En direct
Best of
Best Of
En direct
En compagnie du général de Gaulle en 1963
Bonnes feuilles
France et Iran, une longue histoire d’amour : Charles Perrault imagina son Chat botté en pensant à Shah Abbas
Publié le 19 décembre 2015
Amir Aslan Afshar, l’ancien chef du Protocole du Shah d’Iran publie ses mémoires, qui regorgent d’anecdotes, et revient sur les derniers jours de Mohammad Reza Shah Pahlavi. La partie la plus passionnante concerne le comment et le pourquoi du départ d’Iran du Shah lorsqu’éclate la révolution islamique qualifiée par l’auteur de "piège" et de "grande mystification". L'auteur offre un point de vue original sur les raisons qui ont amené le Shah à quitter son pays et sur celles qui ont entraîné la chute de son régime et l’avènement des Ayatollahs. Extraits de "Mémoires d'Iran" d'Amir Aslan Afshar, aux éditions Mareuil 1/2
Député au Parlement iranien, aide de camp civil de Mohammad Reza Shah Pahlavi et diplomate de carrière, Amir Aslan Afshar est né à Téhéran. Il a été délégué de l’Iran au Comité économique de l’Assemblée générale des Nations Unies, de 1958 à 1961, puis...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Amir Aslan Afshar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Député au Parlement iranien, aide de camp civil de Mohammad Reza Shah Pahlavi et diplomate de carrière, Amir Aslan Afshar est né à Téhéran. Il a été délégué de l’Iran au Comité économique de l’Assemblée générale des Nations Unies, de 1958 à 1961, puis...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Amir Aslan Afshar, l’ancien chef du Protocole du Shah d’Iran publie ses mémoires, qui regorgent d’anecdotes, et revient sur les derniers jours de Mohammad Reza Shah Pahlavi. La partie la plus passionnante concerne le comment et le pourquoi du départ d’Iran du Shah lorsqu’éclate la révolution islamique qualifiée par l’auteur de "piège" et de "grande mystification". L'auteur offre un point de vue original sur les raisons qui ont amené le Shah à quitter son pays et sur celles qui ont entraîné la chute de son régime et l’avènement des Ayatollahs. Extraits de "Mémoires d'Iran" d'Amir Aslan Afshar, aux éditions Mareuil 1/2

J’ai vu briller la France pour la première fois à l’étalage d’un comptoir qui portait son nom. C’était avenue Lalézar, à Téhéran, et toutes les grâces de ce pays de rêve emplissaient mon regard d’enfant sous la forme d’articles de Paris. Aujourd’hui, Nice, une ville qui fait désormais partie de l’Histoire et même de la géographie de l’Iran, m’enveloppe de ses volutes d’azur qui adoucissent mon interminable exil. Malgré les milliers de kilomètres qui les séparent, la France et l’Iran ont très tôt découvert leurs grandes et surprenantes affinités. Comme deux miroirs qui se font face, ils ne cessent depuis de se renvoyer leurs reflets à l’infini… Dans mon pays, le nom de « Franc » (« Farangi ») désigne non seulement les Français mais aussi tous les Européens et même les Américains.

Les relations diplomatiques furent nouées à une époque où les deux pays traversaient, l’un et l’autre, un âge d’or, à Ispahan comme à Versailles. Dans cette dernière ville, l’Astre royal jeta ses derniers feux pour accueillir dans la galerie des Glaces Mohammad Beg, l’émissaire de Shah Soltan Hossein. Un siècle plus tard, Napoléon qui, comme Alexandre, est fasciné par l’Orient propose une alliance à la Perse. La correspondance contrastée qu’échange « le Petit Tondu » avec Fath-Ali Shah, un monarque à la barbe mirobolante, est savoureuse.

Tandis que l’empereur des Français dépêchait en Perse le général Gardane, chargé de moderniser l’armée persane, mon aïeul Askar Khan Afshar qui, ainsi que je l’ai raconté plus haut dans ce livre, sera le premier ambassadeur à demeure en France, est l’hôte du Louvre et de la Malmaison. Tout au long du XIXe siècle, les Shahs de la dynastie des Kadjars, dont les médecins étaient toujours français, multiplieront les marques de considération et d’admiration pour la France. En 1873, Nasser-Eddine Shah est le premier chef d’État étranger à visiter un Paris humilié et meurtri depuis la défaitede Sedan et la Commune et, en 1889, il sera le seul porteur de couronne à visiter l’Exposition universelle qui marque le centième anniversaire de la prise de la Bastille. À cette occasion, le souverain gravit les 1 665 marches de la Tour Eiffel qui venait d’être inaugurée, se dressant dans le ciel parisien comme l’immense bougie d’un gâteau d’anniversaire.

À trois reprises, le fils et successeur de Nasser-Eddine, Mozaffar-Eddine, ira à Contrexéville suivre une cure. Ce roi débonnaire a laissé un si bon souvenir que le Lion et le Soleil de la Perse figurent toujours sur les armoiries de la cité vosgienne.

Après des années d’exil passées au Negresco de Nice et au Majestic de Paris, Ahmad Shah, le dernier Kadjar, a finalement rendu l’âme à Neuilly. Coiffé du képi du maréchal Foch, Reza Shah Pahlavi, le fondateur de l’Iran moderne, avait choisi la France pour modèle, lui confiant la formation de ses élites et substituant le Code Napoléon à la Charia.

Le second Pahlavi, Sa Majesté Mohammad-Reza Shah qui parlait le français aussi bien que le persan, éprouvait une admiration toute particulière pour le général de Gaulle. En 1963, le Shah m’ayant chargé de son accueil, le général m’avait remis les insignes de commandeur de la Légion d’honneur.

Plus encore que sur le plan politique, les relations iraniennes s’exaltent dans le domaine culturel. Les plus grands archéologues ont fouillé les immenses richesses du plus vieil Empire du monde, de Jacques de Morgan à Roman Ghirshman, que j’ai personnellement connu. C’est de cette terre qu’ils ont extrait le Code d’Hammourabi conservé au Musée du Louvre avec tant d’autres merveilles de la culture de l’Iran. À Téhéran, le Musée d’Archéologie est l’oeuvre d’un autre Français, André Godard.

Plus près de nous, l’inoubliable récit que fit le chevalier Chardin de son séjour en Perse inspira toute la littérature de son temps. Charles Perrault imagina son « Chat botté » en pensant à Shah Abbas devenu marquis de Carabas. « Comment peut-on être persan ? » En posant cette question, Montesquieu constatait que, débarrassé de son turban, Usbek ressemblait à n’importe quel Français !

Charmés à leur tour par le « Golestan », ce jardin de fleurs aux couleurs de paradis terrestre, les Français ont fait de Sadi un prénom qui fut celui de l’un de leurs présidents de la République. Les Iraniens ont été fascinés par Alexandre Dumas et ses Trois mousquetaires.

Un sociologue prétend, que dans l’inconscient collectif iranien, le chemin qui mène du parvis de Notre-Dame au Louvre est plus direct que celui qui conduit de la Place royale d’Ispahan au palais des Quarante colonnes. Il y a quelques années, l’ayatollah Khomeyni avait demandé à Roland Dumas, alors ministre des Affaires étrangères en visite à Téhéran, s’il était un petit cousin du grand Alexandre.

Les deux cultures n’ont cessé de se féconder. Et si le Larousse est « farci » de mots d’origine iranienne, on dénombre dans le persan moderne plus de 2 000 mots français. En Iran, on dit « merci » et certaines locutions, en regroupant les mots qui les composent, sont devenus des éléments courants du vocabulaire des Iraniens, tels que « robe de chambre » ou « carte de visite ».

Sadegh Hedayat, le plus célèbre écrivain iranien des temps modernes, qui a écrit directement en français certaines de ses œuvres, a choisi de quitter ce monde en ouvrant le gaz de son domicile parisien ; il repose au cimetière du Père Lachaise.


Cependant mêmes les plus belles histoires ont leurs ombres. Khomeyni, l’hôte de Neauphle-le-Château, et ses acolytes n’eurent de cesse, une fois rentrés au pays, de faire disparaître cette langue jusqu’ici tant célébrée en Iran et qui fut, pour moi comme pour tant d’autres, la première langue étrangère en la chassant des timbres-poste et des billets de banque, en arrêtant les rotatives du Journal de Téhéran et en fermant les portes des écoles françaises.

Les mêmes individus assassineront aussi à Suresnes le dernier Premier ministre du Shah, Chapour Bakhtiar, un homme dont le coeur vibrait pour la France, qui s’était dans sa jeunesse engagé dans la Résistance française et dont la fille s’appelait… France.

Ce faisant, ces gens-là prouvaient une fois de plus qu’ils étaient bien des hommes sans foi ni loi.

Extraits de "Mémoires d'Iran" d'Amir Aslan Afshar, publié aux éditions Mareuil, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
07.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires