient pas abordé le sujet. 

Donc tout va donc pour le mieux.

A un « détail » près. 

Nous ne sommes pas obligés d’accélérer notre processus inéluctable de désindustrialisation, pas obligés de laisser à l’Allemagne des secteurs où nous disposions d’avantages comparatifs importants (je pense à l’agriculture par exemple), en bref nous ne sommes pas obligés de plomber nos entreprises. 

Il faut savoir que la grande spécificité de la France se situe dans la difficulté qu’il y a à transformer une PME en grosse PME exportatrice ; les études sont claires sur ce sujet, notamment celles de l’OCDE. Difficile de penser que nos blocages réglementaires, sociaux et fiscaux, ne jouent pas un rôle important.              

S’agissant du marché du travail rigide, cher et hypocrite, les choses progressent : grâce au rapport d’un juriste des années 70, nous savons que les futures réformes de simplification du code devront commencer par respecter « 61 (sic) principes clés d’ordre public social ». Tout cela est comme d’habitude géré par des pros, dans le sens de l’intérêt général, pas du tout au profit des insiders et des avocats.

S’agissant du positionnement milieu de gamme, très inconfortable, il ne faut pas se faire trop d’illusions. On nous parle du sujet depuis 30 ans au moins. Les réformes structurelles à mener (par exemple, la refonte du système de formation) sont si vastes qu’elles ne peuvent être que de long terme, et en l’absence d’accords transpartisans (Hollande a perdu la moitié de son mandat à détricoter celui de Sarkozy, etc.) et de syndicats responsables, il n’y a rien à espérer au cours de cette décennie. De toute façon, tout le monde ne pourra pas faire de la très haute qualité, et il y a déjà une fatigue pour la réforme alors qu’elle n’a pas commencé : le sujet restera un domaine réservé pour les agences de communication et les commissions gouvernementales. 

Reste donc, comme seul levier opérationnel, l’euro, l’euro trop longtemps trop cher, qui pourrait aider un peu l’économie (au prétexte des comptes extérieurs, au moins serviront-ils à quelque chose) si la BCE voulait bien ne plus assister en spectatrice au grand jeu américano-sino-nippo-anglo-etc. Réceptacle des stratégies de changes des autres, l’euro a baissé contre le dollar mais il a monté contre presque toutes les autres monnaies, de sorte que rien ne change (stabilité du taux effectif contre un panier large de monnaies depuis le whatever it takes de l’été 2012, en dépit du QE) ; ce qui défavorise (en relatif) la France comparativement à l’Allemagne. L’Europe du Sud en particulier, marché important pour nous, crève à petits feux de conditions monétaires archi restrictives (taux réels deux à trois fois supérieurs à la croissance, euro cher…) et cela pèse lourd dans nos comptes. Sur les marchés politiques et financiers, le Portugal rechute, la Grèce ne s’en sort pas, l’Espagne devient ingouvernable, et si l’Italie s’en sort mieux dans de nombreux domaines ses banques ont tout de même besoin de sacrées magouilles (200 milliards viennent d’être mis sous le tapis) pour tenir. La BCE est au centre de tous ces problèmes, elle seule peut faire baisser les spreads portugais, faire baisser l’euro, placer des dettes dans son bilan, progresser dans les taux négatifs. Ce n’est pas un hasard si les échanges internationaux (et les prix des matières premières, soit dit en passant) sont malades depuis le double dip eurolandais fin 2011, et pas un hasard si cette rechute suit de près la désastreuse hausse des taux de Trichet. Avant de penser aux comptes français, pensons au marché mondial déprimé, et renvoyons la balle à ceux qui l’ont saboté.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

03.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Pourquoi le préfet de police de Paris ferait mieux d’organiser les déplacements utiles plutôt que de menacer les Français

06.

Chine : des marchés d’animaux sauvages auraient réouvert

07.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 29/01/2016 - 12:57
FN
La solution pour nous sortir de cet épouvantable bourbier ? Élire des responsables politiques clairvoyants, honnêtes et énergiques ! Le problème, c'est que 70 % des français considèrent encore que le Fn, c'est le ''Parti du Diable'' ! Aux Régionales, des braves militants socialistes sont allés voter Ripoublicains, par peur d'un danger pire que le Nazisme et le Communisme réunis !
REVERJOVIAL
- 29/01/2016 - 09:49
Sophisme économique
Si ce n'est pas grave d'être en déficit pourquoi alors travailler, laissons chinois et allemands le faire à notre place ? Quand à l'euro fort il a baissé de 20% par rapport au dollar et n'a rien changé dans notre déficit du commerce extérieur puisque plus de 60% des échanges sont libellés en euros ! Nous avons 3 chances, la baisse du pétrole, celles des taux d'emprunt, et de l'euro, a nos gouvernants de bien gérer ces avantages.