En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Allez viens ! On est bien !

Alya : ce que les Israéliens oublient de dire sur les raisons pour lesquelles ils se font si pressants dans leur invitation aux juifs de France de venir en Israël

Publié le 16 février 2016
Il y a un an, à la veille de la marche du 11 janvier et quelques jours après l'attentat de l'Hyper Cacher, Benyamin Netanyahou lançait un appel aux Français juifs à rejoindre l'Etat d'Israël, leur véritable "foyer" selon ses mots. Il avait tenu le même discours après les attentats commis par Mohammed Merah.
David Elkaïm est fonctionnaire détaché au ministère des Affaires étrangères, chargé de conférences à Sciences Po Paris et chercheur au CF2R. Il est notamment l'auteur aux côtés de Eric Dénécé de l'ouvrage Les Services secrets israéliens ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Elkaïm
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Elkaïm est fonctionnaire détaché au ministère des Affaires étrangères, chargé de conférences à Sciences Po Paris et chercheur au CF2R. Il est notamment l'auteur aux côtés de Eric Dénécé de l'ouvrage Les Services secrets israéliens ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a un an, à la veille de la marche du 11 janvier et quelques jours après l'attentat de l'Hyper Cacher, Benyamin Netanyahou lançait un appel aux Français juifs à rejoindre l'Etat d'Israël, leur véritable "foyer" selon ses mots. Il avait tenu le même discours après les attentats commis par Mohammed Merah.

Atlantico : Le Premier ministre israélien a-t-il une attention particulière pour la population juive de France ? Si oui pourquoi cette population juive en particulier ?

David Elkaïm : Cette "attention particulière", qui ne date pas de l’actuel Premier ministre (cf. les déclarations d’Ariel Sharon en 2005), s’explique par la conjonction de deux facteurs.

Premièrement, hormis les Etats-Unis, la communauté juive française est, depuis que les Juifs de l’ex-URSS ont été autorisés à faire leur alya (« montée » en hébreu, terme qui désigne l'émigration vers Israël) à la fin de la Guerre froide, la plus importante du monde avec environ 600 000 membres. L’organisation communautaire de la société américaine et la domination du judaïsme libéral expliquent que les alya des juifs américains restent proportionnellement moins importantes.

Deuxièmement, la montée de l’antisémitisme en France, même s’il faut manier cette idée avec beaucoup de précautions, et, cela est en revanche incontestable, la perpétration de plusieurs attentats antisémites ont créé une grande angoisse dans la communauté juive.

Même s’il ne s’agit aucunement d’un « exode » (contrairement aux anticipations de l’Institut de Politique du Peuple Juif, le « think tank » de l’Agence juive) et que les motivations en sont multiples (certaines sont « identitaires » mais d’autres s’expliquent notamment par des motifs économiques), un nombre croissant de Français (probablement entre 10 et 15 000 personnes en 2015) choisissent de faire leur alya.

Il me parait important de souligner que le discours du Premier ministre sur l’alya est diversement apprécié dans la communauté juive française. D’abord parce que certains Juifs de France ne se sentent pas de proximité particulière vis-à-vis d’Israël. Ensuite, parce que beaucoup estiment qu’un juif qui ne vit pas en Israël n’est pas un juif « incomplet » et que la vie en diaspora n’est pas spirituellement inférieure à la vie en Israël. Enfin, parce que la majorité est profondément attachée à la France et n’envisage pas de la quitter même si la situation n’est pas « totalement réjouissante ». C’est peut-être même à cause de la situation que les juifs de France restent largement sourds aux appels à l’alya : parce que la France est leur pays, ils veulent y rester pour contribuer en citoyens français à la défense des valeurs de la République.

Cette politique qui consiste à inciter les Juifs de la diaspora à faire leur alya est-elle motivée par la volonté de contrebalancer la forte démographie des Palestiniens ? 

Il faut rappeler que, par-delà les clivages politiques, Gauche et Droite israéliennes sont « sionistes », donc favorables à l’alya. En effet, la raison d’être du projet sioniste, qui émerge en Europe dans la deuxième moitié du XIXème siècle, est la création d’un « foyer national juif » pour répondre à la montée de l’antisémitisme (qui se distingue de l’anti-judaïsme par sa dimension « raciale »). Après des débats internes, les membres du Congrès juif mondial créé par Theodor Herzl décident que ce foyer national ne peut légitimement être créé que sur la terre des origines du peuple juif, même si ces origines sont très lointaines et partiellement mythiques : la terre d’Israël, alors sous domination musulmane depuis le VIIème siècle.

Par parenthèse, il convient de souligner qu’en tant que tel, le sionisme n’est pas incompatible avec la création d’un Etat palestinien, du moment qu’il est créé à côté d’Israël et non à sa place !

La création de l’Etat d’Israël en 1948 est donc l’aboutissement du projet sioniste mais ne l’épuise pas : il s’agit désormais de renforcer l’"Etat des Juifs" (selon le titre du livre de Herzl) pour qu’il puisse offrir un refuge à tous les Juifs qui se sentiraient persécutés ou tout simplement qui souhaiteraient vivre au milieu du peuple juif.

Juridiquement, cette vocation d’Israël à accueillir (virtuellement) tous les Juifs du monde est traduite dans la Loi du Retour (1950) qui indique que "Tout Juif a le droit d’immigrer en Israël".

La promotion de l’alya n’est donc pas prioritairement liée au conflit israélo-palestinien mais, dès lors que la perspective de la création d’un Etat palestinien s’éloigne, elle le devient !

Plusieurs membres du gouvernement israélien actuel, et le Premier ministre lui-même en certaines occasions, n’en font pas mystère : ils n’entendent pas évacuer la Cisjordanie dans un futur proche et le moyen le plus sûr de rendre l’occupation pérenne si ce n’est irréversible, c’est de « grignoter » petit à petit des territoires et d’y installer de nouvelles implantations peuplées d’Israéliens. (Sur cette question, il faut préciser que les habitants des implantations ne sont pas tous des « idéologiques » : beaucoup s’y installent non parce qu’ils croient au « Grand Israël » mais du fait d’incitations fiscales et d’une qualité de vie paradoxalement supérieure qu’en Israël même.) 

Or, même si les études démographiques indiquent que les Palestiniens de Cisjordanie sont en phase de transition démographique, c’est-à-dire que la natalité commence à y diminuer, il ne fait aucun doute que d’ici 20 ou 30 ans au plus tard, les « non-juifs » seront majoritaires dans l’ensemble Gaza-Israël-Cisjordanie.

C’est pourquoi des voix s’élèvent depuis longtemps en Israël pour souligner le caractère suicidaire de la politique d’occupation, qui corrompt la société israélienne et est contraire aux intérêts de long terme du pays. En effet, si l’occupation de la Cisjordanie perdure, Israël ne pourra pas rester à la fois Juif et démocratique. Car soit Israël devra in fine accorder le droit de vote à tous les Palestiniens qui, devenus majoritaires, prendront démocratiquement le pouvoir et, alors, Israël perdra son caractère juif (les Juifs y seront en minorité démographique et politique) ; soit ils seront privés d’une citoyenneté pleine et entière (comme c’est aujourd’hui le cas des « Cisjordaniens » qui sont de jure ou de facto sous administration israélienne sans droit de vote mais pas des citoyens arabes israéliens dont la situation est complexe) et là, Israël aura cessé d’être une démocratie puisque la majorité de la population sous son contrôle sera privée du droit de vote.

Les autorités israéliennes ne sont pas préoccupées uniquement par la question palestinienne : au sein de la population israélienne, des juifs ultra-orthodoxes peuvent menacer la cohésion du pays en refusant de faire le service militaire, voire pour d'autres, ultra-minoritaires, en contestant le projet sioniste vu comme une manière de forcer la main de Dieu en provoquant le retour des Juifs en Israël promis par la Bible par des moyens humains. Provoquer l'arrivée massive de Juifs de France peut-elle être une manière pour les autorités israéliennes de marginaliser un peu plus ces populations ?

Je ne pense pas que l’on puisse établir une corrélation directe entre la montée, bien réelle, des religieux en Israël et l’alya des Français.

Tout d’abord, il faut souligner qu’il y a « 50 nuances de noir » (la couleur des habits des haredim ultra-orthodoxes!

Une infime minorité se revendique antisioniste : pour eux, c’est dieu, et non les Hommes, qui doit recréer l’Etat d’Israël, le sionisme est donc sacrilège ! Donc ils habitent en Israël mais ne reconnaissent pas cet Etat, ne votent pas et a fortiori ne font pas l’armée. Pour donner une idée de leur radicalisme, il faut se souvenir que ce sont des rabbins issus des rangs de Netoure Karta, un des groupes de cette mouvance, qui ont participé aux divers sommets organisés en Iran sous Ahmadinejad où ils ont servi d’alibi au milieu de diatribes antisémites, ou encore que, lors de la Journée à la mémoire des victimes de la Shoah qui a lieu chaque année, ils sont les seuls Israéliens à ne pas se figer pendant les minutes de silence.

Les autres groupes orthodoxes participent d’une façon ou d’une autre à la vie de la cité. Si certains groupes sont quiétistes, c’est-à-dire qu’ils ne font pas de politique, d’autres ont créé des partis qui présentent des candidats aux différentes élections et qui, par le jeu du scrutin proportionnel, jouent souvent un rôle charnière dans les coalitions gouvernementales, d’où leur poids politique démesuré. Leurs objectifs vont de la simple défense des acquis (subventions aux yeshivot, les écoles talmudiques, allocations à leurs étudiants, enseignement religieux dans les écoles publiques etc.) à une participation à l’ensemble des débats de politique intérieure mais aussi de politique étrangère. Parmi ces partis, certains ont des positions extrémistes sur la mixité femme-homme, les relations avec la minorité arabe israélienne, la résolution du conflit israélo-palestinien ou plus largement en matière de relations internationales.

Sur la question de l’armée, un compromis a été mis en place dès la création de l’Etat : les religieux peuvent choisir de participer à la défense du pays en priant et en étudiant dans les yeshivot et non en combattant sous l’uniforme. Une loi est d’ailleurs venue limiter les exemptions.

Mais un grand nombre de religieux font l’armée et c’est cela qui suscite des inquiétudes : au-delà des revendications sur la possibilité de faire ses prières pendant le service ou pour la limitation de la mixité, les soldats orthodoxes seront-ils tentés de ne pas exécuter des ordres qu’ils jugeraient contraires à leurs convictions religieuses ? Pourraient-ils, le cas échéant refuser de procéder à l’évacuation d’implantations en Cisjordanie ? Au contraire, sont-ils susceptibles de faire preuve de complaisance face aux actes commis par les juifs contre des arabes israéliens ou des Palestiniens, comme le groupe Prix à payer ?

L’évacuation de la bande de Gaza en 2005 s’est passée sans encombre même si elle reste un traumatisme pour une partie des orthodoxes. Même s’il convient de rester vigilant, les institutions politiques et militaires israéliennes ont jusqu’à présent fait preuve de leur solidité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

02.

Les Français contre le burkini mais de moins en moins nu(e)s à la plage : la France devient-elle puritaine malgré elle ?

03.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

04.

Meurtre d’un policier à Toulouse : les raisons qui expliquent cette explosion des violences gratuites (et les moyens de l’endiguer)

05.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

06.

Pourquoi le Roi Lion pourrait être le dernier classique que Disney parvient à recycler

07.

Jordan Bardella sur Sibeth Ndiaye : "Elle est habillée comme un Télétubbies"

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

03.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

04.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lémire
- 14/01/2016 - 19:20
Démocratie à préserver
L'intérêt à long terme d'Israël est de rester un pays démocratique, qui puisse retenir les cerveaux et les entrepreneurs qui produisent la richesse qui finance son armée.

Pour ce faire, l'emprise des partis religieux doit être limité. Tant que les démocrates israéliens continueront à donner les clés du pays aux partis religieux (les travaillistes ayant été les premiers), Israël dérivera vers une société divisée, affaiblie et marginalisée à l'international

Je ne sais pas si ceux qui émigrent là-bas, ou que Netanyahou cherche à attirer, ont été éduqués dans le public ou dans des écoles religieuses plus ou moins intégristes. Je ne sais pas dans quels partis ils se reconnaitront.
Marie-E
- 12/01/2016 - 22:16
@emmem
A part qu'Israël n'est pas une théocratie. J'ai beaucoup d'amis israéliens qui ne sont pas praticants, certains ne sont pas croyants mais ils sont tous sionistes.
Une theocratie j ' en connais une avec les ayatollahs religieux au pouvoir avec des lois religieuses et une police y veillant à leur respect.
Rien de pareil en Israël où le premier ministre est issu d'un parti suite à des élections, il y a coalition, un parlement, une cour suprême et des tas d'autres choses....
Jasmin84
- 12/01/2016 - 10:18
Les Francais voient depuis
Les Francais voient depuis des années leur pays se déliter. Ils ne reconnaissent plus le pays où ils sont nés où ils ont grandi. Ils constatent en même temps l'impuissance, la pusillanimité de leur gouvernements. On parle du sexe des anges, on disserte sur le "vivre ensemble" ou sur "l'identité heureuse" pendant que la barbarie dénommée "incivilité" s'installe dans notre quotidien. Alors certains Francais juifs partent en se disant que certes en Israel il n'y a pas moins dd'insécurité mais il y a un État qui protège sa population. Ce n'est plus le cas en Europe et pas seulement en France oû les hommes politiques totalement "shootés" à l'antiracisme ont peur de leur ombre et n'osent même pas nommer le mal. Les populations autochtones se sentent totalement abandonnées.
Je comprends que certains désespèrent de voir la situation s'améliorer et finissent par partir. On voit bien que ce qui se passe en France et partout en Europe et extrêmement grave et que la réponse n'est absument pas à hauteur de la menace.