En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 6 heures 23 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 9 heures 25 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 10 heures 15 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 13 heures 33 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 14 heures 26 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 15 heures 43 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 16 heures 23 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 16 heures 54 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 17 heures 27 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 6 heures 48 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 9 heures 50 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 11 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 13 heures 18 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 13 heures 51 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 15 heures 17 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 15 heures 53 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 16 heures 50 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 17 heures 23 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 17 heures 45 min
© Reuters
© Reuters
Contre-productif

Smart et les 35h : quand la rigidité des syndicats génère une situation qui pénalise aussi bien les entreprises que les salariés

Publié le 17 décembre 2015
90% des employés de l'usine Smart à Hambach, en Moselle, ont signé l'avenant du contrat portant sur une augmentation du temps de travail à 39 heures par semaine et payées 37 heures. Sans ce pacte, Smart menaçait la fermeture de l'entreprise.
Hubert Landier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hubert Landier est expert indépendant, vice-président de l’Institut international de l’audit social et professeur émérite à l’Académie du travail et de relations sociales (Moscou).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
90% des employés de l'usine Smart à Hambach, en Moselle, ont signé l'avenant du contrat portant sur une augmentation du temps de travail à 39 heures par semaine et payées 37 heures. Sans ce pacte, Smart menaçait la fermeture de l'entreprise.

Atlantico : Dans le détail, les conditions de ce pacte répondent à celles soumises au référendum qui avait été organisé en septembre dernier. Quel a été le rôle des syndicats dans l'élaboration de ces conditions nouvelles de travail ?

Hubert Landier : Je pense que la Direction de Smart a voulu opposer les réactions individuelles des salariés, qui étaient très naturellement des réactions de peur devant l’éventualité de se retrouver au chômage, au choix qui a été fait par les syndicats majoritaires au nom de leurs mandants. Devant cette contradiction il est un peu facile d’affirmer que les syndicats sont ringards ou qu’ils mènent, pour des raisons idéologiques, une politique contradictoire avec ce que souhaitent les salariés. En fait, il se trouvent confrontés à une situation très difficile pour eux puisqu’il leur est demandé de renoncer à des « avantages acquis » dans l’espoir de préserver les emplois.

Pour renoncer à ces avantages acquis, il faut qu’ils soient convaincus qu’il ne peut en être autrement. Cela les oblige à mettre le nez dans les dossiers économiques. Et cela n’est pas facile, surtout quand ils se méfient de la Direction. C’est à celle-ci de leur exposer toutes les données de la situation. Il y faut de la pédagogie. Ce n’est que petit à petit que se crée la confiance. Et ce n’est certainement pas en organisant un référendum tendant à les court-circuiter, puis à passer outre leur réaction d’opposition en s’adressant directement à chacun des salariés.

Je crains que la Direction de Smart ne soit confrontée d’ici peu à deux sortes de problèmes : d’une part, avec les syndicats, avec lesquels elle a engagé une relation fondée sur la confrontation ; d’autre part avec les salariés, qui n’auront eu d’autre choix que de s’incliner devant la décision de la Direction et qui pourraient être tentés de réagir par un comportement individuel de désengagement. Or, en 39 heures, un salarié désengagé peut de montrer beaucoup moins productif qu’un salarié fortement motivé en 35 heures.


Ce "pacte 2020", approuvé par le référendum à 56% (74% pour les cadres et 38% pour les ouvriers) avait été mis en échec par la CGT et la CFDT. Comment ces derniers auraient-ils pu améliorer les conditions proposées entre le référendum et le contenu de ces avenants ? Existe-t-il des exemples où pour des situations similaires, syndicats et direction ont pu intelligemment élaborer des solutions ?

Bien entendu. Je prendrai l’exemple de l’intersyndicale (CFDT, SUD et CFTC) de l’usine Bosch de Mondeville, qui a négocié un accord de modération salariale contre des garanties en ce qui concerne le maintien de l’emploi. Cet accord a été précédé de tout un travail entre le management et les représentants du personnel en vue de mettre tout le monde dans le coup en ce qui concerne les conditions de la sauvegarde du site ; ensuite, les trois syndicats présents dans l’usine ont travaillé ensemble en vue de parvenir à des propositions commune tout en tenant compte de leurs spécificités ; et enfin, le projet d’accord a été soumis par les syndicats à un référendum auprès des salariés qui a permis de le valider à une majorité de plus de 90%.

L’accord ainsi conclu trouve donc sa légitimité à la fois dans le travail qui a été accompli par l’intersyndicale et par sa validation par les salariés. Les représentants du personnel se sont ainsi posés en tant que partie prenante du devenir de l’usine. On est loin de la posture d’opposition a priori aux décisions de la Direction. Bien entendu, pour aboutir à un tel résultat, il faut que la Direction accepte ce jeu. J’ai tendance à penser que, au moins à terme, il s’agit d’une politique plus efficace que celle qui consiste, avec l’aide de juristes, à essayer de contourner les syndicats et à placer les salariés devant une sorte d’ultimatum : ou bien vous acceptez, ou bien on délocalise. Ce comportement est parfaitement ringard. Il va totalement à l’encontre du rapport sur le dialogue social dans lequel l’Institut de l’entreprise affirme que celui-ci constitue un facteur de la performance globale et durable de l’entreprise. Je m’étonne fort de ce qu’une entreprise dont l’actionnariat est allemand comme Smart ait pu adopter un tel comportement. Il faudra qu’on m’explique.

Quelles failles cet épisode révèle-t-il du rôle des représentants des salariés en France ?

Le choix est entre deux conceptions des rapports sociaux. Soit la Direction considère que les syndicats sont a priori des adversaires et inversement ; et ça nous donne des relations conflictuelles comme chez Smart. Ou bien Direction et syndicats s’engagent dans un effort de partenariat et dans la recherche de solutions tenant compte des contraintes et des préoccupations des uns et des autres. Ce n’est pas facile, mais l’exemple de Bosch montre que c’est possible. Je pense que c’est la solution souhaitable dans la mesure où elle crée une dynamique associant la Direction, les syndicats et l’ensemble du personnel dans un projet commun, même si un tel consensus reste toujours fragile. Cela demande à la fois un changement de regard, d’un côté comme de l’autre, et beaucoup de pédagogie : pédagogie de la Direction à l’égard de ses interlocuteurs, pédagogie des représentants du personnel à l’égard de leurs mandants.

En bref, ou bien on continue comme avant, ou bien on essaye d’inventer des relations sociales un peu plus intelligentes, ce qui, dans le contexte où nous sommes, me paraît absolument indispensable.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
essentimo
- 17/12/2015 - 17:47
La France
malade(entre autres) de ses syndicats !
Fredja
- 17/12/2015 - 14:35
Manque une donnée fondamentale...
Si les syndicats Français étaient rémunérés uniquement par les cotisations de leurs adhérents, ils seraient beaucoup plus attentifs aux intérêts de ceux qu'ils représentent. Aujourd'hui, ils sont comme les syndicats patronaux, ils cherchent avant tout à satisfaire leurs besoins en premier (privilèges, place dans des commissions paritaires, etc...). Ce qui nous donne des "gagne-petit', et en général d'un niveau intellectuel totalement affligeant (il n'y a qu'à voir la CGT ou SUD dans le public, ils ont tous le même profil de demeurés qui balbutient à peine un Français de CE1/CE2...). Alors qu'en Allemagne, il y a la cogestion, et les dirigeants et membres des syndicats sont en général des gens responsables et plus éduqués que leurs homologues Français... Et le constat est implacable : là-bas, ça marche !