En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Fausse bonne idée
Privatisation de Pôle Emploi : les limites de la proposition de Bruno Le Maire
Publié le 20 janvier 2016
Lors d’une cérémonie de vœux à Evreux, le député de l’Eure, Bruno Le Maire à proposer de « privatiser Pôle Emploi ». Selon lui, Pôle Emploi n’est pas « outillé pour faire ce travail de placement de chômeurs ». Une proposition qui ne peut jouer qu’à la marge sur les chiffres du chômage
Gilles Saint- Paul est un économiste spécialiste du marché du travail.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Saint-Paul
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Saint- Paul est un économiste spécialiste du marché du travail.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors d’une cérémonie de vœux à Evreux, le député de l’Eure, Bruno Le Maire à proposer de « privatiser Pôle Emploi ». Selon lui, Pôle Emploi n’est pas « outillé pour faire ce travail de placement de chômeurs ». Une proposition qui ne peut jouer qu’à la marge sur les chiffres du chômage

Atlantico : Dans quelle mesure la critique de Pôle emploi est-elle juste et en quoi son efficacité peut-elle être contestée ?

Gilles Saint-Paul : En tant que service public, Pôle emploi a peu d’incitations à faire un travail efficace de placement des chômeurs. D’une part parce que la rémunération de ses employés n’est pas liée à  leur performance dans ce domaine ; d’autre part parce que si le chômage baissait sérieusement, la taille de ses activités baisserait et il verrait son budget et ses effectifs diminuer. La mission de pôle emploi est donc en contradiction avec la tendance qu’ont les organisations bureaucratiques à croître et à justifier leur existence. Une privatisation du service public de l’emploi au profit de quelques acteurs soumis à la concurrence et rémunérés en fonction de leur performance en matière de placement serait donc de nature à améliorer la performance.

Ainsi, dans ce contexte, en quoi privatiser pôle Emploi pourrait présenter des aspects intéressants ?  

Cela permettrait la mise en concurrence de ces services, la mise en place d’une rémunération de ces entreprises en fonction de la performance, c’est-à-dire du nombre de chômeurs qui retrouvent un travail grâce à leurs services. Une idée intéressante que l’on pourrait mettre en œuvre est celle d’appliquer des critères de performance relative,  c’est-à-dire de mieux rémunérer les services qui dont la performance est supérieure non pas dans l’absolu mais relativement aux autres.  Cela permet de rémunérer l’effort des entreprises de placement et non pas la chance (ou la malchance) qu’elles rencontrent dans leur travail du simple fait des aléas de la conjoncture. Enfin, la privatisation, en réduisant la promiscuité avec l’administration, réduirait le pouvoir de lobbying de ces entreprises relativement à celui du pôle emploi actuel, ce qui rendrait plus facile, par exemple, de diminuer leurs ressources si une baisse durable du chômage avait lieu.

Ceci étant posé, il faut reconnaître que les rares études dont nous disposons à ce sujet ne sont pas très concluantes. Une expérience allemande suggère que pour les « soins intensifs » prodigués aux chômeurs de longue durée, le secteur public est mieux placé – bien qu’elle reste pessimiste sur la possibilité d’améliorer l’employabilité à long terme de ce groupe de travailleurs, quelle que soit la méthode employée. Une étude danoise montre que le secteur privé n’augmente pas la probabilité de placement, mais débouche vers des emplois de meilleure qualité. Ces études restent parcellaires et ne concernent que la sous-traitance au secteur privé de certains types de services concernant certaines catégories de travailleurs.

Néanmoins, Bruno Le Maire part du constat qu’il existe bien une offre qui correspond à une demande, mais que le problème réside dans un souci d’adéquation entre l’offre et la demande.  Ainsi, la solution qu’il préconise de confier le placement de chômeur à des entreprises privées répondrait à ce soucis de chômage naturel. N’est-ce pas qu’une partie du problème ? Quelle part représente ce type de chômage ? Quelles sont les limites de son analyse ?

Les problèmes d’inadéqution entre l’offre et la demande sont bien documentés, ainsi d’ailleurs que la relative inefficacité de services comme pôle emploi. Cela étant dit, le taux naturel de chômage en France est élevé à cause de multiples facteurs, notamment la prégnance des conventions collectives, le niveau élevé du SMIC, la taxation excessive du travail et la réglementation de l’emploi. L’inadéquation entre l’offre et la demande n’est pas seulement due au mode de fonctionnement de pôle emploi mais aussi à diverses entraves à la mobilité géographique et professionnelle tenant au code du travail, au code du commerce, au marché du logement, etc. Vouloir améliorer le fonctionnement de pôle emploi est louable mais ce n’est qu’une petite partie du problème du chômage structurel en France. Et une composante non négligeable, deux à trois points, s’explique par des facteurs conjoncturels.

On peut, au mieux espérer réduire le chômage de 0.5 à 1 point avec de telles mesures.

N’y a-t-il pas le risque que quelques sociétés privées saisissent le marché juteux des chômeurs au dossier les plus faciles mais pas ceux des plus difficiles et ainsi créer un traitement du chômage à deux vitesse ? Quels seraient les facteurs influents pour éviter cette situation ?

Ce risque existe et semble s’être matérialisé dans le cas de l’expérience australienne de privatisation du service public de l’emploi à la fin des années 1990. Néanmoins, cela ne prouve pas qu’un service public aurait fait mieux. Après tout, 40 % des chômeurs en France sont de longue durée, contre 20 % en Australie ! De plus, dans la mesure où les sociétés privées de placement sont des prestataires pour l’Etat, libre à celui-ci de structurer ses appels d’offre de manière à mieux rémunérer le placement des chômeurs de longue durée relativement aux chômeurs de longue durée. La performance de ces entreprises doit être évaluée intelligemment, en prenant en compte non seulement celle de leurs concurrents mais aussi la composition du groupe de chômeurs traités par une entreprise en particulier.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Une femme et son bébé percutés par une trottinette électrique à Paris
06.
Les vraies raisons pour lesquelles Bruno Le Maire estime que « l’euro n’a jamais été aussi menacé »
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
samsuffit
- 21/01/2016 - 13:24
privatisation
Privatiser Pôle Emploi; pourquoi pas ?
maintenant privatiser les élus et leur faire des contrats à durée déterminée renouvelable en fonction des résultats serait tout aussi bien.
vangog
- 20/01/2016 - 23:13
OK avec la proposition de Le Maire!
Les institutions qui ont prouvé leur totale inefficacité doivent être éliminées d'office, mais les politiciens gauchistes ( UMPUDIMODEM inclus) ont la plus grande responsabilité dans cet échec.
clint
- 20/01/2016 - 15:00
Seules des boites sérieuses de sous-traitance seraient valables
Car elles connaissent parfaitement le marché, les besoins des entreprises et jugent très rapidement les candidats sans a priori "politique".