En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

05.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Visions critiques

Critiques intelligentes de la nouvelle finance

il y a 7 min 20 sec
décryptage > Défense
Manipulation ?

Affaire d’espionnage russe en Haute Savoie, qui manipule qui ?

il y a 36 min 37 sec
décryptage > Economie
Mauvais résultats

Les mauvais chiffres de l’industrie réveillent les craintes sur la croissance allemande

il y a 52 min 5 sec
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

« Jamais autant de gens n’auront dû autant à si peu ! »

il y a 1 heure 4 min
décryptage > Europe
L’Union fait les faibles

Meurtre de Daphné Caruana : Malte ou le révélateur d’une certaine faillite (morale) européenne

il y a 1 heure 39 min
décryptage > Politique
Vers quelle direction ?

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

il y a 2 heures 3 min
pépites > France
Divisés
Retraites : un Français sur deux a une image positive du mouvement de contestation
il y a 17 heures 24 min
pépite vidéo > Media
Le beauf final
Marquinhos papa : le PSG dénonce les propos "immatures et blessants" de Guy Roux
il y a 18 heures 43 min
light > Insolite
Erreur de la banque
Quasi-émeute à Marseille face à un distributeur de billet qui distribuait le double de la somme demandée
il y a 20 heures 18 min
Sain et sauf
L'aventurier Mike Horn a été sauvé en Arctique
il y a 21 heures 13 min
décryptage > Faits divers
Voulez-vous mourir comme lui ?

Yann-Arthus Bertrand prépare son décès ! Il a chez lui un "cercueil biodégradable". Son corps l'est également

il y a 32 min 27 sec
décryptage > Style de vie
Développement personnel

Et si les routines du matin n’étaient pas vraiment la recette pour une vie épanouie

il y a 41 min 56 sec
décryptage > Economie
Mauvaise idée ?

« Reprendre » la dette des hôpitaux, après celle de la SNCF, par l’État : c’est pour la faire… reprendre de plus belle ?

il y a 58 min 31 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Faut-il avoir peur des applications que nous chargeons sur nos smartphones ?
il y a 1 heure 25 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

il y a 1 heure 55 min
pépites > France
Galère
Grève : les perturbations prévues ce lundi
il y a 15 heures 38 min
pépite vidéo > International
Noir de monde
Hong Kong : 800.000 manifestants lors du défilé marquant les six mois de la contestation
il y a 18 heures 22 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Neuf exoterres sur dix autour d'étoiles doubles seraient propices à la vie ; Exobiologie : ce microorganisme préfère les météorites à la Terre
il y a 19 heures 47 min
pépites > France
Jusqu'au boutisme
Philippe Martinez : "Nous tiendrons jusqu'au retrait" de la réforme des retraites
il y a 20 heures 48 min
pépites > Santé
Générosité
Téléthon : la collecte atteint 74,6 millions d'euros
il y a 21 heures 35 min
© Reuters
© Reuters
Contre-productif

Smart et les 35h : quand la rigidité des syndicats génère une situation qui pénalise aussi bien les entreprises que les salariés

Publié le 17 décembre 2015
90% des employés de l'usine Smart à Hambach, en Moselle, ont signé l'avenant du contrat portant sur une augmentation du temps de travail à 39 heures par semaine et payées 37 heures. Sans ce pacte, Smart menaçait la fermeture de l'entreprise.
Hubert Landier est expert indépendant, vice-président de l’Institut international de l’audit social et professeur émérite à l’Académie du travail et de relations sociales (Moscou).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hubert Landier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hubert Landier est expert indépendant, vice-président de l’Institut international de l’audit social et professeur émérite à l’Académie du travail et de relations sociales (Moscou).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
90% des employés de l'usine Smart à Hambach, en Moselle, ont signé l'avenant du contrat portant sur une augmentation du temps de travail à 39 heures par semaine et payées 37 heures. Sans ce pacte, Smart menaçait la fermeture de l'entreprise.

Atlantico : Dans le détail, les conditions de ce pacte répondent à celles soumises au référendum qui avait été organisé en septembre dernier. Quel a été le rôle des syndicats dans l'élaboration de ces conditions nouvelles de travail ?

Hubert Landier : Je pense que la Direction de Smart a voulu opposer les réactions individuelles des salariés, qui étaient très naturellement des réactions de peur devant l’éventualité de se retrouver au chômage, au choix qui a été fait par les syndicats majoritaires au nom de leurs mandants. Devant cette contradiction il est un peu facile d’affirmer que les syndicats sont ringards ou qu’ils mènent, pour des raisons idéologiques, une politique contradictoire avec ce que souhaitent les salariés. En fait, il se trouvent confrontés à une situation très difficile pour eux puisqu’il leur est demandé de renoncer à des « avantages acquis » dans l’espoir de préserver les emplois.

Pour renoncer à ces avantages acquis, il faut qu’ils soient convaincus qu’il ne peut en être autrement. Cela les oblige à mettre le nez dans les dossiers économiques. Et cela n’est pas facile, surtout quand ils se méfient de la Direction. C’est à celle-ci de leur exposer toutes les données de la situation. Il y faut de la pédagogie. Ce n’est que petit à petit que se crée la confiance. Et ce n’est certainement pas en organisant un référendum tendant à les court-circuiter, puis à passer outre leur réaction d’opposition en s’adressant directement à chacun des salariés.

Je crains que la Direction de Smart ne soit confrontée d’ici peu à deux sortes de problèmes : d’une part, avec les syndicats, avec lesquels elle a engagé une relation fondée sur la confrontation ; d’autre part avec les salariés, qui n’auront eu d’autre choix que de s’incliner devant la décision de la Direction et qui pourraient être tentés de réagir par un comportement individuel de désengagement. Or, en 39 heures, un salarié désengagé peut de montrer beaucoup moins productif qu’un salarié fortement motivé en 35 heures.


Ce "pacte 2020", approuvé par le référendum à 56% (74% pour les cadres et 38% pour les ouvriers) avait été mis en échec par la CGT et la CFDT. Comment ces derniers auraient-ils pu améliorer les conditions proposées entre le référendum et le contenu de ces avenants ? Existe-t-il des exemples où pour des situations similaires, syndicats et direction ont pu intelligemment élaborer des solutions ?

Bien entendu. Je prendrai l’exemple de l’intersyndicale (CFDT, SUD et CFTC) de l’usine Bosch de Mondeville, qui a négocié un accord de modération salariale contre des garanties en ce qui concerne le maintien de l’emploi. Cet accord a été précédé de tout un travail entre le management et les représentants du personnel en vue de mettre tout le monde dans le coup en ce qui concerne les conditions de la sauvegarde du site ; ensuite, les trois syndicats présents dans l’usine ont travaillé ensemble en vue de parvenir à des propositions commune tout en tenant compte de leurs spécificités ; et enfin, le projet d’accord a été soumis par les syndicats à un référendum auprès des salariés qui a permis de le valider à une majorité de plus de 90%.

L’accord ainsi conclu trouve donc sa légitimité à la fois dans le travail qui a été accompli par l’intersyndicale et par sa validation par les salariés. Les représentants du personnel se sont ainsi posés en tant que partie prenante du devenir de l’usine. On est loin de la posture d’opposition a priori aux décisions de la Direction. Bien entendu, pour aboutir à un tel résultat, il faut que la Direction accepte ce jeu. J’ai tendance à penser que, au moins à terme, il s’agit d’une politique plus efficace que celle qui consiste, avec l’aide de juristes, à essayer de contourner les syndicats et à placer les salariés devant une sorte d’ultimatum : ou bien vous acceptez, ou bien on délocalise. Ce comportement est parfaitement ringard. Il va totalement à l’encontre du rapport sur le dialogue social dans lequel l’Institut de l’entreprise affirme que celui-ci constitue un facteur de la performance globale et durable de l’entreprise. Je m’étonne fort de ce qu’une entreprise dont l’actionnariat est allemand comme Smart ait pu adopter un tel comportement. Il faudra qu’on m’explique.

Quelles failles cet épisode révèle-t-il du rôle des représentants des salariés en France ?

Le choix est entre deux conceptions des rapports sociaux. Soit la Direction considère que les syndicats sont a priori des adversaires et inversement ; et ça nous donne des relations conflictuelles comme chez Smart. Ou bien Direction et syndicats s’engagent dans un effort de partenariat et dans la recherche de solutions tenant compte des contraintes et des préoccupations des uns et des autres. Ce n’est pas facile, mais l’exemple de Bosch montre que c’est possible. Je pense que c’est la solution souhaitable dans la mesure où elle crée une dynamique associant la Direction, les syndicats et l’ensemble du personnel dans un projet commun, même si un tel consensus reste toujours fragile. Cela demande à la fois un changement de regard, d’un côté comme de l’autre, et beaucoup de pédagogie : pédagogie de la Direction à l’égard de ses interlocuteurs, pédagogie des représentants du personnel à l’égard de leurs mandants.

En bref, ou bien on continue comme avant, ou bien on essaye d’inventer des relations sociales un peu plus intelligentes, ce qui, dans le contexte où nous sommes, me paraît absolument indispensable.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

05.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
essentimo
- 17/12/2015 - 17:47
La France
malade(entre autres) de ses syndicats !
Fredja
- 17/12/2015 - 14:35
Manque une donnée fondamentale...
Si les syndicats Français étaient rémunérés uniquement par les cotisations de leurs adhérents, ils seraient beaucoup plus attentifs aux intérêts de ceux qu'ils représentent. Aujourd'hui, ils sont comme les syndicats patronaux, ils cherchent avant tout à satisfaire leurs besoins en premier (privilèges, place dans des commissions paritaires, etc...). Ce qui nous donne des "gagne-petit', et en général d'un niveau intellectuel totalement affligeant (il n'y a qu'à voir la CGT ou SUD dans le public, ils ont tous le même profil de demeurés qui balbutient à peine un Français de CE1/CE2...). Alors qu'en Allemagne, il y a la cogestion, et les dirigeants et membres des syndicats sont en général des gens responsables et plus éduqués que leurs homologues Français... Et le constat est implacable : là-bas, ça marche !