En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

05.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

06.

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

07.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 1 heure 10 min
pépite vidéo > Environnement
Filière menacée
Pesticides : une dérogation accordée par le gouvernement pour sauver la culture de la betterave
il y a 2 heures 42 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le singe prend un bain et quand Mademoiselle souffle vingt bougies : c’est l’actualité aoûtienne des montres
il y a 3 heures 58 min
light > Culture
Disparition
Mort du philosophe Bernard Stiegler à l’âge de 68 ans
il y a 6 heures 34 min
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 7 heures 38 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 10 heures 26 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 11 heures 54 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 12 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 23 heures 56 min
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 1 heure 48 min
Liban
Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions
il y a 3 heures 26 min
pépites > France
Enquête
Incendie à Anglet : un mineur de 16 ans mis en examen pour "destruction volontaire"
il y a 5 heures 52 min
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 7 heures 14 min
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 10 heures 5 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 10 heures 43 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 11 heures 36 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 12 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 23 heures 31 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 1 jour 14 min
© Reuters
© Reuters
Inspiré de la nature

Docteur toutou : comment ours, rats et autres animaux peuvent-ils nous soigner

Publié le 04 janvier 2016
Une équipe de trois chercheurs américains publiait mi-novembre un article scientifique dans lequel ils expliquaient l'aide que des pigeons peuvent apporter pour détecter des cancers.
Bruno Verschuere
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Verschuere est consultant auprès du Gircor, groupement des établissements de recherche biologique et médicale.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une équipe de trois chercheurs américains publiait mi-novembre un article scientifique dans lequel ils expliquaient l'aide que des pigeons peuvent apporter pour détecter des cancers.

Atlantico : Dressés en quelques semaines, des oiseaux peuvent apprendre à d'identifier des tumeurs cancéreuses à partir d'images médicales. Cette compétence pourrait servir à tester de nouvelles techniques d’imagerie numérique.  Comment les scientifiques exploitent-ils déjà le potentiel des animaux pour diagnostiquer des maladies ?

Bruno Verschuere : Les pigeons étaient déjà utilisés pour leurs capacités visuelles discriminatoires: ils reconnaissent des émotions, des lettres de l'alphabet, etc. Et les scientifiques se sont désormais aperçu qu'ils peuvent être sollicités pour améliorer la lecture des images histologiques de tumeurs, c'est-à-dire des images issues de l'étude de tissus et êtres vivants au microscope. Dans ce cas précis ils le font aussi bien que des humains professionnels, formés pendant des années ! La prochaine étape est de modéliser leur comportement pour développer un logiciel de détection.

L'odorat des rats et des chiens est aussi beaucoup utilisé. Une ONG belge implantée en Afrique, APOPO, a utilisé des rats pour détecter des cas de tuberculose au Mozambique. Un crachat tuberculeux peut en effet être détecté à l'odeur par un rat et ce beaucoup plus rapidement que par les méthodes habituelles.

Récemment, des scientifiques ont démontré que des chiens, de la race Berger allemand, sont capables de détecter des cancers chez l'humain. Sur un groupe de 902 personnes, ils ont eu plus de 98% de réussite, un résultat exceptionnel. La méthode consistait à faire sentir les urines des personnes du panel, car chez les malades, l'organisme produit des composés organiques volatils (COV), qui ont une odeur particulière et que les chiens repèrent. Un chien a 40 fois plus de cellules sensorielles dans son nez qu'un être humain. On envisage alors de créer des nez artificiels pour détecter des cancers. Les animaux nous servent donc à explorer de nouveaux domaines.

En outre, l'observation des animaux permet aussi de travailler sur la résistance aux maladies : des scientifiques cherchent par exemple à expliquer le fait que l’ours Grizzly accumule une quantité de graisses phénoménale dans son corps à chaque hibernation, et ne souffre pourtant jamais de maladies cardiovasculaires.

Il y a beaucoup d'interactions entre la médecine humaine et la médecine vétérinaire. Des chiens victimes de cancers peuvent tester des chimiothérapies complexes ou l'on peut au contraire utiliser des traitements ayant obtenu de bons résultats sur l'homme pour le décliner aux chiens.

Comment expliquer que des chats, des chiens ou des pigeons soient apte à détecter des pathologies de manière innée ?

Ce n'est pas inné, c'est toujours lié à un apprentissage. On récompense  l'animal dès qu'il obtient le résultat recherché et l'on procède par répétitions. Mais ce qui explique leurs résultats, est le fait qu'ils ont des sens plus développés que nous: le chien pour l'odorat et l'oiseau pour la vue. On utilise leurs sens pour détecter des choses que nous ne sommes pas nous-même capables de repérer naturellement. Cela peut inspirer la création de logiciels ou de machines pour les imiter, comme dans le cas du nez artificiel pour poser un diagnostic de cancer par exemple.

Au-delà du diagnostic, les animaux accompagnent parfois les malades dans leur guérison, cela s'appelle la zoothérapie. Quelles en sont les applications thérapeutiques ? Quels sont les exemples les plus courants ?

En Alsace, la zoothérapie est utilisée à Colmar sur des enfants polyhandicapés pour rompre l'isolement, stimuler les sens et leur donner un peu de bonheur. La médiation animale peut être utilisée chez les personnes âgées: en les faisant côtoyer des chiens ou des cochons d'Inde. Il faut que l'animal s'adapte à la proximité de l'homme, qu'il apprécie les caresses.

Auprès des enfants, la présence de chiens réduit l'anxiété, les allergies et l'asthme. Ils apportent en effet des bactéries et entraine une réaction immunitaire qui protège contre une propreté excessive de nos intérieurs.

L'aide de ces animaux pour améliorer notre santé est-elle plus ou moins coûteuse que des méthodes classiques ? S'ils étaient davantage sollicités, quels impacts sur les dépenses de santé cela pourrait-il avoir ?

Concernant l'exemple des rats en Afrique qui détectent la tuberculose, c'est effectivement moins onéreux que les méthodes utilisées classiquement. Côté zoothérapie, il est envisageable de consulter un spécialiste mais trouver un animal doux, pas trop indépendant, suffira généralement. Ils sont déjà admis dans certaines maisons de retraites.

En revanche, pour les diagnostics de cancers ou la formation de chiens guides d'aveugles, l'entrainement des animaux demandant beaucoup de temps, c’est assez coûteux. On ne peut pas non plus en faire des esclaves. Il n'est pas toujours facile de faire entrer des animaux dans les hôpitaux. C'est pour ces raisons que l'on cherche à créer des machines, des nez artificiels par exemple.

Propos recueillis par Adeline Raynal

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires