En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

07.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 4 heures 50 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 6 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 7 heures 58 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 8 heures 44 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 10 heures 8 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 11 heures 31 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 12 heures 9 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 12 heures 32 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 12 heures 32 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 5 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 7 heures 54 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 8 heures 3 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 9 heures 18 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 11 heures 12 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 12 heures 19 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 12 heures 31 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 12 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 21 heures 1 min
© FLORENT VERGNES / AFP
L'innovation disruptive est remise en question.
© FLORENT VERGNES / AFP
L'innovation disruptive est remise en question.
Beaucoup de bruit pour rien

L'innovation disruptive, le concept dont tout le monde parle et qui est sérieusement remis en question

Publié le 02 décembre 2015
Ce concept a dominé la recherche depuis les années 1990. Mais aujourd'hui, l'innovation disruptive est remise en question. Explications.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce concept a dominé la recherche depuis les années 1990. Mais aujourd'hui, l'innovation disruptive est remise en question. Explications.

S'il y a un pape de la recherche sur l'innovation des entreprises, c'est bien Clayton Christensen, professeur à Harvard, qui a inventé le concept d'innovation "disruptive." 

Ce mot, vous l'avez sans doute entendu. Lorsqu'il a évoqué le concept en 1994, personne n'utilisait ce terme, et aujourd'hui on l'a tous sur les lèvres. 

Peut être un peu trop. On parle de "disruption" à chaque fois qu'on voit de l'innovation, ou à chaque fois qu'une entreprise en bat une autre ou vainc un marché. Tellement que certains en ont trop. Christensen lui-même vient de publier un article pour rappeler la définition précise d'innovation disruptive. Le chroniqueur en stratégie d'entreprise de The Economist, très lu et influent, a publié un article pour remettre en question le pape lui-même--buzz dans le monde petit mais influent des experts en stratégie d'entreprise. 

De quoi s'agit-il ? Dans la théorie de Christensen, l'innovation disruptive fait référence à un phénomène précis : ce qui se produit lorsqu'un acteur lance un nouveau produit ou service qui est en général moins performant que l'offre existante, mais qui accroche un segment du marché qui n'est pas bien servi par les offres existantes. Le nouvel acteur prend une niche et, au fur et à mesure qu'il améliore ainsi son produit, il prend de plus en plus du marché. Les acteurs existants, en se concentrant sur le segment le plus rentable de leur marché, ne peuvent pas se concentrer sur la meilleure opportunité moins rentable. La spirale de la mort arrive lorsque les existants, se concentrant de plus en plus sur le segment rentable de marché, ne deviennent à leur tour plus qu'un acteur de niche sur le segment le plus premium, mais ayant perdu leur dominance du marché. Pour les acteurs existants, c'est un dilemme--d'où le titre de son ouvrage clé, "Le Dilemme de l'innovateur"--il peut soit aller chercher le nouveau segment de marché, mais ainsi mettre en péril son business model, ou se faire progressivement manger par les nouveaux entrants.

L'exemple classique est l'histoire du PC, qui a remplacé les "mainframes," les gros ordinateurs qu'utilisaient les entreprises. Les PC étaient beaucoup moins puissants que les mainframes, et ne pouvaient pas répondre aux besoins existants des entreprises. Mais il y avait assez de fanas de techno, qui ne pouvaient pas acheter de mainframe, et qui voulaient jouer avec des PC, pour en acheter. La technologie des PC s'est progressivement améliorée, les PC ont pu effectuer de plus en plus de tâches, et le marché de l'informatique est progressivement passé au PC. IBM, qui avait dominé l'informatique pendant des décennies, et avait abandonné le marché du PC pour se concentrer sur les mainframes, fut complètement dépassé par Apple et Microsoft, jusqu'à fleurer la faillite au début des années 1990.
L'idée de Chistensen fut une révolution conceptuelle, car si on sait depuis la nuit des temps qu'une entreprise mal gérée, ou qui n'anticipe pas les évolutions du marché, ou qui fait de mauvais produits, peut péricliter, Christensen a montré par quel mécanisme une entreprise qui fait tout "bien"--qui se concentre sur la qualité des produits et les besoins des clients, et optimise sa rentabilité, peut néanmoins se retrouver les pieds dans le vide. C'est ça qui est si "disruptif." On sait aujourd'hui comment l'histoire s'est finie, mais à l'époque il était parfaitement logique pour IBM de se concentrer sur ses clients existants et de répondre à leurs besoins, plutôt que de détruire sa rentabilité en partant à la poursuite d'un segment de marché tout petit et peu rentable. 

Où en est le concept d'innovation disruptive aujourd'hui ? On le voit, le concept est très puissant, mais aussi précis : il s'agit d'un nouvel acteur qui entre sur le marché avec un produit inférieur et moins rentable. Ca n'est pas la même chose que dire que tout ce qui est nouveau ou innovant est "disruptif." Ainsi, Christensen a expliqué que ni l'iPhone ni Uber n'étaient "disruptifs" puisqu'il ne s'agissait pas de produits ou services inférieurs à l'existant, mais supérieurs. Sortir un bien meilleur produit, c'est de l'innovation, mais ce n'est pas de l'innovation "disruptive." 

Et pourtant, n'est-ce pas logique de dire qu'Apple a "disrupté" le marché du téléphone, ou que Uber "disrupte" le business model traditionnel des taxis ?

Il faut donc une évolution conceptuelle, qui permette de garder ce qui est clé dans le concept d'innovation disruptive au sens strict de Christensen, mais également les autres innovations qui sans être "disruptives" au sens strict du terme sont néanmoins des tremblements de terre.

Horace Dediu, fondateur de l'entreprise Asymco et analyste extrêmement réputé des nouvelles technologies, propose un cadre conceptuel qui permet peut être de s'en sortir : la "concurrence asymétrique." La concurrence asymétrique, c'est ce qui se passe lorsque le concurrent fait quelque chose qu'on ne peut pas faire soi, soit parce que ça remet en question le business model, soit parce qu'on n'en a pas la capacité technologique, ou en termes de distribution, etc. La disruption au sens de Christensen est clairement une forme de concurrence asymétrique, mais ce n'est pas la seule forme de concurrence asymétrique. Pour RIM, le fabricant de BlackBerry, Apple n'était pas un disrupteur au sens de Christensen, mais c'était sans doute un concurrent asymétrique. 

Ce n'est pas seulement un débat de sémantique. La confusion conceptuelle est la première étape de la confusion intellectuelle, et ça peut mener à des erreurs de stratégie. Comprendre, et bien différencier, les différents types d'innovation, permet de bien analyser la situation, et donc de bien y réagir. Il semble que le concept de concurrence asymétrique peut être très fructueux pour mieux comprendre l'innovation.
 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires