En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Reuters
C'est la faute à Voltaire ?

Cold case à l’état de nature : le massacre préhistorique qui sape les fondements de la pensée de gauche

Publié le 29 janvier 2016
Après la découverte des traces d'un massacre vieux d'environ 10 000 ans, les fondements de la pensée de Jean-Jacques Rousseau sont mis à mal. Et pour cause : ceux-ci reposent sur l'idée que l'Homme est, par nature, bon mais que la société et la propriété le corrompent. Ces découvertes précédant la notion de propriété, l'argumentaire en prend un coup.
Vincent Cespedes est l'auteur de nombreux ouvrages, dont chez Flammarion, en 2010, "L'homme expliqué au femmes" et "L'ambition ou l'épopée de soi", en 2013. Ancien professeur de philosophie, il anime aujourd'hui des conférences et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Cespedes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Cespedes est l'auteur de nombreux ouvrages, dont chez Flammarion, en 2010, "L'homme expliqué au femmes" et "L'ambition ou l'épopée de soi", en 2013. Ancien professeur de philosophie, il anime aujourd'hui des conférences et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après la découverte des traces d'un massacre vieux d'environ 10 000 ans, les fondements de la pensée de Jean-Jacques Rousseau sont mis à mal. Et pour cause : ceux-ci reposent sur l'idée que l'Homme est, par nature, bon mais que la société et la propriété le corrompent. Ces découvertes précédant la notion de propriété, l'argumentaire en prend un coup.

Atlantico : La découverte d'ossements témoignant d'un massacre d'humains il y a environ 10 000 ans vient d'être faite au Kenya. Datant de l'ère où les hommes préhistoriques étaient encore des chasseurs-cueilleurs, elle tend à démontrer que des humains se sont entretués bien avant l'apparition de la propriété. C'est la première fois que l'on trouve trace de violences entre groupes humains de l'époque du nomadisme, d'après un article paru le 20 janvier dans la revue scientifique Nature, signé de chercheurs de l'université de Cambridge et de l'institut Turkana. Cette découverte archéologique peut-elle être interprétée comme étant contraire à la thèse de l'état de nature suivi notamment par Jean-Jacques Rousseau (selon qui l’homme est originellement bon, mais la société le corrompt) ?

Vincent Cespedes : Cela fait très longtemps que cette thèse de Rousseau a été invalidée. Cette dernière, bien que savoureuse, ne s'est jamais appuyée sur des données anthropologiques sérieuses et ce, depuis longtemps. Les chasseurs-cueilleurs se font la guerre. Il existe des massacres plus importants. Certains, au Soudan, sur la rive du Nil, concernaient une trentaine de personnes et étaient datés de l’an -13000, donc 3000 ans avant cette récente découverte. Des femmes et des enfants ont été massacrés.

Les zones de conflit sont des zones giboyeuses, où il y a de l'eau, des animaux, donc des ressources. C'est un conflit pour les ressources.

Dans le mythe de Rousseau de l'état de nature, l'idée d'une certaine abondance est primordiale. C'est là son erreur principale. Très clairement le monde n’est pas construit sur ce modèle, cela ne fonctionne pas ainsi : il n'y a pas partout des ressources, du gibier ; des zones de concentration de ces ressources et des zones désertiques. Par ailleurs le phénomène-même du nomadisme prend justement place dans les milieux où les ressources sont rares. Dès que les ressources peuvent être localisées, il devient possible de se sédentariser – avant même l'agriculture.

Rousseau s'appuie sur une idée d'abondance, de profusion et d'individus qui ne formeraient pas de communauté. Nous savons aujourd'hui, et ce depuis un moment déjà, qu'il y avait non seulement des communautés nomades mais aussi que les ressources étaient rares.

Quelle thèse, quel courant, quelle idéologie politique ou philosophique cela peut-il remettre en question ? Est-ce que cela peut servir de preuve pour invalider certains courants de pensée ?

C'est une analyse très complexe, mais cela invalide les thèses marxistes et même celles des libéraux fondées sur l'exploitation du travail d'autrui. Des esclaves et même des prisonniers ont été massacrés. On a affaire à l'exploitation de l'homme par l'homme. Avant même de parler de guerre il y a d'abord le problème d'exploitation et donc des inégalités.

Or, pour les marxistes et les libéraux, l'exploitation du travail d'autrui apparaît avec la mise en place de la dépossession de l'Etat, et finalement des classes sociales qui se mettent en place et qui vont s'affronter.

L'article dont nous parlons est un article américain. Il y a de grands conflits entre cette nation et le reste du monde.

Le Français qu'il faut lire après Rousseau est Alain Testart. Il démontre dès 1982 que les chasseurs-cueilleurs stockent leurs ressources. A partir du moment où nous ne faisons plus face à l'idéologie du partage en tant que telle, c’est qu’elle est substituée par l'idéologie du don. En anthropologie, on appelle cette idéologie du don le potlach. C'est un système de don et de contre-don dans le cadre d'un échange qui n'est pas marchand. Il s'agit de montrer que l'on a du pouvoir. C'est ce rituel cérémoniel de don, contre don, qui permet de montrer son pouvoir : j'ai, je le donne à l'autre et il doit surenchérir.

En fait, le passage à l'idéologie du don ne se conforme plus à la règle du partage communautaire et va donc créer des inégalités sociales. Selon la thèse de l'anthropologue français Alain Testart les inégalités sociales naissent, de facto, du stockage.

Avec les techniques de stockage – le séchage, le fumage – débute la transformation du principe de déposssession en principe de dépossession par le "propriétaire": "je me dépossède pour partager avec la communauté." Même si pour les chasseurs cueilleurs il n’est pas question de propriété privée au sens strict, il y a un phénomène - de propriété, donc d'inégalités. Il se produit au travers cette idéologie du don. On est loin d'une vision marxiste où les classes sociales préexistent. Les classes sociales sont secrétées par la mise en place de ces hiérarchies. Elles sont la résultante et non le point de départ.

Comment peut-on expliquer que ces thèses de Rousseau – qui ne s'appuient sur aucune étude anthropologique sérieuse – aient eu autant d'impact dans la vie des idées ?

Il y a deux raisons à cela. Premièrement, c'est une fable pour enfants qui est finalement biblico-compatible. Le Jardin d'Eden, l'abondance, Rousseau les tire de la Genèse. Nécessairement, cela touche à l'imaginaire des gens. On a déjà le logiciel en nous.

Le deuxième aspect résulte du côté quelque peu provocateur du récit de Rousseau. Aujourd'hui on parlerait de théorie complotiste, farfelue, complètement délirante. Il explique que la société est mauvaise et cette provocation-là lui donne du crédit. Il a marqué les esprits grâce à cette idée : la société corrompt le bon sauvage. Par conséquent, l’ennemi de l’Humanité, c'est la société. Mais cette idée, tout aussi importante qu’elle ait pu être dans le débat des idées, est loin de la réalité anthropologique et historique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

03.

Démence sénile : une nouvelle étude montre qu’il est possible d’agir même en cas d’antécédents familiaux lourds

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

04.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 29/06/2017 - 22:45
Il faudrait peut-être faire
Il faudrait peut-être faire comprendre à nos avocats et juges que cette théorie de Rousseau est obsolète. Parce que le nombre de fois où les crimes commis par leurs protégés sont excusés par cette théorie est encore très élevé ...
Théophile
- 29/01/2016 - 11:04
Contre-sens sur Rousseau
Cet article concentre un bon nombre d'erreurs, je me contente de revenir sur la plus grossière. Cespedes semble penser que pour Rousseau, l'homme aurait réellement vécu, à l'origine, dans un "état de nature", où régnait l'abondance et la tranquillité, avant que la société ne vienne mettre la pagaille. "Etat de nature" qu'il compare sans trembler au jardin d'eden biblique. Or, si on prend la peine de lire le second discours de Rousseau, celui-ci précise bien que cet état de nature est une fiction, une expérience de pensée visant à établir si les inégalités viennent de la nature. Rousseau sait très bien que l'homme a toujours vécu en société, et même, il s'en félicite (cf contrat social partie 1 chapitre 8). Il sait très bien, également, que la nature n'est pas abondante et que de là vient entre autre la nécessité de la société et du travail en groupe.
Quand au jardin d'eden, rappelons simplement que l'homme y vit sans connaitre la douleur, et la mort... or dans l'état de nature imaginé par rousseau, la nature est féroce et élimine les plus faibles, d'où une certaine homogénéité des survivants...
Cette découverte ne remet donc pas en cause Rousseau.
Karg se
- 28/01/2016 - 12:18
Le néolithique
C'est déjà la fin de l'état de nature. Notre espèce à 250 000 ans, les 3/4 de ce temps fut de la survie pendant les ères glaciaires et de l'expansion durant les périodes plus chaudes. Le néolithique c'est le début des problèmes: infanticides, massacres etc. Ca ne remet pas en cause le mythe du bon sauvage qui a toujours était une figure allégorique. Il faut simplement le corriger: c'est l'occupation total de l'espace qui entraine l'agressivité entre groupe humain.