En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

03.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

04.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

05.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 4 heures 51 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 5 heures 46 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 7 heures 8 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 10 heures 14 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 11 heures 37 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 12 heures 39 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 13 heures 26 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 14 heures 4 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 5 heures 22 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 6 heures 49 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 7 heures 40 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 8 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 10 heures 6 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 11 heures 11 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 12 heures 18 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 12 heures 51 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 13 heures 50 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 14 heures 9 min
© Reuters
Manuel Valls est toujours préféré des Français (43%).
© Reuters
Manuel Valls est toujours préféré des Français (43%).
Discordance

Attaque frontale contre Merkel, interview décalée au Petit journal… ce que cherche vraiment Manuel Valls en se démarquant ainsi de François Hollande

Publié le 26 novembre 2015
Au lendemain des attentats, la popularité du Président et de son Premier ministre a fortement progressé. Reste que, même si François Hollande a fait un bond de 10 points dans les sondages (32%), Manuel Valls est toujours préféré des Français (43%). Leurs différends plus ou moins affichés par Manuel Valls ces dernières semaines peuvent laisser penser à une stratégie voulue du chef du gouvernement.
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au lendemain des attentats, la popularité du Président et de son Premier ministre a fortement progressé. Reste que, même si François Hollande a fait un bond de 10 points dans les sondages (32%), Manuel Valls est toujours préféré des Français (43%). Leurs différends plus ou moins affichés par Manuel Valls ces dernières semaines peuvent laisser penser à une stratégie voulue du chef du gouvernement.

Manuel Valls a expliqué, mardi soir, à des journalistes allemands, que l'Europe devait cesser d'accueillir des réfugiés. Sans s’attaquer directement à Angela Merkel, il a souligné que si l'Allemagne avait pris là une décision honorable, « ce n'est pas la France qui a dit :'venez!' ». Pourquoi attaquer ainsi Angela Merkel le jour où elle rend visite à François Hollande ? A quel jeu joue Manuel Valls ?

Christelle Bertrand : Il ne faut pas exclure les convictions personnelles. Manuel Valls a toujours été cohérent sur les questions migratoires, de l’affaire Léonarda à aujourd’hui, il a toujours tenu un discours de fermeté. Face à l’émotion suscitée par la photo du petit Aylan il a consenti, à contrecœur, un assouplissement. Non sans préciser, dans son discours devant l’Assemblée : « Il faut du cœur, bien sûr, mais un cœur intelligent. Un cœur ferme. Un cœur lucide » et d’annoncer, dans la foulée, une plus grande rigueur à l’égard des immigrés économique. Reste la question du timing. Pourquoi faire ces déclarations le jour de la venue d’Angela Merkel, donnant du coup l’impression qu’il critique ses choix à elle. Hier, Matignon désamorçait avec peine expliquant que Manuel Valls respectait le choix des allemands. Pendant ce temps, les anti Valls ironisaient, en grinçant des dents, « Manuel, ça n’est pas un pro européen. Il était quand même dans le camp du non au référendum. Il ne faut pas l’oublier, c’est son côté anti européen qui ressort ». D’autres pointaient, en off, une faute politique. « On ne peut pas bordeliser ainsi le couple franco-allemand au moment où nous n’avons plus que Merkel comme partenaire », entendait-on dans la bouche d’un candidat aux régionales.

Doit-on y voir aussi une manœuvre politique en vue des régionales ?

Christelle Bertrand : Le premier ministre tente évidemment, par ses déclarations, de rassurer les électeurs qui pourraient faire le lien entre terrorisme et réfugiés et pourraient vouloir sanctionner un gouvernement qu’ils estiment responsables d’avoir voulu accueillir des syriens fuyant la guerre. En montrant qu’il veut fermer les frontières de l’Europe, il prive ainsi la droite d’un argument fort. Dans le même temps, en faisant un lien, même s’il ne le dit pas textuellement le contexte parle pour lui, entre terrorisme et immigration, Manuel Valls renforce le discours de Marine Le Pen et contribue à faire monter le FN ce qui affaibli encore un peu plus la droite. C’est un jeu dangereux mais électoralement payant. En revanche, le locataire de Matignon est extrêmement critiqué au PS par les candidats aux régionales qui craignent de voir s’éloigner encore un peu plus les électeurs de la gauche du PS, électeurs qui observent déjà avec méfiance le tournant sécuritaire de François Hollande.

Quelles sont les relations aujourd’hui entre François Hollande et Manuel Valls? La rivalité depuis les attentats est-elle plus grande ?

Christelle Bertrand : Une récente anecdote est extrêmement parlante : l’entourage de Manuel Valls raconte, depuis quelques jours, que le soir des attentats François Hollande était totalement déstabilisé et que le Premier ministre a dû le secouer physiquement pour le pousser à réagir fortement. La scène, bien sûr inimaginable car on ne bouscule pas physiquement un Président de la République, démontre la lutte acharnée que se livrent les entourages des deux hommes. Dans le camp de François de Hollande, on ne se prive pas non plus de raconter que le même soir des attentats, le Premier ministre était choqué : « Il a pris tout ça très à cœur ce qui a provoqué un certain manque de recul ». Mais ces anecdotes ne sont révélatrices que de l’ambiance qui règne dans les entourages, les relations entre les deux hommes sont bien différentes et compliquées à connaitre. Ce qui est vrai, c’est que le camp Hollande fait actuellement monter Emmanuel Macron pour contrer l’ambition du Premier ministre. Ainsi, le locataire de Bercy a expliqué, un peu trop tôt peut-être, « nous avons progressivement abîmé cet élitisme ouvert républicain qui permettait à chacune et chacun de progresser. Je ne suis pas en train de dire que tous ces éléments sont la cause première du djihadisme. C'est la folie des hommes, et l'esprit totalitaire et manipulateur de quelques-uns. Mais il y a un terreau, ce terreau est notre responsabilité ». Réponse de Manuel Valls hier à l’Assemblée : "Aucune excuse sociale, sociologique, culturelle ne doit être cherchée ». La guerre Hollande Valls est en train de devenir la guerre Valls Macron. « Macron, un type beaucoup plus à gauche qu’il n’y parait », m’expliquait hier un proche du président de la République.

Quel besoin Manuel Valls avait-il d’aller au Petit Journal expliquer qu’il ne s'était pas "bourré la gueule depuis très longtemps" ?

Jean Petaux : Je ne pense que Manuel Valls soit allé spécifiquement au « Petit Journal » pour s’expliquer seulement sur la dernière fois où il s’est saoulé. Ce serait très réducteur de considérer ainsi sa participation à cette émission « d’infotainment »( très regardée par les plus jeunes) comme étant uniquement guidée par cette seule évocation. En fait la question lui est posée par Yann Barthes qui évoque « l’acte militant » que les Français opposeraient aux tueurs djihadistes interdisant l’alcool. Manuel  Valls d’ailleurs, signe de son trouble sur cette question, butte sur les mots et a un peu de mal à redire « bourrer la gueule ». En règle générale Manuel Valls apparait assez « coincé » dans ce genre de situation. Là ce fut le cas. Disons, pour faire simple, que la relative trivialité du propos ne correspond guère à l’image de sérieux et de raideur autoritaire qu’il veut donner. Peut-être a-t-il eu aussi en tête, à ce moment, la réponse de Michel Rocard (son tout premier « mentor » en politique) qui avait du répondre à une question de Thierry Ardisson dans une de ses émissions du samedi soir : « Michel, est-ce que sucer c’est tromper »… Rocard n’était plus premier ministre alors mais le décalage entre la question, son objet, son ton et la personne à quelle elle s’adressait n’en resta pas moins fort et l’affaire fit quelque bruit… Pour Manuel Valls la question était moins « ciblée » mais elle n’en était pas moins très personnelle voire scabreuse. Il s’en est sorti comme il a pu, si tant est que l’on puisse se dépêtrer d’une question pareille. 

En fait c’est le principe même de la participation des hommes d’Etat à ce style d’émission qui pose problème. Au risque de paraître très vieux jeu j’aurais tendance à considérer que les responsables politiques se « démonétisent » en participant à ces émissions qui mélangent informations (souvent intéressantes d’ailleurs) et humour/humeur ou provocations destinées à rendre soi-disant plus proches les élus de leurs représentants. Définitivement je considère qu’il s’agit-là d’un leurre, d’un miroir aux alouettes qui se fonde sur le postulat que pour être « populaire » il faut être comme le « peuple ». Que pour parler aux jeunes il faut parler comme les jeunes. Que pour atteindre une population que l’on ne parviendrait pas à « joindre » il faudrait lui raconter des blagues et se complaire dans la médiocrité. C’est assez pitoyable pour les acteurs politiques et assez humiliant également. En tous les cas il s’agit d’un mélange des genres qui ne peut qu’aboutir à l’exact inverse de l’effet recherché : votre intention consistait à jouer la proximité en faisant semblant d’être comme le plus grand nombre ; le plus grand nombre (ou un nombre très important) vous voit en effet ; et est donc en mesure de vous voir en quelque sorte « à poil », en train de raconter des trucs peu importants… Résultat de l’opération : nombreux sont celles et ceux qui ont vu que le roi était nu, pas étonnant alors qu’ils ne le respectent pas…

Quelque part on arrive ici à une véritable aporie de la communication politique : communiquer c’est essentiel ; à destination du plus grand nombre c’est stratégique ; se dévaloriser en communiquant devant le plus grand nombre, c’est se « tirer une balle dans le pied »… Ou pour rester dans la métaphore initiale, objet de cette question : « Se casser la gueule en public et en direct quand on est bourré »…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

03.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

04.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

05.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
paolo manzi
- 26/11/2015 - 22:13
Le temps d'une Valse...
...ou, comment réussir à échouer .
jmpbea
- 26/11/2015 - 20:40
Marre de l'éternel petit jeu des socialistes de souffler le
chaud et le froid...prendre les gens pour des cons va leur coûter très cher à toutes les prochaines élections, leur stratagème ne marche pas...
ISABLEUE
- 26/11/2015 - 14:37
PSSSS
on est loin de l'apartheid social...



QUe de la gueule du bla bla de socialos qui veulent garder leurs émoluments sur le dos des sans dents.