En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

02.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

03.

Elle est réservée aux "femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires"

04.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

05.

Comment la méritocratie a transformé nos vies en une (pénible) compétition sans fin

06.

Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène

07.

Google affirme avoir atteint la "suprématie quantique"

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

ça vient d'être publié
décryptage > France
Bonnes feuilles

Les aléas financiers : l'épée de Damoclès au-dessus des agriculteurs

il y a 2 min 42 sec
décryptage > Education
Plus vert que ça tu meurs

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

il y a 12 min 51 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les quatre coins du cœur" : un roman "inédit" de Françoise Sagan, publié aux éditions Plon

il y a 29 min 54 sec
décryptage > Social
Manifestation

Acte 45 des Gilets jaunes : ni retour en force ni convergence des luttes

il y a 1 heure 1 min
pépites > Social
Maintien de l'ordre
Incidents en marge de la Marche pour le climat : la préfecture estime avoir "maîtrisé" la situation
il y a 13 heures 17 min
pépites > High-tech
Révolution
Google affirme avoir atteint la "suprématie quantique"
il y a 15 heures 41 min
light > Insolite
"La vérité est ailleurs"
Echec de l'invasion de la zone 51
il y a 16 heures 32 min
light > Sport
Débuts prometteurs
Coupe du monde de rugby au Japon : première victoire pour le XV de France face à l'Argentine (23-21)
il y a 18 heures 40 min
décryptage > Société
"The Meritocracry Trap"

How meritocracy changed our lives into an endless competition

il y a 20 heures 54 min
décryptage > Finance
Bonnes feuilles

Etat omnipotent, gabegie budgétaire, complexité administrative, idéologie : les fléaux qui expliquent la manie des impôts en France

il y a 22 heures 18 min
décryptage > Finance
Bonnes feuilles

L'opacité de l'utilisation des deniers publics : un véritable fléau français

il y a 7 min
décryptage > Société
Etat nounou, Papa Macron

Enfance : ces autres besoins nettement plus urgents que d'accompagner les parents pendant les 1000 premiers jours de leurs bébés

il y a 24 min 29 sec
décryptage > Economie
Etat des lieux

A la suite de politiques de Quantitative Easing, l'ensemble des banques centrales du monde se trouvent dans un corner

il y a 45 min 8 sec
pépite vidéo > Culture
Emotion
Le coq de Notre-Dame de Paris est exposé pour les Journées du patrimoine
il y a 12 heures 41 min
pépite vidéo > Social
Infiltration
Les images de la Marche pour le climat perturbée par les black blocs
il y a 13 heures 47 min
pépite vidéo > International
Bruit des bottes
Les Etats-Unis vont envoyer des renforts militaires dans le Golfe après les attaques en Arabie saoudite
il y a 16 heures 13 min
pépite vidéo > Media
Rivalité
Valérie Trierweiler confirme que Ségolène Royal avait exigé son départ de la rédaction de "Paris Match"
il y a 17 heures 27 min
pépites > Social
Mobilisation
Gilets jaunes : 163 interpellations à Paris, des black blocs ont perturbé la manifestation pour le climat
il y a 19 heures 51 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Les défis de l'Eglise face à la mutation de la société française

il y a 22 heures 16 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Cette accumulation de tâches qui poussent à bout nos agriculteurs

il y a 22 heures 22 min
© Capture d'écran Youtube
 Sudhir Hazareesingh, autour de l'ouvrage "Ce pays qui aime les idées" aux éditions Flammarion.
© Capture d'écran Youtube
 Sudhir Hazareesingh, autour de l'ouvrage "Ce pays qui aime les idées" aux éditions Flammarion.
Conception frileuse de la citoyenneté

Sudhir Hazareesingh : "La France est confrontée à un rétrécissement de son horizon intellectuel et à l’émergence d’une forme de néo-conservativisme"

Publié le 11 décembre 2015
Sudhir Hazareesingh, professeur à Oxford et auteur de "Ce pays qui aime les idées", analyse et critique le débat en France, de plus en plus pessimiste et déconnecté. La crise du discours politique français s'explique selon lui par le manque d'innovation intellectuelle des technocrates et par l'absence de réflexion collective au sein des grands partis.
Sudhir Hazareesingh est professeur à l'Université d'Oxford et auteur de  "Ce pays qui aime les idées" qui a reçu le "Grand Prix du Livre d'Idées 2015", décerné par la rédaction de la revue Panorama des Idées.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sudhir Hazareesingh
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sudhir Hazareesingh est professeur à l'Université d'Oxford et auteur de  "Ce pays qui aime les idées" qui a reçu le "Grand Prix du Livre d'Idées 2015", décerné par la rédaction de la revue Panorama des Idées.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sudhir Hazareesingh, professeur à Oxford et auteur de "Ce pays qui aime les idées", analyse et critique le débat en France, de plus en plus pessimiste et déconnecté. La crise du discours politique français s'explique selon lui par le manque d'innovation intellectuelle des technocrates et par l'absence de réflexion collective au sein des grands partis.

Atlantico : Une victoire du FN aux régionales ne serait-elle pas la conséquence du dogmatisme de certains intellectuels qui a conduit à l’éviction des questions liées à l’immigration, l’intégration, l’identité française systématiquement écartées par la gauche de peur de stigmatiser les minorités et moins du silence des intellectuels que vous dénoncez dans votre livre? 

Sudhir Hazareesingh : Il n’y a aucune éviction des questions liées à l’immigration et à l’intégration, au contraire ces questions ont été constamment évoquées en France depuis la fin des années 80 – voyez notamment les discussions sur le port du voile. Le véritable problème, c’est le rétrécissement de l’horizon intellectuel en France depuis la fin du 20e siècle, et l’émergence d’une forme de néo-conservativisme qui se manifeste par une conception nostalgique et frileuse de la citoyenneté. D’où, par exemple, la persistence des intellectuels français – gauche et droite confondus -- à ne vouloir penser la question du vivre-ensemble qu’à travers la notion de laicité, et donc d’avoir transformé cette notion républicaine en doctrine sociale (ce qu’elle n’a jamais été).

Cette transformation a eu pour effet de créer deux camps (on aime bien cela en France), et de mettre immédiatement au ban de la société ceux qui ne se ralliaient pas au slogan laique, et en premier lieu les musulmans. Et cela a bien entendu fait le jeu de l’extrême droite, à tel point qu’il n’y a pas de plus grand défenseur de cette laicité fermée et doctrinaire que le Front National.  Laicité et identité nationale sont deux choses bien distinctes: la loi de 1905 n’est pas appliquée en Alsace, et pourtant les Alasatiens sont des bons français…

Le fait que les discours des politiques de gauche comme de droite prononcés pendant les meetings de campagne se focalisent sur l’état de notre société et moins sur le contenu de leur programme, est-il révélateur du manque d’idée? Albert Thibaudet proclamait «la politique, ce sont des idées». La politique française est-elle en panne d’idées?  

Il y a effectivement une double crise au niveau des idées. D’abord, les élites françaises sont de plus en plus homogènes, à la fois socialement et dans leur formation intellectuelle: ce sont des technocrates, de purs produits des Grandes Ecoles, comme François Hollande. Les technocrates ont beaucoup de qualités, mais la créativité et l’innovation intellectuelle n’en font pas partie. D’où la crise du discours politique en France, et son incapacité à offrir des horizons nouveaux sur des sujets essentiels (comme l’Europe, ou le “modèle” français).

Deuxième problème: les liens entre le monde intellectuel (et universitaire) et le milieu politique se sont de plus en plus distendus. La réflexion collective dans les grands partis de droite comme de gauche n’est plus une priorité, et donc les idées nouvelles n’émergent pas. C’est aussi une conséquence perverse du présidentialisme à outrance en France: les partis sont devenus essentiellement des écuries de dressage pour les élections présidentielles; les programmes sont peu discutés. Ce sont les communiquants qui formattent le discours politique aujourd’hui. Comment s’étonner que le public y trouve de moins en moins son compte?

L’omniprésence du thème de la sécurité dans la campagne électorale des régionale ne serait-elle symptomatique de cette hégémonie culturelle qui aurait changé pour passer dans celui de la droite réactionnaire et conservatrice? 

Il y a de cela: avec les attentats de Janvier, puis de Novembre, les Français sont inquiets, et cette inquiétude est légitime. Mais le discours sécuritaire est présent depuis longtemps en France: Chirac l’avait déployé contre Jospin en 2002, et Sarkozy en avait fait l’un des fondements de son image politique. Et la dénonciation de l’insécurité est un leitmotif du Front National depuis des lustres, avec le sous-entendu que c’est la faute aux immigrés (et/ou aux musulmans). Mais sans trop verser dans la psychanalyse, je dirais qu’il y a aussi quelque chose de plus profond dans ce fétichisme sécuritaire en France: un sentiment d’inquiétude face à un monde de moins en moins lisible, où la place politique et culturelle de la France est beaucoup moins assurée. D’où la névrose française depuis le début du 21e siècle, qui se traduit par un pessimisme généralisé.

Comment comprenez-vous l’abstention ? La meilleure façon de la combattre et de renouer le peuple avec la politique n’est-elle pas de réactiver un débat loyal qui ne tomberait pas dans l’écueil des anathèmes et des postures idéologiques?

L’abstention reflète plusieurs types de contestation: celle des déçus de la politique, qui se sont mis en marge mais qui peuvent revenir au bercail s’ils ont une offre politique différente, et celle des aliénés, qui rejettent absolument le système. Je pense qu’une des causes majeures des deux abstentions est le sentiment que les hommes politiques ne tiennent pas leurs promesses: de Chirac, qui avait juré de réparer la “fracture sociale”, jusqu’à Hollande qui avait promis le “changement”, en passant par Sarkozy, qui a peu avancé dans son programme de libéraliser l’économie française: ils se sont tous plantés. En fait le problème n’est pas l’idéologie, mais l’absence d’idéologie: on a depuis longtemps maintenant une gauche et une droite de gouvernement qui disent (et surtout font) à peu près la même chose sur les sujets essentiels.

Est-ce que les attentats de Charlie Hebdo et du 13 novembre ne sonnent-ils pas le glas d’une idéologie multiculturelle déconnectée de la réalité et ne vont-ils pas marquer le retour à la question de l’intégration et de la nécessité à réactiver son moteur?

Je ne suis pas d’accord. Le djihadisme actuel est un phénomène qui n’a rien à voir avec la politique culturelle interne des pays occidentaux: Daesh recrute essentiellement parmi les déclassés et les petits délinquants, et aussi dans le milieu carcéral (c’est d’ailleurs dans les prisons irakiennes que le mouvement est né). Ce qui est déconnecté de la réalité, c’est le discours public en France sur les musulmans, notamment celui véhiculé par une certaine presse populiste, qui est schématique, essentialiste et caricatural. D’abord, combien les musulmans sont-ils en France? On ne le sait pas: en Septembre, en première page du Monde, un article affirmait qu’il y avait “entre 2 et 5 millions de musulmans en France”. Cette absence de données traduit une non-reconnaissance, et une certaine invisibilité des minorités en France, et laisse le champ libre aux fantasmagoristes comme Finkielkraut et Zemmour, qui attisent l’islamophobie.

C’est absolument ridicule d’être dans une situation pareille et il est grand temps que la France adopte des statistiques ethniques. Comme cela, on prendra conscience de la complexité des communautés musulmanes (il faut utiliser le pluriel, car ils ne sont pas “un bloc” homogène), et aussi des multiples problèmes auquels ils sont confrontés: sociaux, économiques, culturels, et politiques – sans oublier l’héritage colonial, pas encore vraiment soldé par la France.

Mais si on prend un telle approche, plus empirique et constructive, on saura qui sont réellement les musulmans de France, comment ils vivent, quelles sont leurs valeurs et leurs aspirations, et comment ils ont déjà inventé, dans leur pratique sociale quotidienne, une forme de multiculturalité vivante et dynamique, qui n’est aucunement en contradiction avec les grands principes républicains. Et on aura ainsi la confirmation de ce que les spécialistes de l’Islam comme Olivier Roy nous ont clairement laissé entendre: que l’immense majorité sont bel et bien intégrés dans la nation française. Ce n’est pas un hasard que les terroristes ont ciblé les 11e et le 18e arrondissements: c’est cette mixité sociale et culturelle qu’ils veulent à tout prix détruire.

Enfin, l’intégration en France passe aussi par une politique étrangère cohérente au Maghreb et au Moyen-Orient, qui prenne vraiment en compte les aspirations des peuples arabes. Or depuis une dizaine d’années la France ne fait que cafouiller dans la région, du soutien de Madame Alliot-Marie à Ben-Ali jusqu’à la vente par Hollande des Mistral au régime Egyptien dictatorial et sanguinaire de Sissi, sans oublier Sarkozy qui accueille en grande pompe Gadhafi à Paris puis contribue au renversement de son régime quelques années plus tard. Aujourd’hui en Syrie la France n’a aucune stratégie. Dominique de Villepin a écrit un excellent article à ce propos dans Libération (25 Novembre), nous gagnerons tous à mediter ses propos.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

02.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

03.

Elle est réservée aux "femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires"

04.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

05.

Comment la méritocratie a transformé nos vies en une (pénible) compétition sans fin

06.

Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène

07.

Google affirme avoir atteint la "suprématie quantique"

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jybro
- 06/12/2015 - 14:24
un fim vieux de 14 ans vu par hasard pluvieux
ce film rxtrèmement bien dosé et subtil : Denzel Whashington,dans le role de l'etat de droit,B.Willis dans celui de l'état d'urgence,et le contre terrorisme d'etat jjoué par une actrice sublime cultivée al'o'rientalisme et au coran qui penetre si je puis dire l'intimité d'un terroriste pour mieux anticiper. Son titre ETAT d'URGENCE. La démonstration d'un état d'urgence bien appliquée permet de rétablir l'etat de droit est parfaite.
vangog
- 06/12/2015 - 13:54
Discours de bisounours anglo-saxon!
Pourquoi M.Hazareesingh se contredit-il sans apporter aucune réponse? Parcequ'il regarde le problème français, créé par quarante années d'immgrationnisme d'allocations avec un œil anglo-saxon. Or, les anglo-saxons, avant Blair connaissaient une immigration laborieuse du Commonwealth, évolution intelligente et souple de leurs colonies, et que, à la différence de la France, ils ont connu quatre années au pire d'immigration musulmane... Ayant stoppé ce flux mortel, les anglais peuvent aborder les problèmes avec sérénité, avoir une politique moyen-orientale décomplexée, et se consacrer à créer un cadre favorable à l'épanouissement international de leur économie. Pour ce fair, ils ont l'extrême chance de ne pas avoir la technostructure europeiste sur leur dos et de ne pas être les esclaves monétaires de la BCE...en bref, ils ont évité toutes les conneries qu'ont réalisé les UMPSECOLOCOCOS! Facile pour eux de donner des leçons à ceux qui ont construit sur les sables-mouvants du communautarisme et de l'immigration d'allocation!
clint
- 06/12/2015 - 13:39
Surtout la France frileuse qui ne cherche qu'à se recroqueviller
Et plus on se referme, on entend même que comme du temps de Franco on va favoriser les petits artisants, les petits commerçants, plus on perd dans la mondialisation. N'en déplaise à certains le XXIème siècle est mondialisé, alors doit on prendre comme modèle le Venezuela, la Corée du Nord, Cuba ! Il n'ya jamais eu autant de jeunes qui veulent partir de ce pays alors c'est bien que votre fermeture n'intéresse pas ceux qui veulent aller de l'avant !